Les dirigeantes de la Primaire recommandent aux familles de se concentrer sur Jésus-Christ

  Par Marianne Holman, de la rédaction du Church News

  • 8 Mai 2013

Rosemary M. Wixom, présidente générale de la Primaire (au centre), et ses deux conseillères, Jean A. Stevens (à gauche) et Cheryl A. Esplin (à droite), prennent la parole le 2 mai 2013 lors de la conférence des femmes de l’université Brigham Young à Provo (Utah, États-Unis).  Photo de Jonathan Hardy, Photo de l’Université Brigham Young.

« Lorsque nous nous concentrons sur Jésus-Christ, nous déblayons les décombres qui obstruent le chemin et nous posons pour notre foyer une fondation sur le roc de notre Rédempteur. Les vents souffleront et les tempêtes puissantes s’abattront sur nous, mais nous ne tomberons pas. » — Rosemary M. Wixom, présidente générale de la Primaire

« Ce sont les petites choses que nous faisons qui amènent nos enfants au Sauveur », a dit Rosemary M. Wixom, présidente générale de la Primaire, au cours de la conférence des femmes de l’université Brigham Young le 2 mai 2013.

« Lorsque nous nous concentrons sur Jésus-Christ, nous déblayons les décombres qui obstruent le chemin et nous posons pour notre foyer une fondation sur le roc de notre Rédempteur. Les vents souffleront et les tempêtes puissantes s’abattront sur nous, mais nous ne tomberons pas.  »

Sœur Wixom et ses conseillères, Jean A. Stevens et Cheryl A. Esplin, se sont concentrées sur les trois fondations que sont la prière, les Écritures et le temple pour fortifier le foyer.

Le pouvoir de la prière individuelle et familiale

« Notre Père céleste ne se préoccupe pas de savoir si nous sommes intelligentes, brillantes, riches, ou célèbres », a dit sœur Esplin. Elle a ajouté : « Il nous aime parce que nous sommes ses enfants. Il nous a donné un filin de sécurité menant à lui, on l’appelle la prière ».

La prière est essentielle pour édifier une vie et un foyer centrés sur le Christ , a-t-elle enseigné.

« Nous savons tous que, dans la vie réelle, il n’est pas toujours facile de réunir sa famille pour prier, du fait des différents emplois du temps et activités des membres de la famille, mais si nous en faisons une priorité, nous trouverons ce qui est pour nous le meilleur moyen de le faire », a dit sœur Esplin.

Si les petits enfants ont constamment et régulièrement l’occasion de prier dans leur famille, ils apprendront rapidement qu’il y a quelqu’un à qui ils peuvent toujours s’adresser s’ils ont besoin d’aide.

« Nous pouvons prier n’importe quand et n’importe où », a-t-elle ajouté. « Il nous a été promis que grâce à la prière régulière, les membres de notre famille se rapprocheront de Dieu et les uns des autres. Notre foyer sera un lieu de force spirituelle, un refuge contre les influences mauvaises du monde. »

 

Rosemary M. Wixom, présidente générale de la Primaire, salue une participante à la conférence des femmes de l’université Brigham Young. Photo de Jonathan Hardy, Photo de l’Université Brigham Young.

Le pouvoir de l’étude approfondie des Écritures

Citant Richard G. Scott, du Collège des douze apôtres, sœur Wixom a dit : « Les Écritures sont comme des touches de lumière qui illuminent notre esprit et nous permettent d’être dirigés et inspirés d’en haut.

Ces touches de lumière illuminent notre esprit et nous aident à bâtir une fondation sur le ‘roc de notre Rédempteur’. Elles témoignent de Jésus-Christ, et par le pouvoir du Saint-Esprit, nous apprenons qui il est en les lisant.

« Quand la lecture des Écritures devient une habitude quotidienne, nous sommes enclins à les étudier et nous les aimons », a-t-elle dit, avant d’ajouter : « Comme une femme l’a dit, ‘puis vient le moment où l’obéissance devient de la soif et de la faim’. »

Le président Monson a dit : « Si vous étudiez diligemment les Écritures, votre pouvoir d’éviter la tentation et de recevoir la direction du Saint-Esprit dans tout ce que vous faites augmentera » (« Soyez au meilleur de vous-mêmes », conférence générale d’avril 2009).

En lisant les Écritures, les familles augmenteront la présence du Saint-Esprit dans leur foyer.

Le pouvoir du Temple

l’œuvre du temple et l’histoire familiale sont essentiels pour accomplir l’œuvre du salut du Seigneur, a dit sœur Stevens.

« J’imagine que le Seigneur, avec son pouvoir infini, pourrait concevoir un moyen d’apporter le salut à tous ses enfants sans utiliser directement notre aide , a-t-elle dit.  Mais pour diverses raisons, il ne l’a pas fait pas. Se pourrait-il que notre participation à l’œuvre du temple et à l’histoire familiale soit conçue pour sauver non seulement nos ancêtres, mais aussi pour nous sauver, nous et nos enfants ? »

Si chacun de nous se concentre sur le culte au temple et sur l’histoire familiale, nous recevrons les bénédictions promises et nous ressentirons la présence du Seigneur dans notre vie. Si nous faisons participer les enfants à effort orienté vers le temple, les foyers et les familles recevront ces bénédictions.

Sœur Stevens a dit que même de petites choses, comme placer une photo du temple dans la chambre d’un enfant, chanter des chants au sujet du temple, visiter les jardins du temple, aider les enfants à se préparer à recevoir une recommandation à l’usage du temple, raconter des histoires concernant des ancêtres et faire participer les enfants à l’histoire familiale et à l’œuvre du temple, les aideront à intégrer le temple à leur vie et à leur avenir.