Sœur Burton : L’influence des femmes complète la prêtrise

  Par Sarah Jane Weaver, rédactrice adjointe du Church News

  • 8 Mai 2013

Linda K. Burton parle de la prêtrise au cours de la conférence des femmes de l’université Brigham Young à Provo (Utah, États-Unis), le 3 mai 2013.  Photo par Alison Fidel, Photo de l’université Brigham Young.

Résumé de l’article

  • Sœur Burton, présidente générale de la Société de Secours, a fait un discours lors de la conférence des femmes de l’université Brigham Young le 3 mai.
  • La droiture donne aux femmes le droit de bénéficier du pouvoir de la prêtrise.
  • Les femmes peuvent mieux comprendre le pouvoir de la prêtrise en étant dignes de la compagnie du Saint-Esprit, en allant au temple et en étudiant les Écritures.

« Jésus-Christ est l’exemple parfait de la façon dont la prêtrise doit être utilisée pour bénir, édifier, réconforter et fortifier les autres ». — Linda K.Burton présidente générale de la Société de Secours

La prêtrise de Dieu est un dépôt sacré donné pour bénir les hommes, les femmes et les enfants, afin qu’ils puissent retourner vivre éternellement en famille en la présence de Dieu, a dit la présidente générale de la Société de Secours.

S’adressant à des milliers de personnes, pour la plupart des femmes, réunies sur le campus de l’université Brigham Young, à Provo, à l’occasion de la conférence des femmes, le 3 mai. Linda K. Burton a dit que la droiture nous donnait le droit de bénéficier du pouvoir de la prêtrise.

La conférence annuelle, qui attire les saintes des derniers jours des États-Unis et de nombreux pays étrangers, est coparrainée par l’université Brigham Young et la Société de Secours.

Sœur Burton et ses conseillères dans la présidence générale de la Société de Secours, Carole M. Stephens et Linda S. Reeves, ont dit qu’elles étaient venues à la conférence avec le but précis d’exprimer leur soutien aux prophètes actuels, proclamer leur foi et leurs alliances, exprimer leur amour pour [les femmes de l’Église] et montrer leur dévouement à notre Père céleste en acceptant et en adoptant les exigences de l’Évangile particulièrement aujourd’hui en ce qui concerne la doctrine de la prêtrise.

Sœur Burton a dit que les saintes des derniers jours ont l’honneur de vivre à cette époque de l’histoire de l’Église où l’on nous pose des questions au sujet de la prêtrise. « Il y a beaucoup d’intérêt et le désir de connaître et de comprendre davantage l’autorité, le pouvoir et les bénédictions associés à la prêtrise de Dieu », a-t-elle dit. Elle a ajouté : « Nous espérons instiller en chacune de nous un plus grand désir de mieux comprendre la prêtrise. »

Sœur Burton a dit que depuis le commencement des temps, le Seigneur a accompli son œuvre par le pouvoir de sa prêtrise.

« Les cieux et la terre ont été créés grâce à la prêtrise. Par elle les effets de la chute ont été surmontés grâce à l’expiation de Jésus-Christ. Parce que l’autorité de la prêtrise est confiée aux hommes pour bénir les enfants de notre Père céleste, il veut que nous favorisions les manifestations du pouvoir de la prêtrise dans notre foyer pour que nous-mêmes et notre famille soyons bénis et fortifiés ».

Les saintes des derniers jours ne peuvent pas se lever et enseigner ce qu’elles ne comprennent pas, a-t-elle dit.

Le public écoute une intervenante au cours de la conférence des femmes de l’université Brigham Young, à Provo (Utah, États-Unis), les 3 et 4 mai. Photo par Jonathan Hardy, Photo de l’université Brigham Young.

Elle a défini la prêtrise comme étant la puissance et l’autorité éternelles de Dieu grâce auxquelles il bénit, rachète et exalte ses enfants. La prêtrise ne peut servir à des fins égoïstes, a-t-elle ajouté. « Jésus-Christ est l’exemple parfait de la façon dont la prêtrise doit être utilisée pour bénir, édifier, réconforter et fortifier les autres. »

Sœur Burton a demandé aux femmes comment elles pouvaient mieux connaître la doctrine de la prêtrise personnellement.

