Aux Jeunes Filles

Jeffrey R. Holland

Of the Quorum of the Twelve Apostles


Jeffrey R. Holland
Soyez des femmes dignes du Christ. Chérissez la place honorable que vous avez aux yeux de Dieu. Il a besoin de vous.

Le temps m’a joué un vilain tour il y a quelques mois. Je me suis levé un matin, frais et dispos, j’ai salué l’aube avec le sourire – tout cela pour me rendre compte tout à coup qu’avec l’anniversaire qu’on célébrait ce jour-là j’avais maintenant une petite-fille adolescente. J’ai médité là-dessus pendant une minute puis j’ai fait ce que tout adulte responsable digne de ce nom aurait fait. Je me suis remis au lit et j’ai tiré les couvertures au-dessus de ma tête.

Mis à part la plaisanterie traditionnelle sur l’expérience affreuse que c’est d’élever des adolescents, je tiens à dire à ma petite-fille et à la grande majorité des jeunes de l’Église que je rencontre partout dans le monde à quel point nous sommes fiers de vous. Il y a du danger moral et physique presque partout autour de vous et des dizaines de tentations de toutes sortes se présentent quotidiennement à vous, pourtant la plupart d’entre vous s’efforcent de bien agir.

Cet après-midi j’élève la voix pour faire votre éloge, exprimer mon amour, mes encouragements et mon admiration pour vous. Puisque l’aînée de mes petits-enfants, dont j’ai parlé, est une jeune fille, je vais adresser mon discours aux jeunes filles de l’Église, mais j’espère que l’esprit de ce que je dis peut s’appliquer aux femmes et aux hommes de tous les âges. Toutefois, aujourd’hui, comme Maurice Chevalier le chantait, je veux remercier le ciel pour les petites filles.

Tout d’abord, je veux que vous soyez fières d’être une femme. Je veux que vous sentiez la réalité de ce que cela signifie, que vous sachiez qui vous êtes vraiment. Vous êtes littéralement une fille d’esprit aimée de parents célestes avec une nature et une destinée divine éternelles 1 . Cette vérité sublime devrait être enracinée profondément dans votre âme et jouer un rôle fondamental dans chaque décision que vous prenez au cours de votre passage vers l’état de femme adulte. Il ne pourrait y avoir de plus grande authentification de votre dignité, de votre valeur, de vos droits sacrés et de votre promesse. Votre Père céleste connaît votre nom et votre situation. Il entend vos prières et connaît vos espoirs et vos rêves aussi bien que vos craintes et vos déceptions. Et il sait ce que vous pouvez devenir par la foi en lui. Grâce à cet héritage divin, vous, ainsi que tous vos sœurs et frères spirituels, jouissez d’une égalité totale à ses yeux et avez le pouvoir, par l’obéissance, de devenir héritières légitimes dans son royaume éternel, « héritières de Dieu, et cohéritières de Christ 2 ». Cherchez à comprendre l’importance de ces doctrines. Tout ce que le Christ a enseigné, il l’a enseigné aux femmes comme aux hommes. En effet, dans la lumière rétablie de l’Évangile de Jésus-Christ, la femme, et notamment la jeune fille, détiennent une majesté qui leur est propre dans le dessein divin du Créateur. Vous êtes, comme l’a dit un jour James E. Talmage, « une investiture sanctifiée que nul n’osera profaner 3 ».

Soyez des femmes dignes du Christ. Chérissez la place honorable que vous avez aux yeux de Dieu. Il a besoin de vous. L’Église a besoin de vous. Le monde a besoin de vous. La confiance inébranlable d’une femme en Dieu et son dévouement infaillible aux choses de l’Esprit ont toujours été une ancre quand le vent et les vagues de la vie étaient les plus forts 4 . Je vous dis ce que le prophète Joseph a dit il y a plus de 150 ans : « Si vous vivez de manière à être dignes de vos droits sacrés, on ne pourra empêcher les anges d’être vos compagnons 5 . »

Tout cela pour essayer de vous dire ce que votre Père céleste ressent pour vous et ce qu’il a prévu que vous deveniez. Et si, à un moment donné, certaines d’entre vous sont moins visionnaires que cela ou semblent décidées à mener une vie qui est en deçà de ce à quoi elles ont droit, nous exprimons un amour encore plus grand pour elles et les supplions de faire de leurs années d’adolescence un triomphe, non une tragédie. Pères et mères, prophètes et apôtres n’ont d’autre but que votre bien et de vous épargner tous les chagrins qu’ils peuvent vous épargner.

