Une prière pour les enfants

Of the Quorum of the Twelve Apostles


Jeffrey R. Holland
Nous, les parents, nous pouvons maintenir la vie dans la stabilité… avec amour et foi, et la transmettre à la génération suivante, un enfant à la fois.

À la fin du premier jour où il a instruit les Néphites fidèles, Jésus ressuscité s’est adressé spécialement à un auditoire qui se tient souvent juste au-dessous du niveau de notre regard, parfois presque hors de vue.

Les Écritures disent : « … il commanda qu’on lui amenât les petits enfants…

« et… lorsqu’ils se furent agenouillés par terre… lui-même s’agenouilla aussi… et voici, il pria le Père et les choses qu’il dit dans sa prière ne peuvent être écrites… [tant étaient grandes et merveilleuses]… les choses que… Jésus [dit] au Père.

« Lorsque Jésus eut fini de prier… il se leva… il pleura… et… prit leurs petits enfants, un par un, et les bénit, et pria le Père pour eux.

« Et lorsqu’il eut fait cela, il pleura de nouveau ;

« Il parla à la multitude et lui dit : … Voyez vos petits enfants. »

Nous ne pouvons pas exactement savoir ce que le Seigneur a ressenti dans un moment aussi poignant, mais nous savons qu’il était « troublé » et qu’il « gémit en lui-même » à cause des influences destructrices qui font toujours rage autour des innocents. 1 Nous savons qu’il a ressenti un grand besoin de prier pour les enfants et de les bénir.

Dans les temps où nous vivons, que les menaces soient générales, locales ou qu’elles se manifestent dans la vie de chacun, je prie, moi aussi, pour les enfants. Certains jours, il semble qu’un océan de tentations et de transgressions les submerge, les recouvre avant qu’ils puissent y résister, avant qu’ils doivent les affronter. Et souvent, certaines forces en action au moins semblent au-delà de notre contrôle personnel.

Il se peut que certaines de ces forces échappent à notre contrôle, mais je témoigne avec foi au Dieu vivant qu’elles n’échappent pas au sien. Il vit et le pouvoir de la prêtrise opère des deux côtés du voile. Nous ne sommes pas seuls et nous ne tremblons pas comme si nous étions abandonnés. En faisant notre part, nous pouvons vivre l’Évangile et défendre ses principes. Nous pouvons déclarer aux autres le chemin sûr, la vérité salvatrice, la vie dans la joie 2 . Nous pouvons nous repentir de tout ce qui est nécessaire et, quand nous avons tout fait, nous pouvons prier. Nous pouvons nous bénir les uns les autres de toutes ces façons et particulièrement ceux qui ont le plus besoin de notre protection : les enfants. Nous, les parents, nous pouvons maintenir notre vie dans la stabilité comme elle a toujours été maintenue, avec foi, et la transmettre à la génération suivante, un enfant à la fois.

En faisant cette prière pour les jeunes, je voudrais parler d’un aspect particulier de leur sécurité. Je m’adresse pour cela avec précaution et avec amour à tous les adultes de l’Église, parents ou autres, qui pourraient être cyniques ou sceptiques, à ceux qui semblent toujours avoir du mal à s’engager pleinement, à ceux qui, au campement de la doctrine de l’Église, aiment planter leur tente à la périphérie de la foi. A tous ceux-là, et nous les aimons et souhaiterions qu’ils se sentent plus à l’aise de camper près de nous, je dis : sachez que le prix à payer pour une telle attitude n’est pas forcément dû pendant cette vie. Malheureusement, certains parmi vous auront peut-être à payer une sorte de déficit national excessif dont le remboursement sortira de la poche de vos enfants et petits-enfants et dépassera de loin tout ce que vous aviez envisagé.

Cette Église regorge d’espace et aussi de commandements dans les Écritures, pour l’étude et l’apprentissage, pour comparer et évaluer, pour discuter et attendre d’autres révélations. Nous apprenons tous « ligne sur ligne, précepte sur précepte 3 » avec l’objectif d’obtenir une foi religieuse authentique qui débouche sur une véritable vie chrétienne. En cela, il n’y a de place ni pour la coercition, la manipulation, l’intimidation ou l’hypocrisie. Mais dans l’Église, aucun enfant ne devrait être laissé dans le doute concernant le dévouement de ses parents au Seigneur Jésus-Christ, au rétablissement de son Église, à la réalité de prophètes et d’apôtres modernes qui, comme dans les temps anciens, dirigent l’Église selon « la volonté du Seigneur… l’avis du Seigneur… la parole du Seigneur… et le pouvoir de Dieu pour le salut 4 ». Dans ces fondements de la foi, les prophètes n’ont pas à présenter d’excuses pour demander que nous soyons unis et même que nous nous conformions aux instructions dans le sens éloquent où Joseph Smith, le prophète, l’utilisa 5 . En tout cas, comme me le rappelait frère Neal Maxwell dans une conversation de couloir, il n’y a pas eu de problème pour se conformer aux instructions le jour où la mer Rouge s’est ouverte.

