Aux célibataires de l’Église

Veillée du DEE pour les jeunes adultes, septembre 2011, 2011

Veillée du DEE pour les jeunes adultes • 11 septembre 2011 • Université Brigham Young


9/11/2011. Ce soir est un soir important pour ceux et celles qui porteront au monde la bannière de Jésus-Christ dans les derniers jours. Ce ne sera pas facile.

J’aimerais commencer en citant Margaret Nadauld et en appliquant ces paroles à la fois aux hommes et aux femmes : « Le monde compte suffisamment d’hommes et de femmes dures ; nous avons besoin [d’hommes et] de femmes tendres. Il y a assez de brutes parmi nous, nous avons besoin [d’hommes et] de femmes aimables. Il y a assez [d’hommes et] de femmes grossiers, nous avons besoin [d’hommes et] de femmes raffinés. Il y a assez [d’hommes et] de femmes célèbres et riches ; nous avons besoin de plus [d’hommes et] de femmes qui ont la foi. Nous voyons assez de cupidité ; nous avons besoin de plus de bonté. Nous voyons assez de vanité ; nous avons besoin de plus de vertu. Nous voyons assez de cupidité ; nous avons besoin de plus de bonté1. » Et j’ajouterais que vous êtes celles et ceux qui fourniront ces vertus à un monde qui en a énormément besoin.

Du fait que je me suis mariée à cinquante-trois ans, je me considère parfois comme l’enfant d’une affiche publicitaire pour adultes célibataires. J’ai participé au programme des jeunes adultes seuls, des adultes seuls puis à celui des adultes seuls âgés. Vous m’êtes particulièrement chers parce que j’ai parcouru quelques uns des chemins que vous parcourez, affronté quelques unes des difficultés que vous affrontez et j’ai une grande compréhension et un grand respect pour vous.

Mon objectif ce soir est de vous témoigner de vérités que j’ai apprises pendant la période de mon célibat que je crois être des vérités éternelles, qui vous protégeront du découragement, d’une possible apostasie personnelle et vous rappelleront vos obligations envers notre Père céleste.

Première vérité : Le Seigneur nous aime, il exauce les prières et, surtout, il se réjouit de bénir les personnes qui obéissent à ces commandements, mais il le fait en son temps et à sa manière. Le Seigneur respectera sans faute les promesses qu’il nous a faites. Nous sommes tous d’origine divine. Sur terre, nous venons au monde dans une famille et si nous respections les commandements, nous retournerons vivre dans une famille éternelle. Pour atteindre ce but nous devons toujours nous souvenir de Jésus-Christ et obéir à ses commandements. Chaque jour est important pour vous parce que la manière dont vous choisissez de passer votre temps déterminera la personne que vous deviendrez. Soyez la meilleure personne que vous pouvez être. Je vous conseille aussi par expérience de vous préoccuper moins du mariage et plus de devenir un disciple du Christ. Votre lumière attirera les autres vers vous parce que la lumière attire la lumière, et les bénédictions que notre Père céleste a pour vous seront plus merveilleuses que vous ne pouvez l’imaginer. Profitez de cette période, l’occasion de grandir et d’apprendre de notre religion afin que vous puissiez « vivre heureux comme les Néphites » (2 Néphi 5:27 ; voir aussi Alma 50 :23) et devenir un peuple d’alliance. Plus nous nous investissons dans les Écritures, plus grande est la protection que nous recevons contre la tentation, la pornographie et le mal. Plus nous allons à l’Église et au temple, et plus nous servons dans nos appels, plus nous devenons forts et notre vie sera plus heureuse.

Deuxième vérité : Nous ne sommes pas sauvés dans l’isolement. Cette vie n’est pas seulement la mienne. Nous sommes ici pour être une bénédiction pour les personnes qui nous entourent, pour agir comme des agents de droiture et, comme frère Oaks nous l’enseignera, pour « œuvrer avec zèle à une bonne cause » (D&A 58:27) pour favoriser l’amélioration tout autour de nous.

J’ai fait une mission à Sendaï au Japon, voici une petite histoire au sujet de la catastrophe qui s’est produite récemment. Une sœur japonaise conduisait sa voiture quand elle senti la terre trembler, sa voiture a été engloutie par l’eau du tsunami et en réfléchissant rapidement : une vitre de la voiture était ouverte, elle a sauté de sa voiture et a couru se mettre en sécurité. Ses premières pensées étaient : « Sauve-toi et dépêche-toi ».