Pour que vous puissiez avoir pleinement droit aux bénédictions et à la protection de votre Père céleste, nous vous demandons de rester fidèles aux principes de l’Évangile de Jésus-Christ et de ne pas suivre servilement les caprices de la mode. L’Église ne vous niera jamais votre libre arbitre moral concernant ce que vous devez porter et la présentation exacte que vous devez avoir. Mais elle énoncera toujours les principes et enseignera toujours les vertus. Comme sœur Tanner l’a enseigné ce matin, l’un de ces principes est la pudeur. Dans l’Évangile de Jésus-Christ, la pudeur dans la tenue vestimentaire est toujours de mode. Nos principes ne sont pas négociables avec la société.

La brochure Jeunes, soyez forts est très claire dans son invitation aux jeunes filles d’éviter les vêtements moulants, trop courts ou indûment révélateurs, notamment les hauts qui ne couvrent pas l’estomac 6 . Parents, s’il vous plaît, relisez cette brochure avec vos enfants. Ils ont besoin de vos limites presque autant que de votre amour. Jeunes filles, choisissez vos vêtements comme vous choisiriez vos amis : choisissez, dans les deux cas, ce qui vous améliore, ce qui vous donnerait confiance si vous vous trouviez en la présence de Dieu 7 . De bons amis ne vous feraient jamais honte, ne vous rabaisseraient jamais, ne vous exploiteraient jamais. Vos vêtements ne le devraient pas non plus.

Je lance un appel spécial concernant la façon dont les jeunes filles pourraient s’habiller pour les offices religieux et le culte du sabbat. On parlait autrefois de « tenue du dimanche » et peut-être devrions-nous le faire de nouveau. En tous cas, depuis les temps anciens jusqu’à présent, nous avons toujours été invités à nous présenter sous notre meilleur jour intérieurement et extérieurement quand nous entrons dans la maison du Seigneur – et une église des saints des derniers jours consacrée est une « maison du Seigneur ». Il n’est pas nécessaire de porter des vêtements ou des chaussures coûteux, en fait ils ne doivent pas l’être, mais il ne faut pas non plus donner l’impression que nous sommes en route pour la plage. Quand nous allons adorer notre Dieu et Père à tous et prendre la Sainte-Cène, symbole de l’expiation de Jésus-Christ, nous devrions être aussi convenables et respectueux, aussi dignes et décents que possible. Il doit être visible, aussi bien dans notre aspect que dans notre comportement, que nous sommes vraiment des disciples du Christ, que, dans un esprit de culte, nous sommes doux et humbles de cœur, que nous désirons vraiment que l’Esprit du Sauveur soit toujours avec nous.

Dans le même ordre d’idées, je vais aborder un sujet encore plus délicat. Je vous supplie, jeunes filles, de mieux vous accepter vous-mêmes, notamment la forme et le type de corps que vous avez, en rêvant un peu moins de ressembler à quelqu’un d’autre. Nous sommes tous différents. Certains sont grands, d’autres petits. Certains sont ronds, d’autres minces. Et presque tout le monde, à un moment ou à un autre, veut être quelque chose qu’il n’est pas ! Mais, comme le disait une spécialiste des adolescentes : « Vous ne pouvez pas passer votre vie à vous inquiéter parce que le monde vous regarde fixement. Quand vous laissez l’opinion des gens vous intimider, vous abandonnez votre pouvoir… Si vous voulez avoir de l’assurance, le secret c’est de toujours écouter votre moi intérieur [votre moi réel] 8 . » Et dans le royaume de Dieu, le vrai moi est « plus précieux que les perles 9 ». Toute jeune fille est un enfant au grand destin et toute femme adulte une grande force bénéfique. Je mentionne les femmes adultes parce que vous, les sœurs, vous êtes nos plus grands exemples et nos meilleures ressources pour ces jeunes filles. Et si vous êtes hantées par l’idée d’entrer dans des vêtements deux tailles plus petits, vous ne serez pas très étonnées quand votre fille de la classe des Abeilles fera la même chose et se rendra malade. Nous devons tous être au meilleur de notre forme : c’est bien ce que dit la Parole de Sagesse. Cela signifie manger convenablement, faire de l’exercice et aider notre corps à fonctionner au mieux de ses forces. Nous pourrions probablement tous mieux faire à cet égard. Mais je parle ici de la meilleure santé possible ; il n’existe pas de taille optimale universelle.

