Nouveaux manuels d’instructions présentés pendant la formation mondiale

  • 12 Novembre 2010

M. Russell Ballard, Jeffrey R. Holland et David A. Bednar, du Collège des douze apôtres, Julie B. Beck, présidente générale de la Société de Secours, et Walter F. González, de la présidence des soixante-dix, discutent des principes énoncés dans les nouveaux manuels d’instructions de l’Église pendant la formation mondiale des dirigeants de novembre 2010.

Passages marquants de l'article

  • Ces nouveaux manuels clarifient le but de l’Église
  • La plupart des changements se trouvent dans le Manuel 2, entre autres une approche reposant sur les principes qui permet des adaptations quand elles sont nécessaires.
  • L’étude des instructions sur le manuel et la discussion de leurs principes dans les réunions de conseil permettront d’en apprendre davantage.

« Les manuels d’instructions seront une bénédiction pour vous et pour les personnes que vous servez si vous les lisez, si vous les comprenez et si vous les suivez. »

Thomas S. Monson

Thomas S. Monson, président de l’Église, et des membres du Collège des douze apôtres ont présenté les nouveaux manuels d’instructions de l’Église et certains des changements importants qu’ils comportent, pendant la formation mondiale des dirigeants du 13 novembre 2010.

La formation des dirigeants qui présente les nouveaux manuels d’instructions— Manuel 1 : Présidents de pieu et évêques et Manuel 2 : Administration de l’Église — a été diffusée en vingt-deux langues à l’intention des dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires dans quatre-vingt-quinze pays.

Regardez l’émission archivée sur LDS.org.

Regardez Manuel 2 : Administration de l’Église

Importance des manuels d’instructions

Mettant en garde contre les aberrations qui peuvent se glisser dans les programmes de l’Église quand des dirigeants ne connaissent pas bien les règles et les modalités de l’Église, le président Monson a dit : « Ces manuels sont une sécurité. Ils seront une bénédiction pour vous et pour les personnes que vous servez si vous les lisez, si vous les comprenez et si vous les suivez. »

Selon Boyd K. Packer, président du Collège des douze apôtres, les manuels d’instructions permettent une plus grande simplification et une plus grande souplesse pour éviter deux grands dangers.

Le premier consiste à chasser l’influence du Saint-Esprit des programmes de l’Église par trop de rigorisme. Il a dit : « Nous participons à une œuvre spirituelle, et une œuvre spirituelle doit être guidée par l’Esprit. »

Le deuxième danger, selon lui, consiste à « établir l’Église sans établir l’Évangile ».

Il a ajouté : « Nous avons besoin de l’Église dans la vie des membres et de l’Évangile dans le cœur des membres. »

Changements importants

La plupart du contenu du Manuel 1 : Présidents de pieu et évêques reste inchangé par rapport à la mise à jour de 2006 du Manuel d’instructions de l’Église, Tome 1. Des instructions figurant dans les lettres les plus récentes de la Première Présidence ont été ajoutées, les chapitres sur les devoirs du président de pieu et de l’évêque ont été raccourcis et clarifiés et certains textes ont été réorganisés pour permettre de les retrouver plus facilement.

Les changements apportés au Manuel 2 : Administration de l’Église sont plus grands. L’approche basée sur les principes est conçue pour réduire la complexité des programmes de l’Église et permettre une certaine adaptation locale si nécessaire sans remettre en question l’uniformité des règles, des modalités et des programmes.

Les autres changements à noter sont, entre autres, la réduction de la charge de l’évêque par l’accroissement du rôle du conseil de paroisse et de ses membres, l’augmentation possible de la fréquence des réunions de conseil de paroisse, la clarification de la mission de l’Église, l’incorporation du travail du comité d’entraide de paroisse aux discussions des conseils exécutifs de la prêtrise (auxquels la présidente de la Société de Secours peut être invitée, si nécessaire) et de paroisse, la suppression du comité d’activités de paroisse permanent et le traitement des activités par le conseil de paroisse.

Mission de l’Église

Les nouveaux manuels d’instructions dissipent la confusion concernant ce que la Première Présidence a appelé en 1981 les trois missions de l’Église : proclamer, perfectionner et racheter.

Dans le Manuel 2, partie 2.2, on réaffirme que l’intention de la Première Présidence en 1981 était que ces trois missions fassent partie d’une seule grande œuvre. On y lit : « L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours a été organisée par Dieu pour qu’elle l’aide à accomplir son œuvre, qui est de réaliser le salut et l’exaltation de ses enfants. » (voir Moïse 1:39).

Dallin H. Oaks, du Collège des douze apôtres, a mis en garde contre le fait d’ « accorder une attention excessive aux définitions et aux frontières entre ces trois domaines de l’œuvre du Seigneur » ou d’« oublier d’autres éléments essentiels, par exemple celui de veiller sur les pauvres ».

Il a dit : « Le principe général énoncé dans la partie 2.2 est que ‘les programmes et activités de l’Église [ont pour but] de soutenir et de fortifier les personnes et les familles’. »

Uniformité et adaptation

Quentin L. Cook, du Collège des douze apôtres, a dit que les principes et la doctrine des trois premiers chapitres du Manuel 2 « sont fondamentaux pour l’administration de l’Église et doivent sous-tendre tout ce que font [les dirigeants] ». Cependant, les chapitres suivants du manuel, particulièrement un nouveau intitulé « Uniformité et adaptation », expliquent où il y a de la souplesse dans les règles et les programmes de l’Église.

Frère Cook a dit que ce chapitre aide à « établir clairement quels sont les domaines qui doivent être uniformes dans toute l’Église » et contient aussi « des principes extrêmement importants qui fixent les conditions requises… pour une adaptation locale ».

Entre autres exemples d’adaptations qui peuvent être faites à juste titre, mentionnons le nombre de personnes appelées dans les auxiliaires et dans leur programme et la forme et la fréquence des réunions de dirigeants et des activités. Les situations à considérer sont notamment les situations familiales, le transport et la communication, le petit nombre de membres et la sécurité.

Frère Cook a dit : « Lorsqu’ils réfléchissent aux adaptations qui leur semblent appropriées, les dirigeants doivent toujours rechercher l’inspiration de l’Esprit et consulter leur autorité présidente immédiate. »

 

Aller de l’avant

Pendant une table ronde qu’il dirigeait, M. Russell Ballard, du Collège des douze apôtres, a suggéré que l’étude des instructions un chapitre à la fois et la discussion des principes en réunion de conseil peuvent amener à un meilleur apprentissage.

Selon le conseil de frère Oaks, si les dirigeants ont des questions concernant les règles et les programmes qui n’ont pas de réponse dans les manuels, ils doivent en discuter avec leur dirigeant de la prêtrise président. Concernant les questions qui restent sans réponse, il a dit : « Seuls les dirigeants de la prêtrise détenant l’office le plus élevé sont habilités à prendre contact avec le Bureau de la Première Présidence. »

Une deuxième formation mondiale des dirigeants sera diffusée en février 2011 ; elle se concentrera en détails sur les responsabilités des présidents de pieux et des évêques, le travail des collèges et des auxiliaires et les difficultés particulières aux unités qui ne comptent pas suffisamment de membres et de dirigeants pour mettre en œuvre l’intégralité des programmes de l’Église.