Nouvelles de l’Église

Quentin L. Cook : le succès dans l’œuvre missionnaire passe par la compréhension de la doctrine

  Par Sarah Jane Weaver, rédaction du Church News

  • 8 July 2013

Quentin L. Cook s’adresse aux nouveaux présidents de mission et à leur épouse lors du séminaire qui leur est consacré.

Quentin L. Cook, du Collège des douze apôtres, a dit : « Les occasions et les difficultés de l’œuvre missionnaire sont le résultat du croisement entre le libre arbitre, l’opposition et la foi.

Il est essentiel que les missionnaires comprennent la corrélation entre ces points de doctrine. Ils peuvent alors les enseigner tous les trois et atteindre l’unité de la doctrine qui est attendue des envoyés du Sauveur. Les effets combinés de ces points de doctrine peuvent être très profonds. »

Lors du séminaire pour les nouveaux présidents de mission, frère Cook a parlé de chaque point de doctrine.

Il a dit que le libre arbitre est la capacité de choisir et d’agir. Il a ajouté : « C’est un élément essentiel du plan du salut. Sans le libre arbitre nous ne pourrions pas apprendre, progresser ou choisir de suivre le Sauveur. » Il a dit que, dans le conseil prémortel dans les cieux, le plan du Père a inclus le libre arbitre comme élément essentiel.

Frère Cook a fait remarquer que la doctrine de l’opposition est étroitement liée à celle du libre arbitre et est parfois considérée comme en faisant partie. Il a ajouté : « Mais parce que l’opposition provient souvent de sources extérieures ou de tiers, il est utile de l’examiner séparément. C’est particulièrement vrai de l’opposition qui se rapporte à l’œuvre missionnaire. »

Il a dit que l’étude des Écritures relatives aux bénédictions de la foi liées à l’œuvre missionnaire est très inspirante. Rien que dans le Livre de Mormon, on lit que les bénédictions missionnaires liées à la foi sont, entre autres, des manifestations spirituelles, des prières exaucées, la connaissance, un changement de cœur, les miracles, la guérison, la paix, la formation de l’Église et le salut promis.

Il a ajouté : « Cependant, en fin de compte, les amis de l’Église ont le libre arbitre d’accepter ou de rejeter la doctrine du Christ. Doctrine et Alliances 10:53 explique clairement que le Seigneur n’établira pas son Église, même si les missionnaires font tout ce qu’il faut, si les gens s’endurcissent le cœur. Les amis de l’Église peuvent rejeter ce qui est enseigné. »

Il a dit aux nouveaux présidents de mission que, pour surmonter l’opposition et l’endurcissement du cœur, leur objectif sera d’enseigner la doctrine qui édifie la foi au Seigneur Jésus-Christ dans le cœur des missionnaires.

Frère Cook a raconté une expérience qu’il a eue lorsque, jeune missionnaire, il essayait d’ouvrir une nouvelle région et de convertir suffisamment de membres pour créer une branche. Il y avait beaucoup d’opposition et un article de journal négatif. Pourtant, sous la direction divine, les jeunes missionnaires ont réussi à trouver des familles qui pourraient diriger la future branche.

Frère Cook a dit que l’expérience lui a appris des leçons d’une valeur inestimable :

« J’ai eu la bénédiction d’avoir une vision de ce que le Seigneur voulait qu’il se produise dans cette nouvelle branche pour établir son Église.

« J’ai compris que l’élaboration dans l’humilité d’un plan qui comportait des buts et des objectifs pour réaliser cette vision était une source de puissance.

« J’ai eu la bénédiction spirituelle de supplier Dieu pour obtenir de l’aide afin d’accomplir ses desseins.

« J’ai découvert que l’opposition peut être une bénédiction.

« J’ai appris la nécessité de répondre à l’inspiration du Saint-Esprit.

« J’ai compris la nature du pouvoir et de l’influence que les dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires ont dans l’œuvre du salut. »

Il a ajouté que ce que les missionnaires ressentent en fin de compte envers leur mission dépend souvent de l’utilisation qu’ils font des buts et de la planification.

Il a précisé : « Deux extrêmes relatifs aux objectifs missionnaires étaient un obstacle avant les nouvelles directives contenues dans Prêchez mon Évangile. Tout d’abord, de temps en temps, au lieu que les missionnaires s’attachent à édifier des paroisses et des branches et à aider le Seigneur à établir son Église, certaines missions ont porté les efforts exclusivement sur les baptêmes. ... Il faut aussi reconnaître qu’à l’autre extrémité du spectre, avant Prêchez mon Évangile, des présidents de mission n’étaient pas à l’aise pour donner ne serait-ce qu’une vision de ce qu’un missionnaire qui a du succès essaie d’accomplir et certains reculaient devant toute forme de fixation de but et de planification nécessaire pour les atteindre. »

Les présidents de mission qui apprennent à aider les missionnaires à se fixer des buts, à planifier et à rendre compte, aideront non seulement de nombreuses personnes à recevoir l’Évangile et édifieront des paroisses et des branches, mais ils béniront également les missionnaires tout au long de leur vie.

« Notre but ultime, bien sûr, est d’avoir des membres convertis et fidèles qui reçoivent les alliances du baptême et du temple et qui les renouvellent en prenant la Sainte-Cène chaque semaine. Les baptêmes qui n’établissent pas l’Église avec des paroisses et des branches fortes et qui ne conduisent pas à des alliances ne contribuent pas aux desseins de notre Père céleste pour ses enfants ».