La Primaire célèbre ses cent trente-cinq ans

  Par Rosemary M. Wixom, Jean A. Stevens et Cheryl A. Esplin, présidence générale de la primaire

  • 12 Août 2013

Ce mois d’août, l’Église célèbre les cent trente-cinq ans de la Primaire, programme pour les enfants qui a commencé à Farmington (Utah, États-Unis), en 1878. Aujourd’hui, environ un million d’enfants de par le monde bénéficient chaque semaine de la Primaire dans leurs paroisses et leurs branches.

Résumé de l’article

  • Il y a cent trente-cinq ans, la Primaire a été officiellement organisée le 11 août 1878, à Farmington (Utah, États-Unis).
  • Aujourd’hui, environ un million d’enfants de par le monde bénéficient chaque semaine de la Primaire.
  • La Primaire existe pour aider les enfants et leur famille à vivre l’Évangile dans leur foyer.

« Le programme de la Primaire a permis aux enfants de par le monde de ressentir l’Esprit chaque semaine en participant activement à l’apprentissage et à la musique. Nous exprimons notre reconnaissance aux parents, aux dirigeantes et aux instructeurs de la Primaire. » — Présidence générale de la Primaire

« Que vont devenir les enfants ? » Il y a cent trente-cinq ans, la Primaire a débuté en réponse à cette question.

John W. Hess, évêque à Farmington (Utah, États-Unis), se faisait du souci pour les enfants de sa paroisse, particulièrement en raison de l’indiscipline des garçons. Il a rassemblé les mères de la paroisse, leur a fait part de ses soucis et ils ont parlé de l’importance d’instruire les jeunes enfants.

Aurelia Spencer Rogers a écouté et pendant les mois suivants elle a réfléchi à ce qu’on pourrait faire pour eux. Cela a donné lieu à une discussion avec Eliza R. Snow, qui s’est rendue à Farmington, au printemps de 1878.

Sœur Rogers a demandé : « Que feront nos filles pour avoir de bons maris, si cet état de choses persiste ? ... Ne pourrait-il pas y avoir une organisation pour les petits garçons qui les forme pour en faire de meilleurs hommes ? » (dans Life Sketches of Orson Spencer and Others, and History of Primary Work, 1898, p. 208).

Sœur Snow a rencontré le président Taylor, qui a autorisé l’évêque Hess à former une organisation pour les enfants de sa paroisse. Sœur Rogers a été appelée à présider cette nouvelle organisation pour les enfants et elle y a vu l’occasion de participer à l’œuvre du salut.

Bien que son premier souci ait été les garçons, elle a ressenti qu’il était nécessaire d’inclure les fillettes, car il était bon de chanter et les voix des petites filles contribuaient à l’harmonie du chant.

Le 11 août 1878, l’Association de la Primaire de la paroisse de Farmington a été officiellement organisée. Sœur Rogers a été soutenue comme présidente, avec Louisa Haight et Helen M. Miller comme conseillères. Au cours des deux semaines suivantes, la présidence a commencé par rendre visite à chaque foyer de la paroisse ; deux cent vingt-quatre enfants ont été invités à la première réunion tenue le dimanche 25 août 1878 et deux cent-quinze enfants (âgés de six à quatorze ans) y ont assisté.

« Les réunions hebdomadaires avaient eu lieu le samedis après-midi. On a enseigné aux enfants la foi, l’obéissance, la prière, la ponctualité et le comportement (en particulier, on a incité les garçons à ne pas prendre les fruits des vergers et des champs de melon, et l’on a exhorté les filles à ne pas à s’accrocher aux chariots). La musique est devenue partie intégrante du programme, comme les récitations, les projets de jardinage, les foires annuelles et les leçons d‘arts ménagers » (Janet Peterson et LaRene Gaunt, The Children’s Friends: Primary Presidents and Their Lives of Service, 1996, p. xii).

Voyez comme la Primaire a grandi depuis 1878.

Une fresque représente John W. Hess, Aurelia S. Rogers et d’autres dirigeantes, lors de la première réunion de l’Association de la Primaire de la paroisse de Farmington, le 25 août 1878 ; deux cent-quinze enfants âgés de six à quatorze ans y étaient présents.

Aujourd’hui, environ un million d’enfants de par le monde bénéficient chaque semaine de la Primaire dans leurs paroisses et leurs branches. Les dirigeantes et les instructeurs de la Primaire s’efforcent de soutenir les parents dans leur rôle consistant à aider les enfants à acquérir un témoignage de notre Père céleste, de Jésus-Christ et de l’Évangile rétabli.

Des enfants expriment leurs sentiments au sujet de leur participation à la Primaire.

La présidence générale de la Primaire : Rosemary M. Wixom et ses conseillères, Jean A. Stevens et Cheryl A. Esplin.

Après sa présentation à la réunion de Sainte-Cène de la Primaire, Tanner, dix ans, de Worland (Wyoming, États-Unis), a écrit : « Lors du dernier chant, l’orgue s’est joint au piano, et c’était beau quand l’assemblée s’est jointe à nous quand nous avons chanté ‘Hold to the Rod [Tiens-toi à la barre de fer]’. J’avais envie de pleurer ; j’avais du mal à m’arrêter. J’aime la Primaire. »

En tant que présidence générale de la Primaire, nous célébrons ces humbles débuts à Farmington (Utah, États-Unis). Le programme de la Primaire a permis à des enfants du monde entier de ressentir l’Esprit chaque semaine en participant activement à l’apprentissage et à la musique. Nous exprimons notre reconnaissance aux parents, aux dirigeantes et aux instructeurs de la Primaire.

Aujourd’hui, la Primaire existe pour aider les enfants et leur famille à vivre l’Évangile dans leur foyer. Nous commémorons la question posée il y a cent trente-cinq ans par John W. Hess et l’inspiration que sœur Rogers a reçue pour passer à l’action. En conséquence, des millions d’enfants ont été bénis.