Efforts canadiens pour soutenir les victims de l’Ouragan Sandy

Par Kirstie Shepherd, du pieu d’Hamilton Ontario

  • 1 février 2013

Tandis que nous partions, je me suis arrêtée pour embrasser Marilyn. Elle m’a serrée fort dans ses bras. Je lui ai dit : ‘’Merci de nous avoir invités chez toi" Elle s’est un peu reculée, m’a regardée droit dans les yeux et s’est effondrée en larmes en répondant : ‘’Je ne pourrai jamais suffisamment vous remercier. Je suis tellement reconnaissante. Vous avez tant fait pour moi. Vous êtes mes anges."

Lors d’un weekend du début de janvier, 140 jeunes adultes canadiens d’Ontario et du Québec se sont rendus à New York pour participer aux efforts de soutien suite à l’ouragan Sandy. Jumelés à 68 missionnaires locaux, ils ont effectué 2940 heures de travail et accompli 111 commandes de travail dans le pieu de Plainview à Long Island, NY. Le groupe a allégé la tâche des membres de l’Église de la région, qui avaient déjà donné de longues heures de service dans leur collectivité.

Lorsqu’on m’a demandé d’aller à Long Island pour apporter de l’aide après l’ouragan Sandy, je ne pensais pas pouvoir y aller. J’avais déjà pris deux semaines de congé pour Noël, et le vendredi ou nous devions être à New York serait mon troisième jour de retour au travail. Cependant, au cours de la réunion de Sainte-Cène, lorsque j’ai entendu le genre de tâches que le groupe ferait, je pouvais sentir l’Esprit me pousser à prendre ce bus. J’ai planifié ma semaine de travail afin d’avoir terminé ce que j’avais à faire le jeudi; j’ai fait mon sac pour le voyage; mais, bien plus important, j’ai prié pour que le cœur de mon patron soit adouci et qu’il me donne congé le vendredi. Lorsque je le lui ai demandé, il a accepté sans aucune hésitation et je savais que c’était la réponse à mes prières.

Lorsque nous sommes arrivés le vendredi matin après un long voyage de nuit dans le bus, on m’a mise en équipe avec deux JAS et deux missionnaires locaux. Nous sommes allés dans une maison qui avait complètement détruite par l’ouragan. Durant les deux mois où l’on avait essayé de vider la maison, peu de progrès avaient été faits. Au bout de cinq heures, nous avions complètement nettoyé le premier étage. La tâche était ardue, les conditions de travail étaient loin d’être idéales, mais c’était amusant de le faire. Pendant que nous travaillions, nous avons parlé à Janine à propos de sa famille, de l’inondation et même de l’Évangile. Nous avons de plus en plus ressenti l’Esprit dans ce foyer, tandis que nous travaillions et parlions ensemble. À la fin de la journée, nous étions dans l’enveloppe de sa maison, fixant en silence les poteaux des murs et les planches de contre-plaqué qui jonchaient le sol. Nous ne pouvions rien dire. L’Esprit était si fort que tout le monde pouvait le sentir dans la pièce. Janine était sans voix. Elle avait les yeux pleins de larmes et tout ce qu’elle a réussi à dire, doucement et pourtant avec puissance, a été : ‘’Merci”. Après s’être ressaisie, elle a demandé si nous pouvions prendre une photo avec elle. Tandis que nous nous dirigions vers la porte, elle a serré chacun de nous dans ses bras. Lorsque c’était à mon tour, elle m’a serrée fort avec beaucoup d’amour et de gratitude. Voilà une femme, qui était une parfait étrangère cinq heures auparavant, et que j’aimais maintenant de tout mon cœur et de toute mon âme. C’est l’amour pur du Christ. C’est ce qu’est vraiment la charité.

Le samedi, on m’a jumelé avec deux autres membres de ma branche et deux autres Elders locaux qui nous ont conduits à Long Beach pour la journée. Notre première assignation était à la maison de Mary, une femme âgée. Elle a été une inspiration pour nous. L’inondation n’avait causé de dommages qu’à son sous-sol, mais elle avait perdu beaucoup de ses biens. Malgré tout, elle gardait le moral. Elle se concentrait sur le positif. Il fallait enlever des lattes de plancher. Nous avons effectué le travail en un rien de temps. Après avoir fini, nous sommes restés un peu avec Mary pour parler de ce qu’elle avait traversé durant l’inondation et de la façon dont elle vivait depuis. Quel exemple de comment rester heureux malgré les épreuves! Nous avons fini en prenant une photo et en nous serrant dans les bras les uns les autres et, une fois encore, l’amour que j’ai ressenti pour cette parfaite étrangère était inexprimable.

Le second travail que nous devions faire était à quelques coins de rue de là. Marilyn avait besoin de beaucoup d’aide. Rien n’avait été fait dans sa maison et il y avait beaucoup à faire. Nous avons arraché le placoplâtre et le plancher, tout en débarrassant au fur et à mesure et en les ajoutant au gros tas de vidanges qui était sur le trottoir. Ce qui semblait impossible à faire au début a rapidement été fait et, juste le temps de le dire, nous étions en train de prendre une photo de groupe devant la petite porte d’entrée de la maison de Marilyn. Tandis que nous partions, je me suis arrêtée pour embrasser Marilyn. Elle m’a serrée fort dans ses bras. Je lui ai dit : ‘’Merci de nous avoir invités chez toi“ Elle s’est un peu reculée, m’a regardée droit dans les yeux et s’est effondrée en larmes en répondant : ‘’Je ne pourrai jamais suffisamment vous remercier. Je suis tellement reconnaissante. Vous avez tant fait pour moi. Vous êtes mes anges.”

Dans Mosiah 2:17, on peut lire : Et voici, je vous dis ces choses afin que vous appreniez la sagesse; afin que vous appreniez que lorsque vous êtes au service de vos semblables, vous êtes simplement au service de votre Dieu.“

J’ai appris une leçon durant ce weekend. Le Seigneur savait que j’avais besoin de vivre cette expérience pour apprendre cette leçon par moi-même; c’est pourquoi il m’a donné le désir de me rendre à New York et m’a ensuite bénie avec les moyens d’y aller. Il savait que j’avais besoin d’apprendre une leçon importante : ce qu’est vraiment la charité. Je témoigne que sa main est dans toutes choses. Je témoigne de la joie et du bonheur qui viennent en servant nos semblables. Je témoigne de l’amour indéniable et inconditionnel que le Seigneur a pour chacun de ses enfants, et qu’il est possible de ressentir et de partager cet amour à travers les services que nous rendons à nos frères et sœurs. Ce fut le week-end le plus merveilleux de ma vie et j’espère pouvoir garder ce sentiment pour toujours dans mon cœur.