Le service funèbre de Frances J. Monson rend hommage à une « grande dame »

  Par Gerry Avant, rédacteur en chef du Church News

  • 24 Mai 2013

Le président Monson est escorté jusqu’à la tombe de sa femme, Frances J. Monson, au cimetière de Salt Lake City le 23 mai.

« Elle fit de bon cœur et avec entrain de nombreux sacrifices en raison de sa foi et de son amour pour l’Évangile. » — Ann M. Dibb, sa fille

Lors du service funèbre de Frances Beverly Johnson Monson, qui est décédée le 17 mai, on a évoqué la vie d’une femme remarquable qui l’a consacrée à servir le Seigneur.

Henry B. Eyring, premier conseiller dans la Première Présidence, a dirigé le service funèbre en l’honneur de sœur Monson, femme du président Monson, mère de trois enfants, grand-mère de huit enfants et arrière-grand-mère de huit enfants.

Dieter F. Uchtdorf, deuxième conseiller dans la Première Présidence et Ann Monson Dibb, fille de président et de sœur Monson, se sont joints à président Eyring pour rendre hommage à sœur Monson.

La famille de Frances J. Monson est reconnaissante de l’héritage qu’elle laisse, un héritage d’humilité, de service, de fidélité et d’amour, a dit sœur Dibb.

Elle a dit que sa mère était profondément motivée pour accomplir de bonnes œuvres en raison de son amour profond des autres. Elle a déclaré : « En son honneur, je voudrais vous parler de quatre façons dont elle a fait preuve de cet amour au cours de sa vie ».

Premièrement, sœur Dibb a dit que sa mère aimait profondément ses parents, Franz E. Johnson et Hildur Booth Johnson. « Tout au long de sa vie, elle a été fidèle au commandement ‘Honore ton père et ta mère’…Je sais, grâce aux histoires et aux souvenirs de ma mère, qu’elle aimait et chérissait [son père]. Toute ma vie, j’ai observé ma mère servir et prendre soin de sa mère, Mormor, qui signifie ‘la mère de maman’ en suédois.

Deuxièmement, sœur Monson aimait profondément sa famille.

Après son mariage, le plus grand espoir de ma mère a été d’avoir des enfants. Tom, Clark et moi sommes bénis d’être ses enfants, les trésors de ma mère. Chacun de nous a grandi en sachant qu’il était profondément aimé et nous en gardons des souvenirs précieux.

En tant que grand-mère, sœur Monson était heureuse de servir sa famille. Grâce à ses actes de service, tous les membres de sa famille savent qu’elle les aimait d’un amour profond et indéfectible.

Troisièmement, sœur Monson aimait profondément l’Évangile de Jésus-Christ. Nous n’avons jamais douté de son témoignage parce qu’elle vivait l’Évangile dans chaque pensée et dans chaque action. Elle fit de bon cœur et avec entrain de nombreux sacrifices en raison de sa foi et de son amour pour l’Évangile.

Quatrièmement, sœur Monson a montré son amour en étant loyale, fidèle et tout à fait dévouée à son conjoint pour l’éternité, le président Monson. Elle a permis à mon père de remplir ses nombreux appels au cours des années sans jamais se plaindre. ».

Le président Uchtdorf se souvient de sœur Monson comme d’une dame élue au sourire magnifique et au bon cœur.

Il a déclaré : « Les membres de la famille, les membres de l’Église, les amis et tous ceux qui ont eu le privilège de la connaître sont tristes à cause de son décès, mais se souviennent avec joie « d’une grande dame et d’une femme authentique en Sion.

Des millions de membres de l’Église dans le monde entier peuvent ne jamais avoir rencontré Sœur Monson en personne. Mais ils ont vu des photos de frère et de sœur Monson dans les journaux et les magazines de l’Église, ils ont lu des articles les concernant, ils les ont observés... et à travers les plus grandes distances, ils ont vu l’amour que frère et sœur Monson avaient l’un pour l’autre et celui qu’ils avaient pour tous les gens dans le monde entier. »

La vie de sœur Frances Johnson Monson a été caractérisée par la foi, la dignité, le dur labeur et la gratitude, a dit Henry B. Eyring, dans son discours à la fin du service funèbre.

Le président Eyring a déclaré : « Le plus grand hommage à ceux qui ont traversé le voile n’est pas le chagrin mais la reconnaissance. Elle avait de nombreux talents, beaucoup d’amour, une personnalité au-dessus de tout reproche et une foi inébranlable. Le président Monson a dit d’elle, ‘il n’y avait pas de défaut dans sa cuirasse, pas de fraude dans son âme, pas de faiblesse dans sa personnalité’.  »

Les membres du Collège des douze apôtres, d’autres autorités générales et les dirigeants généraux des auxiliaires étaient présents au service funèbre, qui a eu lieu dans le Tabernacle de Temple Square.

Le chœur du Tabernacle Mormon a chanté « Seigneur, mon Dieu », « Chaque être qui nous ennoblit » et « Consider the Lilies » (Considérez comment croissent les lis des champs). Un intermède musical spécial, « Mon Père céleste m’aime », a été interprété par Emily Steel, l’une de ses arrière-petites-filles, qui chantait en solo « Mon céleste père m’aime ». Elle était accompagnée au piano par Sarah D. Steele, une des petites-filles de sœur Monson et des amies de la famille, Sarah Abbot, au violon ; et Carolyn Duede, à la harpe.

La prière d’ouverture a été offerte William R. Walker, des soixante-dix. M. Russell Ballard, du Collège des douze apôtres, a fait la prière de clôture.

À la fin du service funèbre, le chœur du Tabernacle a chanté « Dieu soit avec toi jusqu’au revoir » tandis que la famille quittait le Tabernacle.

Avant l’enterrement, Clark S. Monson, l’un de ses fils, a fait la prière familiale. Thomas L. Monson, son autre fils, a consacré la tombe dans le cimetière de Salt Lake City.