Les parents ne peuvent pas se permettre de badiner avec le scepticisme ou le cynisme et ensuite se trouver étonnés quand leurs enfants élargissent ce badinage à une grande histoire d’amour. Si, en ce qui concerne la foi et la croyance, les enfants sont en danger d’être entraînés par ce courant intellectuel ou ces rapides culturels, nous, parents, nous devons plus que jamais veiller à être ancrés à des mouillages que l’on ne peut confondre et que nos êtres chers peuvent clairement reconnaître. Cela n’aidera personne si nous passons par-dessus bord avec eux en leur expliquant dans notre chute dans le rugissement des cascades que nous savions vraiment que l’Église était vraie et que les clés de la prêtrise y étaient présentes, mais que nous ne voulions priver personne de la liberté de penser autrement. Non, il ne faut pas s’attendre à ce que les enfants arrivent au port, sains et saufs, si les parents semblent ne pas savoir où mettre leur bateau à l’ancre. Esaïe a utilisé une variante de cette image lorsqu’il a dit des incroyants : « Les cordages sont relâchés ; ils ne serrent plus les pieds des mâts et ne tendent plus les voiles 6 . »

Je crois que certains parents ne comprennent peut-être pas que, même s’ils se sentent intérieurement en sécurité quant à leur témoignage personnel, néanmoins ils peuvent rendre cette foi difficile à percevoir pour leurs enfants. Nous pouvons être des Saints des Derniers Jours raisonnablement pratiquants qui assistent à leurs réunions mais, si nous ne menons pas une vie d’intégrité selon l’Évangile et ne transmettons pas à nos enfants notre profonde conviction de la véracité du rétablissement et que l’Église est véritablement guidée par Dieu depuis la Première Vision jusqu’à cette heure, alors ces enfants pourront, à notre grand regret mais pas à notre surprise, devenir des saints des derniers jours qui visiblement ne seront pas pratiquants et n’iront pas aux réunions ni ne feront rien de semblable.

Il y a peu de temps, ma femme et moi avons rencontré un jeune homme bien qui est entré en contact avec nous, après avoir erré dans les sphères occultes et avoir fréquenté une grande quantité de religions orientales dans le but de trouver la foi. Il nous a expliqué que son père ne croyait en rien. Mais, nous a-t-il dit, son grand-père était membre de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Le jeune homme a ajouté : « Mais il n’en fait pas grand chose. Il a toujours été cynique au sujet de l’Église. » D’un grand-père cynique à un père agnostique, jusqu’à un fils qui cherche désespérément ce que Dieu avait déjà donné à sa famille. Quel exemple classique de l’avertissement que frère Richard Evans a donné !

Il a dit : « Parfois, des parents pensent à tort qu’ils peuvent prendre un peu de repos quant à la conduite et à l’orthodoxie, ou adopter des vues dites libérales des choses fondamentales : ils s’imaginent qu’un peu de relâchement ou de laisser-aller n’auront pas d’effet ou bien ils oublient d’instruire leurs enfants ou d’aller à l’église ou encore expriment des critiques. Certains parents semblent penser parfois qu’ils peuvent être moins stricts sur les principes de base sans que cela ait d’effet sur leurs enfants ou l’avenir de ceux-ci. Mais si l’un des parents se détourne un tant soi peu, il est fort probable que les enfants iront plus loin que lui 7 . »

Écarter, même par inadvertance, un enfant (ou n’importe qui d’autre), de la foi, de la loyauté et de la croyance profonde par simple souci de paraître malin ou indépendant est une liberté qu’aucun parent ni qui que ce soit n’a jamais reçue. Dans le domaine de la religion, un esprit sceptique n’est pas une manifestation de vertu supérieure à un cœur croyant et la destruction analytique dans le domaine, par exemple, de la fiction littéraire, peut n’être que de la destruction pure et simple quand on l’applique dans les familles qui cherchent la foi. Et une telle déviation de la vraie route peut être trompeusement lente et subtile dans ses effets. Comme un observateur l’a dit : « Si vous augmentez la température de mon bain de seulement un degré toutes les dix minutes, comment saurai-je à quel moment crier 8 ? »

Quand ils étaient en train de monter leur tabernacle sacré dans le désert du Sinaï, les enfants d’Israël de l’époque reçurent le commandement d’allonger les cordages et d’affermir les pieux 9 . Pour quelle raison ? Des tempêtes surviennent régulièrement dans la vie. Alors fixez-la bien et attachez-la bien, encore et encore. Mais malgré cela, nous savons bien que certains enfants font des choix qui brisent le cœur de leurs parents. Des pères et des mères peuvent faire tout ce qui est bien et avoir des enfants qui s’égarent malgré tout. Le libre arbitre existe toujours. Cependant, dans ces moments si pénibles, Il sera peut-être réconfortant de savoir que votre enfant connaissait votre foi profonde au Christ, en sa véritable Église, aux clés de la prêtrise et aux hommes qui les détiennent. Cela sera peut-être une consolation pour vous de savoir que, si vos enfants choisissent de quitter le chemin droit et étroit, ils le font en sachant parfaitement que leurs parents s’y tenaient fermement. Qui plus est, ils seront beaucoup plus susceptibles de revenir sur ce chemin lorsqu’ils seront « rentré[s] en [eux-mêmes] 10 » et se souviendront de l’exemple plein d’affection et des tendres enseignements que vous leur avez donnés.

