Les visiteurs ressentent la paix lors des visites guidées du temple de Tegucigalpa

  Par Don Searle, spécialiste de la page web de l’interrégion de l’Amérique centrale

  • 27 Février 2013

Des branches d’arbre encadrent les paroles « Sainteté à l’Éternel » écrites en espagnol sur le fronton du temple de Tegucigalpa (Honduras) qui sera consacré le 17 mars.

Résumé de l’article

  • Plus de cent mille personnes ont visité le temple de Tegucigalpa (Honduras), pendant les deux premières semaines de visites guidées qui ont commencé le 9 février et qui se poursuivront jusqu’au 2 mars, avant la consécration du temple le 17 mars.
  • Les membres de l’Église et d’autres visiteurs ont presque tous fait des commentaires sur la paix ressentie à l’intérieur du temple.
  • Avoir un sixième temple en Amérique centrale réduira le temps de déplacement de nombreux saints pour se rendre au temple.

« Chaque jour, les bénédictions tombent sur le Honduras comme la rosée. » — Yolanda Amado, membre de l’Église et participante aux visites guidées

TEGUCIGALPA, HONDURAS

« J’ai attendu ce temple pendant cinquante-huit ans », dit José Ruiz. Le nouveau temple de Tegucigalpa (Honduras) s’encadre dans la grande fenêtre derrière lui. Frère Ruiz, membre de la paroisse de Girasoles, du pieu de Tegucigalpa (Honduras), s’est fait baptiser en novembre 1954. Il était la neuvième personne de son pays à devenir membre de l’Église.

Il a parlé du temple comme d’un don « merveilleux » aux membres du Honduras, tout comme la croissance de l’Église depuis près de soixante ans est une merveille née de la foi et de la persévérance des missionnaires et des membres.

Plus de cent mille personnes ont visité le temple de Tegucigalpa (Honduras), pendant les deux premières semaines de visites guidées qui ont commencé le 9 février et qui se poursuivront jusqu’au 2 mars, avant la consécration du temple le 17 mars.

Les membres de l’Église et d’autres visiteurs ont presque tous fait des commentaires sur la paix ressentie à l’intérieur du temple. Les missionnaires ont remarqué que c’étaient les petits enfants qui semblaient le plus ressentir cette paix. « Une petite fille nous a dit qu’elle avait l’impression de pouvoir parler à Dieu dans le temple », raconte sœur Katy Bundie de la mission de Tegucigalpa (Honduras). Elle explique qu’une amie de l’Église que sa collègue et elle instruisaient, leur avait dit désirer se faire baptiser dès sa sortie du temple. Les missionnaires ont reçu plus de cinq mille références au cours des deux premières semaines de visites guidées.

Le temple de Tegucigalpa est le sixième d’Amérique centrale.

Les saints des derniers jours en dehors de Tegucigalpa sont très enthousiastes en ce qui concerne le temple pour une raison pratique. Aller en autocar jusqu’au temple de Guatemala City durait huit heures. Par conséquent, les voyages au temple devaient être planifiés sur trois jours. Maintenant, comme la durée du trajet a été réduite de moitié, les voyages au temple de paroisse ou de pieu peuvent être planifiés sur une seule journée. Grâce aux économies de temps et d’autocar, le coût a été réduit de quatre-vingt-dix pour cent.

Cependant, les membres sont encore plus enthousiastes en ce qui concerne le temple du fait des bénédictions spirituelles qui en découleront.

Juan et Yesenia Barahona de Tegucigalpa, mariés depuis seulement huit mois, voient le temple comme une grande bénédiction parce qu’ils pourront se rendre à la maison du Seigneur plus souvent.

Yolanda Amado, baptisée en 1969, a été missionnaire dans la mission de Guatemala (Salvador). Elle regarde les foules qui visitent le nouveau temple et parle de la joie qu’elle ressent en voyant la maison du Seigneur dans son pays natal : « C’est merveilleux de voir comme les cieux sont ouverts pour aider les saints et les jeunes.

Chaque jour, les bénédictions tombent sur le Honduras comme la rosée. »