L’œuvre missionnaire à l’ère numérique

L. Tom Perry

Of the Quorum of the Twelve Apostles


L. Tom Perry

Je suis reconnaissant d’être avec vous aujourd’hui. Nous saluons aujourd’hui la présence des missionnaires du centre de formation des missionnaires de Provo. Regardez-les. Ne sont-ils pas merveilleux ? Ces missionnaires nouvellement appelés se préparent à prêcher l’Évangile rétabli de Jésus-Christ à chaque nation, langue et peuple.

L’abaissement de l’âge d’appel des missionnaires ouvre une nouvelle ère pour l’œuvre missionnaire dans l’Église. Je sais que pour beaucoup d’entre nous, cet événement a changé notre vie. Nous savons que cela a bouleversé les jeunes gens et jeunes filles concernés.

Oui, le Seigneur et vous, parents, avez préparé une génération spéciale pour servir à cette époque où le besoin et l’occasion d’enseigner l’Évangile n’ont jamais été aussi grands.

Dans à peine quelques jours, les missionnaires assis derrière moi seront envoyés dans vos paroisses et pieux. Avec l’augmentation incessante du nombre de missionnaires, nous avons demandé : « Que feront tous ces missionnaires ? » Notre réponse est qu’ils feront ce que les missionnaires ont toujours fait : ils suivront le Sauveur Jésus-Christ et prêcheront son Évangile rétabli.

Le président de mission détient les clés pour présider et diriger la mission qui lui est attribuée. Le président de pieu détient les clés de l’œuvre missionnaire dans son pieu. L’évêque détient les clés pour présider la mission dans sa paroisse. Ils doivent se coordonner et travailler ensemble, unis pour promouvoir l’œuvre missionnaire à notre époque « numérique ». Ils œuvreront avec le conseil de paroisse pour identifier et instruire les familles partiellement membres et leur famille et amis, et les membres non pratiquants et leur famille et amis.

Le message qu’ils donneront, celui de l’expiation du Christ, du Livre de Mormon et des prophètes vivants, est le même que celui que j’ai donné quand j’étais jeune missionnaire dans les États du Nord. Toutefois, certains des moyens qu’ils utiliseront pour donner ce message sont grandement différents de ceux dont je disposais à l’époque.

Quand j’étais jeune missionnaire, nous pouvions parler de l’Évangile avec des gens dans la rue et en frappant aux portes. Le monde a changé depuis cette époque. Maintenant, beaucoup de gens ont une vie très affairée. Ils se précipitent ici et là, sont souvent moins enclins à accepter que de parfaits inconnus entrent chez eux sans y avoir été invités pour donner le message de l’Évangile rétabli. Le moyen principal par lequel ils sont en contact avec les autres, même avec leurs amis proches, est souvent l’Internet. Par conséquent, la nature même de l’œuvre missionnaire doit changer pour que le Seigneur accomplisse son œuvre de rassembler Israël, dispersé « aux quatre coins de la terre » (2 Néphi 21:12). Les missionnaires ont maintenant l’autorisation d’utiliser l’Internet pour faire du prosélytisme.

Aux moments les moins productifs de la journée, surtout le matin, les missionnaires pourront utiliser les ordinateurs dans les églises et autres bâtiments de l’Église pour prendre contact avec les amis de l’Église et les membres, œuvrer avec les dirigeants locaux de la prêtrise et les dirigeants de mission, recevoir des coordonnées des membres et prendre contact avec ces personnes, faire le suivi des engagements, confirmer les rendez-vous et enseigner les principes de Prêchez mon Évangile en utilisant mormon.org, Facebook, les blogs, courriels et messages texte.

L’accès des missionnaires à l’internet et leur utilisation d’appareils numériques se fera par phases aux cours des prochains mois jusqu’à l’année prochaine. Nous prendrons contact avec vous quand le temps sera venu pour votre mission d’utiliser ces outils. Bien sûr, la sécurité est primordiale avec ce nouvel horizon dans l’œuvre missionnaire. Le président de mission surveillera le travail en ligne des missionnaires pour les aider à rester en sécurité dans tout ce qu’ils feront.

Une remarque que nous recevons souvent des gens intéressés par notre Église est que lorsqu’ils ont le courage de s’arrêter devant l’un de nos bâtiments, ils le trouvent fermé et vide. Nous avons donc décidé d’organiser des visites guidées de nos églises. Les missionnaires seront dans l’église pour accueillir les gens intéressés et les guider dans notre lieu de culte où ils pourront recevoir un enseignement dans un endroit placé sous la forte influence de l’Esprit.

