Les membres de la ville isolée rayonnent « de bonté, de dévouement, de foi et d’amour »

  Par la présidence de l’interrégion du Nord-Ouest de l’Amérique du Sud et Sarah Jane Weaver, rédactrice adjointe des Nouvelles de l’Église

  • 26 Juin 2012

Dieter F. Uchtdorf, deuxième conseiller dans la Première Présidence, et sa femme, Harriet Uchtdorf, rendent visite aux membres au Pérou.

Résumé de l’article

  • Le président Uchtdorf et sa femme, Harriet, ainsi que frère Cook et sa femme, Mary, ont rencontré les membres d’Iquitos (Pérou), sur le trajet du retour vers Salt Lake City après la consécration du Temple de Manaus (Brésil).
  • Le président Uchtdorf a exprimé l’amour de la Première Présidence et du Collège des douze apôtres pour les membres fidèles d’Iquitos. Il a encouragé tout le monde à vivre l’Évangile.
  • Quentin L. Cook a rappelé aux Saints « La famille : déclaration au monde » et a donné des conseils aux membres sur l’importance de la famille et la grande responsabilité des parents d’instruire et de protéger leurs enfants.

« Les membres d’Iquitos ont... une foi et un témoignage aussi profonds et larges que l’Amazone et aussi riches et féconds que la végétation de la forêt environnante. » — Dieter F. Uchtdorf, deuxième conseiller dans la Première Présidence

Le 11 juin 2012, plus de 1 600 membres se sont rassemblés à Iquitos, la plus grande ville située dans la forêt péruvienne, pour écouter Dieter F. Uchtdorf, deuxième conseiller dans la Première Présidence. Cet événement historique marque la première fois qu’un membre de la Première Présidence visite la ville.

Iquitos, une ville isolée située à la source du fleuve Amazone, abrite plus de 9 000 saints des derniers jours répartis dans trois pieux.

Dieter F. Uchtdorf était accompagné de sa femme, Harriet. Quentin L. Cook, du Collège des douze apôtres, et sa femme, Mary, faisait aussi partie du voyage. Ils ont fait escale à Iquitos sur le chemin du retour vers Salt Lake City après la consécration du Temple de Manaus (Brésil).

« J’ai toujours espéré visiter Iquitos, au Pérou, en raison de son emplacement et de la beauté de l’Amazone et de la forêt, a déclaré le président Uchtdorf après son retour de voyage. L’esprit m’a soufflé qu’il y avait d’autres raisons d’y aller. »

Ayant la tâche de consacrer le temple de Manaus et recherchant des occasions supplémentaires pour bénir les saints, le président Uchtdorf réfléchit à d’autre villes qu’il pouvait visiter avec Quentin L. Cook sur le chemin du retour vers Salt Lake City. En regardant une carte, il a vu Iquitos (Pérou), qui se situe à environ 1 450 kilomètres de Manaus. Iquitos est la plus grande ville du monde qui, à l’exception de quelques villages de la forêt amazonienne, n’est accessible que par bateau ou par avion. Le président Uchtdorf s’est senti poussé à y aller.

Dans une réunion téléphonique avec la présidence de l’interrégion du Nord-Ouest de l’Amérique du Sud, le président Uchtdorf a fait la remarque que de nombreuses années s’écouleraient probablement avant qu’un membre de la Première Présidence ne soit en mesure de se rendre à Iquitos, compte tenu de son emplacement isolé. Quentin L. Cook et lui étaient impatients de rencontrer les saints des derniers jours fidèles de la région et de ressentir leur engagement.

Le président Uchtdorf a dit : « J’ai vu le pouvoir et les bénédictions de l’Évangile rétabli lorsque je me trouvais avec les membres des pieux de Sion à Iquitos. »

Il a expliqué : « L’Évangile et l’Église ont le pouvoir d’influencer la vie des gens pour les rendre meilleurs. Les membres d’Iquitos rayonnent d’une bonté, d’un dévouement, d’une foi et d’un amour indescriptibles pour Dieu et pour nos semblables. Leur foi et leur témoignage sont aussi profonds et larges que l’Amazone, et aussi riches et féconds que la végétation de la forêt environnante. »

Camerson Mello, président du pieu de Nueve de Octubre à Iquitos, a dit que dès que les membres du pieu ont appris que « deux serviteurs du Seigneur Jésus-Christ » arrivaient à Iquitos, ils ont commencé à se préparer pour assister à la veillée. « Certains ont demandé la permission de quitter le travail plus tôt », tandis que d’autres « préparaient en famille de la nourriture pour la journée » afin de pouvoir manger dans la file d’attente devant les portes de la chapelle.

