Nouvelles de l’Église

Les membres sont la clé pour rendre plus productives les forces missionnaires supplémentaires

  Par R. Scott Lloyd, rédacteur au Church News

  • 20 Février 2013

Bryan Borrayo, de Guatemala City (Guatemala) (devant) et Carlos Arias Bermudez, d’Ogden Nord (Utah, États-Unis), à vélo dans un quartier au sud de Phœnix (Arizona, États-Unis).  Photo Jill Adair.

Nous avons récemment reçu au siège de l’Église un formulaire d’acceptation d’appel en mission, sur lequel un mot seul en dit long par sa brièveté. Dans l’espace réservé à la réponse se trouvait le mot « OUI ! ! ! » en grandes lettres, en couleurs, écrites à la main.

Par un seul mot, le formulaire signé reflète la joie, l’enthousiasme et la gratitude que les jeunes saints des derniers jours montrent depuis que le président Monson a fait son annonce mémorable et historique à la conférence générale d’octobre dernier. Il s’agit de la nouvelle règle abaissant l’âge requis pour partir en mission à dix-huit ans pour les jeunes gens et à dix-neuf ans pour les jeunes filles.

La réaction a été immédiate et sans précédent. Cela continue aujourd’hui, au point que les forces missionnaires de l’Église dépassent maintenant le nombre de soixante mille missionnaires pour la première fois depuis de nombreuses années.

Lors d’un entretien récent, Russell M. Nelson, du Collège des douze apôtres, a dit : « Nous sommes ravis de la réaction ». Il a souligné le sacrifice de tant de jeunes gens, de couples d’âge mûr, et des familles qui les soutiendront.

« Notre premier sentiment est celui d’une profonde reconnaissance pour l’engagement et la consécration de ces familles missionnaires », a dit frère Nelson, qui est président du comité exécutif missionnaire de l’Église.

Il a observé : « On nous demande ce que nous ferons de tous ces missionnaires. La réponse est que ces missionnaires feront ce que les missionnaires ont toujours fait. Ils prêcheront l’Évangile. Ils enseigneront, ils témoigneront, ils secourront, et ils seront une bénédiction dans la vie des enfants de Dieu. »

L’ampleur de la réaction à la suite de la modification est illustrée par le nombre de nouvelles missions en cours de création cette année. Comme le montre l’annonce récente, il y a cinquante-huit nouvelles missions, qui passent ainsi de trois cent quarante-sept à quatre cent cinq.

Russell M. Nelson a ajouté : « Nous avons le sentiment que les membres sont la clé pour que cette force missionnaire supplémentaire soit extrêmement productive.

Nous devons être plus efficaces dans l’utilisation du temps précieux et du service rendu par ces missionnaires, ce qui signifie que les membres, le conseil de paroisse et les dirigeants de mission de paroisse devront unir leurs efforts, à mesure que nous répartissons les missionnaires dans les unités de l’Église. »

Il ajoute : « Nous espérons que les conseils de paroisse et les dirigeants de mission de paroisse joueront un rôle actif pour remplir les agendas de ces missionnaires afin qu’ils aient des rendez-vous ciblés, de qualité et efficaces pour secourir les membres non pratiquants de l’Église, leurs amis non membres et les membres de leurs familles qui se trouvent parmi nous. »

David F. Evans, des soixante-dix, directeur exécutif du département missionnaire, dit que l’ampleur de la réaction n’était pas tout à fait inattendue.

Malgré cela, « c’est une grande satisfaction de voir que ce que la Première Présidence et les Douze avaient en vision prend forme. Ce changement découle de leur foi, de leur courage et de leur réaction à des impressions spirituelles profondes ».

Outre le fait qu’il est spectaculaire, le surcroît d’intérêt pour partir en mission est durable, a ajouté frère Evans.

« Bien sûr, le nombre de volontaires augmentera pendant environ trois ans ». Il parle du nombre de jeunes « impatients de partir en mission » qui en ont maintenant la possibilité suite à l’abaissement de l’âge requis.

« Nous sommes en train de mettre en place et de créer des missions en anticipant nos besoins lorsque nous aurons atteint le pic des départs. Nous allons de l’avant et nous ne fermerons pas de mission ; Nous pensons que quatre cent cinq missions sont nécessaires pour gérer la force missionnaire après que ce pic aura été atteint.

Ainsi, même après cet élan, le nombre de missionnaires sera beaucoup plus important que ce qu’il a été jusqu’alors, a dit frère Evans.

« De plus, il y a de nombreux couples d’âge mûr qui choisissent d’aller en mission, a-t-il ajouté. « Je me considère jeune, mais les gens de ma génération ont l’âge de faire à nouveau une mission.

Le président Monson demande davantage de missionnaires et nous voyons de plus en plus de couples partir de nouveau en mission pendant qu’ils sont encore suffisamment jeunes pour servir activement. Cela a été très, très gratifiant. Et je voudrais souligner simplement que nous n’avons pas seulement besoin de jeunes frères et sœurs, mais aussi de davantage de couples missionnaires. Ce besoin de couples missionnaires est sans fin. Ils apportent une aide remarquable. »

Comme Russell M. Nelson, frère Evans a dit que l’œuvre missionnaire progresse mieux si les membres et les missionnaires travaillent ensemble « et si les membres et leurs dirigeants acceptent le fait que ce n’est pas un fardeau d’avoir davantage de missionnaires. C’est une grande bénédiction d’avoir plus de moyens que jamais auparavant. »

Frère Evans a reconnu que certains sacrifices supplémentaires seront peut-être demandés, particulièrement aux familles qui auront maintenant plusieurs missionnaires en même temps.