Nous invitons les membres jeunes et moins jeunes, les adultes, les jeunes adultes, les jeunes et les enfants de partout, à se joindre à nous dans cette nouvelle tâche passionnante en mettant les ordinateurs de l’Église à la disposition des missionnaires, en devenant amis sur Facebook avec les missionnaires de leur région, en publiant leurs messages de l’Évangile en ligne, et en s’impliquant personnellement dans l’œuvre missionnaire.

Il y a moins d’un an, le président Monson a fait l’annonce historique de l’abaissement de l’âge du service missionnaire. Depuis, des milliers ont répondu à l’appel du prophète et beaucoup d’autres rejoignent leurs rangs chaque semaine. Il y a deux jours, le nombre total de missionnaires en service était de 70 274. Il n’y a jamais eu autant de missionnaires de par le monde. Bien sûr, nous devons mettre tous ces merveilleux missionnaires quelque part ; nous avons donc créé 58 nouvelles missions cette année, ce qui porte le nombre total de missions à 405. Cette année, nous avons aussi appelé 173 nouveaux présidents de mission, plus que nous n’en avons jamais appelé en une fois.

Il est clair que les missionnaires et les présidents de mission ont répondu à l’appel du Seigneur. Et maintenant, il nous appelle, nous, membres, à servir à leurs côtés et aux siens, dans sa grande œuvre.

Tout comme les missionnaires doivent s’adapter à un monde en évolution, les membres doivent aussi changer leur façon d’envisager leur service missionnaire. En disant cela, je souhaite exprimer clairement que ce que nous, membres, devons faire, n’a pas changé. C’est notre façon de remplir notre responsabilité de parler de l’Évangile qui doit s’adapter à un monde en évolution.

Cela fait 54 ans que le président McKay a appelé chaque membre à être un missionnaire. Le président Hinckley nous a appelés à utiliser un meilleur moyen de faire l’œuvre missionnaire. Il n’y a pas que le porte à porte. Il y a un meilleur moyen. Le président Monson a expliqué que ce meilleur moyen c’est que les membres et les missionnaires œuvrent ensemble pour prêcher l’Évangile en collaboration.

Ces déclarations ne sont que des réaffirmations de ce que Joseph Smith, le prophète, a enseigné : « Après tout ce qui a été dit, le devoir le plus grand et le plus important est de prêcher l’Évangile » (Enseignements du prophète Joseph Smith, 2007, p. 354).

Rien dans ces appels à agir des prophètes n’a changé. Notre plus grande responsabilité à tous, quels que soient notre appel ou notre position dans l’Église, est de prêcher l’Évangile. Notre plus grande responsabilité à tous, quels que soient notre appel ou notre position dans l’Église, est de prêcher l’Évangile.

Mais alors, de quelle façon pouvons-nous répondre à l’appel du Seigneur de prêcher l’Évangile ? L’une de ces façons est de devenir un en objectif dans l’œuvre missionnaire.

Être un en objectif signifie plus que d’avoir simplement un but commun. Par exemple, beaucoup de nos enfants s’intéressent au sport populaire qu’est le football. Ils ne tardent pas à apprendre que quand on met la balle au fond des filets, on marque un point. Au début, ils ne comprennent pas les finesses du jeu. Ils ont le même but, marquer un point, mais ne sont pas très bien organisés. Ils se contentent de se ruer en masse sur la balle.

Dans l’œuvre missionnaire, beaucoup d’entre nous aujourd’hui sont dans ce cas. Nous pensons connaître et comprendre le but ultime, pourtant nous ne voyons pas notre objectif. Nous ne connaissons pas notre poste, c’est-à-dire, ce que nous devons faire. Nous manquons de compréhension, pas de désir de bien faire.

Demandez à un missionnaire à plein temps présent aujourd’hui quel est son objectif missionnaire, je suis sûr que chacun répondrait avec enthousiasme : « Votre objectif est d’inviter les gens à aller au Christ en les aidant à recevoir l’Évangile rétabli par la foi en Jésus-Christ et en son expiation, par le repentir, par le baptême, par la réception du don du Saint-Esprit et par la persévérance jusqu’à la fin » (Prêchez mon Évangile : Guide du service missionnaire, 2004, p. 1).

