Nouvelles de l’Église

Les membres se réjouissent à la cérémonie d’ouverture du chantier du temple de Tijuana (Mexique)

  Par Jerry Earl Johnston, du Church News :

  • 24 Août 2012

Le 18 août 2012, les dirigeants de l’Église ont donné le premier coup de pelle de la construction du temple de Tijuana, qui ressemblera, une fois terminé, aux vieilles missions espagnoles et aux églises coloniales de la région.

Retourner la terre, que ce soit pour une nouvelle récolte de maïs ou un nouveau temple est un acte de foi. Et le samedi 18 août, quelque 2 000 saints des derniers jours se sont rassemblés à l’est de Tijuana (Mexique), pour consacrer le site d’un nouveau temple et retourner, une fois de plus, le sol avec espoir.

Benjamín De Hoyos, des soixante-dix, premier conseiller dans la présidence de l’interrégion du Mexique, présidait la réunion, que dirigeait le deuxième conseiller dans la présidence, Jose L. Alonso, aussi des soixante-dix. Pendant ce temps, comme les pionniers d’autrefois, les saints des derniers jours fidèles, debout ou assis dans le soleil du désert, s’éventaient en écoutant les témoignages, les conseils et les témoignages de gratitude. Des parapluies colorés qui apportaient un peu d’ombre, s’épanouissaient ça et là comme autant de fleurs sauvages.

Un chœur dynamique a chanté « Un ange saint de Dieu » (cantiques, n° 8) et « Tout au sommet des monts » (cantiques, n° 4) pour donner le ton à la journée.

Dominga G. Sifuentes, qui s’est fait baptiser en 1964, a vu dans la scène l’aboutissement de toute une vie de foi.

« Je me souviens quand le première église a été construite ici, a-t-elle dit. Nous n’étions que trente membres alors. Maintenant nous avons un temple. J’ai vu l’Église grandir et ont vu de nombreuses églises se construire, mais le temple apporte une atmosphère spéciale de paix et de tranquillité. »

« Nous avons vu dans d’autres villes du Mexique où un temple a été construit une paix nouvelle dans la ville elle-même, a dit frère De Hoyos. Non seulement au Mexique, mais dans d’autres pays d’Amérique latine où je me suis rendu, un temple peut être un facteur réel qui apporte un sentiment de sécurité et de prospérité. Et nous sommes certains que la même chose se produira ici. »

À l’intention des membres, cependant, Luis Sergio Hernández Gallo, soixante-dix d’interrégion, s’est empressé d’ajouter que le temple ne sera pas un appel à se relâcher, mais à agir :

« Pour les saints, ce temple est un appel à œuvrer. Les pieux s’organisent déjà pour obtenir de 300 000 nouveaux noms pour les fichiers du temple. »

Tijuana et son temple semblent être au seuil d’une ère nouvelle.

Dans son discours, frère Alonso a parlé de son arrivée à Tijuana, jeune missionnaire, et raconte que, debout près de l’emplacement actuel du temple, il avait pris la mesure de la ville. Il a dit que ses collègues et lui n’auraient jamais imaginé qu’ils se trouvaient en un lieu qui allait devenir sacré.

Frère Hernandez et Evelia De Hoyos, femme de frère De Hoyos, se sont également adressés à l’assemblée. Émue jusqu’aux larmes, elle a imploré les jeunes de ne rien faire qui les empêcherait d’entrer dans le temple et d’en recevoir les bénédictions.

Frère De Hoyos a parlé ensuite brièvement, a rendu témoignage et a fait la prière de consécration.

La prière d’ouverture de la cérémonie a été faite par Heriberto Sanchez Zatarain, président du pieu de Insurgentes (Tijuana, Mexique). Alma Obeso de Casillas, de Mexicali, a fait la prière de clôture.

Pendant la cérémonie de 90 minutes, une représentation du nouveau temple par un artiste ornait la chaire. Frère De Hoyos a dit au Church News que ce n’est pas sans raison que le temple ressemble aux vieilles missions espagnoles et aux églises coloniales de la région :

« Ces premiers moines espagnols étaient très vaillants dans leur prédication et leurs efforts de construction. Et aujourd’hui, nous, au Mexique, nous n’avons rien contre le style de ces églises. Le temple sera un emblème pour la communauté de Tijuana tout entière. »

Situé dans Insurgentes Street, dans la paroisse de Insurgentes et au cœur du pieu Insurgentes, le nouveau temple est dans un lieu historique pour l’Église. Il sera aussi un repère — une sorte d’Ebeneezer (voir 1 Samuel 07:12), pour montrer le chemin parcouru par l’Église, et que l’Évangile a pris racine dans la terre fertile du Mexique. C’est le treizième temple des saints des derniers jours du pays et l’un des plus frappants. Une jeune fille de quatorze ans, regardant l’image du temple après la cérémonie d’ouverture de chantier, s’est exclamée : « C’est là où j’espère me marier. »

En espagnol, « ouverture de chantier » se dit palada inicial, « première pelletée. »

Les saints de Tijuana espèrent que la cérémonie sera la première de nombreuses pelletées qui permettront de construire un monde meilleur.