Le président Uchtdorf dit que la vérité est complète et universelle

Transmis par Par R. Scott Lloyd, rédacteur du Church News

  • 11 Mars 2014

Dieter F. Uchtdorf fait un discours ayant pour thème la vérité lors du colloque sur l’histoire de l’Église parrainé par l’Université Brigham Young et le département d’histoire de l’Église.

« La vérité continuera à augmenter et à se propager sur toute la terre. Il suffit parfois d’un peu de foi et de patience. Les choses qui peuvent sembler impossibles maintenant peuvent devenir ordinaires dans les années à venir ». — Dieter F. Uchtdorf, de la Première Présidence

Lors du colloque annuel sur l’histoire de l’Église, Dieter F. Uchtdorf a déclaré : « La quête, la découverte et l’application de la vérité sont la raison de notre présence sur cette terre ».

Dieter F. Uchtdorf, deuxième conseiller dans la Première Présidence, a donné un discours dans le centre de conférence à Salt Lake City le 7 mars, le deuxième jour du colloque de deux jours.

Il a tiré son thème d’une citation du romancier Michael Crichton : « si vous ne connaissez pas l’histoire, vous ne savez rien. Vous êtes une feuille qui ne sait pas qu’elle fait partie d’un arbre. »

Il a fait ce commentaire : « L’histoire ne nous renseigne pas seulement sur les feuilles de l’existence. Elle nous parle aussi des rameaux, des branches, des troncs et des racines de la vie. Et ces leçons sont importantes. »

Il a dit que l’Évangile de Jésus-Christ englobe toute vérité, et a ajouté : « mais il se spécialise dans la connaissance qui aura le plus de valeur pour nous dans cette vie et pendant toute l’éternité à venir. »

Le président Uchtdorf fait un discours lors du colloque annuel sur l’histoire de l’Église. Photo R. Scott Lloyd.

Dieu avertit ses enfants de ne pas placer leur confiance dans la sagesse du monde, a fait observer le président Uchtdorf, avant d'ajouter : « mais nous avons le désir presque irrésistible de supposer que la feuille de connaissances que nous avons en notre possession est une représentation de tout ce qu’il faut savoir. »

Le président Uchtdorf affirme que Dieu peut faire sortir de grandes choses de débuts modestes. Il a dit : « En fait, c’est souvent sa stratégie privilégiée. »

Il a donné comme exemples la petite ville galiléenne de Nazareth (ville natale de Jésus) ; et la petite ville de Palmyra (New York), où Joseph Smith a eu la Première Vision.

Il a fait ce commentaire : « De ces deux endroits improbables et quelconques, Nazareth et Palmyra, sont issues deux personnalités qui allaient changer le monde. »

Et il a précisé que notre Père céleste a enseigné à plusieurs reprises à ses enfants de ne pas placer leur confiance dans la sagesse du monde. Il a déclaré : « Et pourtant, nous avons le désir presque irrésistible de supposer que la feuille de connaissances que nous avons en notre possession est une représentation de tout ce qu’il faut savoir. »

Il a fait cette mise en garde : « Nous ne devons pas abandonner la vérité révélée de Dieu, qui est issue des racines et de la source de toute justice et de toute vérité, car ce que nous voyons, en comparaison, est la vérité de notre feuille.

Il y aura des moments où il pourra sembler que les choses vont mal pour la vérité de Dieu, que les preuves du monde sont en contradiction avec les déclarations de Dieu. Pour ma part, j’ai appris à être patient, sachant qu’a la fin, les choses s’arrangeront. Le Royaume de Dieu continuera de grandir. La vérité continuera d’augmenter et de se propager sur toute la terre. Il suffit parfois d’un peu de foi et de patience.. Les choses qui peuvent sembler impossibles maintenant peuvent devenir ordinaires dans les années à venir. »

À titre d’exemple, il a parlé de ce qu’a raconté le président Monson, lequel, alors membre du Collège des douze apôtres, s’adressant à une assemblée de l’Église en Allemagne de l’est, en 1968, avait reçu l’inspiration de promettre que, s’ils restaient fidèles, les bénédictions du temple seraient leurs.

Cela semblait impossible sous le régime communiste qui dirigeait le pays à l’époque.

Le président Uchtdorf a dit que près de dix ans plus tard, le temple a été annoncé et consacré en 1985.

Il a dit : « Dieu est bon et fidèle, et il accomplit son œuvre d’une manière qui ne nous est parfois pas compréhensible dans la condition mortelle. » Puis il a demandé que nous fassions preuve d’un peu de foi, d’un peu de patience, et que nous croyions. Il a déclaré : « [Dieu] nous demande de chercher à le connaître et de croire en sa parole. »

Il a parlé de l’importance de tenir des registres, et a donné en exemple Joseph Smith qui incitait les douze apôtres à tenir des registres des décisions et des événements importants. Il a dit « [Joseph Smith] a dit que, s’ils le faisaient, même pour des choses qui pouvaient leur sembler n’avoir que peu ou pas de valeur, ils s’apercevraient plus tard ‘[qu’elles] auraient une valeur infinie pour [leurs] frères et qu’elles seraient pour eux-mêmes une source de grandes bénédictions’. »

Il a félicité les personnes qui compilent une histoire de l’Église et qui incitent les autres à tenir les annales de leur vie et de leur famille. Il a dit : « Vous comprenez la valeur des journaux qui on pu sembler banals et ordinaires aux personnes qui les ont écrits à l’époque mais qui sont aimés et chéris des années plus tard. »

Il a ajouté : « je suis reconnaissant pour le merveilleux travail qui est accompli pour préparer et publier les Joseph Smith Papers. Le fait de connaître les difficultés réelles et les véritables succès des premiers dirigeants de l’Église et des membres augmente ma foi. Nous devons toujours nous rappeler que la transparence et l’ouverture nous évitent les effets secondaires négatifs du secret ainsi que le cliché des rumeurs qui suscitent la foi. Jésus a enseigné aux Juifs : ‘alors, vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira' (voir Jean 8:32). La vérité et la transparence se complètent. ‘La gloire de Dieu c’est l’intelligence ou, en d’autres termes, la lumière et la vérité’ (D&A 93:36). »