Sœur McConkie parle de son amour pour le temple

  Par Marianne Holman, de la rédaction du Church News

  • 9 July 2013

Carol F. McConkie, première conseillère dans la présidence générale des Jeunes Filles, debout à côté de son mari, Oscar W. McConkie III.  Photo Ravell Call, Deseret News.

« Nous ressentons l’Esprit si nous sommes dignes d’aller au temple. C’est une clé pour nos jeunes filles et pour nous tous. » — Carol F. McConkie, de la présidence générale des Jeunes Filles

Depuis toute petite, Carol Foley McConkie a le « désir d’aller au temple ». Cet attrait a dirigé les actes de la nouvelle première conseillère dans la présidence générale des Jeunes Filles pendant toute sa vie..

Née le 23 avril 1952, à Spokane (Washington, États-Unis), elle est la fille de Williams et de Joanne W. Foley. Elle n’était qu’un bébé quand les missionnaires ont frappé à la porte de ses parents, à Wilmington (Delaware, États-Unis), et ont ainsi présenté l’Évangile à sa famille.

Ses parents ont accepté les enseignements de l’Évangile et se sont fait baptiser six mois plus tard.

« Ils ont ressenti l’Esprit et ont été profondément convertis », a-t-elle dit « Ils étaient fermes dans leur engagement et dans leur foi naissante, et mes frères et sœurs et moi leur en sommes très reconnaissants. Le plus beau cadeau que mes parents nous ont donné, à part la vie elle-même, est l’Évangile de Jésus-Christ, et nous leur en sommes tous éternellement reconnaissants. »

Dans son enfance, elle a eu une expérience mémorable lorsque sa famille a traversé le pays en train pour être scellée au temple de Manti (Utah, États-Unis).

Elle a raconté : « Ç’a été une expérience magnifique. Je me souviens de ce que cela voulait dire pour ma famille. Ç’a été une expérience magnifique, et bien que j’aie été très jeune, je me rappelle les sentiments que j’ai éprouvés, habillée de blanc, et la beauté de cette journée. Cette expérience m’a donné pour la première fois le désir d’accorder toujours de l’importance au temple. »

Quand elle avait treize ans, les parents de sœur McConkie ont décidé d’aller avec leurs enfants en Arizona (États-Unis). C’est pendant ses années d’adolescence que sœur McConkie a appris l’importance d’aller aux réunions de l’Église, de prier et d’écouter l’Esprit.

Grâce aux leçons d’une dirigeante des Jeunes Filles fidèle, sœur McConkie a appris ce qu’était un témoignage et en a obtenu un à propos du temple, de la famille éternelle et du mariage céleste, tout cela pendant que ses parents étaient en instance de divorce.

« Elle m’a montré l’exemple par la manière dont elle vivait et à travers sa relation avec son mari et avec leurs enfants et le genre de mariage qu’ils avaient. Son exemple représentait tout pour moi, et je voulais le suivre. Je savais que c’était ce que je voulais, bien que ce ne soit pas ce que je voyais dans mon foyer. »

Cet objectif du temple l’a accompagné tout au long de sa vie, et il est devenu une lueur d’espoir dans les moments d’épreuve, alors que son mari et elle élevaient leurs enfants.

Pendant des années, sœur McConkie avait projeté d’aller à l’université d’Utah mais, après avoir prié pour savoir où faire ses études, elle s’est sentie mal à l’aise à l’idée de quitter l’Arizona.

Un groupe de jeunes gens et jeunes filles du pieu de Bloomington (Utah) dans les jardins du temple de Saint-George, après avoir effectué des baptêmes et des confirmations pour leurs ancêtres.

Elle dit que, bien qu’elle n’ai pas compris exactement pourquoi elle devait rester en Arizona, elle savait « qu’elle suivait l’Esprit et qu’elle essayait de faire le bien et d’écouter ce que le Seigneur lui disait alors qu’elle cherchait des réponses à ses prières ».

À cette époque, son futur mari, Oscar Walter McConkie III, venait de rentrer d’une mission à Madrid (Espagne). Après avoir prié, il s’est senti poussé à aller vivre avec sa famille dans le foyer de la mission.

Le premier jour de cours à l’université d’Arizona, il a rencontré Carol Foley. Ils se sont fréquentés et ils se sont mariés le 22 décembre 1973 au temple de Mesa (Arizona, États-Unis) ; ils ont sept enfants. Sœur McConkie a obtenu une licence d’enseignement de l’anglais.

Sœur McConkie a déclaré : « Le temple a vraiment été au centre de notre mariage et de notre vie. Nous nous sommes mariés, et notre premier appartement se trouvait juste en face du temple. Nous pouvions regarder par la fenêtre tous les soirs et voir la lumière du temple de Mesa. »

Bien qu’ils ne vivent plus juste en face d’un temple, les McConkie ont toujours essayé de garder le temple présent à l’esprit et de rester dignes d’y aller.

C’est ce même attraît pour le temple que sœur McConkie apporte avec elle dans son nouvel appel.

Elle poursuit : « C’est l’Esprit du Seigneur qui nous donne le pouvoir d’être témoin et nous donne ce qu’il faut dire, comment le dire et l’occasion de faire changer les choses. Il se manifeste vraiment lorsque nous faisons alliance chaque semaine à l’occasion de l’ordonnance de la Sainte-Cène, afin que nous l’ayons toujours avec nous. Nous ressentons l’Esprit lorsque nous sommes dignes d’aller au temple. C’est une clé pour nos jeunes filles et pour nous tous. »