Frères et sœurs, si, comme l’a déclaré Joseph Smith, le prophète, notre « devoir le plus grand et le plus important est de prêcher l’Évangile », alors notre objectif est clair : en vertu de notre appartenance à son Église, chacun de nous est appelé à « inviter les autres à aller au Christ », qu’ils soient membres pratiquants, nouveaux convertis, membres non pratiquants ou non membres. Si quelqu’un autour de nous, non membre ou membre non pratiquant de l’Église, n’a pas reçu « l’Évangile rétabli par la foi en Jésus-Christ et en son expiation, le repentir, le baptême [ni n’a reçu] le don du Saint-Esprit », nous l’invitons à le recevoir.

Cette responsabilité ne repose pas seulement sur les missionnaires.

Parlant de cette mauvaise compréhension, le président Hinckley a déclaré : « Nous pouvons laisser les missionnaires essayer de faire cela seuls, ou nous pouvons les aider. S’ils la font seuls, ils frapperont aux portes jour après jour et la moisson sera maigre. Ou bien nous pouvons les aider, nous les membres, à trouver et à instruire des gens » (« Cherchez les agneaux, paissez les agneaux », L’Étoile, juillet 1999, p. 120).

Le moment est venu pour nous de comprendre qu’en tant que voisins, amis et membre d’une famille partiellement membre, nous sommes idéalement placés pour lancer une invitation avec l’amour et la considération que les gens que nous invitons méritent. Nous espérons que l’invitation sera acceptée. Mais si ce n’est pas le cas, nous continuerons de montrer notre amitié et notre amour chrétien pour que celui que nous avons invité sache que la relation que nous avons nourrie et entretenue n’était pas intéressée mais est une amitié réelle et durable.

Bien sûr, l’Église du Seigneur est une Église d’ordre et son œuvre ira de l’avant, dirigée par les clés appropriées de la prêtrise. « Sous la direction de l’évêque, le conseil de paroisse élabore un plan de mission de paroisse. Ce dernier doit être court et simple. Il doit comprendre des activités et des buts précis qui aideront les membres des organisations de la prêtrise et des auxiliaires de paroisse à participer à l’œuvre missionnaire par les membres, au maintien des convertis dans l’Église et à la remotivation. Le conseil de paroisse avec le dirigeant de mission de paroisse coordonne le plan de mission de paroisse avec les plans des missionnaires à plein temps affectés à la paroisse » (Manuel 2 : Administrer l’Église, section 5.1.8).

L’évêque dirige l’œuvre du salut dans la paroisse avec le conseil de paroisse. Le conseil de paroisse identifie les gens qui pourraient recevoir une invitation à suivre l’enseignement des missionnaires ou à redevenir pratiquants et décident qui dans la paroisse est le mieux placé pour lancer cette invitation avec amour et respect.

Le président du collège des anciens et le chef du groupe des grands prêtres sont membres du conseil de paroisse. Ils ont la responsabilité d’identifier les membres non pratiquants de leur collège et, en collaboration avec les autres membres du conseil de paroisse, de les amener à redevenir pleinement pratiquants dans l’Église. La bénédiction de rapporter la prêtrise dans leur foyer bénira des familles entières pendant des générations.

Le conseil de paroisse identifie alors les membres non pratiquants qui peuvent recevoir la visite et l’enseignement des missionnaires à plein temps. Le dirigeant de mission de paroisse, qui est membre du conseil de paroisse, travaille avec les missionnaires pour remplir leur agenda des noms des personnes qui bénéficieraient le plus de leur visite.

Bien que les missionnaires à plein temps soient responsables d’instruire les amis de l’Église, ils peuvent et devraient être accompagnés par des membres du conseil de paroisse, les missionnaires de paroisse ou des membres qui ont un lien particulier avec ces amis. Les membres qui accompagnent les missionnaires doivent rendre témoignage des principes enseignés dans les leçons missionnaires et appuyer sur ces principes entre les rendez-vous avec les missionnaires.

Le conseil de paroisse peut demander aux missionnaires à plein temps d’aider les missionnaires de paroisse à faire des visites d’enseignement au foyer ou d’instruction aux membres non pratiquants ou pour donner les leçons aux nouveaux convertis. Nous savons que trop peu de nos récents membres reçoivent les leçons pour les nouveaux convertis.

Le Seigneur veut que nous œuvrions « avec zèle à une bonne cause, [faisant] beaucoup de choses de [notre] plein gré » (D&C 58:27).

Quand je dis d’œuvrer « avec zèle à une bonne cause », je pense à l’un de mes jeunes amis, Scott. Scott a quelques difficultés qui le limitent dans certains domaines mais dans d’autres il est extraordinaire. Par exemple, son audace missionnaire égale celle des fils de Mosiah. Je pense que, dans l’esprit de Scott, il est inimaginable que tout le monde ne soit pas membre de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et que tout le monde n’ait pas lu le Livre de Mormon et n’ait pas un témoignage de sa véracité.