Quatre-vingt quatre membres de la branche de Nauta, qui ne fut organisée que dix mois auparavant en août 2011 et qui est située à 96 kilomètres d’Iquitos, ont loué deux autocars et voyagé pendant deux heures pour arriver à 16 h, avant le début de la veillée prévue à 19 h. En arrivant, ils ont appris que des gens faisaient la queue depuis 6 h du matin. Malgré leur long voyage, ils étaient inquiets de ne pas pouvoir trouver de place pour s’assoir dans la salle de culte ou la salle culturelle. Blunck Lawrence, président de la Mission de Lima Nord (Pérou), a décrit ce qui s’est alors produit. « Les membres d’Iquitos furent très gentils envers les membres de Nauta et leur permirent d’obtenir des places au milieu de la salle de culte. C’est l’esprit de gentillesse et d’amour qui existe parmi les membres de l’Église à Iquitos. »

Les membres de l’Église qui habitent à Nuevo Liberal, une ville de la banlieue d’Iquitos, se sont rendus à la réunion en canoë. Une fois arrivés à Iquitos, ils ont marché pendant trente minutes jusqu’à la station de bus la plus proche et se sont rendus en bus jusqu’à la chapelle. Ce genre de foi fut évident dès l’annonce de la visite. C’était le sujet de conversation principal parmi les membres, qui avaient du mal à croire que cela allait se produire.

Mikelsendg Torres, président du pieu d’Iquitos, a commenté : « Chaque jour le compte à rebours continuait tandis que les membres se répétaient les uns aux autres : ‘Plus que dix jours… plus que cinq jours... plus qu’un jour !’ Vous pouviez voir l’enthousiasme dans leurs yeux. »

Quittant Manaus au Brésil, très tôt lundi matin, frère et sœur Uchtdorf ainsi que frère et sœur Cook sont arrivés à Iquitos et ont été accueillis par les trois membres de la présidence de l’interrégion du Nord-Ouest de l’Amérique du Sud et leurs épouses : Rafael Pino et sa femme, Patricia ; Juan Uceda et sa femme, Maria ; et W. Christopher Waddell et sa femme, Carol.

Le groupe a passé du temps à visiter la ville pour se familiariser avec la région. Ils ont vu des maisons construites sur pilotis pour éviter les inondations quand le niveau de la rivière monte à chaque saison des pluies, des maisons qui flottent pour suivre les variations du niveau de la rivière, des places de marché où les autochtones qui vivent au cœur de la jungle vendent des biens ainsi qu’une variété de produits et de fruits exotiques. D’après le président Mello, ce lieu si fascinant, et pourtant si lointain, et la façon dont ces gens vivent au quotidien sont un rappel « que notre Père céleste est un Dieu juste et qu’il se souvient de ses enfants, où qu’ils soient ».

Quand le président et sœur Uchtdorf ainsi que frère et sœur Cook, accompagnés de la présidence d’interrégion et leurs épouses, sont arrivés au centre du pieu de Punchana à Iquitos, ils ont trouvé plus de 1 600 personnes, membres et amis de l’Église, qui les attendaient avec recueillement. Sœur Uchtdorf a fait ce commentaire dans son discours : « Cela fait longtemps que je n’ai pas vu un groupe aussi beau que celui-ci ».

Au cours de la réunion spirituelle dirigée par frère Pino, président de l’interrégion, le président Uchtdorf a parlé avec puissance et clarté, abordant un certain nombre de points importants destinés aux membres d’Iquitos. Il a souligné l’importance de faire « autant d’études » que possible selon les circonstances. Il a conseillé aux parents d’encourager et de préparer leurs enfants à poursuivre leurs études, à faire de leur mieux et à ne pas se contenter de moins que ça, car c’était leur devoir envers eux-mêmes et envers les générations futures.

Le président Uchtdorf a félicité l’assemblée et lui a rappelé qu’elle formait « un peuple dont la foi est aussi profonde et aussi vaste que l’Amazone. » Il a déclaré qu’en tant que peuple de foi, il ne suffisait pas de « juste croire » mais qu’il fallait étudier les Écritures et les paroles des prophètes vivants et les appliquer dans notre vie.

Il a ajouté : « les réponses peuvent parfois être cachées, mais elles sont là... et nous devons les rechercher. Faites en sorte que les Écritures fassent partie de votre vie ».

Parce que les billets d’avion coûtent cher et que les voyages par bateau sont lents, il est très difficile pour les membres de l’Église à Iquitos d’aller au temple de Lima aussi souvent qu’ils aimeraient. Néanmoins, le président Uchtdorf leur a dit : « Restez dignes d’aller au temple. Concentrez-vous sur le temple et détenez toujours une recommandation valide à l’usage du temple, même si vous ne pouvez pas y aller pour le moment ». En rapport avec la dignité pour aller au temple, le président Uchtdorf a donné ce conseil : « Le paiement de la dîme n’est pas une question d’argent. C’est un acte de foi ».

En s’adressant à ceux que les missionnaires avaient amenés, le président Uchtdorf a rendu témoignage du rétablissement de l’Évangile de Jésus-Christ. « La même Église qui existait à l’époque de Jésus-Christ et qui a été perdue est de nouveau sur terre… Elle a été rétablie. » Il a encouragé les amis de l’Église à « apporter ce qu’ils ont », leur foi et leur confiance en Jésus-Christ, et « nous ajouterons à cela ».

