Appliquez ce que vous apprenez à l’église dans votre foyer et dans votre vie de famille

  Par Marianne Holman, de la rédaction du Church News

  • 17 Septembre 2013

Les parents doivent faire plus que vivre par l’exemple. Ils doivent devenir « des mentors » ou des guides, avec lesquels leurs enfants peuvent se développer, a enseigné Matthew O. Richardson, deuxième conseiller dans la présidence générale de l’École du Dimanche.  Photo Janneke Ann Marquez.

Résumé de l’article

  • Le fait d’appliquer dans votre foyer ce que vous apprenez à l’église approfondit votre conversion à la pratique des principes de l’Évangile.
  • Il est essentiel que vous posiez des questions et que vous ayez des discussions pour resserrer les liens familiaux et comprendre le niveau de conversion personnelle de chaque membre de la famille.
  • Il est important de montrer l’exemple et de tenir son rôle de mentor lorsqu’on enseigne, particulièrement au foyer.

« Tout ce que nous avons fait doit améliorer l’apprentissage et l’enseignement à l’église et au foyer. » — Matthew O. Richardson, deuxième conseiller dans la présidence générale de l’École du Dimanche

Provo, Utah (États-Unis)

Tout ce qui se fait dans l’église est conçu pour aider le foyer, a déclaré Matthew O. Richardson, deuxième conseiller dans la présidence générale de l’École du Dimanche, lors d’une présentation donnée pendant la semaine de l’éducation de l’université Brigham Young, le 21 août.

Il a ajouté : « Nous pouvons parfois agir à contre sens. Nous envoyons nos enfants à l’église, nous y envoyons des gens, nous y allons nous-mêmes pour être instruits et ensuite, nous rentrons chez nous et nous retirons nos vêtements d’église le plus vite possible. »

Au lieu d’être simplement un endroit où se rendre le dimanche, l’église doit être un lieu où l’on se ressource et une occasion de participer et de repartir régénéré pour vivre l’Évangile dans son foyer, a-t-il fait remarquer.

« Tout ce que nous avons fait doit améliorer l’apprentissage et l’enseignement à l’église et au foyer », a-t-il dit.

Frère Richardson a dit que des recherches ont montré que seulement un tiers des membres « pratiquants » de l’Église étudient les Écritures en famille, font la soirée familiale, étudient individuellement les Écritures et font des prières personnelles ou familiales. Un autre tiers ne fait qu’accomplir ces activités « occasionnellement » tandis que le dernier tiers ne les fait pas du tout.

Il a parlé du processus de la conversion et a dit que c’est lorsqu’on applique chez soi ce qu’on apprend à l’église qu’on approfondit sa conversion et qu’on vit les principes de l’Évangile.

« Pour moi la question qui se pose est : mais comment pouvons-nous faire cela ? » a-t-il dit. « Comment instruisons-nous [nos enfants] ? »

Il est essentiel que vous posiez des questions et que vous ayez des discussions pour resserrer les liens familiaux et comprendre le niveau de conversion personnelle de chaque membre de la famille. Un autre élément important de l’enseignement au foyer est celui de l’exemple, a-t-il dit.

Il a ajouté : « Montrer l’exemple devient une partie importante de l’enseignement, particulièrement au foyer. Nous avons découvert que la plupart des recherches montrent que nous apprenons de grandes principes à l’église, puis quand nous rentrons chez nous, nous ne vivons pas en accord avec ces principes, et tout ce que nous avons appris sur l’Évangile reste lettre morte. »

Matthew O. Richardson, deuxième conseiller dans la présidence générale de l’École du Dimanche.

Les parents doivent faire plus que vivre par l’exemple. Ils doivent devenir « des mentors » ou des guides, avec lesquels leurs enfants peuvent se développer.

Il a dit : « Plus que d’exemple, peut-être que nous avons besoin de davantage de mentors. Vous devez mener une vie exemplaire, ... mais en invitant les personnes qui nous entourent, nous devenons des mentors, des guides, en quelque sorte.

« Un de mes chants préférés qui m’a aidé à trouver un meilleur moyen d’apprendre et d’enseigner est ‘Je suis enfant de Dieu’. »

Il a dit qu’il considère ce chant de la Primaire comme un grand modèle du genre de parents qui guident et marchent avec leurs enfants pour les aider à trouver le chemin.

« Ils ne forcent pas [leurs enfants] à marcher sur le chemin », a-t-il dit. « Ils enseignent à [leurs enfants] tout ce qu’ils doivent faire pour vivre avec notre Père céleste un jour. C’est un bon modèle de la manière d’être un mentor ».

C’est au foyer que les parents peuvent appuyer ce que leurs enfants et eux ont appris à l’église.

« Le foyer doit être l’endroit où l’on tire profit de ses propres expériences », a-t-il dit.

Une grande partie de l’enseignement donné par les parents au foyer doit se faire sous l’influence du Saint-Esprit. Plutôt que simplement parler à leurs enfants, leur faire des sermons, ou leur dire comment vivre ou ce qu’il faut faire, les parents doivent enseigner en fonction des circonstances et du moment.

Citant Henry B. Eyring, de la Première Présidence, frère Richardson a dit : « L’Évangile pur de Jésus-Christ doit s’instiller dans le cœur des... gens par le pouvoir du Saint-Esprit ».

Bien que l’élève puisse choisir d’accepter ou de rejeter les enseignements, l’instructeur doit agir avec la foi que le Saint-Esprit témoignera que les enseignements sont vrais, en s’instillant dans le cœur de l’élève et en permettant à la conversion de se produire.

Si les points de doctrine s’instillent dans le cœur de l’instructeur et de l’élève, leurs actes reflèteront une conversion profonde. C’est en saisissant les occasions d’enseigner, à travers un dialogue ouvert, en posant des questions et en répondant, et en invitant les autres à agir que les familles peuvent connaître une conversion plus profonde.