La prêtrise et la Société de Secours œuvrent ensemble


 


« Les dirigeants et les instructeurs de la prêtrise et des auxiliaires s’efforcent d’aider les autres à devenir de véritables disciples de Jésus-Christ (voir Mosiah 18:18–30). Pour aider les personnes et les familles dans cet effort, ils :

  1. Enseignent la doctrine pure de l’Évangile de Jésus-Christ et en témoignent.
  2. Soutiennent les personnes et les familles dans leurs efforts pour respecter leurs alliances sacrées.
  3. Conseillent, soutiennent et donnent des occasions de rendre service » (voir Manuel d’instructions 2, 1.2.2).

« La Société de Secours prépare les femmes aux bénédictions de la vie éternelle en les aidant à accroître leur foi et leur justice personnelle, en fortifiant les familles et les foyers et en aidant les personnes dans le besoin. La Société de Secours accomplit ces objectifs par l’enseignement de l’Évangile le dimanche, par les autres réunions de la Société de Secours, par les visites d’enseignement et par l’entraide et les services compatissants » (Manuel d’instructions 2, 9.1.1).

 

« Lorenzo Snow, cinquième président de l’Église, a dit : ‘On vous a toujours vues aux côtés des détenteurs de la prêtrise, prêtes à fortifier leurs mains et à faire votre part pour aider à l’avancement des intérêts du royaume de Dieu ; et comme vous avez partagé les travaux, vous allez certainement partager le triomphe de l’œuvre ainsi que l’exaltation et la gloire que le Seigneur donnera à ses enfants fidèles.’ En participant à la Société de Secours, les femmes servent en vaillantes disciples de Jésus-Christ dans l’œuvre du salut. Comme les femmes de l’Église originelle, elles travaillent aux côtés des hommes qui détiennent la prêtrise pour accroître la foi et la justice personnelles, fortifier les familles et les foyers, et rechercher et aider les personnes dans le besoin » (Filles dans mon royaume, pages 7-8).


Autorité de la prêtrise

« Toutes les organisations auxiliaires de paroisse et de pieu agissent sous la direction de l’évêque ou du président de pieu, qui détient les clés permettant de présider » (Manuel d’instructions 2, 2.1.1).

« En tant que prophète du Seigneur, Joseph Smith détenait toutes les clés de l’autorité de la prêtrise sur la terre. Donc, en organisant la Société de Secours pour qu’elle fonctionne sous sa direction générale, il ouvrait, pour les femmes de l’Église, la possibilité de jouer des rôles vitaux dans l’œuvre du royaume du Seigneur » (Filles dans mon royaume, page 17).


Renforcer l’unité et l’entente


« Le Seigneur a dit : ‘Si vous n’êtes pas un, vous n’êtes pas de moi’ (D&A 38:27).Les officiers présidents favorisent l’unité en demandant conseil aux hommes et aux femmes qui œuvrent à leurs côtés. Les membres des présidences et des conseils favorisent l’unité en exprimant sincèrement leurs sentiments et leurs idées, en communiquant clairement et en s’écoutant les uns les autres.

« Lorsque les dirigeants des organisations de l’Église suivent leurs dirigeants de la prêtrise et que les membres des présidences et des conseils sont unis, ils peuvent recevoir l’inspiration du Saint-Esprit et diriger selon la volonté du Seigneur » (Manuel d’instructions 2, 3.3.2).

« Joseph Smith, le prophète, a enseigné : ‘Tous doivent agir de concert, sinon rien ne peut être fait.’ Et il donna l’exemple en agissant de concert avec les autres. Eliza R. Snow se souvint de son exemple et le chérit tout sa vie. Elle en parla aux dirigeants locaux de l’Église quand la Société de Secours fut de nouveau établie en Utah. Elle enseigna que l’évêque devait avoir « les mêmes relations » avec la Société de Secours de paroisse que celles que Joseph Smith avait avec la Société de Secours de Nauvoo. Elle enseigna également qu’‘aucune société… ne pouvait subsister sans les conseils [de l’évêque]’ » (Filles dans mon Royaume, pages 154-155).


Réunions du conseil de paroisse

« Il est recommandé aux membres du conseil de parler franchement, d’après leur expérience personnelle ainsi qu’en leur qualité de dirigeants d’organisation. Hommes et femmes doivent avoir le sentiment que leurs commentaires sont pris en compte et qu’ils participent pleinement à la discussion. L’évêque demande l’avis des dirigeantes de la Société de Secours, des Jeunes Filles et de la Primaire pour tous les sujets abordés par le conseil de paroisse. Le point de vue des femmes est parfois différent de celui des hommes et il ajoute une perspective essentielle pour comprendre les besoins des membres et y répondre » (Manuel d’instructions 2, 4.6.1).

« M. Russel Ballard, du Collège des douze apôtres, a dit : ‘Nous croyons en votre bonté, en votre force, en votre tendance naturelle à rechercher la vertu et la valeur, en votre gentillesse, en votre courage et en votre résistance. Nous croyons en votre mission de femmes de Dieu… Nous croyons que l’Église ne pourra tout simplement pas accomplir ses devoirs sans votre foi, votre fidélité, votre tendance innée à rechercher le bien-être des autres avant le vôtre, votre force spirituelle et votre ténacité’ » (Filles dans mon royaume, page 188).


