Nouvelles et manifestations de l’Église

C’est la Saison

Par Pene Beavan Horton, du pieu de Victoria Colombie britannique

  • 5 Decembre 2012

Lorsque Barbara Watters, résidente de Saanich et membre de l’Église, a acquis sa première crèche de Noël en 2005, elle n’avait aucune idée qu’elle en aurait 375 six ans plus tard. Elle a l’intention d’en acquérir davantage, si elle en trouve d’autres intéressantes d’ici la nouvelle exposition.

“Je suis totalement prise par les crèches!” admet-elle. “Mes enfants en ont assez de voir les nouvelles que j’achète. Je reviens toujours à la maison en disant : ‘’’Vous ne devinerez jamais ce que j’ai trouvé aujourd’hui; est-ce que vous voulez voir mon trésor ?’’ La réponse est : ‘’NON ! PAS ENCORE UNE AUTRE!’”

Ou et comment quelqu’un peut-il garder des centaines de crèches de Noël ? Barbara répond : ‘’Je garde les crèches, soigneusement empaquetées, dans notre grange. Et je dis à ma fille : ‘ ‘Le jour out u quitteras la maison, je vais transformer ta chambre pour en faire mon aire de présentation!’’ ‘’Pas ma chambre!’’, supplie sa fille.

Qu’est-ce que Barb trouve de si special à sa collection de crèches de Noël ? “Nous n’en n’avions pas lorsque j’étais enfant’’, dit-elle. “Et la naissance du Sauveur a une signification particulière pour moi car j’attendais mon premier enfant à la meme période que cet événement bienheureux . Mon fils est né le jour du Boxing Day. Depuis, je me sens proche de toute l’histoire et les crèches me fascinent. Je n’ai jamais rien collectionné auparavant qui m’ait permis de me sentir si bien. ‘’Elles me rappellent que le Christ est au coeur des célébrations de Noël, pas seulement ici, mais dans le monde entier.’’

“Chaque crèche est différente…elles sont vraiment international, venues du Mexique, du Japon, du Pérou, d’Israël, d’Irlande, de Hollande, d’Allemagne, du Panama, de Thaïlande, de Bolivie, des États-Unis, d’Afrique et de Russie. J’en ai même une esquimau. Elles sont de la taille d’une petit Jésus taillé dans une obturation dentaire en or à une de la taille d’une noix, et ainsi de suite, jusqu’à une atteignant environ un mètre de haut. Et elles sont faites de toutes sortes de matériaux : de l’ivoire, du verre, de la porcelaine, du bois, de l’argile, d’étain et de tissu. Chaque crèche apporte un esprit différent.

“Je les apprécie aussi d’un point de vue purement artistique. Chaque crèche représente son pays d’origine. Certaines sont faites à la main et sont très simples, d’autres sont somptueuses. Une de mes préférées est sculptée à la main dans un morceau de talc, en forme de ‘’chullo’’, bonnet péruvien. L’amour de Barb pour les crèches de Noël, en dépit des ‘’Oh, Maman!, pas encore une autre!’’ de ses enfants, a été le fer de lance pour présenter la sixième édition de l’exposition annuelle de crèches de son pieu, qui se tient du 25 novembre au 2 décembre, dans la salle culturelle de l’église de Sidney.

“C’est mon cadeau à la collectivité. J’aime beaucoup les partager”, déclare Barb, qui peut maintenant sortir ces crèches de façon permanente de leurs boîtes d’emballage, car sa fille s’est mariée au mois d’août.