À la fin de son discours, le président Uchtdorf a exprimé l’amour de la Première Présidence et du Collège des douze apôtres pour les membres fidèles d’Iquitos. Il a encouragé tout le monde à « modeler sa vie sur l’Évangile ».

Sœur Uchtdorf a donné un message d’amour et de gratitude pour les saints des derniers jours, ce qui a visiblement touché l’assistance, qui a répondu à sa chaleur et à sa vitalité. Sœur Uchtdorf a fait part de son amour pour l’Évangile et de sa gratitude pour Joseph Smith, le prophète, en reconnaissant les difficultés qu’il a rencontré dans sa vie tandis qu’il était le prophète du rétablissement. Elle a ensuite parlé du Saint-Esprit, ce grand don qu’on reçoit au baptême. Elle a encouragé les personnes présentes à rentrer dans leur foyer et à méditer sur ce grand don de notre Père céleste. Elle a parlé du Liahona donné à Léhi pour le guider dans le désert et a invité les personnes présentes à utiliser l’Évangile de Jésus-Christ comme Liahona personnel, pour les aider à faire les bons choix et à recevoir des directives pour leur vie.

Quentin L. Cook a rappelé à l’assemblée que bien que les « tempêtes de la vie » fassent partie de la condition mortelle, les prophètes sont capables de mettre en garde contre les troubles à venir. « Nous ne pouvons pas éviter chaque tempête de la vie, ajouta-t-il, mais les conseils des prophètes vivants nous aideront à y survivre. »

Quentin L. Cook a aussi donné des enseignements sur l’importance de la famille et sur la grande responsabilité des parents d’instruire et de protéger leurs enfants. Il a rappelé aux saints « La famille : déclaration au monde », publiée il y a près de vingt ans, et le besoin d’observer fidèlement la soirée familiale, la prière en famille et l’étude des Écritures en famille. Il a conseillé : « Parents, restez proches de vos enfants, passez du temps avec eux et aimez-les. » Il a terminé en commentant trois priorités prophétiques, qui se trouvent dans les enseignements de Thomas S. Monson : être reconnaissant, « secourir les autres » et développer une plus grande foi au Seigneur Jésus-Christ.

Sœur Cook a parlé de sa jeunesse, quand elle « collectionnait des trésors », des petites pierres, des boutons, des métaux brillants, tout ce qui pouvait attirer l’attention d’un enfant, qu’elle gardait dans une boîte dans sa chambre. Elle a ensuite parlé des véritables trésors de la vie, qui se trouvent dans l’Évangile de Jésus-Christ, « car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur » (Matthieu 6:21).

Tandis que le président et sœur Uchtdorf ainsi que frère et sœur Cook quittaient le bâtiment, le président Uchtdorf a expliqué qu’avec tant de personnes présentes, il ne serait pas possible de les saluer toutes. C’est pourquoi, il leur a dit : « Faites comme si nous vous avions serrés dans nos bras et vous avions serré la main… Nous vous aimons. » Il leur a ensuite fait au revoir de la main tandis que les 1 600 personnes présentes en faisaient autant, la plupart avec les larmes aux yeux alors que deux apôtres du Seigneur Jésus-Christ quittaient la pièce.

Un président de pieu a raconté que le lendemain matin, à 6 h, un jeune homme, qui autrefois était moins pratiquant, est venu chez lui pour lui demander ce qu’il devait faire pour mettre sa vie en ordre et partir en mission. Apparemment, un ami lui avait parlé de la veillée et il était venu. Il avait été touché par l’Esprit et était maintenant prêt à se réengager et à servir le Seigneur.

Lucy, qui est enseignée par les missionnaires, a dit : « Je suis beaucoup plus décidée à me faire baptiser. Je vais corriger certaines choses, et ensuite, je vais me faire baptiser. Pour moi, le moment le plus spécial a été lorsque le président Uchtdorf a rendu son témoignage.Maintenant je ressens que c’est la véritable Église. »

Atoni a aussi été enseigné par les missionnaires. Il a dit : « Ce fut une expérience très spéciale pour moi d’assister à la veillée et de rencontrer le deuxième conseiller dans la Première Présidence de l’Église et un membre du Collège des douze apôtres. Cela fortifie mon esprit et mon désir d’aller à l’église, de me repentir, d’être baptisé, et de persévérer jusqu’à la fin. C’était quelque chose d’extraordinaire. »

Frère Pino, frère Uceda et frère Waddell, qui forment la présidence de l’interrégion du Nord-Ouest de L’Amérique du Sud, ont déclaré qu’ils sentaient que cette visite historique continuerait de faire du bien non seulement à Iquitos, mais dans toute la région. Ils ont dit qu’à mesure que l’enseignement, l’amour et le témoignage de deux prophètes vivants, voyants et révélateurs sont diffusés et appliqués, l’impact positif dans la vie de ces gens fidèles sera une source de bénédictions pour des générations.

Le président Uchtdorf a approuvé. Il a déclaré : « À mesure que le nombre de ces membres merveilleux grandit, leur fidélité et leur dévouement aux principes de l’Évangile apporteront des changements miraculeux et bénéfiques pour leur famille, leurs villes et leur région ».