David A. Bednar déclare : « L’Église en Afrique est « dynamique et en pleine croissance ».

Transmis par Par Sarah Jane Weaver, rédactrice adjointe au Church News et James Dalrymple, correspondant du Church News

  • 14 Novembre 2013

David A. Bednar et sa femme Susan posent avec des membres de la République Gabonaise, état souverain de la côte ouest de l’Afrique centrale.

« Chaque fois que j’ai l’occasion de venir et de témoigner de ce que le Seigneur accomplit ici, c’est une merveilleuse expérience pour moi. L’Afrique me transforme ». — David A. Bednar, du Collège des douze apôtres

« l’Église est dynamique et en pleine croissance en Afrique », a dit David A. Bednar, du Collège des douze apôtres, au cours de sa récente visite en Afrique du Sud-Est.

Il y a de la ferveur et une lumière dans les yeux des saints des derniers jours africains, a-t-il dit. « C’est un endroit où beaucoup de gens ont une vie difficile et éprouvante. Ils n’ont pas le confort temporel ni les bénédictions dont on jouit en occident. Beaucoup de ces saints sont reconnaissants d’avoir un repas consistant par jour. Cependant, grâce à l’Évangile de Jésus-Christ, ils ont une grande lumière et beaucoup d’espérance. J’apprends des gens un grand nombre de choses chaque fois que je visite le continent africain ».

David A. Bednar et sa femme, Susan, se sont rendus en Afrique du 23 octobre au 6 novembre. Ils ont rencontré des membres et des missionnaires pendant qu’il effectuait une inspection de l’interrégion d’Afrique du Sud-Est et se rendait au Gabon, état souverain de la côte ouest de l’Afrique centrale.

David A. Bednar était accompagné dans sa tâche par Craig C. Christensen, de la présidence des soixante-dix, et de sa femme, Debbie ; de Gérald Caussé, premier conseiller dans l’Épiscopat président et de sa femme, Valérie, ainsi que des membres de la présidence de l’interrégion d’Afrique du Sud-Est et de leurs épouses.

Les dirigeants, les membres et missionnaires de Johannesburg et de Durban, en Afrique du Sud ; de Lubumbashi et de Kinshasa, en République Démocratique du Congo ; et de Libreville, au Gabon, ont reçu des instructions édifiantes des frères et de leurs épouses.

David A. Bednar a dit : « L’Afrique est un lieu enchanteur et inspirant. L’Afrique est diversifiée et complexe. Il y a des communautés hautement industrialisées et complexes, et des villages ruraux et simples. L’Évangile de Jésus-Christ rassemble toutes sortes de gens dans le filet de l’Évangile. Même s’il y a une foi forte courante parmi les saints des derniers jours, il y a aussi une diversité remarquable. »

L’Afrique est une des régions de l’Église à la croissance la plus forte. Faisant référence à cette croissance, David A. Bednar a mentionné que, chaque semaine, un président de pieu en République Démocratique du Congo fait face à un défi inhabituel à la réunion de Sainte-Cène : trouver assez de temps pour les confirmations. Lors d’une récente réunion, dix-huit nouveaux membres ont été confirmés.

« C’est un problème merveilleux », a dit frère Bednar. Il y a des endroits en Afrique où les missionnaires à plein temps ne servent pas actuellement, mais on continue de créer des pieux et de les faire grandir en raison des efforts missionnaires des membres. « Trouver des personnes à instruire n’est pas un problème fondamental en Afrique. La difficulté est de s’assurer qu’il y a suffisamment de dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires pour soutenir la croissance afin que l’Église soit unie et forte. »

Gérald Caussé, premier conseiller dans l’Épiscopat président, qui se rendait en Afrique pour la première fois, a indiqué que les membres de l’Épiscopat président étaient au courant de la croissance de la région. Leurs efforts se concentrent sur le fait de veiller à ce que les membres aient suffisamment de lieux de culte et l’aide temporelle dont ils ont besoin pour faire avancer l’œuvre.

David A. Bednar s’adresse aux membres lors d’une visite en Afrique du Sud. Photo James Dalrymple.

Certaines personnes peuvent mesurer la maturité de l’Église dans une région par le nombre de lieux de culte, la grandeur des assemblées ou les outils disponibles. Frère Bednar explique : « La maturité de l’Église se trouve dans le cœur des gens. En Afrique, j’ai trouvé une Église très mûre. La famille est au centre de l’Évangile, ce qui est démontré par la façon dont ces gens vivent l’Évangile dans leur foyer. »

David A. Bednar a indiqué que les membres ont posé « des questions importantes sur le plan spirituel », particulièrement les jeunes qui ont posé des questions profondes et pénétrantes centrées sur le temple. David A. Bednar a trouvé que là où les membres locaux de l’Église se préparent diligemment pour avoir un temple, comme par exemple en République Démocratique du Congo, la foi est abondante.

Il a dit : « C’est un pays, un peuple et un endroit où l’on trouve une grande foi au Seigneur Jésus-Christ. Vous pouvez la ressentir et l’entendre quand ces saints prient et chantent.

Ces membres ont une foi simple et dénuée de préjugés. Elle est centrée sur le Christ. Cela apporte de nombreuses bénédictions et des dons spirituels dans leur vie ».

En conclusion, David A. Bednar a affirmé : « Chaque fois que j’ai l’occasion de venir et de témoigner de ce que le Seigneur accomplit parmi les gens d’ici, c’est une expérience passionnante pour moi. L’Afrique me transforme ».