L’art du président Packer témoigne de la divinité de la création

  Par Jason Swensen, de la rédaction du Church News

  • 20 Avril 2012

Les œuvres d’art du président Packer, un de ses passe-temps depuis toujours, témoignent de la création et de son Auteur divin.

« Maintenant il semble opportun que mes œuvres puissent servir d’exemple à un des messages les plus fondamentaux de l’Évangile: que Dieu est le Créateur du ciel et de la terre et … que la nature témoigne de cette création sous direction divine. » — Boyd K. Packer, président du Collège des douze apôtres

Au centre du livre d’art de Boyd K. Packer, on trouve Parle à la terre, elle t’instruira, une photo, vieille de plusieurs décennies, de l’auteur se tenant devant une classe d’École du Dimanche dans la première paroisse de Brigham City. L’image en noir et blanc représente le jeune Boyd Packer, livre à la main, s’acquittant de ce que l’on pense être sa première tâche d’enseignement officiel.

Depuis cette époque, l’enseignement est au centre de la vie et du ministère de Boyd K. Packer, président du Collège des douze apôtres et, ayant été appelé comme assistant des Douze en 1961, l’Autorité générale en exercice œuvrant depuis le plus longtemps. En tant qu’enseignant, il a utilisé les classes de séminaire, les pages imprimées, ainsi que la chaire du Tabernacle de Salt-Lake, le centre de conférences et d’innombrables lieux de culte de par le monde pour témoigner du Christ par l’enseignement de l’Évangile et le conseil apostolique.

La collection d’instruments d’enseignement de frère Packer comprend également le pinceau, la scie à chantourner, le ciseau à bois et un tiroir plein d’autres outils artistiques.

Frère Packer est artiste amateur depuis plus de quatre-vingts ans. Ses œuvres d’art, qui représentent principalement des oiseaux et le faune de sont enfance à Brigham City (Utah), se sont avérées être une bonne source de plaisir et de détente personnels. Il dit que depuis sa jeunesse, il éprouve de l’émerveillement et puise du soulagement de ses préoccupations en dessinant une oie en vol ou en sculptant un couguar ou un canard pilet dans un morceau de bois.

Ses œuvres d’art nous instruisent également. Elles enseignent que la création témoigne du Seigneur et de son amour. À travers ses tableaux et ses gravures, frère Packer identifie et célèbre la main aimante du Maître que l’on peut trouver, à la fois, dans les ailes minuscules d’un colibri à gorge noire ou dans l’extraordinaire force de traction d’un attelage de bœufs pionniers.

Il dit : « J’ai toujours aimé la nature et les animaux. C’est mon principal thème d’inspiration. Maintenant il semble opportun que mes œuvres puissent servir d’exemple à l’un des messages les plus fondamentaux de l’Évangile: que Dieu est le Créateur du ciel et de la terre et tout ce qui s’y trouve, que la nature témoigne de cette création sous direction divine, et qu’il y a une totale harmonie entre la nature, la science et l’Évangile de Jésus-Christ. »

Ce sont Ira et Emma Packer qui ont incité leur fils Boyd à s’intéresser à l’art. Comme beaucoup de familles, les Packers et leurs onze enfants ont connu la pénurie de la Grande dépression dans leur foyer. Mais ils étaient pleins de ressources et ont fourni au jeune Boyd du matériel de dessin glané un peu partout. Les fins de rouleaux d’impression de papier journal du journal local sont devenues du papier à dessin. Le reste de peinture murale d’un voisin donnait de la couleur aux gravures de canards. Et les boites qui contenaient les pare-brises installés dans le garage d’Ira Packer devenaient la source d’où étaient extraits les chevaux, les oiseaux et d’autres gravures d’animaux sauvages.

L’amour de frère Packer pour la création artistique continua au lycée et pendant ses années de service militaire en tant que pilote de bombardier. Les lettres qu’il envoyait chez lui étaient souvent décorées de scènes de la vie sauvage dont il avait été témoin dans son enfance et qu’il aimait.

À son retour, il commença ses études universitaire et sa carrière professionnelle et épousa Donna Smith. Ils élevèrent dix enfant et, en 1961, frère Packer fut appelé Autorité générale. Malgré ses obligations familiales et professionnelles, et son service dans l’Église, chaque fois que c’était possible, il trouvait du temps pour s’adonner à la création artistique. Il est reconnaissant que sœur Packer l’ait soutenu dans sa passion de toujours.

Il dit : « Elle a toujours fait de la place même si je mettais de la poussière avec ma sculpture. Quand elle voyait que j’étais préoccupé, elle me disait : ‘Pourquoi n’irais-tu pas peindre ou sculpter pendant un moment ?’ En peignant ou en sculptant, j’étais capable de régler les choses dans mon esprit et de résoudre ce qui pesait sur moi. Plein de discours de conférence générale me sont venus pendant que je sculptais des oiseaux. »

En effet, depuis très longtemps l’art de frère Packer est bien plus que la conception d’une belle œuvre d’art. Ses tableaux et ses sculptures sont des représentations de la création et témoignent de son Auteur divin. Il dit : « La terre n’est le fruit ni du hasard ni d’un accident. Elle est le résultat d’une création basée sur un dessein, sur le libre arbitre, sur le choix. ... La beauté et la précision de l’univers, l’infinie diversité de la flore et de la faune, tout cela témoigne d’un plan et d’un Créateur. »

Frère Packer est conscient des prodiges qui se trouvent dans la nature comme les migrations des insectes et des animaux et les qualités presque magiques de ce qu’on peut appeler « l’équilibre parfait » (ou « proportion divine ») qui donne son ordre esthétique à une grande partie du monde naturel.

Il utilise aussi ses interprétations artistiques de la nature pour enseigner les principes de l’Évangile. Nombreux sont les gens qui connaissent « L’équipage de l’évêque », peinture à l’huile qui représente un attelage de chevaux laissé dans un champ pendant que leur propriétaire, un évêque rural dévoué, est parti porter secours à un membre de sa paroisse.

Témoignant du rôle divin de créateur du Christ, Boyd K. Packer a dit : « L’Esprit du Christ peut éclairer l’inventeur, le scientifique, le peintre, le photographe, le sculpteur, le compositeur, l’artiste de spectacle, l’architecte et l’auteur pour qu’ils produisent de grandes choses, des choses inspirées pour le profit et le bien de toute l’humanité. »