S’efforçant de se mettre en sûreté, elle a regardé plus loin et a vu une autre voiture aux vitres fermées et bloquées par la pression de l’eau. À l’intérieur elle pouvait voir des petits enfants et une grand-mère qui allaient se noyer parce qu’ils ne pouvaient pas s’échapper. Son instinct lui disait de continuer de courir si elle voulait survivre. Il n’y avait pas de temps, elle devait sauver sa vie. Puis une voix lui est venue à l’esprit disant : « Tu es membre de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours ». Elle s’est retournée pour regarder la voiture et s’est rappelée qui elle était et ce qu’elle devait faire. Elle a réagi rapidement, elle a attrapé un bureau qui flottait, elle a brisé la vitre de la voiture, a tiré la petite famille et l’a aidée à trouver un abri avant de rentrer chez elle.

Frères et sœurs, nous sommes environnés d’un tsunami dangereux, pas celui d’une eau meurtrière, mais qui est tout aussi dangereux et mortel. Nous vivons dans une société grouillant de faux enseignements, d’idées matérialistes et de dégradation morale. Nous avons appris la vérité et nous avons fait alliance. C’est le moment d’être vaillant. Dans Mosiah 4:10, on nous apprend qu’il ne suffit pas de croire en la vérité, nous devons agir selon cette vérité pour aider les gens de notre collectivité et notre voisinage et nos amis et les membres de famille qu’ils soient de notre religion ou non. Les paroles du roi Benjamin nous donnent l’exhortation suivante : « Si vous croyez toutes ces choses, veillez à les faire » (Mosiah 4:10).

Je témoigne, en tant que convertie, que nous ignorons souvent que nous sommes entourés de personnes qui ont faim d’entendre les vérités de l’Évangile, comme je l’étais, et les paroles que vous prononcerez seront douces pour ces personnes et que vos paroles ont la capacité d’apporter des bénédictions et de changer des vies.

Troisième vérité : Nous avons la responsabilité de devenir les meilleurs disciples du Christ possible. Un jour, très inquiète et frustrée par mon célibat et de mon âge avançant, j’ai demandé une bénédiction à un dirigeant de la prêtrise pour me fortifier. Encore aujourd’hui je me souviens des paroles de cette bénédiction, et elles me semblent de plus en plus vraies à mesure que le temps passe. Je peux encore les citer : « Si tu ne peux pas supporter les difficultés du célibat, tu ne seras jamais capable de supporter les difficultés et les défis de la vie conjugale. » J’étais un peu abasourdie. Ces paroles étaient un appel à l’action pour que je rende ma vie merveilleuse quelle que soit la situation ou la difficulté à laquelle j’étais confrontée. Si je rendais mon célibat heureux pour moi-même, il déterminerait le bonheur que j’aurai lorsque je serai mariée, et je voulais un avenir heureux. Je me suis rendue compte que j’avais la capacité de supporter des choses difficiles et de rechercher le meilleur dans chaque situation. Mon attitude est devenue beaucoup plus positive. La vie est difficile, elle le sera toujours, célibataire ou mariée, et je voulais être à la hauteur de cette difficulté. Je témoigne, à l’aune d’expériences exigeantes, que le Seigneur nous prépare toujours à un bonheur et à des bénédictions plus grands. Il nous suffit simplement de donner le meilleur de nous-mêmes et de lui faire confiance de tout notre cœur.

Quatrième vérité : Apprenez à reconnaître les murmures du Saint-Esprit dans votre vie. Le Saint-Esprit parle d’une « petite voix douce » (1 Rois 19:12 ; 1 Néphi 17:45 ; D&A 85:6), murmure que les traditions et les distractions bruyantes du monde peuvent facilement étouffer ou même anéantir. En tant que membres de la véritable Église, nous avons des exigences et des attentes uniques.

Le choix des saints des derniers jours loyaux n’est pas d’aller simplement de l’avant, d’essayer d’être heureux et de faire que sa vie soit épanouissante. En tant qu’hommes et femmes d’alliance, notre but est d’aller de l’avant, de développer des témoignages forts, d’aider et de prendre soin d’autrui, cela nous préparera pour notre rôle de parent dans les éternités. Avec cette finalité à l’esprit, voici également quelques pièges et pierres d’achoppement qui nous attendent.

Aux sœurs : Je connais cette frustration que beaucoup d’entre vous ressentent parce que vous souhaitez être épouses et mères. Je vous le dis, ne laissez pas votre attente de ces bénédictions devenir un fardeau. Ne soyez pas furieuse ou amère parce que vous n’avez pas ces bénédictions au moment où vous le souhaitez. J’ai gaspillé de nombreuses heures à m’inquiéter. Ne perdez jamais une minute de cette vie précieuse. Préparez-vous pour l’avenir. Allez de l’avant. Faites des études et préparez-vous pour un métier pour subvenir à vos besoins et à ceux de votre future famille.