Un jour où Scott faisait seul son premier voyage en avion pour voir son frère, un voisin assis près de lui a entendu cette discussion :

« Bonjour, je m’appelle Scott. Et vous ? »

Cette personne lui donna son nom.

« Qu’est-ce que vous faites ?

–Je suis ingénieur.

–C’est bien. Où habitez-vous ?

–À Las Vegas.

–Nous avons un temple là-bas. Est-ce que vous savez où se trouve le temple mormon ?

–Oui. C’est un très beau bâtiment.

–Vous êtes mormon ?

–Non.

–Eh bien, vous devriez. C’est une religion formidable. Est-ce que vous avez lu le Livre de Mormon ?

–Non.

–Eh bien, vous devriez. C’est un livre formidable. »

Personne n’avait demandé à Scott de parler à ce passager. Je ne sais même pas s’il a consciemment pensé à son alliance du baptême d’être « les témoins de Dieu en tout temps, en toutes choses, et dans tous les lieux où vous serez, jusqu’à la mort » (Mosiah 18:9), et pourtant son invitation montre sans aucun doute que cette alliance faisait partie de lui.

De même, nous n’avons pas besoin ni ne devrions attendre qu’on nous le demande pour inviter notre famille non membre, un ami ou un voisin à aller à l’église, à lire le Livre de Mormon ou à rencontrer les missionnaires à plein temps. Quand nous faisons nos visites d’enseignement ou de l’enseignement au foyer, nous n’avons pas besoin qu’on nous demande d’inviter les membres non pratiquants que nous visitons à redevenir pratiquants ou à se préparer à recevoir les bénédictions du temple. En plus de l’alliance citée plus haut, nous avons aussi fait alliance de « porter les fardeaux les uns des autres, afin qu’ils soient légers… et de pleurer avec ceux qui pleurent, oui, et de consoler ceux qui ont besoin de consolation » (Mosiah 18:8–9).

Quand nous nous acquittons de notre responsabilité de parler de l’Évangile et d’aider nos amis et voisins non pratiquants à redevenir pratiquants, nos efforts seront plus efficaces si nous recherchons l’inspiration et agissons avec amour, tant pour le Sauveur que pour la personne dont nous nous occupons. Par exemple, souvenez-vous de la prière prononcée par Alma tandis que ses compagnons et lui se préparaient à instruire les Zoramites :

« Ô Seigneur, veuille nous accorder de réussir à te les ramener dans le Christ.

« Voici, ô Seigneur, leur âme est précieuse, et beaucoup d'entre eux sont nos frères; c'est pourquoi, donne-nous, ô Seigneur, du pouvoir et de la sagesse, afin que nous te ramenions ceux-ci, qui sont nos frères » (Alma 31:34–35)..

Alma savait que chaque individu qu’il avait été envoyé instruire était un enfant spirituel de Dieu et son frère spirituel, et il l’aimait. Après avoir prié, Alma et ses compagnons ont été remplis du Saint-Esprit et se sont mis immédiatement au travail.

En faisant le lien entre la prière d’Alma et son expérience avec notre époque, le président Hinckley a déclaré : « Faisons mieux prendre conscience à chaque membre, intimement, qu’il est capable d’amener les autres à la connaissance de l’Évangile. Qu’il s’y emploie. Qu’il prie avec beaucoup de ferveur à ce sujet. Que chaque membre prie, comme Alma, jadis » (« Cherchez les agneaux, paissez les agneaux », p. 120).

L’œuvre du Seigneur va de l’avant quand chacun de nous comprend et atteint son objectif. La prêtrise sera fortifiée et nous connaîtrons une grande réussite dans l’œuvre missionnaire et la remotivation quand le conseil de paroisse, les membres et les missionnaires à plein temps seront unis dans l’objectif du Seigneur.

Il n’y a certainement jamais eu d’époque aussi passionnante pour être impliqué dans l’œuvre du Seigneur. Dans un monde où nous pouvons si facilement rendre témoignage d’un simple clic de souris, le royaume de Dieu se répandra certainement, comme la pierre dans le rêve de Nebucadnetsar, jusqu’à remplir toute la terre (Daniel 2).

Puissions-nous, membres et missionnaires, être toujours unis dans l’accomplissement de notre objectif missionnaire d’aider les autres à aller au Christ. Puissions-nous être une lumière et un phare pour toute la terre, en particulier pour les enfants de Dieu qui recherchent les bénédictions du Seigneur. C’est là ma prière au nom de Jésus-Christ. Amen.