Nouvelles de l’Église

Neil L. Andersen commémore l’anniversaire des trente ans de l’Église en Haïti

  Par Jason Swensen, de la rédaction du Church News

  • 28 Février 2013

Neal L. Andersen, sa femme, Kathy, et les missionnaires en Haïti posent près d’une plaque commémorative marquant les débuts de l’Église en Haïti.  Photo publiée avec l’autorisation de l’interrégion des Antilles.

Une trentaine d’années auparavant, le président Monson, alors membre du Collège des douze apôtres, s’est rendu en Haïti et a consacré le pays à la prédication de l’Évangile rétabli. Depuis cette époque, les membres haïtiens et leurs voisins ont enduré d’énormes difficultés économiques et, il y a trois ans, un tremblement de terre dévastateur.

Mais quand Neil L. Andersen, du Collège des douze apôtres, s’est rendu récemment en Haïti, il a été accueilli par des saints des derniers jours pleins d’espoir qui consacrent leur vie à servir dans l’esprit de l’Évangile. Neil L. Andersen, a parlé en français à toutes les réunions. Pour la première fois, les membres ont ainsi entendu un membre du Collège des douze apôtres parler de l’Évangile sans traduction. L’apôtre était en Haïti dans le cadre d’une visite de l’interrégion des Antilles.

Wilford W. Andersen, président de l’interrégion des Antilles, a dit : « La visite de frère Andersen en Haïti ne sera jamais oubliée par les membres de l’Église. » « Il leur a serré la main, a exprimé son amour et leur a donné des conseils inspirés dans une langue qu’ils comprenaient.

La visite de Neil L. Andersen en Haïti a commémoré l’anniversaire des trente ans de l’Église dans le pays. Le 12 février, frère et sœur Andersen et un grand groupe de membres haïtiens se sont rendus en voiture au mont Boutillier, au-dessus de la capitale de Port-au-Prince, là où frère Monson avait offert sa prière de consécration.

À cet endroit, Neil L. Andersen a présidé à l’inauguration d’une plaque commémorative qui servira de rappel permanent des débuts de l’Église en Haïti. Les membres réunis pour la cérémonie d’inauguration étaient très heureux de regarder un message préenregistré du président Monson.

Dans son message, le président Monson expliquait que ses devoirs l’empêchaient d’être en Haïti en personne, « mais mon cœur est certainement avec vous pendant que nous réfléchissons ensemble aux progrès remarquables du royaume de Dieu dans votre pays, ainsi qu’aux bénédictions dont nous bénéficions tous en tant qu’enfants de notre Père céleste.

Le président de l’Église a fait remarquer la progression depuis sa visite en1983 alors que l’Église n’en était qu’à ses débuts en Haïti.

« Maintenant, avec environ vingt mille membres répartis entre quatre pieux et trois districts, l’Église devient une grande bénédiction pour Haïti et son peuple », a-t-il dit. « Des milliers de familles fidèles s’agenouillent chaque jour en prière pour remercier Dieu de ses bénédictions et pour rechercher sa protection. Je sais qu'il entend ces prières et qu’il y répond.

Le président Monson a conclu son discours en disant que « des jours glorieux » attendent les membres qui gardent leurs alliances sacrées.

 

« Le message du président Monson était plein de foi et d’espoir. Il a touché le cœur de nos saints haïtiens. Ils savent que leur prophète se souvient d’eux et qu’il les aime », a dit Wilford W. Andersen.

Lors de la commémoration, Neil L. Andersen a parlé de la « profonde reconnaissance » de l’Église pour les nombreuses personnes qui ont joué un rôle clé pour établir les fondements de l’Évangile sur le sol haïtien. L’œuvre de l’Évangile, a-t-il ajouté, est essentiellement spirituelle, en poursuivant : « les choses importantes de la vie ne se situent pas entre la richesse et la pauvreté ou entre la célébrité et l’anonymat. Les choix importants de la vie sont entre le bien et le mal.

Le service missionnaire, a-t-il ajouté, a été un miracle en Haïti. « Rien ne changera ce pays autant que le fera l’Évangile de Jésus-Christ. Parlons du Christ. Parlons de son exemple, de son pouvoir expiatoire et de sa résurrection.

Vous… êtes une lumière pour le pays. »