Je vous mets aussi en garde. À mon époque seulement six pour cent des femmes ne se mariaient pas, et il était inhabituel pour des femmes d’obtenir des diplômes supérieurs et d’entrer dans le monde du travail. C’est différent maintenant. Un plus grand pourcentage d’entre vous ne se marieront pas pendant leurs études et obtiendront probablement des diplômes supérieurs et auront des possibilités professionnelles merveilleuses. Certaines d’entre vous resteront célibataires, mais souvent j’entends des jeunes femmes souhaitant d’abord s’épanouir dans une profession et devenir épouses et mères plus tard.

Je vais vous parler de moi. De ma propre expérience de femme qui détient un doctorat et a eu une merveilleuse carrière qui m’a permis de voyager dans le monde, je peux dire sincèrement qu’aussi passionnante ou épanouissante qu’une carrière puisse être vous ne devez jamais saboter votre bonheur éternel en sacrifiant le mariage pour une offre d’emploi. Si le vrai amour arrive à un moment qui semble inopportun, examinez les conséquences à long terme et invoquez le Saint-Esprit pour qu’il vous guide. Le mariage et la maternité peuvent être épanouissants et merveilleux si vous choisissez de les rendre ainsi. Le Seigneur vous donnera le moyen de concilier vos ambitions avec les bénédictions du mariage. Les honneurs du monde et la réussite professionnelle n’offrent qu’une petite compensation en comparaison de l’affection joyeuse d’une famille et des enfants.

D’un autre côté, je dis à ceux d’entre vous qui sont célibataires : appuyez-vous sur le Seigneur, profitez des occasions et réjouissez-vous de la vie que vous avez. Les femmes sont nées pour aider et nous sommes entourées de possibilités de le faire : dans nos appels de l’Église, dans nos familles, avec nos voisins et dans nos collectivités. Faites-vous une joie de ces possibilités.

Aux hommes : Nous vivons dans un monde qui enseigne que l’instruction et la sécurité financière doivent venir avant le mariage. Le Seigneur enseigne le contraire. En attendant de se marier, je vois bon nombre d’entre vous faire des voyages, jouer aux jeux vidéo, faire des soirées entre garçons et bénéficier de repas gratuits. Frères, les sœurs ont besoin que vous soyez les plus vaillants possible. C’est la vérité, et je vous demande d’écouter : dans le plan du Seigneur les personnes que vous épouserez progresseront à un degré que vous n’avez jamais imaginé. C’est une promesse.

Cinquième vérité : Tous les célibataires doivent rester des membres de l’Église pratiquants. Dans une Église centrée sur la famille, il vous arrive probablement de douter que vous ayez une place : rien n’est plus éloigné de la vérité. Chaque personne compte. N’oubliez jamais que le plan du salut est en vigueur pour tous, célibataire ou marié. Vous n’êtes pas seul. Julie Beck a dit : « Nous n’avons pas fait la guerre dans les cieux pour être célibataire éternellement. Nous ne nous sommes pas inscrits pour une seule partie du programme. Nous nous sommes inscrits pour la totalité du plan : pour contracter des alliances, être scellé éternellement et avoir une postérité dans les éternités. Nous n’abandonnons pas des principes vrais dans l’attente de nos bénédictions2. »

Frères et sœurs nous n’attendons pas seuls. Le Seigneur fait attention à nous. Il connaît chacun de nous personnellement. Il n’écoute pas seulement nos prières, il connaît nos angoisses, nos peurs, nos épreuves, nos victoires, il est près de nous. Nous n’avons qu’à nous adresser à lui et il sera avec nous.

Avoir la foi ne signifie pas être rempli de joie et de conviction à chaque instant. Avoir la foi signifie que vous continuez de persévérer et de croire que les bénédictions et le réconfort vous attendent et je vous témoigne que c’est vrai. Le Seigneur veut nous nous approchions de lui et en son temps et en sa manière, il s’approchera de nous.

Le Seigneur vous aime tellement qu’il a envoyé un apôtre du Seigneur pour vous parler ce soir. Je vous demande de prier pour frère Oaks. Priez pour comprendre ses paroles, pour vous en souvenir et pour vous rendre compte que vous entrez dans une nouvelle ère, pendant laquelle notre Père céleste compte sur chacun de nous pour connaître et défendre ce en quoi nous croyons et agir pour les choses que nous considérons sacrées.

Je vous aime. Je sais que nous sommes membres de la véritable Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et je dis ceci au nom de Jésus-Christ. Amen.

Show References

    Notes

  1.   1.

    Margaret D. Nadauld, Le Liahona, janvier 2001, p. 18.

  2.   2.

    Julie B. Beck, citée dans Kirsten M. Oaks, A Single Voice, 2008, p. 33.