L’œuvre du salut


« Les membres de l’Église de Jésus-Christ sont envoyés ‘travailler dans sa vigne au salut de l’âme des hommes’ (D&A 138:56). Cette œuvre de salut comprend l’œuvre missionnaire par les membres, le maintien des convertis dans l’Église, la remotivation des membres non pratiquants, l’œuvre du temple et de l’histoire familiale ainsi que l’enseignement de l’Évangile » (Manuel d’instructions 2, 5).

« Joseph F. Smith, sixième président de l’Église, a dit : ‘Cette organisation est établie, autorisée, instituée et ordonnée par Dieu afin d’apporter le salut à l’âme des femmes et des hommes’ » (voir Filles dans mon royaume, page 7).


L’œuvre missionnaire par les membres

« L’œuvre missionnaire par les membres est plus efficace lorsque les membres du conseil de paroisse sont pleinement engagés dans l’effort missionnaire. Dans les collèges et les auxiliaires, ils encouragent les membres à participer à l’œuvre missionnaire en :

  1. Trouvant des personnes et les préparant à recevoir l’enseignement de l’Évangile.
  2. Aidant les missionnaires lorsqu’ils enseignent (si possible chez les membres).
  3. Intégrant les amis de l’Église.
  4. Se préparant et préparant leurs enfants à faire une mission à plein temps » (Manuel d’instructions 2, 5.1.2).

« Spencer W. Kimball, douzième président de l’Église, a enseigné : ‘La majeure partie de la forte progression qui aura lieu dans l’Église dans les derniers jours se produira parce que beaucoup de femmes justes de l’extérieur de l’Église (qui ont souvent une grande spiritualité) se joindront à elle en grand nombre. Cela arrivera dans la mesure où les femmes de l’Église reflèteront la justice et l’équilibre dans leur vie et dans la mesure où elles seront considérées positivement comme à part et différentes des autres femmes’ » (Filles dans mon royaume, page 106).


Le maintien des convertis dans l’Église

« Les nouveaux membres de l’Église ont besoin du soutien et de l’amitié de dirigeants de l’Église, d’instructeurs au foyer, d’instructrices visiteuses et d’autres membres. Ce soutien les aide à être pleinement ‘convertis au Seigneur’ (Alma 23:6) » (Manuel d’instructions 2, 5.2).

« ‘Vous allez sauver des âmes et qui sait si un grand nombre des personnes formidables qui sont pratiquantes dans l’Église aujourd’hui ne le sont pas parce que vous êtes allées chez elles ? Vous sauvez non seulement ces sœurs mais peut-être aussi leur mari et leur foyer.’ » (Spencer W. Kimball, dans Filles dans mon royaume, page 132).


Remotivation

« Les dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires de paroisse s’efforcent continuellement d’aider les membres non pratiquants à revenir à l’Église. Le Sauveur a dit : ‘Vous continuerez à servir de telles personnes ; car vous ne savez pas si elles ne reviendront pas et ne se repentiront pas, et ne viendront pas à moi d’un cœur pleinement résolu, et je les guérirai ; et vous serez le moyen qui leur apportera le salut’ (3 Néphi 18:32) » (Manuel d’instructions 2, 5.3).

« ‘Joseph Smith a dit que cette société était organisée pour sauver des âmes. Qu’ont fait les sœurs pour ramener les personnes qui se sont égarées ? Pour réchauffer le cœur de celles dont la foi s’était éteinte ? Il existe un autre registre où sont consignées votre foi, votre gentillesse, vos bonnes œuvres et vos paroles. Un autre registre est tenu. Rien n’est perdu’ » (Filles dans mon royaume, pages 93-94).


Temple et histoire familiale


« Les dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires enseignent aux membres de la paroisse les responsabilités de base concernant l’œuvre du temple et de l’histoire familiale. …

« Ils encouragent les membres à recevoir leurs ordonnances du temple et à aider les membres de leur famille proche à les recevoir.Les dirigeants enseignent aux membres que le but de la dotation est de préparer à l’exaltation, pas simplement de préparer au mariage ou à une mission.

« Les dirigeants incitent chaque membre doté à détenir une recommandation à l’usage du temple et à s’y rendre aussi souvent que sa situation et les besoins de sa famille le lui permettent. Les dirigeants incitent également les adultes non-dotés et les jeunes de douze ans et plus, y compris les nouveaux membres, à avoir une recommandation du temple à usage limité et à se rendre souvent au temple pour se faire baptiser et confirmer pour les morts.…

« Les dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires enseignent aux membres à participer à l’œuvre de l’histoire familiale en trouvant leurs ancêtres décédés, en demandant, si nécessaire, que les d’ordonnances du temple soient faites pour eux, et en accomplissant eux-mêmes, si possible, ces ordonnances en leur faveur » (Manuel d’instructions 2, 5.4).

