L’histoire familiale : Appelés à aller à la chasse au trésor

Par Jessica Coupe du pieu de Lethbridge en Alberta

  • 29 Mars 2013

Lorsque j’apprends à connaître mes ancêtres que le Seigneur chérit, l’histoire familiale enrichit ma vie. Ils lui sont si chers qu’il dit qu’il les appelle ‘son trésor précieux’’ (traduction littérale de la version du Roi Jacques d’Exode 19:5). Si chers, qu’ils sont ‘’gravés sur ses mains’’ (Voir Esaïe 49:16). Si chers, qu’il m’a confiée, moi leur descendante, de les chasser ‘’des fentes des rochers’’ (Jérémie 16:16).

En principe, les trésors brillent. Les restes de mes ancêtres, leurs noms et les dates associées à des lieux et des liens familiaux, ne brillent pas. Ils ont plutôt l’air insignifiant, à vrai dire. Mais le minerai d’or - des blocs de pierre poussiéreux - est aussi un trésor très précieux.

Généralement, nous sommes assez réticents à trouver son trésor précieux, mais le Seigeur a ouvert la voie pour nous aider à trouver ‘’ce qui brille’’ dans la vie de nos ancêtres depuis longtemps décédés. Nous le trouvons lorsque nous cessons de faire de la généalogie et que nous découvrons nos histoires familiales. Tout le monde aime les histoires - les histoires divertissent, enseignent, informent et élargissent notre vision du monde. Les histoires font des descriptions nous permettant d’acquérir des cultures et des points de vue différents. le Seigneur a choisi de donner les messages des Écritures à travers des histoires.

Les histoires de mes ancêtres ne me sont pas toutes parvenues en même temps, mais en de nombreux morceaux cachés dans de nombreux endroits. J’aime beaucoup la nature fortuite des recherches d’histoire familiale - les petits morceaux d’histoire qui apportent une touche de couleur et de vie à ce qui semblait, à prime abord, être seulement des dates et des noms poussiéreux. Par exemple, Eliza Kendrick a épousé mon cousin éloigné Jeremiah Hanmer dans l’église méthodiste de Bottle, Lancashire en 1866. elle avait 25 ans. Ils ont eu deux enfants. L’un d’eux est décédé dans sa tendre enfance. Son mari est mort dix ans plus tard et elle est restée veuve tout le reste de sa vie.

Une histoire banale, somme toute. Voic comment est arrivé ‘’l’heureux hasard’’. Après avoir entré mon arbre généalogique en ligne, y incluant le nom d’Eliza Kendrick, j,ai reçu un courriel d’un homme vivant en Australie. Sa soeur était récemment décédée et, en fouillant dans ses affaires, il avait trouvé une petite bible blanche toute usée. L’inscriptions suivante se trouvait sur la page de garde : “Pour ma chère belle-mère, Mary Hanmer, à mon retour de voyage de noces, en témoignage de mon affection.” C’était daté du 26 septembre 1866 et signé Eliza Hanmer.

Il ignorait pourquoi sa soeur, qui avait n,avait vécu que peu de temps dans le Lancashire était en possession de cette Bible, puisqu’ils n’avaient aucun lien familial avec la famille Hanmer. Grâce aux dates et aux noms, j’ai eu la confirmation qu’il s’ agissait bien de l’ Eliza Kendrick qui figurait dans les docume. Maintenant, non seulement, je connaissais le nom de la belle-mère d’Eliza, mais je savais qu’Eliza l’aimait beaucoup et que la religion avait une grande valeur pour cette famille. Cela avait donné un peu de couleur aux détails.

L’autre coïncidence extraordinaire qui s’est passé est lorsqu’un autre homme m’a contactée au sujet d’Eliza Kendrick. Il m’a raconté que, des années auparavant au Pays de Galle, il avait trouvé des affaires dans le coin du grenier de sa maison. Au lieu de les jeter, il avait décidé de faire une recherche sur l’Internet et d’essayer de trouver un descendant vivant qui aimerait avoir ces documents. J’étais la personne la plus proche à l’époque. Depuis, il a trouvé des descendants directs vivant au Canada, à qui il a remis les documents et avec qui je suis en contact.

