Emma Hale Smith

Première présidente générale
de la Société de Secours

1842-1844


 

Emma Hale Smith

Emma Hale Smith, première présidente générale de la Société de Secours, avait une vision de la grande œuvre de la Société de Secours des femmes de Nauvoo lorsqu’elle a été organisée le 17 mars 1842. Joseph Smith, le prophète, avait promis d’organiser les femmes « selon le modèle de la prêtrise1. »Au cours de cette première réunion, Emma dit aux femmes : « Nous allons faire quelque chose d’extraordinaire ! si un bateau est pris dans les rapides, avec une multitude de mormons à bord, nous allons considérer cela comme un appel au secours ! Nous aurons des occasions extraordinaires et des appels pressants2. » Les sœurs de cette époque eurent des occasions extraordinaires et des appels pressants comme elles en ont encore aujourd’hui.

Près de douze ans avant l’organisation de la Société de Secours, Joseph Smith, le prophète, avait reçu une révélation dans laquelle le Seigneur appelait Emma « une dame élue que j’ai appelée. » Il lui fut alors dit qu’elle serait « ordonnée » pour expliquer les Écritures et exhorter l’Église, selon que cela lui serait donné par l’Esprit du Seigneur (D&A 25 :3, 7). Joseph dit que son appel comme présidente de la Société de Secours, nouvellement créée, accomplissait cette prophétie.

Premières années et mariage

Emma est née le 10 juillet 1804 dans la commune de Harmony (Pennsylvanie). Elle était le septième enfant d’Elizabeth Lewis et d’Isaac Hale. Emma rencontra Joseph Smith, fils, en 1825, lorsqu’il prit pension chez ses parents. Contre l’avis du père d’Emma, Joseph épousa celle-ci le 18 janvier 1827. En décembre 1827, Joseph commença à travailler au Livre de Mormon. Emma et Joseph eurent onze enfants dont cinq seulement vécurent jusqu’à l’âge adulte. Emma décéda le 30 avril 1879 à Nauvoo (Illinois).

Le plus grand exemple et le plus bel héritage laissés par Emma est la façon dont elle a rempli l’appel qui lui est donné dans Doctrine et Alliances 25:5, où le Seigneur lui demande de réconforter son mari « dans ses afflictions, par des paroles de consolation, dans l’esprit d’humilité. » Ce sont probablement les propres paroles de Joseph qui décrivent le mieux le réconfort qu’elle lui a apporté : « Quel ravissement indicible et quels sentiments de joie me remplirent le cœur, ce soir-là, lorsque je pris la main de ma chère Emma, ma femme, oui, la femme de ma jeunesse et le choix de mon cœur. ... Elle est à nouveau ici, au plus fort de mes ennuis… mon indomptable, ferme, inébranlable, immuable, affectueuse Emma3 ! »

Faits saillants de son service

Emma proposa le nom Société de Secours des femmes de Nauvoo Elle fut un certain temps secrétaire de Joseph tandis qu’il traduisait le Livre de Mormon, mais elle ne vit jamais les plaques d’or. Elle contribua à la publication de la Parole de Sagesse, car c’est elle qui exprima au prophète ses préoccupations concernant la tabagie de beaucoup parmi les hommes. En 1843 elle organisa un comité de visiteuses, le début des visites d’enseignement, et elle compila le premier recueil de cantiques de l’Église.

Les désirs de son cœur

Emma exprima ses plus vifs désirs dans une lettre à Joseph : « Je désire l’Esprit de Dieu pour me connaître et me comprendre moi-même, afin d’être capable de surmonter tout ce qui est dans ma tradition ou ma nature qui ne tendrait pas à mon exaltation dans les mondes éternels. Je désire un esprit fécond et actif, afin d’être capable de comprendre sans douter les desseins de Dieu quand ils sont révélés par l’intermédiaire de ses serviteurs4. »


Notes

  1. Dans Sarah M. Kimball, « Autobiography », Woman’s Exponent, 1er septembre 1883, p. 51.
  2. Emma Smith, dans Relief Society Minute Book, Nauvoo, Illinois, 17 mars 1842, bibliothèque d’histoire de l’Église, p. 12.
  3. Joseph Smith, History of the Church, 5:107.
  4. D’Emma Smith à Joseph Smith, 1844, bibliothèque d’histoire de l’Église, Salt Lake City.

Retour Retourner à la page principale des présidentes générales de la Société de Secours.