Nouvelles de l’Église

Claudio R.M. Costa apporte réconfort et secours au Japon

  Conan Grames, directeur de la communication, interrégion d’Asie du Nord

  • 25-05-2011

Claudio R. M. Costa, de la présidence des soixante-dix (deuxième à partir de la gauche), et Gary E. Stevenson, des soixante-dix (deuxième à partir de la droite), président de l’interrégion d’Asie du Nord, livrent des fournitures scolaires pendant une visite au Japon au cours de laquelle Claudio R. M. Costa a aussi remis d’autres dons de l’Église.

Claudio R. M. Costa, de la présidence des soixante-dix, s’est rendu récemment au Japon, et il a apporté du réconfort, des directives et des secours aux personnes qui ne se sont pas encore remises du tremblement de terre et du tsunami dévastateurs qui ont frappé le pays le 11 mars.

Claudio R. M. Costa et sa femme, Margareth Fernandes Morgado, ont pris la parole lors d’une veillée à Sendai, située à côté de l’épicentre original du tremblement de terre de magnitude 9, où les dégâts les plus graves ont eu lieu.

Il a déclaré, en citant la section 88 des Doctrine et Alliances : « En 1832, le Seigneur … savait ce qui allait se produire ici. Il nous a envoyé ce message pour que notre cœur soit en paix . . … et pour que nous connaissions mieux le Dieu que nous adorons. »

Au cours de leur visite, Claudio R. M. Costa et sa femme, accompagnés de Gary E. Stevenson, président de l’interrégion de l’Asie du Nord et de sa femme Lesa, se sont rendus à Onagawa sur la côte nord-est du Japon. Le village a été presque complètement dévasté par le tsunami et dix pour cent de ses quelque mille habitant sont morts ou ont disparu à cause de la catastrophe.

Ils ont remis au maire d’Onagawa cinq monospaces destinés aux transports des villageois pour faire des courses, se rendre aux bains publics et voir leur médecin.

Ailleurs, Claudio R. M. Costa a visité un grand centre de secours où près de huit cent personnes vivent ensemble sur le sol d’un gymnase depuis la catastrophe. Chaque famille dispose d’un espace d’un mètre carré, délimité par du carton, ainsi que de couvertures et de vêtements reçus des équipes de secours.

Sœur Costa et sœur Stevenson sont allées dans une école élémentaire, où elles ont remis au directeur des cartables pour les enfants. Les cartables ont été fabriqués à la main par des sœurs appartenant à des unités de l’Église au Japon.

Au cours des récents mois, l’Église a fait des dons à la Croix Rouge japonaise et aux trois préfectures touchées par la catastrophe. Elle a aussi acheté des fournitures et a livré une grande quantité de biens donnés représentant plus de deux cent tonnes. Environ dix mille bénévoles de l’Église ont consacré près de cent mille heures de service. Les secours humanitaires fournis lors de la crise au Japon comptent parmi les plus importants de l’histoire de l’Église. Claudio R. M. Costa a dit que dans son rapport à l’évêque président, il mentionerait que les besoins sont très importants et que l’argent est bien dépensé.

Il a dit au membres du Japon : « Le monde entier prie pour vous, Je vois ici un grand avenir. À notre arrivée . . J’ai vu beaucoup de vie et des gens qui désiraient fortement aller de l’avant et faire de leur mieux. Je suis reconnaissant de votre désir de servir le Seigneur et je suis absolument certain qu’il continuera de vous bénir. »