Écrire l’histoire, édifier des témoignages

  Heather Whittle Wrigley

  • 7 Avril 2011

À travers les États-Unis se trouvent des sites historiques comme le Bosquet sacré, où Joseph Smith, le prophète, a reçu, en 1820, une vision de Dieu le Père et de son fils Jésus-Christ, ainsi que des dizaines de monuments et de bornes concernant l’histoire de l’Église.

Résumé de l’article

  • Les sites historiques sont des endroits où des événements de grande importance de l’histoire de l’Église ont eu lieu.
  • Les monuments historiques sont des temples, des tabernacles et des lieux de réunion qui se distinguent par leur valeur architecturale et esthétique.
  • Les bornes historiques, au nombre de plus d’une centaine, indiquent d’autres endroits que l’Église souhaite préserver dans le cœur et l’esprit des saints des derniers jours.

« Beaucoup ont vu naître leur témoignage quand ils se sont rendus sur les sites historiques et ont senti l’Esprit leur rendre témoignage. » —Steven L. Olsen, ancien membre du comité des sites historiques de l’Église

Le Seigneur nous commande de nous souvenir (voir D&A 21:1), mais l’histoire, comme une photographie qui perd ses couleurs avec le temps, s’efface souvent à moins que quelqu’un intervienne et la préserve.

Steven L. Olsen, conservateur en chef du département d’histoire de l’Église et ancien membre du comité des sites historiques de l’Église, fait partie de ces personnes. Le comité des sites historiques collabore avec plusieurs départements pour aider à arrêter le temps en préservant les endroits ayant une valeur historique pour l’Église.

« Nous préservons les sites pour aider à fournir aux gens une expérience qui ouvre leur cœur et leur âme au message [de l’Évangile] », dit-il. « Beaucoup ont vu naître leur témoignage quand ils se sont rendus sur les sites historiques et ont senti l’Esprit leur rendre témoignage. »

Le département d’histoire de l’Église s’assure de la précision historique des messages, du mobilier et du cadre des sites historiques.

Le département missionnaire s’occupe de gérer les sites quotidiennement, d’accueillir les visiteurs, d’assurer les visites guidées et de répondre aux questions.

Les départements du temple et des projets spéciaux sont responsables des questions de maintenance dans les temples et de la construction des nouveaux projets importants. 

Le département des biens immeubles s’assure que chaque site est construit et entretenu correctement et reste authentique, attrayant et convenable.

Ces départements travaillent avec des historiens, des architectes, des archéologues, des juristes, des artisans, des entrepreneurs et des paysagistes pour préserver les sites historiques, les monuments et les bornes.

Sites historiques

Les sites historiques sont des endroits où des événements de grande importance de l’histoire de l’Église ont eu lieu, comme la ferme de Joseph Smith ou le Kirtland historique. Une vingtaine de sites historiques parsèment les États-Unis. Il y en a un seul en dehors des États-Unis, l’église de Gadfield Elm, dans le Worcestershire, la première église de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours en Angleterre. Jennifer Lund, responsable du programme des sites historiques au département d’histoire de l’Église, déclare que l’Église va classer davantage de lieux en dehors de l’Amérique du Nord comme sites historiques à l’avenir, particulièrement des bâtiments historiques anciens.

Monuments historiques

Les monuments historiques, au nombre d’environ une cinquantaine, sont des temples, des tabernacles et des lieux de réunion qui se distinguent par leur valeur architecturale et esthétique. Selon frère Olsen, ces monuments sont là pour célébrer l’importance du culte dans l’Église.

« Dans notre histoire, nous avons investi beaucoup d’énergie pour créer des espaces qui conviennent à la nature de ce culte », dit-il. « Les temples font cela d’une façon qui nous permet à tous de recevoir ces bénédictions. Les tabernacles et les lieux de réunion fournissent un autre moyen de rendre notre culte. »

Bornes historiques

Enfin, comme on ne peut pas restaurer tous les sites importants, les bornes historiques, au nombre de plus d’une centaine, indiquent d’autres endroits que l’Église souhaite préserver dans le cœur et l’esprit des saints des derniers jours. Les bornes peuvent aussi désigner des zones (comme l’emplacement du temple de Far West) pour lesquelles il n’y a pas assez de renseignements pour restaurer le site avec précision.

Il y a des dizaines de bornes historiques en dehors de l’Amérique du Nord ; la mise en place d’une borne est souvent la première étape avant que l’endroit devienne un site historique.

Sœur Lund a déclaré : « Les gens sont conscients qu’un endroit est important pour eux et pour l’Église, et beaucoup travaillent pour qu’il y ait une borne à cet endroit. Pour ceux qui souhaitent qu’une borne soit posée à un endroit, il y a des règles et un processus ; ils doivent simplement contacter le département d’histoire de l’Église ».

L’importance des sites historiques

Une partie des critères pour qu’un endroit devienne un site historique est que celui-ci transmette des messages clés de l’Évangile, qui, comme l’explique frère Olsen, constituent « les messages simples du rétablissement qui sont une ancre pour notre identité… de saints des derniers jours, par exemple la réalité de la Première Vision, la parution du Livre de Mormon, l’organisation de l’Église ».

Actuellement dans le nord de l’État de New York, des familles se promènent à travers les sentiers du Bosquet sacré, en imaginant Joseph Smith à genoux dans les jeunes fougères et les feuilles gorgées de soleil. Au Missouri, les saints peuvent visiter une réplique de la prison de Liberty, où certaines des plus belles sections des Doctrine et Alliances, les sections 121 à 123, ont vu le jour alors que le prophète et d’autres étaient dans une grande détresse.

Sœur Lund dit : « Les lieux permettent aux gens de créer un lien vraiment fort avec les événements du rétablissement de l’Évangile. Rien ne peut remplacer le fait de se trouver… à l’endroit même et de pouvoir imaginer ce qui s’est passé là. »

La puissance des ces expériences tient en partie à l’authenticité des constructions et du cadre des sites historiques de l’Église. 

« Nous voulons rendre cette expérience aussi véridique que l’est le message », ajoute frère Olsen. « Si un cadre peut donner une compréhension de la première vision ou le Livre de Mormon que ne peut donner la simple lecture, on entre dans une dimension concrète. »

Chaque maison en rondins ou en structure bois, bâtiment en briques, paysage, construction en pierres et élément de l’ameublement, notamment le plancher, les appareils ménagers, les rideaux et les autres bibelots, est étudié et recréé en détail pour être aussi fidèle à l’original que possible.

Les artisans s’efforcent de de se conformer à l’époque, à la région, à la situation économique et aux influences culturelles présentes à cet endroit et à cette époque, jusqu’aux méthodes historiquement utilisées pour créer chaque environnement et chaque objet.

Frère Olsen espère qu’avec l’aperçu de l’histoire contemporaine qu’auront les gens, leur connaissance de l’histoire de l’Église grandira et leur témoignage de l’Évangile sera plus fort.

Il ajoute : « Le témoignage n’est pas une simple acceptation intellectuelle de certains points de doctrine. C’est la reconnaissance que certaines expériences sont vraies, qu’elles se sont réellement produites. La véritable conversion nécessite que nous ayons une expérience. Et les sites historiques fournissent ce témoignage empirique. »