D. Todd Christofferson donne des conseils pour étudier la vie de Joseph Smith

  Par Marianne Holman, de la rédaction du Church News

  • 25 Septembre 2013

Le 24 septembre, D. Todd Christofferson et sa femme, Kathy, accueillent des étudiants lors d’une veillée à BYU Idaho.

« Dans la mesure du possible, nous voulons connaître ce que connaissait [Joseph Smith] ; nous voulons comprendre ce qu’il comprenait, nous voulons nous rapprocher de Dieu comme lui. » — D. Todd Christofferson, du Collège des douze apôtres

Joseph Smith est le grand révélateur moderne de Jésus-Christ, a enseigné D. Todd Christofferson, du Collège des douze apôtres, le 24 septembre, pendant une veillée sur le campus de BYU Idaho.

« Sans le commandement du Père et du Fils, son ordination à la prêtrise, les clés reçues des mains de messagers célestes dûment nommés, la plénitude de l’Évangile rétablie par ses visions et ses révélations et la traduction du Livre de Mormon et de la Bible, ce que nous aurions serait quelque chose de bien inférieur au véritable christianisme. »

D. Todd Christofferson a remarqué que le rôle crucial de Joseph Smith et ses nombreuses contributions au rétablissement de l’Église de Jésus-Christ ici-bas, ont amené de nombreuses voix à faire ouvertement des éloges ou à critiquer sa vie.

« Il est naturel que les personnes qui s’opposent à l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, à son œuvre, à sa doctrine, à ses membres, veuillent s’attaquer à Joseph Smith, » a-t-il dit. « Nous ne devons pas être surpris ou alarmés ou même sur la défensive. Le Seigneur a dit au prophète lui-même de ne pas être surpris. »

C’est en étudiant les révélations et les enseignements de Joseph Smith que les personnes approfondiront leur foi en Christ et renforceront leur témoignage de l’Évangile rétabli. Il a dit : « Notre étude de la vie et du ministère du prophète ne se résume pas à un exercice intellectuel pour satisfaire la curiosité. Dans la mesure du possible, nous voulons connaître ce que connaissait [Joseph Smith] ; nous voulons comprendre ce qu’il comprenait, nous voulons nous rapprocher de Dieu comme lui. » …

« L’accès accru à l’œuvre et aux enseignements du prophète, dont nous profitons, comble les vides que nous avions dans notre connaissance. Il confirme des choses que nous connaissions ou pensions déjà, et il apporte des réponses aux questions que nous pouvions avoir. »

D. Todd Christofferson a ajouté que de façon réaliste, on ne devrait pas s’attendre à connaître toutes les réponses ici-bas, ou même toutes les questions.

Il a fait remarquer que les efforts de certains chercheurs ont pour objectif de « démolir le personnage, de souligner ses défauts et si possible de ruiner son influence. »

« Le travail qu’ils présentent peut, quelquefois, être troublant, de même que les questions que posent parfois des historiens honnêtes. … Mais je vous suggère ce conseil dans vos études : soyez patients, ne soyez pas superficiels et n’ignorez pas l’Esprit.

Certaines réponses arrivent rapidement ou avec un minimum d’efforts, d’autres ne sont tout simplement pas disponibles pour le moment parce que l’on manque de renseignements ou de preuves.

Cependant, ne supposez pas que l’absence d’indices, aujourd’hui, sur un sujet quelconque, signifie que la preuve n’existe pas ou qu’elle ne surgira pas à l’avenir. L’absence d’indice n’est pas une preuve. … L’étude et l’attente patiente, la collecte de nouveaux renseignements et des découvertes à venir nous permettront souvent de comprendre des réponses partielles ou inexistantes. »

L’apôtre a dit que l’on ne doit pas tirer de conclusions sur la base d’affirmations qui n’ont pas été étudiées ou à partir de recherches incomplètes ou être influencé par des chercheurs malhonnêtes. Citant Rick Turley, historien adjoint de l’Église, D. Todd Christofferson a dit : « N’étudiez pas l’histoire de l’Église superficiellement. »

Il a incité les membres à être prudents en n’attribuant pas une perfection à Joseph Smith qu’il ne prétendait pas avoir lui-même.

« Il n’a pas eu besoin d’être un surhomme pour être l’instrument entre les mains de Dieu que nous savons qu’il a été. … Ce qui est formidable, ce n’est pas qu’il n’ait jamais montré de faiblesses humaines, mais qu’il ait réussi sa mission. Ses fruits en sont indéniables et incomparables », a-t-il dit.

Il a souligné l’importance de rechercher la connaissance par l’étude et par la foi, pour acquérir une « compréhension totale » par le témoignage de l’Esprit.

« En matière de foi, le témoignage spirituel est essentiel si l’on veut éviter d’être ‘flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction’.

Avec l’assurance bien ferme provenant de l’Esprit, vous pouvez aller de l’avant dans l’œuvre du Seigneur et continuer à approfondir votre relation avec votre Père céleste tout en cherchant les réponses ou en les attendant. Si vous décidez de rester sans rien faire, paralysé jusqu’à ce qu’on est répondu à toutes les questions et que le moindre doute se soit envolé, vous ne progresserez jamais, parce qu’ici-bas, il existera toujours des questions en instance, des choses encore inexpliquées. »

Il a dit que « l’appel de Joseph Smith comme prophète est la clé de notre religion », cependant la fondation sur laquelle reposent tous les autres éléments du plan du salut est la crucifixion et la résurrection de Jésus-Christ.

Parmi les mortels, le Seigneur Jésus-Christ n’a pas eu de témoin plus sûr, de disciple plus engagé, ni d’avocat plus loyal que Joseph Smith, son prophète, voyant et révélateur.

Par son témoignage personnel du Sauveur ressuscité, par sa traduction et sa publication du Livre de Mormon, et par son martyre, Joseph Smith a placé devant le monde la révélation prééminente de Jésus-Christ pour notre époque.