Respecter nos alliances

Richard J. Maynes

Of the First Quorum of the Seventy


Richard J. Maynes
Le plus important que nous puissions faire dans cette vie est de tenir les promesses ou les alliances que nous avons contractées avec le Seigneur.

Depuis les temps anciens jusqu’à nos jours, les vrais disciples de Jésus-Christ ont toujours compris l’importance de contracter et de respecter des alliances avec le Seigneur.

Vers 64 av. J.-C., le peuple néphite vivait des temps très périlleux. À cause de l’iniquité, des dissensions et des intrigues, il fut placé dans une situation des plus dangereuses (voir Alma 53:9). Le gouvernement chancelait et était sur le point de s’écrouler. La guerre contre les Lamanites durait depuis des années. Des dissidents néphites partaient se joindre à l’ennemi. Beaucoup de villes néphites avaient été attaquées et prises.

Au milieu de cette situation chaotique et dangereuse, on cherchait des hommes justes pour commander les armées néphites, des hommes comme Moroni et Hélaman. Ces dirigeants néphites comprirent que la capacité de leur peuple de se défendre était directement fonction de son obéissance au Seigneur. Ils s’efforçaient constamment de motiver la population à se souvenir de Dieu et à respecter ses commandements.

En ce moment très critique, après que beaucoup de villes néphites avaient été perdues et alors que l’équilibre du pouvoir semblait pencher en faveur des Lamanites, un miracle eut lieu. Un groupe de gens d’origine lamanite, maintenant connus sous le nom d’Ammonites, parce qu’ils avaient été convertis à l’Évangile de Jésus-Christ par l’enseignement d’Ammon, voulurent prendre les armes pour la défense de leurs terres nouvellement héritées, de leur pays et de leur manière de vivre (voir Alma 53:13).

Les pères de ces familles ammonites avaient auparavant fait serment à Dieu de ne plus jamais prendre les armes. Hélaman, le prophète néphite, conseilla à ces hommes de tenir la promesse faite à Dieu (voir Alma 53:15). Hélaman raconte ce qui se passa après son conseil :

« Mais voici, il arriva qu’ils avaient beaucoup de fils qui n’avaient pas conclu l’alliance de ne pas prendre leurs armes de guerre pour se défendre contre leurs ennemis ; c’est pourquoi, ils s’assemblèrent à ce moment-là, tous ceux qui étaient capables de prendre les armes, et ils se donnèrent le nom de Néphites.

« Et ils conclurent l’alliance de se battre pour la liberté des Néphites, oui, pour protéger le pays jusqu’à donner leur vie ; oui, ils firent même alliance de ne jamais abandonner leur liberté…

« Or, voici, il y eut deux mille de ces jeunes hommes qui conclurent cette alliance et prirent leurs armes de guerre pour défendre leur pays.

« Et c’étaient tous de jeunes hommes, et ils étaient extrêmement vaillants dans leur courage, et aussi dans leur force et leur activité ; mais voici, ce n’était pas tout : c’étaient des hommes qui étaient fidèles en tout temps dans tout ce qui leur était confié.

« Oui, c’étaient des hommes pleins de vérité et de sérieux, car on leur avait enseigné à garder les commandements de Dieu et à marcher en droiture devant lui.

« Et alors, il arriva qu’Hélaman marcha à la tête de ses deux mille jeunes soldats, pour soutenir le peuple dans les régions frontières du pays au sud près de la mer de l’ouest » (Alma 53:16-18, 20-22).

Hélaman et ses deux mille jeunes soldats se battirent vaillamment pour protéger leurs familles et leur liberté. Leur entrée sur le champ de bataille changea le cours de la guerre. L’avantage revint aux Néphites.

Dans une lettre à Moroni, Hélaman décrit la foi et le courage de ces jeunes gens :

« Et maintenant, je te le dis, mon frère Moroni bien-aimé, que jamais je n’avais vu un aussi grand courage, non, pas parmi tous les Néphites.

« Or, ils n’avaient jamais combattu; néanmoins ils ne craignaient pas la mort ; et ils pensaient plus à la liberté de leurs pères qu’à leur vie ; oui, ils avaient appris de leurs mères que, s’ils ne doutaient pas, Dieu les délivrerait » (Alma 56:45, 47).

