Parler à l’église

Russell T. Osguthorpe, président général de l’École du Dimanche

Russell T. Osguthorpe

Pourquoi son discours était-il si efficace ? Il avait enseigné une doctrine pure et témoigné des vérités qu’il était en train d’enseigner.

J’assistais à la conférence de pieu de Kinshasa en République démocratique du Congo et j’écoutais avec attention un jeune garçon de quinze ans à qui on avait demandé de parler. Il se tenait devant le pupitre sans notes, avec seulement ses Écritures. Il commença par raconter l’histoire du rétablissement de l’Église, la « dernière dispensation de la plénitude des temps ». Il raconta comment le prophète Joseph lut le verset dans Jacques : « Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu. » . . . Il cita le verset de mémoire. Ensuite, il expliqua comment Joseph alla dans le bosquet pour prier afin de demander à Dieu à quelle église il devait se joindre. Puis, il dit : « Frères et sœurs, je sais que le prophète Joseph a vu ce jour-là Dieu le Père et son Fils Jésus-Christ dans le bosquet. Je sais que Joseph était un vrai prophète de Dieu. »

Ce jeune détenteur de la Prêtrise d’Aaron continua en expliquant comment le Livre de Mormon avait été publié par le don et le pouvoir de Dieu. Il leva le Livre de Mormon et témoigna fermement de sa véracité. Il parla avec sincérité du fond du cœur, avec clarté et conviction. Il donna des expériences qu’il avait eues dans sa vie pour montrer comment les vérités du Livre de Mormon lui avaient apporté des bénédictions. Lorsqu’il se rendit compte que le temps qui lui avait été imparti arrivait à son terme, il dit : « Frères et sœurs, je dois terminer, mais avant, il faut que je témoigne une nouvelle fois du prophète Joseph. » Et il rendit de nouveau un témoignage fort du courage et de la foi de Joseph. Il continua : « Je sais que mon temps est presque fini, mais je ne peux terminer sans témoigner de nouveau du Livre de Mormon. Ce livre est la parole de Dieu. Je le sais ». Enfin, il termina en témoignant du prophète d’aujourd’hui, le président Thomas S. Monson.

Je me penchai vers le président de mission assis à côté de moi et lui dis : « Je ne sais pas si j’ai jamais entendu un jeune faire un discours aussi puissant ! » Il acquiesça. Pourquoi son discours était-il aussi efficace ? Il avait enseigné une doctrine pure et avait témoigné des vérités qu’il était en train d’enseigner. Il avait parlé de ses expériences personnelles pour montrer comment les principes qu’il était en train d’enseigner lui avait permis de recevoir des bénédictions. Il n’avait pas lu son discours. Il avait parlé du fond du cœur. Et la puissance de son témoignage ressortait de chaque parole qu’il avait prononcée.

Quand on nous demande de parler dans une réunion de l’Église, nous pouvons tous parler avec la même puissance que celle que j’ai ressentie de la part de ce jeune homme en République démocratique du Congo. Nous avons tous accès au même Esprit. Nous avons tous accès à la même doctrine pure. Nous avons simplement besoin de bien nous préparer et ensuite de nous appuyer sur l’Esprit pendant que nous parlons. Comment préparer et faire un discours avec clarté et conviction ? Je vous suggère ce qui suit :

  • Priez pour saisir les besoins des personnes à qui vous allez parler.
  • Trouvez le point de doctrine de base qui aidera à répondre à ces besoins.
  • Choisissez les Écritures et les paroles des prophètes vivants qui enseignent ce point de doctrine.
  • Ajoutez les expériences que vous avez eues en pratiquant ce point de doctrine.
  • Écrivez les points importants de votre discours.
  • Entraînez-vous à faire votre discours jusqu’à ce que vous vous sentiez suffisamment en confiance pour parler du fond du cœur sans avoir besoin de le lire.

Le jeune homme de Kinshasa connaissait son auditoire. Beaucoup étaient des nouveaux baptisés, et on a estimé qu’il y avait, ce jour-là, plus de 200 amis de l’Église à la conférence de pieu. Quel sujet plus approprié pour ces nouveaux baptisés et ceux qui allaient l’être que le rétablissement de l’Évangile de Jésus-Christ ?

