Une sœur de la Société de Secours supervise l’organisation d’une coupe du monde au Costa Rica

Transmis par Tiré du Church News

  • 29 Avril 2014

Sœur Camacho a été récemment directrice générale de la coupe du monde féminine des moins de 17 ans dans son pays natal, le Costa Rica.  Photo publiée avec la permission de l’interrégion du sud de l’Amérique Centrale.

Passages marquants de l'article

  • Yolanda Camacho, membre au Costa Rica, a été directrice générale de la coupe du monde féminine 2014 des moins de 17 ans.

« Après mon expérience de la coupe du monde, je peux attester que ce que nous apprenons dans l’Évangile peut nous aider à réussir dans la vie. Dieu nous soutient et nous protège. » — Yolanda Camacho

Le football est le sport le plus populaire au monde, et les différents tournois de football de la coupe du monde peuvent certainement être comptés parmi les manifestations sportives les plus populaires de la planète.

Au Costa Rica a eu lieu récemment la coupe du monde féminine des moins de 17 ans. Il est devenu le premier pays d’Amérique centrale à organiser un tournoi de la coupe du monde. Le concours international a rassemblé les meilleures équipes de trente-deux pays et a attiré l’attention des fanatiques du « futbol » dans le monde entier.

Pendant que les athlètes et les entraîneurs s’exerçaient dans les stades de football du Costa Rica, une sœur de la Société de Secours inlassable nommée Yolanda Camacho dirigeait cette grande manifestation en dehors des limites des terrains.

Fan de football tout au long de sa vie, sœur Camacho a été directrice générale de cette prestigieuse manifestation sportive. Elle a supervisé presque tous les aspects administratifs clés de la compétition, qui a été suivie par les fans de football du monde entier.

La coupe du monde féminine 2014 des moins de 17 ans, qui a été remportée par le Japon, est qualifiée de succès en grande partie grâce aux efforts de sœur Camacho. Ce qu’elle a appris au cours de dizaines d’années de service dans l’Église lui a bien été utile.

Elle a dit : « En tant que membres de l’Église, nous sommes habitués à participer à des activités et à des manifestations sportives. Après mon expérience de la coupe du monde, je peux attester que ce que nous apprenons dans l’Évangile peut nous aider à réussir dans la vie. Dieu nous soutient et nous protège. »

Sœur Camacho est devenue membre de l’Église il y a quarante-trois ans. Elle a acquis un amour durable des Écritures et de la documentation de l’Église en matière d’éducation. Les enseignements qu’elle y a trouvés l’ont aussi aidée à devenir une constructrice de ponts, à établir des relations avec les gens dans le monde entier.

L’organisation d’une manifestation telle qu’une coupe du monde n’est pas une mince affaire. Mais sœur Camacho avait de grands espoirs pour le tournoi dans son pays natal après avoir vu la Nouvelle-Zélande et d’autres nations relativement petites accueillir avec succès des coupes du monde. Elle a passé trois ans à préparer méticuleusement la manifestation sportive de deux semaines.

La planification et la gestion de la compétition ont exigé des qualités de direction et de persévérance et beaucoup de travail. Elle a ajouté : « Mais voir la coupe du monde organisée au Costa Rica et puis voir le tournoi se passer dans de bonnes conditions, m’ont procuré une grande satisfaction. »

Sœur Camacho a acquis sa réputation d’excellente organisatrice après des années de bénévolat lors de compétitions de football au Costa Rica.

Chiropractrice de profession, elle habite la ville intérieure d’Alajuela avec son mari, Gregory Kortman. Leurs deux enfants adultes, Francis et Jessica, résident aux États-Unis.

Ses devoirs civiques variés lui ont donné de nombreuses occasions de rendre témoignage de l’Église.

Elle a déclaré : « Je me considère comme une ‘ambassadrice anonyme pour l’Église’. Partout où je vais, je parle à des membres et à des non-membres, et je leur dis toujours ce que l’Évangile a fait pour moi. »