Mes frères et sœurs : « Ils ne doutèrent pas [et] Dieu les délivra. » Dans leur première grande bataille, pas un seul des deux mille ne fut tué. Après la bataille, soixante autres jeunes Ammonites se joignirent à la petite armée. Hélaman nous dit « ils obéirent et s’appliquèrent à accomplir avec exactitude chaque commandement ; oui, et il leur fut fait selon leur foi » (Alma 57:21).

La deuxième bataille dans laquelle cette petite armée fut engagée fut plus violente que la première. Ensuite, Hélaman écrivit :

« Et il arriva qu’il y en eut deux cents, sur mes deux mille soixante, qui s’étaient évanouis à cause de la perte de sang; néanmoins, selon la bonté de Dieu… il n’y eut pas une seule âme d’entre eux qui périt…

« Et maintenant, leur préservation étonna toute notre armée… Et nous l’attribuons à juste titre au pouvoir miraculeux de Dieu, à cause de leur foi extrême… » (Alma 57:25-26).

Hélaman et ses jeunes soldats comprirent l’importance de faire des alliances avec le Seigneur. Ils reçurent également les bénédictions réservées aux personnes qui respectent fidèlement leurs alliances.

En tant que membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, nous avons, nous aussi, contracté des obligations sacrées. Nous l’avons fait dans les eaux du baptême et dans les temples du Seigneur. Nous appelons ces obligations alliances. Des alliances sont des promesses que nous faisons au Seigneur. Leur nature est extrêmement sacrée. Le plus important que nous puissions faire dans cette vie est de tenir les promesses ou les alliances que nous avons contractées avec le Seigneur. Lorsque nous tenons les promesses que nous avons faites au Seigneur, il nous permet de progresser spirituellement.

Pendant les deux dernières années, ma femme et moi avons servi aux Philippines. Nous avons vu beaucoup d’exemples de familles et de personnes philippines qui comprennent et respectent les alliances qu’elles ont contractées avec le Seigneur. Je vais vous raconter une expérience que nous avons vécue avec l’une de ces familles.

Il y a quelques mois, on m’a demandé de présider la conférence du pieu de Talisay. Pendant la session générale du dimanche, j’ai commencé mon discours en remerciant l’assemblée de son recueillement. En parlant, j’ai regardé en bas sur ma gauche et j’ai vu une famille très nombreuse assise au troisième rang. J’ai senti que je devais la montrer et la présenter comme exemple de famille qui a compris le principe du recueillement et qui le vit. Les parents étaient assis, entourés de très nombreux enfants respectueux.

À la fin de la réunion, nous avons été heureux de faire la connaissance de la famille Abasanta. Plus j’en savais sur eux, plus je sentais qu’ils comprenaient vraiment ce que veut dire respecter les alliances et vivre l’Évangile de Jésus-Christ.

Frère Lani et Sœur Irenea Abasanta sont devenus membres de l’Église il y a vingt-deux ans. Ils ont dix-sept enfants. Parmi eux, il y a des triplés. Nous savons tous qu’élever des enfants n’est facile nulle part dans le monde, et les Philippines ne sont pas une exception. La famille Abasanta est l’exemple vivant que c’est possible, que cela peut être fait de la bonne manière.

On remarque de bien des manières qu’ils ont réussi l’éducation de leurs enfants dans l’Église, par exemple, par le fait qu’ils restent, tous les dix-neuf, assis respectueusement pendant les réunions.

Un autre exemple est qu’ils travaillent beaucoup ensemble pour faire face à leurs besoins financiers. Frère Abasanta est électricien. Sœur Abasanta, aidée par ses filles, fabrique et vend des bijoux chez elle. Ensemble, ils ont réussi à subvenir aux besoins de leur famille.