Vivez l’Évangile d’une manière aussi évidente que possible. Respectez les alliances que vos enfants savent que vous avez contractées. Donnez des bénédictions de la prêtrise. Et rendez témoignage 11 ! Ne supposez pas tout bonnement que vos enfants vont, d’une manière ou d’une autre, adhérer à vos convictions par eux-mêmes. Le prophète Néphi a dit vers la fin de sa vie qu’ils avaient tenu leurs annales au sujet du Christ et préservé leurs convictions de son Évangile pour persuader leurs enfants, afin qu’ils sachent… et croient en la voie droite 12 .

Comme Néphi, pouvons-nous nous demander ce que nos enfants savent ? Ce que nous leur avons appris ? Et ce qu’ils savent par eux-mêmes ? Nos enfants savent-ils que nous aimons les Écritures ? Nous voient-ils les lire, les marquer et nous y tenir fermement dans notre vie de tous les jours ? Nos enfants ont-ils par inadvertance ouvert une porte et nous ont-ils découvert à genoux en prière ? Nous ont-ils entendus non seulement prier avec eux mais aussi prier pour eux par pur amour parental ? Nos enfants savent-ils que nous croyons que le jeûne est plus qu’une épreuve obligatoire du premier dimanche du mois ? Savent-ils que nous avons jeûné pour eux et pour leur avenir sans qu’ils s’en soient rendu compte ? Savent-ils que nous aimons aller au temple surtout parce qu’il établit un lien avec eux que ni la mort ni les légions de l’enfer ne pourront briser ? Savent-ils que nous aimons et que nous soutenons les dirigeants locaux, malgré leurs imperfections, pour leur acceptation des appels qu’ils ne briguaient pas, pour préserver des principes de justice qu’ils n’ont pas établis. Ces enfants savent-ils que nous aimons Dieu de tout notre cœur et qu’il nous tarde de voir le visage de son Fils Bien-aimé et de tomber à ses pieds ? Je prie pour qu’ils le sachent.

Mes frères et sœurs, nos enfants prennent leur envol vers leur avenir, poussés par notre élan et notre objectif. Tandis que nous regardons avec anxiété cette flèche s’envoler en connaissant tous les maux qui pourraient dévier sa course une fois qu’elle a quitté notre main, nous pouvons prendre courage en nous souvenant que le facteur terrestre le plus important qui détermine la destination de cette flèche sera la stabilité, la force et la certitude inébranlable de celui qui tient l’arc 13 .

Carl Sandburg a dit : « Un bébé montre que Dieu est d’avis que la vie doit continuer 14 . » Pour l’avenir de ce bébé, comme pour le vôtre, soyez forts. Croyez. Ne cessez pas d’aimer et de témoigner. Ne cessez pas de prier. Ces prières seront entendues et seront exaucées dans les moments les plus inattendus. Dieu n’enverra pas son aide à qui que ce soit plus volontiers qu’à un enfant et à ses parents.

« Et [Jésus] leur dit : Voyez vos petits enfants.

« et… ils jetèrent les regards vers le ciel, et ils virent des anges descendre… comme au milieu d’un feu ; et ils descendirent et entourèrent ces petits enfants, et ils étaient environnés de feu, et les anges les servirent 15 . »

Je prie pour qu’il en soit toujours ainsi pour les enfants. Au nom de Jésus-Christ. Amen.

Afficher les références

  1.  

    1. 3 Néphi 17:11.

  2.  

    2. Voir Jean 14:6.

  3.  

    3. 2 Néphi 28:30.

  4.  

    4. D&A 68:4.

  5.  

    5. Voir D&A 128:13.

  6.  

    6. Esaïe 33:23.

  7.  

    7. Conference Report, oct. 1964, p. 135-136 ; italiques ajoutés.

  8.  

    8. Marshall McLuhan quoted in John Leo, « Le bon endroit pour les publicités », U.S. News and World Report, 30 Oct. 1989, 71.

  9.  

    9. Voir Esaïe 54:2 ; 3 Néphi 22:2.

  10.  

    10. Voir Luc 15:17.

  11.  

    11. Voir Lectures on Faith, 1985, 2:56 pour une définition du pouvoir des parents sur le témoignage.

  12.  

    12. Voir 2 Néphi 25:23, 26, 28 ; italiques ajoutés.

  13.  

    13. Cette métaphore m’a été suggérée par la lecture de Le Prophète de Kahlil Gibran.

  14.  

    14.  The Columbia World of Quotations, 1996, n° 48047.

  15.  

    15. 3 Néphi 17:23-24.