Parmi les vieux documents, se trouvait cette lettre datée de 1923, qui était dans une boôte de métal. Eliza Kendrick, alors âgée de 82 ans, l’avait écrite à sa fille de 55 ans qui était infirmière au Lancashire.

Ma chère Dora,

Je te souhaite tous mes voeux, en espérant sincèrement que chaque année soit plus heureuse que la précédente et que ton ouïe soit meilleure avant l’année prochaine, nous savons que rien n’est impossible à Dieu. Je t’envoie £2 avec toute mon affection et mes meilleurs voeux. Dieu te bénisse, ma chère Dora.

J’espère que tu t’achètera une paire de bottes, pour pouvoir garder tes pieds au sec, ce qui protège des rhumes... £1 pour ton anniversaire et £1 pour Noël.

...Je te souhaite tout le bonheur du monde et t’envoie tout mon amour. Ta Maman qui t’aime.

Ce sont parfois les choses les plus simples qui sont le plus touchantes, telles que le témoignage d’une mère, traversant les décennies et les continents pour donner vie à la rétrospective d’une existence.

Avant l’avénement des ordinateurs, les recherche d’histoire familiale demandaient beaucoup de temps, d’efforts et d’argent. Trouver les histoires de nos ancêtres était difficile, comme il est difficile pour les mineurs de trouver de l’or. Commander un microfilm au centre d’histoire familiale de Salt Lake et faire des recherches dessus était un processus long et fastidieux. De nos jours, il est bien plus facile de trouver nos ancêtres! Tout comme l’avancée de la technologie a aidé les mineurs du siècle dernier à trouver et à extraire de l’or plus rapidement, les technologies modernes nous aident à rechercher et à trouver nos ancêtres et leur histoire plus rapidement et plus facilement.

Voici six façons de rechercher plus facilement vos ancêtres et leurs histoires avec des membres de votre famille :

1) Priez et planifiez : Vos ancêtres sont des trésors précieux du Seigneur. Il sait que vous êtes occupés. Priez afin de savoir ce qu’il veut que vous trouviez. demandez comment organiser votre temps et votre énergie pour rechercher son trésor. Priez afin d’être fortifiés par la recherche.

2) Renseignez-vous : FamilySearch.org donne de nombreuses indications aux débutants pour éviter la frustration que l’on peut éprouver en apprenant à faire une nouvelle tâche. Cliquez sur la touche Learn pour avoir accès à des cours et des instructions en ligne. Essayez research wiki afin de savoir quelles archives sont disponibles pour le pays d’origine de votre ancêtre.

3) Consultez un spécialiste : Chaque paroisse a un ou plusieurs consultants en histoire familiale qui peuvent vous aider à commencer. Ce sont des chercheurs expérimentés qui ont été formés pour aider les nouveaux chercheurs. Consultez l’annuaire de votre paroisse en ligne sur canadafr.lds.org pour savoir qui sont les consultants de votre paroisse.

4) Faites des recherches à partir de chez vous : FamilySearch.org rend accessibles immédiatement plus de deux millions de microfilms qui sont archivés au Granite Mountain Record Vault, situé près de Salt Lake City. Maintenant, on peut faire des recherches dans le confort de son foyer et à son propre rythme.

5) Collaborer: Si vous trouvez trop lourd de faire des recherches tout seul, encouragez les membres de votre famille à travailler avec vous. Ils peuvent faire les recherches et vous pouvez écrire les histoires. Ou vous pouvez restaurer les photos et ils peuvent avoir des entrevues avec des membres de la famille plus âgés.

6) Partager les histoires: Les histoires sont les fenêtres vers le monde. Les partager fortifient les familles, leur donne des racines et un aperçu de leur héritage.

Faites de recherches sur l’arbree généalogique de votre propre famille sur FamilySearch.org et vous trouverez peut-être de merveilleuses surprises qui vous y attendent qui donneront de la vie et de la couleur à l’existence de vos ancêtres!

Jessica Coupé est consultante en histoire familiale de paroisse et est impliquée en histoire familiale depuis les dix dernières années.