Plus importante encore que la manière exemplaire dont ils subviennent aux besoins de leurs nombreux enfants, est leur manière de leur enseigner à vivre l’Évangile de Jésus-Christ. Leurs soirées familiales régulières jouent un rôle essentiel dans l’enseignement de leurs enfants. En parlant de leurs soirées familiales, frère Abasanta a expliqué : « D’abord, nous parlons des problèmes qu’il pourrait y avoir dans la famille, et de la manière de devenir plus unis ; ensuite il y a une pensée spirituelle ou une leçon ; puis nous faisons des jeux. »

Lors d’une soirée familiale récente, Frère Abasanta s’est servi du Liahona pour enseigner à ses enfants à ne pas passer trop de temps à regarder la télévision, et à utiliser ce temps pour faire quelque chose de plus utile, par exemple les devoirs ou la lecture des Écritures. Au cours des années, pendant leurs soirées familiales, les enfants ont appris à être recueillis. Et parce qu’ils ont appris le recueillement chez eux, il leur est plus facile d’en faire preuve le dimanche à l’église.

Un autre qu’exemple qui montre qu’ils vivent l’Évangile et respectent leurs alliances est la priorité qu’ils accordent à enseigner l’importance de payer honnêtement et complètement la dîme. Frère Abasanta a dit : «Nous enseignons à nos enfants que la nourriture que nous avons est un résultat direct de notre paiement de la dîme. Quand nos enfants travaillent, nous leur disons qu’ils doivent payer leur dîme. Il est difficile de subvenir aux besoins de tant d’enfants, mais quand je paie ma dîme fidèlement et honnêtement ce n’est pas difficile du tout. Nous faisons confiance au Seigneur à cent pour-cent et savons que, si nous payons honnêtement la dîme, nous pourrons manger tous les jours. »

Souvenez-vous que j’ai dit que frère et sœur Abasanta ont dix-sept enfants. Maintenant, je vais vous parler des triplés. Ce sont tous des garçons. Ils ont dix-neuf ans. Ils s’appellent Ammon, Omni et Omner. Oui, vous l’avez deviné. Tous les trois servent le Seigneur en tant que missionnaires à plein temps fidèles et travailleurs. Ammon est dans la mission de Baguio, Omni dans la mission de Davao et Omner dans la mission de Manille, aux Philippines.

Je ne veux pas que vous ayez l’impression que la famille Abasanta est parfaite. Personne d’entre nous n’est parfait. Cependant, en faisant de leur mieux pour vivre les commandements et pour respecter leurs alliances, les Abasanta peuvent recevoir les bénédictions du Seigneur.

Mes frères et sœurs, nous attendons tous avec joie le jour où nous pourrons retourner au foyer, chez notre Père céleste. Afin de nous qualifier pour l’exaltation dans le royaume céleste, nous devons obtenir la confiance du Seigneur ici-bas. Nous obtenons la confiance du Seigneur en la méritant, et nous le faisons par la manière dont nous vivons son Évangile et dont nous respectons nos alliances. Autrement dit, nous obtenons la confiance du Seigneur en faisant sa volonté.

Souvenez-vous que le Seigneur a mis Joseph Smith en garde contre les personnes dont il a dit : « ils s’approchent de moi des lèvres, mais leur cœur est éloigné de moi » (Joseph Smith, Histoire 1:19).

Souvenez-vous de l’exhortation de Jacques : « Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l’écouter » (Jacques 1:22).

Il est vrai que les actions parlent plus fort que les mots. En fait, les actions ont pour le Seigneur beaucoup plus d’importante que de simples paroles. Il a déclaré dans Doctrine et Alliances : « Si tu m’aimes, tu me serviras et garderas tous mes commandements » (D&A 42:29).

Hélaman et ses jeunes guerriers sont un exemple ancien des bénédictions accordées aux gens qui sont fidèles à garder les promesses faites au Seigneur. La famille Abasanta est un exemple moderne de famille qui fait de son mieux pour respecter ses alliances et pour vivre les principes de l’Évangile de Jésus-Christ.

Tous les membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours ont fait des promesses au Seigneur. Nous avons promis de prendre sur nous le nom de Jésus-Christ, de nous souvenir toujours de lui et de respecter ses commandements (voir D&A 20:77). Les membres de l’Église fidèles tiennent ces promesses.

Je prie aujourd’hui pour que nous renouvelions tous notre engagement de faire tout notre possible pour gagner la confiance du Seigneur en faisant sa volonté, en vivant son Évangile, et en respectant nos alliances. Au nom de Jésus-Christ. Amen.