Son discours était axé sur la doctrine du Rétablissement, et comme il s’appuyait sur la pure doctrine, son discours était une invitation claire à agir avec des promesses de bénédictions. Tout point de doctrine s’accompagne d’invitations et de bénédictions. Le verset de Jacques ne se limitait pas à inviter Joseph à prier pour être guidé, il nous invite tous à « demander à Dieu » pour obtenir la sagesse dont nous avons besoin. Et lorsque nous demandons avec foi, le Seigneur nous bénit en répondant à nos soucis les plus graves, tout comme il l’a fait pour le prophète Joseph. Doctrine, invitation, bénédictions, doivent toujours apparaître lorsque nous enseignons l’Évangile en chaire, en classe ou au foyer.

Quand doit-on se préparer à faire un discours ? Doit-on attendre qu’un membre de l’épiscopat nous demande de parler lors d’une réunion de Sainte-Cène ? Voici une autre option : Nous devrions toujours nous préparer à enseigner l’Évangile. Quand il était étudiant à l’université, Bruce R. McConkie avait l’habitude de s’entrainer à faire mentalement un discours tandis qu’il faisait le trajet de chez lui jusqu’au campus. C’était une méthode à lui pour apprendre l’Évangile. C’est pourquoi, il était toujours prêt quand on lui demandait de prendre la parole.

Pendant que j’étais soixante-dix d’interrégion, j’ai eu un jour l’occasion d’accompagner Jeffrey R. Holland à une conférence de pieu. Pendant la session du samedi après-midi, il a parlé de la « solitude » du Sauveur. Ce samedi après-midi-là (24 janvier), frère Holland préparait son discours pour la conférence générale d’avril « Nul n’était avec lui » (Liahona, mai 2009).

Pendant que j’étais président de mission, un missionnaire m’a demandé un jour : « Alors quand est-ce que vous vous préparez pour la conférence de zone ? » Je n’y avais jamais beaucoup réfléchi, mais je lui ai expliqué que nous commencions la préparation de la conférence de zone suivante pendant la conférence actuelle. Je lui ai demandé : « Où croyez-vous que nous choisissons nos sujets pour la conférence de zone ? » Il a eu l’air perplexe. Je lui ai dit : « Vous, les missionnaires, vous nous dites ce dont vous avez besoin, puis nous allons vers le Seigneur pour savoir comment vous l’apporter. » Ainsi, comme président de mission, je recherchais toujours ce dont les missionnaires avaient besoin, puis je priais pour que le Seigneur m’aide à savoir comment le leur enseigner. J’étais toujours en train de me préparer à enseigner.

Lorsque nous étudions les Écritures, chaque fois que nous recevons l’inspiration — chaque fois que nous rencontrons une chose nouvelle ou que nous comprenons quelque chose d’une nouvelle façon — nous devons nous préparer à l’enseigner. « Et toi, quand tu seras converti, affermis tes frères » (Luc 22 :32) Nous pourrions en parler à quelqu’un de notre famille, préparer un discours ou l’intégrer dans une leçon traitant de cette idée. C’est ce que faisait frère McConkie pendant qu’il se rendait en cours quand il était étudiant à l’université. Il se préparait à enseigner, il se préparait à témoigner. C’est ce que faisait frère Holland à cette conférence de pieu, des mois avant qu’il n’ait décidé de s’en servir dans son discours à la conférence générale. Et je suis convaincu que le jeune homme de Kinshasa s’était préparé à faire ce discours bien avant qu’on ne lui ait demandé de le faire.

Le Seigneur nous aidera à savoir ce que nous devons dire aux personnes que l’on nous a demandé d’instruire. Il aide les missionnaires. Il aide ses serviteurs. Et il veut aider chacun d’entre nous. Le point de doctrine que nous enseignons nous montrera lui-même comment inviter les personnes et promettre des bénédictions tandis que nous nous appuyons sur les Ecritures et sur les paroles des prophètes vivants. Nous n’aurons pas besoin de lire notre discours, car nous nous serons préparés de telle façon que nous pourrons nous reposer sur l’Esprit plutôt que sur un texte écrit. Notre témoignage de la véracité de ce que nous enseignons transparaîtra dans tout le discours, comme ce fut le cas pour ce jeune homme de la République démocratique du Congo. Le Seigneur s’exprimera par notre intermédiaire, parce que, comme l’a enseigné le président Monson, « Quand vous êtes en mission pour le Seigneur, vous avez droit à l’aide du Seigneur ».

Écritures et magazine

Il faut utiliser les Écritures, les paroles des prophètes actuels et un plan pour préparer et donner un discours avec clarté et conviction.