Les parents et les adolescents resserrent leurs liens grâce aux réseaux sociaux

  Par Ryan Morgenegg, de la rédaction du Church News

  • 26 Septembre 2013

Syd et Brooke Jacques prennent des photos d’eux-mêmes sur leur smartphone. Des recherches ont montré que les adolescents se sentent plus proches de leurs parents lorsqu’ils se connectent sur les réseaux sociaux.  Photo Mark A. Philbrick, université Brigham Young.

Résumé de l’article

  • Les adolescents qui sont connectés à leurs parents sur les réseaux sociaux se sentent plus proches de leurs parents dans la vie réelle.
  • Les interactions parents-enfants sur les réseaux sociaux peuvent entraîner des taux plus élevés de comportement sociable.
  • Utilisés convenablement, les relations parents-enfants sur les réseaux sociaux donnent aux parents davantage d’occasions de faire des commentaires positifs et d’exprimer de l’affection.

« Beaucoup d’adolescents sont sur Twitter ; peu de parents y sont. Si vous voulez vraiment rester impliqués avec votre enfant, vous ne devez pas avoir peur d’apprendre à vous servir de nouvelles technologies, de vous familiariser avec de nouveaux sites Web et de savoir où se trouve votre adolescent. » — Sarah Coyne, professeur de vie familiale, université Brigham Young

Provo, Utah (États-Unis)

Il peut paraître étrange pour certains parents de communiquer avec leurs enfants adolescents sur les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter et Instagram. Cependant, de nouvelles recherches effectuées par Laura Padilla, Walker et Sarah Coyne, professeurs à l’université Brigham Young, montrent que les parents ne doivent pas craindre de se rapprocher de leurs adolescents. Selon l’étude, l’engagement des parents sur les plates-formes de réseaux sociaux peut donner d’excellents résultats.

Le président Monson a recommandé : « Nos enfants d’aujourd’hui grandissent entourés de voix qui les incitent à abandonner ce qui est juste et à rechercher à la place les plaisirs du monde. S’ils ne sont pas fermement ancrés dans l’Évangile de Jésus-Christ, s’ils n’ont pas le témoignage de la vérité et la détermination de vivre dans la justice, ils seront fragiles face à ces influences. [Nous avons la] responsabilité de les fortifier et de les protéger » (« Trois objectifs pour vous guider », Le Liahona, novembre 2007, p. 118).

L’étude révèle que les adolescents qui sont connectés à leurs parents sur les réseaux sociaux se sentent plus proches d’eux dans la vie réelle. « Je pense qu’il est important que les parents sachent se servir des réseaux et sachent où sont leurs enfants », dit sœur Coyne. « Beaucoup d’adolescents sont sur Twitter ; peu de parents y sont. Si vous voulez vraiment rester impliqués avec votre enfant, vous ne devez pas avoir peur d’apprendre à vous servir de nouvelles technologies, de vous familiariser avec de nouveaux sites Web et de savoir où se trouve votre adolescent. »

L’étude qui a porté sur près de 500 familles a également constaté que les adolescents qui interagissent avec leurs parents sur les réseaux sociaux ont des taux plus élevés de comportement sociable, ce qui signifie qu’ils sont plus généreux, plus aimables et plus serviables. « Nous avons aussi constaté que les réseaux sociaux, quelle que soit l’utilisation qu’en font les parents, ont, d’une manière générale, certains effets négatifs sur les adolescents », dit sœur Coyne. « Ils sont plus agressifs dans leurs relations et ils internalisent davantage les choses. C’était un peu surprenant pour moi. Nous avons tendance à penser que les réseaux sociaux sont relativement inoffensifs, et la plupart du temps c’est le cas. Mais une partie des enfants qui les utilisent à l’excès, dans notre étude certains y passaient plus de huit heures par jour, présentent des problèmes d’agressivité et de dépression. »

Le président Monson a dit : « Aujourd’hui, dans une proportion alarmante, nos enfants sont éduqués par les médias, notamment par l’Internet. Les messages qui passent à la télévision, au cinéma et dans les autres médias sont bien souvent en opposition directe à ce à quoi nous voulons que nos enfants adhèrent et qu’ils chérissent. Nous avons la responsabilité non seulement de leur enseigner à être sains d’esprit et fidèles à la doctrine mais aussi de les aider à le rester, quelles que soient les forces extérieures qu’ils peuvent rencontrer. Cela demandera beaucoup de temps et d’efforts de notre part et, pour aider les autres, nous avons nous-mêmes besoin d’être courageux spirituellement et moralement pour résister au mal que nous voyons de toutes parts. » (« Trois objectifs pour vous guider », p. 118-119)

Les sites de réseaux sociaux permettent aux jeunes de faire toutes sortes d’activités, dit sœur Coyne. Les sites donnent aux parents qui s’y impliquent un regard intime sur la vie d’un adolescent. Il donne aux parents une belle petite fenêtre sur la vie de leurs enfants. Qu’est-ce qu’ils y affichent ? Qu’est-ce que leurs amis aiment et font comme commentaires  ? Il permet aussi aux parents d’interagir différemment avec leurs enfants. Sœur Coyne dit : « Votre enfant peut afficher une photo, et vous pourriez exprimer votre approbation en aimant cette photo ou en faisant un commentaire gentil ou une mise à jour de statut qui a le même effet. Cela vous donne davantage d’occasions de faire des commentaires positifs ou d’exprimer votre affection. »

Sœur Coyne dit que plus les parents utilisent fréquemment les réseaux sociaux pour interagir avec les adolescents, plus le lien qu’ils ont avec eux est étroit. Mais l’interaction grâce aux réseaux sociaux peut aller trop loin. Sœur Coyne ajoute : « Les parents doivent les utiliser de manière intelligente. Je pense que c’est un outil vraiment formidable pour resserrer les liens avec vos enfants. Mais, comme tout le reste, il faut les utiliser avec modération. Ne soyez pas un parent qui affiche tout le temps des photos embarrassantes de son enfant ou qui fait des commentaires désagréables. Vous devez maintenir une attitude correcte et être également respectueux de ce que l’adolescent désire ».

Les parents qui pensent avoir des liens forts avec leurs enfants peuvent les resserrer en interagissant avec eux sur les réseaux sociaux. Les parents qui entretiennent de bonnes relations avec leurs adolescents sont en général désireux de les poursuivre ailleurs, dit sœur Coyne. Les parents et les enfants qui interagissent sur les réseaux sociaux resserrent les liens qui existent déjà entre eux. C’est en quelque sorte un enrichissement et une solidification de ce qui existe déjà. En revanche, il ne faut pas surestimer les résultats de l’étude. Si devenez l’ami de votre enfant sur Facebook, vous n’allez pas avoir d’excellentes relations du jour au lendemain. C’est un outil parmi d’autres dont le parents peuvent se servir pour resserrer les liens avec leurs adolescents.

Le président Monson a dit : « Dans un foyer de saints des derniers jours, les enfants ne sont pas uniquement tolérés mais bienvenus ; on ne les commande pas, on les encourage ; on ne les dirige pas, on les guide ; on ne les néglige pas, on les aime » ( voir « L’esprit de la Société de Secours », L’Étoile, juillet 1992, p. 116).