Formation 2011 des auxiliaires : École du Dimanche


Quand on instruit ou quand on aide des gens à apprendre à enseigner dans l’Église, trois éléments sont indispensables : Enseigner la doctrine, inviter à passer à l’action et promettre des bénédictions, disent les membres de la présidence générale de l’École du Dimanche de l’Église.

Ce message a été transmis dans les sessions de formation des auxiliaires pour les dirigeants de l’École du Dimanche qui ont eu lieu peu avant la récente conférence générale de l’Église.

David M. McConkie

First counselor David M. McConkie discusses teaching key doctrines as an element of teaching in the Church. (Photo by R. Scott Lloyd)

« Si vous observez certaines des classes auxquelles vous assistez, parfois vous ne pouvez pas identifier la doctrine enseignée » a dit Russell T. Osguthorpe, président général de l’École du Dimanche, lors de la session du 30 mars, au centre de conférence de Salt Lake City. « L’apprentissage et l’enseignement de l’Évangile signifient enseigner la doctrine du royaume. Chaque fois, nous enseignons des points de doctrine fondamentaux, nous invitons à passer à l’action et nous promettons des bénédictions. »

Frère Osguthorpe et ses conseillers dans la présidence ont insisté tour à tour sur chacun de ces éléments. Voici un résumé de leurs commentaires :

Enseigner la doctrine fondamentale

Matthew O. Richardson, deuxième conseiller dans la présidence, a cité Doctrine et Alliances section 88, disant que cette section était destinée à apporter la paix parmi les premiers membres de l’Église.

Il a fait remarquer : « En fait, Joseph, le prophète, a appelé la section 88 ‘la feuille d’olivier’. Je vous invite à lire la section 88 dans une perspective nouvelle ; lisez-la avec vos yeux d’enseignant et trouvez les façons grâce auxquelles le Seigneur Jésus-Christ nous a invités à utiliser l’enseignement pour trouver la paix dans notre vie. »

Il a fait référence au verset 77 de cette section, au commandement « de s’enseigner les uns aux autres la doctrine du royaume ».

Il a commenté ainsi ce verset : « Ne vous contentez pas de prêcher, ni d’instruire, pour vous réunir et échanger vos sentiments, mais faites-le pour améliorer l’apprentissage et l’enseignement qui apporteront la paix à notre âme. Particulièrement dans les temps troublés, il nous est commandé d’enseigner la doctrine du royaume. »

Matthew O. Richardson

General Sunday School second counselor Matthew O. Richardson discusses teaching key doctrines as an element of teaching in the Church. (Photo by R. Scott Lloyd)

Expliquant ce qu’est la doctrine, frère Richardson a mentionné la déclaration de David A. Bednar, du Collège des douze apôtres, selon laquelle la doctrine fait référence aux « vérités éternelles, immuables et simples de l’Évangile de Jésus-Christ ».

Il a exprimé l’espoir que l’enseignement de la doctrine ne semblerait jamais irréaliste ou écrasante aux personnes, mais qu’elle serait fondée sur les vérités qui sont les éléments simples de l’Évangile du Christ.

Il a dit, citant frère Bednar, que ces vérités répondent aux interrogations de la vie.

Il a ajouté : « Je serai toujours reconnaissant aux personnes, qui, par leurs talents de dirigeants et leurs enseignements, sont restées fidèles à la doctrine de l’Évangile de Jésus-Christ. »

Il a donné l’exemple de son père, converti à l’Église, qui a été dirigeant scout pendant plus de dix ans avant de se faire baptiser. « Pendant ces dix années, vingt-trois équipes de missionnaires se sont succédées. Mais l’élément qui l’a décidé et l’a aidé réellement n’a pas simplement été l’interaction amicale avec ces missionnaires, mais l’interaction doctrinale qui émanait de ces dirigeants qui collaient aux vérités simples qui l’ont aidé à répondre aux interrogations que suscite la vie. »

Matthew O. Richardson

The Sunday School general presidency presents auxiliary training for visiting leaders in connection with general conference. The training was at the Conference Center Theater on March 30, 2011. (Photo by R. Scott Lloyd)

Montrant une illustration en trois dimensions d’une clé entrant dans une serrure et le fonctionnement séquentiel des éléments de cette serrure, frère Richardson a dit : « Notre travail consiste à actionner la serrure, et alors qu’il peut sembler que tout le monde a la même serrure sur son cœur, sur sa vie, etc. ce n’est pas le cas. Nous devons trouver le moyen, la clé, la doctrine qui permettra à cette serrure de se déverrouiller. »

Il a recommandé aux dirigeants de l’École du Dimanche de demander aux personnes de se préparer à l’avance. « Quand nous nous préparons tôt, le Saint-Esprit peut nous guider et nous diriger, non seulement pour que nous comprenions l’étendue de la doctrine et même sa profondeur, mais aussi pour que nous nous efforcions d’être capables d’identifier les points essentiels ou les points de doctrine clé. »

À titre d’exemple, il a dit qu’une leçon de doctrine de l’Évangile peut aborder la parabole du bon Samaritain et celle du serviteur impitoyable. Il a dit que dans une classe, « la sainteté des relations conjugales peut être soulignée quand nous méditons sur les éléments de notre préparation. Alors nous pouvons décider d’enseigner la parabole du serviteur impitoyable qui nous dit que nous devons apprendre à pardonner les petites choses comme les grandes. » Il a ajouté : « Cela peut être ce qui est le plus pertinent pour ma classe de Doctrine de l’Évangile qui s’adresse à des personnes mariées qui ont besoin de se maîtriser et d’apprendre. »

Demander de passer à l’action

David M. McConkie, premier conseiller dans la présidence, a raconté la parabole d’un chef célèbre qui a invité chez lui des personnes à passer une soirée spéciale. À cette occasion, il prépare un repas raffiné. Le soir venu, il fait visiter sa cuisine à ses invités où ils peuvent sentir les arômes merveilleux du repas qu’il a préparé. Il leur détaille les étapes de préparation des plats. La visite terminée, il les remercie d’être venus et les escorte jusqu’à la porte de sa maison.

