La foi en l’œuvre du salut

Thomas S. Monson


 

Avant de commencer mon discours, je saisis cette occasion pour vous remercier de votre gentillesse dans ces moments difficiles du fait de la perte de ma femme bien-aimée, Frances. J’ai été fortifié et soutenu par votre amour et vos prières pour moi.

Pour sœur Monson et moi-même, l’œuvre missionnaire a toujours eu une place importante dans notre cœur et dans notre vie commune. Nous étions encore de jeunes mariés lorsque j’ai été appelé à œuvrer comme évêque de l’ancienne sixième-septième paroisse de Salt Lake City, qui comptait mille quatre-vingts membres. Il y avait un certain nombre de membres de la paroisse qui n’étaient pas pratiquants, et sœur Monson était toujours prête à me soutenir et à m’encourager lorsque mes conseillers et moi rendions visite à ces chers membres et travaillions à les ramener dans l’Église.

Quelques années plus tard, j’ai été appelé à œuvrer comme président de la mission canadienne. Moins d’un mois après avoir reçu l’appel, sœur Monson et moi avons quitté notre nouvelle maison et, avec nos deux petits enfants et un à venir, avons fait le voyage jusqu’à Toronto (Ontario, Canada), où l’œuvre missionnaire a rempli notre vie pendant les trois années suivantes.

J’approuve tout ce qui a été dit ici aujourd’hui. Je vous témoigne que vous serez bénis si vous suivez les recommandations que vous avez reçues.

Les saintes Écritures ne contiennent pas de proclamation plus pertinente, de responsabilité plus obligatoire, d’instructions plus directes que l’injonction que le Seigneur ressuscité a donnée quand il est apparu aux onze disciples en Galilée. Il a dit : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » (Mathieu 28:19). Joseph Smith, le prophète, a déclaré : « Après tout ce qui a été dit, le devoir le plus grand et le plus important est de prêcher l’Évangile. » Certains d’entre vous qui êtes ici aujourd’hui se souviendront aussi des paroles de David O. McKay, qui a exprimé cette devise bien connue : « Chaque membre est un missionnaire ! » Gordon B. Hinckley nous a dit : « Tant d’entre nous considèrent que l’œuvre missionnaire se limite au porte à porte. Tous ceux qui connaissent bien cette œuvre savent qu’il y a un meilleur moyen. Et ce moyen, ce sont les membres de l’Église. »

J’ajoute mes paroles aux leurs. C’est maintenant que les membres et les missionnaires doivent s'unir et travailler ensemble, pour œuvrer dans la vigne du Seigneur afin de lui amener des âmes. Il a préparé les moyens nécessaires pour nous permettre de proclamer l’Évangile de nombreuses manières et il nous aidera dans nos efforts si nous agissons avec foi pour accomplir son œuvre.

Au cours de notre service dans la mission canadienne, sœur Monson et moi avons été témoins de la foi profonde des saints canadiens, qui nous a fortifiés. Cette séquence vidéo décrit la foi et les œuvres des membres et des missionnaires de notre mission qui ont vécu et œuvré à Saint Thomas.

Une autre manifestation de foi s’est produite lorsque je me suis rendu pour la première fois à la branche de Saint Thomas, dans notre mission, à près de deux cents kilomètres de Toronto. Ma femme et moi avions été invités à assister à la réunion de Sainte-Cène de la branche et à y adresser un discours aux membres. En roulant dans une rue coquette, nous avons vu beaucoup d’églises et nous nous sommes demandé laquelle était la nôtre. Aucune ne l’était. Nous avons trouvé l’adresse qui nous avait été indiquée et avons découvert qu’il s’agissait d’un foyer d’hébergement vétuste. Notre branche se réunissait dans le sous-sol du bâtiment et était composée d’environ vingt-cinq membres, dont douze étaient présents. Les mêmes personnes dirigeaient la réunion, bénissaient et distribuaient la Sainte-Cène, faisaient les prières et chantaient les cantiques.

