Grâce à un verset d’Écriture sœur Oscarson s’est sentie inspirée à s’appuyer sur le Seigneur

  Par Sarah Jane Weaver, rédactrice adjointe du Church News

  • 26 Juin 2013

Sœur Bonnie Lee Green Oscarson, présidente générale des Jeunes Filles, et son mari, Paul K., posent pour un photo au siège de l’Église à Salt Lake City (Utah, États-Unis).  Photo Ravell Call, Deseret News.

Résumé de l’article

  • Bonnie Lee vert Oscarson n’avait que vingt-cinq ans lorsque son mari a été appelé à être président de la mission de Göteborg (Suède).
  • Le passage d’Écriture « Y-a-t-il rien qui soit étonnant de la part de l’Éternel » a pris une grande signification pour le jeune couple.
  • En 2009, le couple a eu la possibilité de retourner en Suède pour être président et intendante du temple de Stockholm.

« Le Seigneur vous vient toujours en aide quand il s’agit de son œuvre et que quelque chose d’important est en jeu. » — Bonnie L. Oscarson, présidente générale des Jeunes Filles

Enceinte de son quatrième enfant, Bonnie Lee vert Oscarson n’avait que vingt-cinq ans quand son mari a été appelé à être président de la mission de Göteborg (Suède).

Ne sachant pas comment elle allait accomplir la tâche qui les attendait, sœur Oscarson et son mari, Paul, se sont tournés vers les Écritures. Ils ont lu le récit biblique d’Abraham et de Sarah, qui étaient « vieux, avancés en âge » quand ils ont appris qu’ils allaient avoir un bébé. Sarah rit en elle-même à la nouvelle. Mais le Seigneur répondit : « Pourquoi donc Sarah a -t-elle ri  ?… Y a-t-il rien qui soit étonnant de la part de l’Éternel ? » (Genèse 18:11, 13-14).

Alors qu’il se préparait à aller en Suède avec leurs jeunes enfants, le passage « Y-a-t-il rien qui soit étonnant de la part de l’Éternel » a pris une grande signification pour le jeune couple.

Juste une semaine avant d’assister au séminaire pour les nouveaux présidents de mission, sœur Oscarson a donné naissance à une petite fille. Le couple l’a appelé Sarah.

Puisant un courage nouveau dans les Écritures, les Oscarsons sont partis en Suède avec leurs jeunes enfants. Au cours des trois années suivantes, sœur Oscarson a fait des discours en suédois et a appris à cuisiner pour de grands groupes de missionnaires et de membres de l’Église. Leur cinquième enfant est arrivé dans le champ de la mission.

Sœur Oscarson a dit : « Le Seigneur vous vient toujours en aide quand il s’agit de son œuvre et que quelque chose d’important est en jeu. Il vous aidera pour que le travail soit fait. »

Maintenant, des années plus tard, comme présidente générale des Jeunes Filles, sœur Oscarson a dit qu’elle se souviendrait de la leçon, qu’elle a apprise du récit biblique d’Abraham et de Sarah, et qu’elle s’appuierait sur le Seigneur pour accomplir les tâches à venir.

Bonnie Lee Green est née le 23 octobre 1950, à Salt Lake City (Utaht, États-Unis). Elle est la fille de Theo James et de Jean S. Green.

Quand ses parents ont décidé qu’ils voulaient que leurs enfants fassent l’expérience de l’Église à l’extérieur de l’Utah, son père a dit à sa société qu’il était disposé à être muté.

Bonnie, neuf ans, et sa famille ont déménagé en Oklahoma (États-Unis). La famille a aussi vécu au Colorado (États-Unis) et au Tennessee (États-Unis). À Nashville (Tennessee), Bonnie était la seule jeune fille sainte des derniers jours de son école secondaire. Confrontée à la décision d’être identifiée comme « la mormone » ou de le cacher, Bonnie a décidé : « Je vais affirmer ce que je suis ».

Elle s’est levée à 4 h 30 pour assister au séminaire matinal et elle a solidifié son témoignage des Écritures et de l’Évangile.

Le père de Bonnie, qui était directeur des ventes pour la société pétrolière Phillips, a été président de district ; sa mère a été présidente de la Société de Secours de district.

Ils ont rencontré des gens merveilleuses et ils ont vu l’Église fonctionner dans des régions où les membres étaient peu nombreux.

Bientôt, la famille a déménagé au Missouri (États-Unis), où Bonnie a rencontré Paul Kent Oscarson à Far West, au Missouri, le site du temple, un lieu qui a de l’importance pour leur famille parce qu’ils ont tous les deux des ancêtres qui ont vécu dans la région de Far West.

Après des études à l’université Brigham Young, ils se sont mariés le 19 décembre 1969 au temple de Salt Lake City (Utah, États-Unis) ; sept enfants sont venus agrandir la famille.

Après quelques courtes années, frère Oscarson, qui avait servi à plein temps dans la mission Suède de 1965 à 1968, a été appelé comme président de mission.

Quand les Oscarson sont rentrés de mission, ils ont vécu au Missouri, au New Jersey, au Massachusetts et au Texas, États des États-Unis, où frère Oscarson a travaillé comme vice-président régional d’une chaîne de grands magasins.

Comme ses parents, sœur Oscarson a trouvé beaucoup de joie à vivre dans des régions où sa famille pouvait aider l’Église à grandir.

Sœur Oscarson a déclaré : « Le Seigneur m’a donné l’occasion de vivre dans des endroits où l’Église n’était que peu développée. »

Les Oscarson ont eu le plaisir de passer du temps en famille. Sœur Oscarson a emmené ses enfants visiter des musées, des parcs et des zoos. Quand la famille a déménagé, sœur Oscarson a suivi l’exemple de sa mère et a aidé ses enfants à s’adapter à de nouvelles écoles et villes. Frère Oscarson a dit de sa femme : « Elle était le genre de mère qui déclare : ‘Ce déménagement est une aventure’. Elle a toujours trouvé des choses intéressantes dans un nouvel endroit. »

En 2009, le couple a eu l’occasion merveilleuse de retourner en Suède pour être président et intendante du temple de Stockholm.

Le dévouement des saints des derniers jours habitant dans le secteur du temple a été une source d’inspiration pour frère et sœur Oscarson.

« Quand les gens viennent au temple de Suède, ils restent souvent toute la semaine et passent leur temps dans le temple », a expliqué frère Oscarson.

Première ancienne intendante de temple à servir comme présidente générale des Jeunes Filles, sœur Oscarson a été particulièrement impressionnée par les jeunes qu’elle a rencontrés au temple de Suède.

« Leur exemple m’a transformée, je ne serai plus jamais la même », a-t-elle dit.

Elle espère maintenant se souvenir de ces leçons tandis qu’elle s’occupe des jeunes filles à travers le monde.

Elle a ajouté : « Ce n’était pas notre temple. Ce n’était pas notre travail. C’était bel et bien l’œuvre du Seigneur. Il savait qui franchissait les portes du temple.