Nouvelles de l’Église

L’Église vise l’objectif mondial d’éliminer les maladies évitables.

Transmis par Philip M. Volmar, Nouvelles et manifestations de l’Église

  • 11 Novembre 2011

Depuis 1990, environ 59.000 membres de l’Église ont donné 750.000 heures de service afin d’aider à atteindre l’objectif d’éliminer les maladies prévisibles parmi les enfants.

L’objectif mondial fixé par un consortium d’organisations prophylactiques et humanitaires, il y a 21 ans, consiste à aider à éradiquer la rougeole et d’autres affections prévisibles, et l’entraide de l’Église soutient la cause en fournissant des fonds, des heures de service et de l’instruction.

L’objectif, qui est de « réduire la mortalité infantile » des deux tiers aux environ de 2015, a été défini il y a 21 ans par la Fondation pour les Nations Unies, l’Organisation mondiale de la santé, la Croix rouge, le Fonds international des Nations Unies pour le secours à l’enfance , et les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies.

En 1990, les organisations prophylactiques et humanitaires ont pointé la rougeole pour laquelle la vaccination était à faire en priorité parce qu’elle était la principale cause de décès des enfants dans le monde. La rougeole, connue aussi sous le nom de rubéole est un virus très contagieux qui peut causer de la fièvre, des éruptions, des taches blanches dans la bouche et la pneumonie.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la maladie a été la cause de 2,6 millions de morts en 1980. Deux ans plus tôt, la Première Présidence avait publié une lettre invitant tous les membres à « protéger leurs enfants en les vaccinant ».

La lettre est arrivée à une époque où l’on disposait aux États-Unis et ailleurs de nombreux vaccins contre les maladies prévisibles, mais que l’on n’utilisait pas à grande échelle.

Dans la lettre, la Première Présidence encourageait aussi les membres de l’Église à s’impliquer socialement sur le plan de l’éducation du public et de la diffusion des vaccins qui combattent les maladies infectieuses.

« Les campagnes de vaccination aux États-Unis et dans d’autres pays, si elles sont réussies, mettront fin à beaucoup de souffrances inutiles et élimineront la menace potentielle des épidémies. De tels efforts méritent notre soutien total », y lisait-on.

Depuis 2003, environ 59.000 bénévoles de l’Église dans 34 pays ont fourni 750.000 heures de service au projet, y compris le soutien des systèmes de santé nationaux qui administrent les vaccins de la rougeole.

L’Amérique du Sud, l’Afrique et l’Asie ont été les principaux bénéficiaires des vaccins gratuits pour la rougeole fournis par l’Église et par d’autres organisations dans le cadre de l’initiative.

« A ce jour, l’Amérique du Sud est en grande partie vaccinée contre la maladie », déclare Fred Riley, directeur des projets spéciaux pour les services humanitaires SDJ, en soulignant que des régions d’Afrique et d’Asie restent encore des frontières pour la vaccination de la rougeole. « Le but a eu un impact énorme », dit-il, « vraiment un miracle ».

En 2008, le taux de mortalité de la rougeole est tombé à environ 164.000 décès par an en raison de l’effort au niveau mondial{emune baisse de 94% depuis 1980.

Riley a déclaré que les services humanitaires, qui fournissent des fonds et organisent les bénévoles pour programmer la vaccination, aident à augmenter la prise de conscience et l’utilisation des vaccins par un effort appelé mobilisation sociale.

Cette mobilisation vise à augmenter le pourcentage d’enfants vaccinés gratuitement par les organisations participantes et les ministères de la santé nationaux, dit Riley. Les dons de l’entraide de l’Église et les bénévoles contribuent à maintenir cet effort dans les parties du monde où les taux de vaccinations sont bas.

En 2012, les objectifs des services humanitaires pour l’initiative inclue un engagement de 1,9 millions de dollars américains, la moitié ira aux efforts de mobilisation sociale.

L’autonomie financière des ministères de la santé nationaux est une autre priorité, parce que les pays développant des infrastructures de santé ont besoin de formation et d’instruction.

« Nous envisageons de concentrer nos efforts sur l’autonomie de la vaccination dans les pays en voie de développement », dit frère Riley, soulignant qu’historiquement, ces pays n’ont pas été en mesure de fournir un nombre adéquat de vaccins à leurs citoyens en raison du manque d’instruction, de financement ou des deux.

Ce financement n’a pas vocation à être consacré tout le temps pour les pays en voie de développement », dit-il. « Nous essayons d’implanter la culture du bénévolat et de l’autonomie ».

Les membres et les autres peuvent consulter le site Web des services humanitaires pour en apprendre davantage sur les dons au fonds ou sur le bénévolat. On peut aussi faire des dons sur la feuille de dîme en écrivant sur la ligne “Aide humanitaire”.

On peut obtenir de plus amples informations sur les vaccinations et les maladies prévisibles sur CDC.gov en anglais et en espagnol.