« Sarah M. Kimball et Margaret Cook… voulaient apporter leur aide à la préparation d’un temple pour les gens. Sous l’inspiration et les directives d’un prophète et d’autres dirigeants de la prêtrise, leurs sœurs et elles ont réussi par la suite à aider à préparer des gens pour le temple. Cette œuvre continue aujourd’hui. Guidées par les principes enseignés par Joseph Smith, les sœurs de la Société de Secours travaillent ensemble à préparer les femmes et leur famille aux plus grandes bénédictions de Dieu » (voir Filles dans mon royaume, page 28).


L’enseignement de l’Évangile

« Les dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires s’efforcent d’enseigner l’Évangile efficacement. Ils sont aussi responsables des efforts pour améliorer l’apprentissage et l’enseignement dans leur organisation » (Manuel d’instructions 2, 5.5.3).

« Boyd K.Packer, président du Collège des douze apôtres, enseigne :

« ‘La Société de Secours œuvre sous la direction de la Prêtrise de Melchisédek, car ‘toutes les autres autorités de l’Église sont des annexes de cette prêtrise. » Elle a été organisée ‘selon le modèle de la prêtrise’.

« ‘Les frères savent qu’ils appartiennent à un collège de la prêtrise. Mais beaucoup trop de sœurs ne considèrent la Société de Secours que comme un cours auquel il faut assister. Le même sentiment d’appartenance à la Société de Secours, plutôt que la simple assistance à un cours doit être instillé dans le cœur de chaque femme.’

« Les collèges de la prêtrise organisent les hommes en une fraternité pour rendre service, apprendre et accomplir leur devoir et étudier la doctrine de l’Évangile. La Société de Secours réalise les mêmes objectifs pour les femmes de l’Église. Toutes les femmes de l’Église appartiennent à la Société de Secours, même si elles ont d’autres responsabilités qui rendent difficile l’assistance aux réunions de la Société de Secours. On continue de veiller sur elles et de les instruire par l’intermédiaire des sœurs de la Société de Secours » (Filles dans mon royaume, pages 153-154).

« Sœur Snow espérait qu’après une visite, les sœurs ‘percevraient une différence chez elles’. Elle conseillait aux instructrices visiteuses de se préparer spirituellement avant d’aller dans les foyers afin d’être en mesure d’évaluer les besoins spirituels comme les besoins temporels, puis d’y répondre : ‘Une instructrice… doit être si investie de l’Esprit du Seigneur qu’elle doit pouvoir savoir, quand elle entre dans une maison, quelle est l’atmosphère de ce foyer… Plaidez devant Dieu et le Saint-Esprit afin d’avoir [l’Esprit] pour percevoir cette atmosphère… et pour être poussées à dire des paroles de paix et de réconfort, et afin que, si vous trouvez une sœur abattue, vous la serriez contre votre cœur pour la consoler, comme vous le feriez pour un enfant’ » (Filles dans mon royaume, page 120).


Principes et direction de l’entraide


« L’entraide est au cœur de l’action du groupe des grands prêtres, du collège des anciens et de la Société de Secours. Lors des réunions des dirigeants du groupe des grands prêtres, de la présidence du collège des anciens et de la présidence de la Société de Secours, les dirigeants planifient des façons d’enseigner les principes d’autonomie et de service et de répondre aux besoins d’entraide. Sous la direction de l’évêque, ces dirigeants aident les membres à devenir autonomes et à trouver des solutions aux problèmes d’entraide à court et long termes » (Manuel d’instructions 2, 6.2.4).

« Le président Young, deuxième président de l’Église, exprima le désir de rétablir les Sociétés de Secours partout dans l’Église. L’année suivante, le président Young ressentit qu’il était de plus en plus urgent d’aider les évêques dans leur responsabilité de chercher et d’aider les personnes dans le besoin. S’efforçant de rétablir la Société de Secours dans toutes les paroisses, il fit aux évêques la recommandation suivante : ‘Laissez [les sœurs] organiser les Sociétés Féminines de Secours dans les diverses paroisses. Nous avons parmi nous de nombreuses femmes talentueuses, et nous souhaitons leur aide dans ce domaine. Certains pourront penser que c’est quelque chose d’insignifiant, mais ce n’est pas le cas ; et vous verrez que les sœurs seront le moteur de ce mouvement. Faites-les bénéficier de votre sagesse et de votre expérience, accordez- leur votre influence, guidez-les bien et avec sagesse, et elles trouveront des chambres pour les pauvres et se procureront les moyens de subvenir à leurs besoins dix fois plus vite que l’évêque lui-même’ » (Filles dans mon royaume, page 47).


 

« Spencer W. Kimball, douzième président de l’Église, a dit : ‘Dans cette organisation [la Société de Secours], il y a un pouvoir qui n’a pas encore été pleinement exercé pour fortifier les foyers de Sion et édifier le royaume de Dieu, et qui ne le sera que quand les sœurs et les frères de la prêtrise auront la vision de la Société de Secours’ » (Filles dans mon royaume, page 157).