Premièrement, cherchez à être dignes du don du Saint-Esprit. « Parce que la doctrine de la prêtrise se comprend mieux par révélation, il est essentiel d’avoir l’aide du Saint-Esprit pour nous la révéler et la distiller sur notre âme », a-t-elle dit.

Deuxièmement, allez au saint temple. « Nous savons que le temple est le lieu de culte le plus saint sur la terre et le cadre idéal où s’instruire sur la prêtrise par l’esprit de révélation », a-t-elle dit. « Dans le temple, nous apprenons ensemble, nous contractons des alliances avec notre Père céleste et nous recevons les ordonnances sacrées de la prêtrise ensemble ».

Troisièmement, étudiez les Écritures. « Quand on sonde, étudie les Écritures et médite à leur sujet, cela permet au Saint-Esprit de nous révéler des vérités importantes au sujet de la prêtrise ».

Elle a demandé aux femmes de l’Église d’apprendre par cœur les huit versets de Doctrine et Alliances 4:33-40 et de méditer sur Doctrine et Alliances 121:34-46.

« Cherchez les principes contenus dans ces versets qui gouvernent l’exercice juste du pouvoir de la prêtrise », a-t-elle dit « Cherchez-y les avertissements et les promesses du Seigneur et appliquez-les à vous-mêmes. Afin de nous qualifier pour les bénédictions du pouvoir de la prêtrise, nous ferions bien de méditer sur ces versets et de nous poser des questions telles que ‘mon cœur se porte-t-il vers les choses de ce monde ? Est-ce que j’aspire aux honneurs des hommes ou des femmes ? Est-ce que j’essaie de couvrir mes péchés ? Suis-je orgueilleuse ? Est-ce que j’exerce une emprise, une domination ou une contrainte sur mes enfants, mon mari ou d’autres personnes ? Est-ce que je m’efforce sincèrement de suivre des principes justes comme la persuasion, la longanimité, la gentillesse, la douceur, l’amour sincère (c’est à dire un amour authentique, sincère et du fond du cœur) et la gentillesse ? La vertu orne-t-elle sans cesse mes pensées ? Est-ce que j’aspire à ce que le Saint-Esprit soit mon compagnon constant’ ? »

Sœur Burton a dit que « l’influence » était un don complémentaire au pouvoir de la prêtrise. S’adressant aux femmes de l’Église, le président Hunter a exhorté, ‘Nous vous supplions de servir en exerçant votre grande influence bénéfique pour fortifier nos familles, notre Église et nos collectivités. »

Sœur Stephens a raconté comment elle a aidé sa fille et son mari à déménager à Havre (Montana, États-Unis). Ils sont arrivés un samedi soir et leur fille a contacté son nouvel évêque le dimanche matin. Peu de temps après, un jeune homme, conduit par sa mère, est arrivé chez eux pour recueillir les offrandes de jeûne.

Quand sœur Stephens a réfléchi plus tard à cette expérience, elle s’est rendu compte que le Seigneur avait béni la famille de sa fille de trois manières ce jour-là : « tout d’abord, nous avons été bénis par l’intermédiaire du diacre, un détenteur de la Prêtrise d’Aaron ; nous avons été bénis par l’intermédiaire de l’évêque, qui détenait la Prêtrise de Melchisédek et les clés pour présider la paroisse ; et grâce à une mère qui soutenait son fils dans l’accomplissement de l’œuvre du Seigneur. »

Les femmes et les hommes qui contractent et respectent les alliances et les ordonnances sacrées de la prêtrise hériteront de « tout ce que [le] père a », a dit sœur Reeves, citant Doctrine et alliances 84:38. « C’est une promesse qui est faite à tout homme et à toute femme fidèle, célibataire ou marié(e), car nous savons qu’aucune des plus grandes bénédictions de notre Père ne sera refusée à chaque homme et à chaque femme fidèle, célibataire ou marié(e). Dieu, notre Père céleste et notre Sauveur, Jésus-Christ, nous ont donné tout ce qui est nécessaire pour obtenir le plus haut degré du royaume céleste et demeurer avec eux et nos êtres chers dans le pouvoir et la gloire pour toujours et à jamais ».