Nouvelles de l’Église

Des milliers de personnes se sont rassemblées à l’université Brigham Young pour bénéficier de la semaine de l’éducation : frère Callister était l’orateur principal

  Par Jason Swensen, de la rédaction du Church News

  • 17 Août 2012

Sur le campus de l’Université Brigham Young à Provo (Utah, États-Unis), Tad R. Callister a parlé des principes de l’Évangile et du progrès personnel aux participants de la semaine de l’éducation.

Pendant 90 ans, la populaire semaine de l’éducation de l’université Brigham Young a apporté des instructions spirituelles et pratiques à des dizaines de milliers de personnes de tous les États-Unis et au-delà. Une fois de plus, des armées d’hommes et de femmes et une armée sans cesse croissante de jeunes, se sont rassemblés sur le campus du 13 au 17 août pour bénéficier de l’unique atmosphère de camaraderie et d’apprentissage de l’Évangile. Chaque année, l’événement populaire rapproche des participants de tous âges venant de presque chaque État des États-Unis et de plus d’une douzaine de pays.

Le thème de l’édition de cette année de la semaine de l’éducation de l’université Brigham Young était tiré du chapitre 29 des Proverbes : « Quand il n’y a pas de révélation, le peuple est sans frein : Heureux s’il observe la loi » (verset 18).

« Le thème illustre la voie pour obtenir le vrai bonheur : celle d’avoir une vision de ce que nous sommes vraiment et de ce que nous pouvons devenir, et du respect de la loi du Seigneur », a dit Bruce Payne, administrateur du programme de la semaine de l’éducation de l’université Brigham Young.

Les participants ont bénéficié d’environ 1 000 cours enseignés par plus de 200 intervenants d’origines et de professions extrêmement diverses. Les domaines d’instruction incluaient les principes de l’Évangile, les relations familiales et conjugales, le progrès personnel, les finances et l’instruction. Plusieurs cours avaient aussi été conçus spécialement pour les jeunes venus à la conférence.

L’événement incluait aussi plusieurs représentations musicales et une présentation sur scène de ville de Joseph, un spectacle historique musical à propos de Nauvoo.

Dans son discours d’ouverture le mardi 14 août, Tad R. Callister, de la présidence des soixante-dix, s’est concentré sur la vision « de qui nous sommes et de ce que nous pouvons devenir. »

Des milliers spectateurs de la conférence se sont rendus en masseau Centre Marriott pour écouter le discours de frère Callister intitulé « Notre identité et notre destinée. »

On peut supporter et surmonter la plupart des difficultés de la vie, a dit frère Callister, si on comprend notre véritable identité — et si on possède une vision correcte de notre destinée divine.

« Nous croyons que nous sommes les enfants d’esprit de Dieu avec un héritage de traits spirituels qui nous apportent le potentiel divin de devenir comme Dieu, notre Père », a-t-il dit.

Une telle « doctrine de l’identité », a-t-il ajouté, illustre la destinée potentielle d'une personne. « Si une personne ne comprend pas correctement son identité divine alors elle ne comprendra jamais correctement sa destinée divine. Ce sont véritablement des partenaires inséparables. »

La chute d’Adam et Ève dans le jardin d’Éden a permis aux enfants de Dieu de vivre dans la condition mortelle et d’emprunter un chemin au potentiel illimité, a-t-il dit.

Le fait pour l’homme d’être immergé dans un monde de bien et de mal, d’avoir la capacité de choisir et de pouvoir puiser dans les pouvoirs de l’expiation lui ont donné des occasions illimitées de progrès vers sa destinée.

« ‘Soyez donc parfaits’, le commandement plein de tendresse et inspirant du Sauveur, était plus que le son de lairain qui résonne ou de la cymbale qui retentit. C’était une invitation divine à atteindre tout notre potentiel et à devenir comme Dieu, notre Père », a dit frère Callister.

De plus, il a dit qu’on pourrait se demander, « Pourquoi est-ce que Dieu veut que nous devenions semblables à lui ? »

« Afin de répondre à cette question on doit comprendre pourquoi l’homme existe », a expliqué frère Callister. « Léhi a donné la réponse courte et simple : ‘Les hommes sont pour avoir la joie’ (2 Néphi 2:25). Si je vous demandais qui est l’être le plus heureux de l’univers, la personne ayant le plus de joie, vous me répondrez sans doute, Dieu. Par conséquent, plus nous devenons comme Dieu, plus grande est notre capacité de ressentir la qualité de sa joie, et ainsi de remplir la mesure de notre existence. Parce que Dieu nous aime, nous, ses enfants, il veut que nous devenions semblables à lui pour que nous ayons une plénitude de joie, comme la sienne. C’est pourquoi son plan pour nous est souvent appelé ‘le plan du bonheur ’. »

Le fait de participer aux ordonnances salvatrices de l’Évangile, a ajouté frère Callister, peut débloquer et libérer certains pouvoirs de la divinité dans la vie d’une personne, ces derniers n’étant accessibles d’aucune autre façon. Ces ordonnances sont notamment le baptême, le don du Saint-Esprit, le fait de recevoir la prêtrise, et les ordonnances qui ne se trouvent que dans le temple.

Une autre ressource essentielle dans la quête d’une personne de sa destinée divine est les « dons de l’Esprit », a-t-il dit.

« Quels sont les dons de l’Esprit ? Nous connaissons l’amour, la patience, la connaissance, le témoignage et ainsi de suite. En fait, chaque don de l’Esprit représente un attribut de la divinité. Par conséquent, chaque fois que nous acquérons un cadeau de l’esprit, nous acquérons un attribut potentiel de la divinité. »