« Mais je vous assure que cela va être l’une des périodes les plus merveilleuses », s’est-t-il exclamé. « S’il y a déjà eu un missionnaire dans votre famille, vous savez qu’il n’y a rien de plus tendre qu’une famille qui se rassemble pour prier en faveur d’un fils ou d’une fille, d’un frère ou d’une sœur, de parents ou de grands-parents, et pour supplier le Seigneur de les bénir pendant qu’ils sont en mission. Il n’y a rien, en réalité, de plus motivant pour une famille que d’avoir l’un de ses membres en mission. Elle a ainsi l’occasion de réfléchir à son propre engagement d’aider les gens qui l’entourent et d’apporter les bénédictions de l’Évangile dans la vie des autres.

Ernest P. Robison et sa femme, Anneke, originaires de la mission centrale de Salt Lake City (Utah) sont actuellement missionnaires à plein temps dans le pieu de Murray Nord (Utah). Photo Sarah Jane Weaver.

En ce qui concerne les jeunes missionnaires potentiels, frère Evans explique que leur enthousiasme et leur consécration se reflètent dans la lettre qu’il a reçue d’un jeune membre de sa paroisse, à Noël. Le jeune homme explique que ses amis et lui parlent et agissent différemment depuis qu’ils envisagent de partir bientôt en mission.

« Je pense que, suite à l’annonce faite par le président de l’Église, l’Esprit du Seigneur se déverse sur cette génération comme jamais auparavant, au moins dans ma vie », a-t-il dit.

Les jeunes peuvent se préparer dès maintenant en lisant tout d’abord le Livre de Mormon et en obtenant ainsi le témoignage fondamental de l’Évangile du Christ.

« En plus de cela, ils doivent agir en accord avec leur religion ». « Ils doivent obéir aux commandements, et mener une vie juste. »

Il n’est pas nécessaire qu’ils vivent l’Évangile de manière compliquée. « Soyez simplement bons. Vous savez ce que vous devez faire, et le Saint-Esprit vous avertira s’il y a quelque chose que vous ne devez pas faire. »

Les jeunes doivent se concentrer sur la dignité requise pour détenir une recommandation à l’usage du temple, a-t-il conseillé. « En accord avec les paroles des prophètes actuels, participez à l’histoire familiale et à l’œuvre du temple dans la mesure de vos possibilités et où que vous soyez.

Cela vous donnera naturellement le désir de faire connaître l’Évangile. Vous en ressentirez les bienfaits, et vous aurez le désir d’en parler aux autres.

Il a reconnu que pour les jeunes gens qui vont bientôt avoir dix-huit ans, partir en mission est dans une perspective proche et que, pour certains, cela peut sembler insurmontable.

Des missionnaires du district de San Clemente de la mission de Carlsbad (Californie, États-Unis) se réunissent en tant que district au centre de pieu de San Clemente (Californie). De gauche à droite, Noelle Longhurst de Layton (Utah) ; Leen Nauta, de Bora Bora (Tahiti) ; Reef Johnston, de Bozeman (Montana, États-Unis) ; Justin Stedman de Taylor (Arizona, États-Unis) ; Anthony Wright de Draper (Utah, États-Unis) ; et Chase Stevens, de Washington (Utah). Photo Alan Gibby.

« Le président Monson a dit que ce n’est pas un commandement que chaque jeune homme parte à dix-huit ans, ou que chaque jeune fille parte à dix-neuf ans. Il a expliqué que chacun a maintenant la possibilité de le faire. En consultation avec leurs parents, leurs dirigeants de la prêtrise et leur Père céleste, ils découvriront ce qu’ils doivent faire. »

Une fois qu’on sait ce qu’on doit faire, chacun d’entre nous doit agir avec foi, marcher tant que nous voyons de la lumière et peut-être faire quelques pas au-delà. Nous ne pouvons pas voir tout à fait la fin dès le commencement, mais nous savons que nous sommes dans la bonne direction. Quand nous marchons par la foi, toutes les réponses arrivent. »

Frère Evans a affirmé : « Il va falloir de la foi. Il va falloir modifier ses plans. Cela va être une expérience merveilleuse. Il va y avoir des milliers de jeunes de l’Église qui vont progresser magnifiquement s’ils font exactement ce que le président Monson leur a demandé de faire : Consulter leurs parents, parler avec leur évêque et prier le Seigneur pour connaître sa volonté à leur sujet. Et puis l’accomplir ! »

Eloisa Cirne du pieu de Phoenix (Arizona), rencontre les missionnaires qui servent dans son pieu : Scott Larsen (au centre), de Skaneateles (New York, États-Unis) et Juan Castaños, de Richmond (Virginie, États-Unis) Photo Jill Adair.