« Nous, instructeurs de l’Évangile de Jésus-Christ dans nos classes, nous ressemblons souvent à ce chef, a dit frère McConkie. Nous préparons notre leçon avec minutie, dans les moindres détails… Mais parfois, nous oublions de leur demander de prendre part aux choses que nous avons enseignées et de les intérioriser. »

Il a ajouté : « Parfois, après qu’un instructeur a présenté une leçon bien préparée, il laisse l’étudiant se demander ‘Et maintenant, qu’est-ce que je fais ?’

« Quand le Sauveur était sur la terre, il a demandé à tout le monde à venir à lui. En tant qu’instructeurs de l’Évangile de Jésus-Christ, nous sommes des agents du Seigneur. Nous représentons le Seigneur Jésus-Christ, nous sommes en missison pour lui. Et notre responsabilité ultime d’instructeurs de l’Évangile est d’inviter nos étudiants à aller au Christ, à lui ressembler, à vivre comme il a vécu et à agir comme il a agi. Nous faisons cela chaque semaine lorsque nous enseignons les points de doctrine fondamentaux. »

Par la suite, un instructeur doit demander aux étudiant d’agir, d’utiliser ce qu’il leur a enseigné.« Alors, ils peuvent quitter cette classe en s’étant fixé des objectifs. Afin que la semaine suivante, quand vous allez les retrouver dans votre classe, vous puissiez même faire référence à ce que vous leur avez demandé et peut être même, demander à certains d’entre eux de raconter leur expérience de la semaine écoulée, après qu’ils ont accepté l’invitation de leur instructeur.

Pouvez-vous imaginer que le Sauveur instruise et ne demande pas à quelqu’un d’agir différemment avec le message qu’il lui a apporté ? »

Il a ajouté : « Nous instruisons et apprenons ligne sur ligne, précepte sur précepte, un peu ici et un peu là. Quand nous le faisons, la force et le témoignage de nos étudiants et les nôtres, en tant qu’instructeurs, grandiront et se développeront. Nous nous rapprocherons du Sauveur, notre Seigneur Jésus-Christ. »

Russell T. Osguthorpe

The Sunday School general presidency presents auxiliary training for visiting leaders in connection with general conference. The training was at the Conference Center Theater on March 30, 2011. (Photo by R. Scott Lloyd)

Promettre des bénédictions

Frère Osguthorpe a dit qu’il a entendu des instructeurs exprimer leur inconfort à l’idée de demander aux étudiants de passer à l’action ou leur promettre des bénédictions. Ils pensent que cela semble présomptueux de le faire puisqu’ils ne sont pas des Autorités générales.

« Ma réponse à cela est que si vous examinez les points de doctrine tels qu’ils sont expliqués dans les Écritures, l’invitation de passer à l’action et les bénédictions promises sont toujours présentes avec la doctrine, parce que lorsque le Seigneur enseigne la doctrine, il invite toujours et promet toujours des bénédcitions. »

Russell T. Osguthorpe

Sunday School general president Russell T. Osguthorpe discusses promised blessings as an element of teaching in the Church. (Photo by R. Scott Lloyd)

Comme exemples, il a cité les enseignements sur la dîme et la Parole de Sagesse. Dans les Écritures, ces points de doctrine s’accompagnent de promesses selon lesquelles, dans le cas de la dîme, les écluses des cieux seraient ouvertes et les bénédictions serainet répandues en abondance. Dans le cas de la Parole de Sagesse, les personnes obéissantes courraient et ne se fatigueraient pas, elles marcheraient et ne faibliraient pas, elles recevraient des trésors cachés et l’ange destructeur ne les frapperait pas.

« Ainsi, le Seigneur promet des bénédictions, a poursuivi frère Osguthorpe. En tant qu’instructeurs, nous aidons les personnes à prendre conscience de la bénédiction. »

Lorsqu’il était président de mission, il a dit aux missionnaires sous sa responsabilité qu’ils devaient quotidiennement reconnaître la main du Seigneur dans leur vie. Il leur a dit que les gens qui le font verront ses bénédictions se déverser sur eux.

Il a jouté que reconnaître les bénédictions promises fait partie de l’apprentissage de l’Évangile qui est une façon d’apprendre dont la plupart des gens n’ont pas l’habitude. « La promesse des bénédictions est unique à l’enseignement de l’Évangile et c’est ce que l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours s’applique à faire, aider les personnes à accepter les invitations, à y répondre, à changer quelque chose dans leur vie, puis à recevoir la bénédiction promise attachée à cette doctrine. » rscott@desnews.com