Nouvelles de l’Église

Un baptême suite à une expérience éprouvante n’est pas un accident.

  Chelsee Niebergall, Nouvelles et manifestations de l’Église

  • 29/07/2011

Les membres de la paroisse de Cavadas sont sortis indemnes d’un accident au cours duquel le car s’est retourné plusieurs fois.

Pour Francisco Montejano Murillo, le 16 avril 2011 n’était qu’un jour de travail comme les autres. Ce samedi, son travail de chauffeur consistait à transporter des membres de la paroisse de Cavadas, du pieu de Zamora, au Mexique, jusqu’au temple de Guadalajara, au Mexique.

Il n’imaginait pas que les évènements du matin changeraient sa vie.

Frère Murillo n’était pas membre de l’Église à cette époque, mais il la connaissait, puisque Marco Antonio Ramirez Vargas l’évêque de la paroisse, l’avait engagé de nombreuses fois auparavant pour conduire les membres aux activités.

« Nous avons toujours essayé d’inviter frère Murillo à se joindre à nos activités, mais il ne semblait jamais intéressé — jusqu’à ce jour-là », raconte frère Ramirez.

Avant que le groupe ne parte, un membre de la paroisse fit la prière, demandant une bénédiction pour que leur voyage soit sûr et que M. Murillo soit guidé dans sa conduite.

Les membres de la paroisse faisaient route vers le temple lorsqu’une voiture transportant une jeune famille, arrivant en face, essaya de dépasser un camion, ce qui l’amena directement sur la voie du car. Frère Murillo devait prendre une décision. S’il percutait la voiture, le car aurait plus de chances de rester sur la route, les douzaines de passagers à bord auraient moins de blessures, mais les conséquences pour la famille seraient vraisemblablement fatales. S’il déviait pour éviter la voiture, le car dévalerait la pente pour tomber dans un champ couvert de gros rochers—un désastre pour les passagers du car

Frère Murillo a dit qu’il s’est néanmoins senti guidé pour faire sortir le car de la route.

Il a raconté que depuis des années qu’il conduisait des cars, rien de tel ne lui était arrivé. « J’avais peur, tout ce que je pensais était ‘Aide moi, Dieu’, et il m’a aidé. Il nous a tous aidés. »

Le bus a fait plusieurs tonneaux et a fini sa course sens dessus dessous. Miraculeusement, le car a atterri à un endroit où il n’y avait pas de rochers. Frère Murillo a déclaré que d’ordinaire, un accident comme celui-ci finit de manière tragique Cependant, tout le monde a pu s’en sortir. Les vingt-sept membres à bord — treize adultes, six jeunes et huit enfants de la Primaire — sont sortis du car dans l’ordre et le calme.

Frère Murillo a déclaré que lorsque ces accidents surviennent, les gens paniquent et essaient de rejeter la faute sur quelqu’un. Cependant, dans ce cas, les membres ont été très reconnaissants que personne n’ait été blessé et l’ont remercié de les avoir protégés.

Les passagers reconnaissent la protection qu’ils ont eue, dit frère Ramirez.

« Mon fils de dix ans dit qu’il a senti, lorsque le car a commencé à faire des tonneaux et qu’il a été éjecté de son siège, que quelqu’un l’attrapait en plein air pour le reposer sur le sol » a déclaré frère Ramirez. « Tout le monde a dit avoir eu des sentiments semblables, à savoir que quelqu’un les tenait pour qu’ils ne soient pas blessés ».

Frère Murillo était étonné que personne n’ait eu de blessures graves.

« Avant, je ne croyais pas aux miracles. Mais alors que j’aidais les gens à sortir du car, j’ai remarqué que personne n’était blessé. Dieu m’a donné l’occasion de croire », dit Frère Murillo.

Lorsqu’il réalisa que Dieu avait entendu et répondu aux prières du groupe ce matin, Frère Murillo a eu cette pensée : « Ta prière a été entendue ! Ce doit être la véritable Église ! ».

Peu après l’accident, vers la fin de la réunion de Sainte Cène à la paroisse de Cavadas, les portes au fond de la chapelle se sont ouvertes, et Frère Murillo et sa femme sont entrés. Frère Ramirez a déclaré avoir eu les larmes aux yeux au moment où il les a vus. Après la réunion, Frère Murillo a été présenté aux missionnaires et a accepté d’écouter les leçons missionnaires.

Le 28 mai 2011, un peu plus d’un mois après le jour de l’accident, frère Murillo est entré dans les eaux du baptême.

« Après l’accident, je me suis rendu compte que Dieu m’avait donné une autre occasion, et je ne voulais pas la gâcher », déclara-t-il.