À la fin des réunions, le président de branche, Irving Wilson, m’a demandé s’il pouvait avoir un entretien avec moi. Lors de cet entretien, il m’a tendu un exemplaire de l’Improvement Era, le magazine de l’Église qui a précédé notre Ensign actuel. En me montrant une photo de l’une de nos nouvelles églises en Australie, il a dit : « Voilà le bâtiment dont nous avons besoin ici à Saint Thomas. »

J’ai souri et répondu : « Quand nous aurons suffisamment de membres ici pour justifier un tel bâtiment et le financer, je suis sûr que nous l’aurons. » À cette époque, les membres locaux devaient réunir trente pour cent du coût du terrain et du bâtiment, en plus du paiement de la dîme et des autres offrandes.

Il a rétorqué : « Nos enfants deviennent des adultes. Nous avons besoin de ce bâtiment, et maintenant ! »

Je les ai encouragés à accroître leur nombre par leurs efforts personnels pour intégrer et instruire les gens. Le résultat est un exemple classique de foi, doublée d’efforts et couronnée de témoignage.

Le président Wilson a demandé que six missionnaires de plus soient envoyés à la ville de Saint Thomas. Quand cela a été fait, il a invité les missionnaires à une réunion dans l’arrière-boutique de sa petite bijouterie, où ils se sont agenouillés et ont fait une humble prière. Puis il a demandé à l’un des missionnaires de lui tendre l’annuaire téléphonique professionnel qui se trouvait sur une table voisine. Il a pris l’annuaire et a dit : « Si nous devons avoir un jour le bâtiment de nos rêves à Saint Thomas, nous aurons besoin d’un membre pour en dessiner les plans. Étant donné que nous n’avons pas d’architecte parmi nos membres, nous allons simplement devoir en convertir un. » Faisant glisser son doigt le long de la colonne des architectes répertoriés, il s’est arrêté sur un nom et a dit : « Voilà celui que nous allons inviter chez moi pour qu’il entende le message du Rétablissement. »

Le président Wilson a fait de même pour les plombiers, les électriciens et tous les autres artisans. Il n’a pas négligé les autres professions, car il désirait avoir une branche équilibrée. Les gens ont été invités chez lui pour rencontrer les missionnaires, la vérité a été enseignée, des témoignages ont été rendus et il y a eu des conversions. Ces nouveaux membres ont ensuite fait de même, invitant d’autres personnes à écouter. Semaine après semaine et mois après mois, cela a continué.

La branche de Saint Thomas a connu une croissance formidable. En deux ans et demi, un terrain a été acquis, un beau bâtiment y a été construit et un rêve inspiré est devenu réalité. Cette branche est à présent une paroisse prospère d’un pieu de Sion.

Quand je pense à la ville de Saint Thomas, je ne m’arrête pas aux centaines de membres de la paroisse et aux familles qui se comptent par dizaines ; non, je songe à la maigre assistance de cette réunion de Sainte-Cène dans le sous-sol du foyer d’hébergement et à la promesse du Seigneur : « Là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux » (Matthieu 18:20).

Beaucoup d’années ont passé depuis que cette vidéo a été enregistrée. La voix que vous avez entendue était plus jeune, mais le principe de la foi en ce qui a trait à l’œuvre missionnaire est tout aussi vrai aujourd’hui qu’il l’était il y a un demi-siècle dans la branche de Saint Thomas.

Je témoigne que, si nous agissons avec foi, le Seigneur nous montrera comment fortifier son Église dans les paroisses et les branches où nous vivons. Il sera avec nous et deviendra un partenaire actif dans nos efforts missionnaires.

Le nombre de missionnaires augmentant dans les paroisses et les pieux du monde entier, je vous implore de faire preuve de foi, comme l’a fait le président Wilson à Saint Thomas, lorsque vous vous demandez en priant qui de votre famille, vos amis, vos voisins et vos connaissances vous aimeriez inviter chez vous pour qu’ils rencontrent les missionnaires, afin qu’ils entendent le message du Rétablissement. Comme il l’a fait pour la ville de Saint Thomas, le Seigneur sanctifiera vos efforts, et vous acquerrez une capacité supérieure à la vôtre d’édifier et de bénir la vie d’autrui.

Puissions-nous toujours augmenter notre foi et notre fidélité à nous acquitter de notre responsabilité sacrée de secourir les enfants de notre Père céleste, nos frères et sœurs. Au nom de notre Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ. Amen.