Le fonds aide les membres du monde entier à recevoir les bénédictions du temple.

  Heather Whittle Wrigley, Nouvelles et manifestations de l’Église

  • 4 Novembre 2011

En 2010, Riaz Gill, sa femme, Farah et leur fils, Ammon Phinehas, ont pu aller au temple de Manille, aux Philippines, pour y être scellés en famille, grâce au fonds général de l’Église consacré pour aider les usagers du temple

Résumé de l’article

  • Le fonds général d’aide aux usagers du temple donne la possibilité d’aller au temple une fois aux personnes qui n’auraient pu y aller autrement.
  • Les présidents de pieu et de mission font les recommandations à leur présidence d’interrégion, laquelle gère les fonds pays par pays.
  • En 2009 et 2010, environ quatre-mille membres ont utilisé le fonds pour aller au temple.

« Les personnes qui comprennent les bénédictions éternelles qui proviennent du temple savent qu’aucun sacrifice n’est trop grand, aucun prix n’est trop élevé, aucun effort n’est trop pénible pour les recevoir. » — Thomas S. Monson, président de l’Église

Depuis le moment où il est entré dans le temple de Manille aux Philippines en juillet 2011, juste avant de partir en mission à Singapour, Riaz Gill de Karachi au Pakistan, voulait y revenir pour avoir une famille éternelle.

Sa femme, Farah, fut baptisée en 2007, mais les finances étaient serrées et ils ne savaient pas quand ils pourraient faire le voyage au temple, situé à plus de cinq mille sept-cents kilomètres. Avec la naissance de leur fils, Ammon Phineas, en 2009, leur désir d’être scellés au temple, se fit encore plus fort, et vers la fin de l’année 2010, grâce à l’aide du fonds général de l’Église d’aide aux usagers du temple, leurs prières furent exaucées.

« Aller au temple en famille m’a permis de renforcer mon témoignage » a déclaré Riaz Gill. « Après être allé au temple, il me semble que j’ai davantage à donner au Seigneur. … La visite au temple était tellement belle et enrichissante pour la foi qu’il m’est difficile de l’exprimer par des mots. »

Pendant qu’il était là, Riaz Gill a pu aussi accomplir les ordonnances pour son père, son grand-père et son beau-père, qui étaient tous décédés. Il a fait faire les ordonnances pour sa mère et a été scellé à ses parents.

« Cela a été une grande bénédiction pour moi et ma famille d’aller au temple », dit-il. « Par de nombreuses prières, je veux remercier tout particulièrement les dirigeants qui ont rendu ce voyage au temple possible. »

Depuis 1992, le fonds constitué à cent pour cent par les membres a permis à des personnes vivant en dehors des États-Unis et du Canada d’aller au temple une fois, alors qu’elles n’auraient pu y aller autrement. Les membres désirant faire des dons au fonds, précisent simplement « Fonds pour les usagers du temple » dans la section « Autres » sur la feuille de dîme et de dons.

Pendant la conférence générale d’octobre 2011, le président Monson a invité les membres à contribuer au fonds général d’assistance, disant : « Il y a encore des régions du monde où les temples sont si éloignés que les membres ne peuvent pas payer le voyage pour s’y rendre. Ils sont ainsi dans l’impossibilité de prendre part aux bénédictions sacrées et éternelles que fournissent les temples (« Nous voici de nouveau réunis », Le Liahona, Nov. 2011, p. 4–5).

« L’objectif de ce fonds était d’aider les membres pour lesquels, dans certaines parties du monde, il serait manifestement très difficile d’aller au temple », dit William R. Walker, directeur exécutif du département du temple. « Cette aide non-renouvelable a pour but de permettre à une personne de recevoir ses ordonnances. »

Les plus fortes demandes proviennent d’Afrique, d’Océanie et d’Asie, a dit William R. Walker. Les présidents de pieu et de mission font les recommandations à leur présidence d’interrégion, qui gère les fonds pays par pays.

En 2009 et 2010, environ quatre-mille membres ont utilisé le fonds pour aller au temple pour la première — et peut-être la seule — fois.

Pour bénir le plus possible de personnes, a-t-il dit, « nous prenons en compte le temple où nous pouvons avoir le billet d’avion le plus économique. Cela signifie que le prix du billet n’est pas toujours fonction de la proximité ou même de la présence du temple dans leur interrégion.

Il est attendu de tous les membres qui utilisent le fonds qu’ils sacrifent certaines choses ou fassent une contribution.

« Dans certains endroits, la simple obtention d’un passeport serait très chère et très difficile », dit-il. « Ainsi dans certaines régions, où les membres doivent quitter leur pays pour aller au temple, ils doivent avoir leur passeport pour pouvoir bénéficier du fonds. Dans certains pays, ils doivent avoir une certaine somme d’argent. Pour certains, cela peut paraître peu, mais pour eux, cela peut correspondre à six mois d’économie. »

William R. Walker dit que les personnes qui participent à un objectif, trouvent en général, qu’ils l’apprécient davantage : « Dans presque tous les cas, les gens font de leur mieux pour contribuer et sont grandement bénis et ne considèrent pas cette aide comme un dû », dit-il.

Outre le fait de permettre aux personnes d’aller au temple, les fonds sont aussi utilisés pour acheter sept jeux de sous-vêtements du temple par personne afin qu’elles puissent respecter leurs alliances une fois de retour chez elles.

Le fonds a été annoncé la première fois à la chaire par le prophète Monson lors d’une déclaration pendant la conférence. Cette annonce accompagnée d’une demande croissante de fonds, conduira vraisemblablement à une augmentation des dons, a dit William R. Walker.

« Nous avons encore des gens qui entrent dans l’Église, et nous avons à peine satisfait les besoins dans beaucoup d’interrégions », dit-il. En citant le conseil que Howard W. Hunter a donné en 1994, que tous les membres dignes détiennent une recommandation à l’usage du temple, il a continué : « Nous avons beaucoup de membres fidèles dans l’Église qui détiennent une recommandation du temple en cours de validité, mais n’y sont toujours pas allés et n’envisagent pas d’y aller dans l’immédiat. »

Pendant la conférence générale d’avril 2011, le président Monson a fait un discours intitulé : « Le temple sacré — un phare pour le monde », où il a souligné l’importance du temple.

« Les personnes qui comprennent les bénédictions éternelles qui proviennent du temple savent qu’aucun sacrifice n’est trop grand, aucun prix n’est trop élevé, aucun effort n’est trop pénible pour pouvoir les recevoir », dit-il. « Elles comprennent que les ordonnances salvatrices du temple qui nous permettent de retourner un jour auprès de notre Père céleste dans les liens d’une famille éternelle et d’être dotés des bénédictions et du pouvoir d’en haut valent tous les sacrifices et tous les efforts. »

Depuis qu’il est devenu Président de l’Église en 2008, Thomas S. Monson a annoncé la construction de plus de vingt temples.

William R. Walker a déclaré que l’annonce du président Monson concernant le fonds a été motivée par son amour pour les temples et sa sensibilité à la situation des saints qui en sont les premiers bénéficiaires.

« Lorsqu’on va dans ces contrées lointaines, on se met à la place des gens et l’on voit les difficultés qu’ils rencontrent », dit-il. « Ce fonds permettra de bénir de nombreuses personnes. »