Nouvelles de l’Église

Les saints du Botswana se réjouissent de la création du premier pieu

  Par Heather Whittle Wrigley, Nouvelles et manifestations de l’Église

  • 14 Novembre 2012

Clement Matswagothata a été appelé président du pieu de Gaborone (Botswana), créé le 4 novembre 2012, premier pieu du pays.  Photo de Theodore Obonye.

Le samedi 3 novembre, les saints de plusieurs paroisses étaient occupés à laver les vitres, vider les poubelles et mettre les chaises en place dans la salle de culte de la chapelle de Broadhurst (Botswana, Afrique), en vue d’un événement mémorable qui allait voir lieu le lendemain, la création du premier pieu du pays.

Dimanche, une fébrilité révérencieuse régnait dans la chapelle immaculée tandis que 881 membres étaient témoins de l’organisation du nouveau pieu de Gaborone (Botswana) et de la division du pieu de Roodepoort (Afrique du Sud).

Le président de l’interrégion d’Afrique du Sud-Est, frère Dale G. Renlund et frère Bricknell, soixante-dix d’interrégion, présidaient la réunion au cours de laquelle Clement Matswagothata a été appelé comme président de pieu, Geoff Tembo, premier conseiller et Oduetse S. Mokoeni, deuxième conseiller. Le nouveau pieu comprend trois paroisses et cinq branches.

« La création du pieu de Gaborone (Botswana) est un événement remarquable à la fois pour les membres de l’Église appartenant au nouveau pieu mais aussi pour l’ensemble du Botswana », a déclaré le président de pieu de Roodepoort, Daniel Hall. « Le pieu sera un lieu de refuge, un lieu d’apprentissage, un lieu de bonté et de sécurité, un lieu d’ordre, un lieu de gentillesse et d’amour et un lieu de Dieu. »

Une jeune adulte seule a exprimé son enthousiasme à participer à ce moment historique : « Quelle bénédiction cela a été d’apprendre que le Botswana allait avoir son premier pieu et que je peux jouer un rôle en aidant le royaume de notre Père céleste à progresser dans cette partie du monde. Je suis très heureuse et impatiente de servir et de faire ce que le Christ ferait et de faire ce que le Christ… veut que je fasse. »

À peine quelques semaines plus tôt, les saints de la région avaient reçu la nouvelle que la Première Présidence avait approuvé la demande pour un pieu de Sion au Botswana. Ils avaient espéré devenir un pieu vers la fin de 2012 ou au début de 2013. Personne ne s’attendait à ce que la demande soit si vite approuvée.

Pendant de nombreuses années, dans le sud du Botswana, les membres appartenaient au pieu de Roodepoort (Afrique du Sud), tandis que les personnes dans la partie nord dépendaient du district de la mission de Johannesburg.

Un membre local, Leonard Thebe, a dit que les saints du Botswana anticipent de nombreux pieux à l’avenir. « Le Botswana se porte bien au niveau de la croissance du nombre de membres de l’Église », a-t-il dit. L’Église compte actuellement 2 071 membres au Botswana, alors qu’ils n’étaient que 1 693 à la fin de l’année 2011. Le nombre mensuel de baptêmes, dans la région du sud qui comprend sept unités, est en moyenne de cinq à six convertis par unité.

Frère Hall a comparé l’effet que le pieu aura sur le pays à l’Écriture qui dit : « Un peu de levain fait lever toute la pâte » (Galates 5:9).

« Autrement dit, le pieu du Botswana va apporter des bénédictions au pays et à ses habitants parce que de ce pieu se répandra l’Évangile du Christ dans la vie et le cœur du peuple du Botswana », a-t-il dit. « De ce pieu, des centaines et même des milliers de prières en faveur du peuple du Botswana seront offertes à Dieu. »

À la fin de la réunion du dimanche, beaucoup de membres ont exprimé leur foi que le Seigneur a davantage de bénédictions en réserve pour le peuple du Botswana s’ils sont patients et obéissants.

« On répondra rapidement aux besoins des saints et le pieu sera un lieu de refuge », a dit Theodore L. Obonye, directeur adjoint de la communication pour l’Église au Botswana.

L’histoire de l’Église au Botswana remonte à 1983, quand la première branche a été créée à Gaborone. L’œuvre missionnaire active a commencé au Botswana en 1990. En 1992, la branche a été divisée en deux pour accueillir le nombre croissant de membres. Plus tard, cette année-là, une troisième branche a été organisée dans la ville de Lobatse.