Quentin L. Cook dit que les dirigeants et les saints vénézuéliens sont forts

  Par Sarah Jane Weaver, rédactrice adjointe du Church News

  • 12 Septembre 2013

Quentin L. Cook, du Collège des douze apôtres, et sa femme, Mary, s’adressent aux membres au Venezuela.  Photo Curtis Anderson.

Quentin L. Cook, du Collège des douze apôtres, et Tad R. Callister, de la présidence des soixante-dix, se sont rendus au Venezuela du 16 au 26 août. Ils ont tenu des réunions avec les membres et les missionnaires, effectué une inspection de l’interrégion et tenu des réunions de formation des dirigeants de la prêtrise.

Au cours d’une veillée pour les adultes, à laquelle assistaient de nombreuses personnes et qui était diffusée dans tout le pays, Quentin L. Cook a donné sa bénédiction apostolique aux gens au pays qui rencontrent beaucoup de difficultés. Il a aussi rendu témoignage du Sauveur et de l’Expiation.

« Je sais qu’ils ont des difficultés qui vont au-delà de ce que connaîtront la plupart des saints dans le monde entier », a-t-il dit lors d’un entretien avec le Church News. « Et je me suis senti inspiré à leur expliquer comment l’expiation du Sauveur surmonte le péché et la mort et nous permet d’obtenir l’exaltation et le salut, mais couvre en plus tous les chagrins et toutes les injustices apparentes de la vie. »

L’Église connaît une forte croissance au Venezuela, pays situé sur la côte nord de l’Amérique du Sud. La première branche de l’Église y a été organisée en 1966, et la mission a été créée en juillet 1971. Aujourd’hui, le pays compte 150 000 membres, quatre missions et un temple, consacré en 2000 par le président Hinckley.

Cette visite de frère Cook au Venezuela est la première fois depuis de nombreuses années qu’un apôtre rencontre les membres et dirige des réunions de dirigeants de la prêtrise à grande échelle dans le pays.

Il a dit : « La gentillesse et la douceur » des saints des derniers jours du Venezuela et leur « amour évident du Sauveur », sont remarquables. Le fait de se trouver en leur compagnie est une « expérience très émouvante et très agréable ».

Tadd R. Callister a dit que les saints des derniers jours vénézuéliens avaient « faim d’entendre les paroles d’un apôtre ».

« Ils aiment l’Évangile et ils veulent être en contact avec les dirigeants. »

Il a ajouté que bien que beaucoup de gens dans le pays soient en butte à des difficultés économiques « ils sont heureux. Ils sont positifs. Ils sont très réceptifs à tous les messages. J’ai pu lire dans leurs yeux et dans leur cœur, une aspiration à être nourris spirituellement ».

En raison du climat politique au Venezuela, les missionnaires nord-américains avaient été évacués du pays en 2005.

Quentin L. Cook était alors directeur exécutif du département missionnaire de l’Église. Il a dit que parce qu’à l’époque les missionnaires vénézuéliens autochtones ne représentaient qu’environ 50 pour cent de la force missionnaire dans le pays, l’Église avait envisagé de fusionner les quatre missions.

« Les dirigeants du Venezuela, ont dit : ‘nous savons que les missionnaires vénézuéliens restés sur place ne peuvent remplir que deux missions de taille normale, mais ne faites pas cela s’il vous plaît. Nous nous montrerons à la hauteur et nous appellerons des jeunes supplémentaires pour remplir ces missions.’ Et ils l’ont fait. »

Frère Cook a dit que, lors de son récent voyage, il avait regardé les missionnaires avec émotion.

« Ils étaient spirituellement forts et on savait simplement qu’ils étaient fabuleux. Et le succès qu’ils ont eu est tout à fait remarquable », a-t-il dit, en soulignant que le Venezuela est l’une des missions de l’Église où il y a le plus grand nombre de baptêmes. « Les membres les soutiennent d’une manière merveilleuse. »

Il a souligné que presque chaque jeune saint des derniers jours du Venezuela qui fait une mission, la fait au Venezuela. « Ils ont besoin de missionnaires ici et c’est ici qu’ils servent. »

Beaucoup de ces jeunes deviennent des dirigeants dans le pays quand ils ont fini leur mission.

Frère Cook a qualifié de « forts » les dirigeants locaux.

En outre, le temple de Caracas (Venezuela) a été une grande bénédiction, a-t-il ajouté, en soulignant que frère Callister et lui ont rencontré un groupe de membres locaux qui avaient voyagé pendant huit heures pour se rendre au temple. « Ils avaient l’air merveilleux et ils étaient très enthousiastes », a-t-il dit. « Ils se concentrent sur les alliances qu’ils ont contractées et ils les renouvellent lors de leurs réunions de Sainte-Cène. ... Ils vont de l’avant d’une manière merveilleuse ».

Au cours de ce même voyage, les frères se sont aussi rendus au Pérou. Quentin L. Cook et Tadd R. Callister ont dit que dans chaque pays ils ont rencontré des membres et des dirigeants locaux qui étaient « remarquables et spirituellement forts » et qui « se concentraient sur leurs alliances du temple ».

Pendant leur voyage, les frères étaient accompagnés .de leurs épouses, Mary Cook et Kathryn Callister. Ils étaient également accompagnés pendant des parties du voyage par les membres de la présidence de l’interrégion du Nord-Ouest de l’Amérique du Sud : Juan A. Uceda et sa femme, Maria ; W. Christopher Waddell et sa femme, Carol ; et C. Scott Grow et sa femme, Rhonda.