Franchement, le monde a été brutal avec vous à cet égard. Le cinéma, la télévision, les revues de mode et la publicité vous martèlent le message que l’apparence, c’est tout ! Le boniment, c’est : « Si vous êtes suffisamment belles, votre vie sera fascinante, vous serez heureuse et vous serez entourée. » Ce genre de pression est immense pendant les années d’adolescence, sans parler de ce qu’il est à l’âge adulte. Dans trop de cas on en fait trop au corps humain pour le faire correspondre à un idéal aussi fictif (sans parler de son caractère superficiel). On rapporte qu’une actrice d’Hollywood a dit : « Nous sommes devenues obsédées par la beauté et la fontaine de jouvence… Je suis vraiment attristée de voir comment les femmes se mutilent pour l’obtenir. Je vois des femmes [et des jeunes filles]… remontant ceci et tirant sur cela. C’est comme une pente savonneuse. Vous ne pouvez pas la quitter. Ce que la société fait aux femmes est de la folie 10 . »

En termes de préoccupation de soi et de fixation sur le physique, c’est plus que de la folie sociale ; c’est de la destruction spirituelle et cela explique une grande partie des malheurs que les femmes, et notamment les jeunes filles, affrontent dans le monde moderne. Et si des adultes sont préoccupés par leur apparence – faisant des implants, du lifting et modifiant tout ce qui peut l’être – ces pressions et ces inquiétudes s’infiltreront certainement jusqu’aux enfants. À un moment donné, le problème devient ce que le Livre de Mormon appelle « les vaines imaginations 11 ». Et dans la société profane la vanité et l’imagination sont débridées. On aurait vraiment besoin d’une trousse de maquillage grande et spacieuse pour concurrencer la beauté telle que la représentent les médias tout autour de nous. Pourtant, au bout du compte, il y aurait toujours des gens « paraiss[ant] se moquer et montrer du doigt » comme ceux que Léhi 12 a vus, parce que malgré tout ce que l’on peut faire dans le monde du charme et de la mode, ce ne sera jamais assez.

Une femme, qui n’est pas de notre religion, a un jour écrit quelque chose qui disait en gros qu’au cours des années qu’elle avait passées à travailler avec de belles femmes, elle avait vu plusieurs choses qu’elles avaient toutes en commun, et pas une seule n’avait quoi que ce soit à voir avec la taille ou la forme. Elle dit que les plus belles femmes qu’elle avait connues rayonnaient de santé, avaient une personnalité chaleureuse, l’amour de l’étude, une personnalité stable et de l’intégrité. Si nous pouvons ajouter l’Esprit agréable et doux du Seigneur porté par une telle femme, cela décrit le charme de la femme à toute époque et en tout temps, dont chaque élément est renforcé et accessible grâce aux bénédictions de l’Évangile de Jésus-Christ.

Pour terminer. On a récemment beaucoup parlé, dans les médias du spectacle, de la mode actuelle des « reality shows ». Je ne suis pas sûr de ce que c’est, mais du fond de mon cœur je parle de cette réalité de l’Évangile à la belle génération de jeunes filles qui grandit dans l’Église.

Je vous déclare solennellement que le Père et le Fils sont bel et bien apparus à Joseph Smith, le prophète, qui était un jeune homme appelé par Dieu parmi votre groupe d’âge. Je témoigne que ces Êtres divins lui ont parlé, qu’il a entendu leurs voix éternelles et qu’il a vu leurs corps glorifiés 13 . Cette expérience était aussi réelle dans son propre cadre que celle de l’apôtre Thomas quand le Sauveur lui dit : « Avance ici ton doigt, et regarde mes mains ; avance aussi ta main, et mets-la dans mon côté… et ne sois pas incrédule, mais crois 14 . »

Je rends mon témoignage personnel à ma petite-fille et à tous les autres jeunes de l’Église que Dieu est bel et bien notre Père et que Jésus-Christ est bel et bien son Fils unique dans la chair, le Sauveur et Rédempteur du monde. Je témoigne que cette Église est réellement l’Église et le royaume de Dieu sur terre, que de vrais prophètes ont dirigé ce peuple dans le passé et qu’un vrai prophète, Gordon B. Hinckley, la dirige maintenant. Puissiez-vous connaître l’amour infini que les dirigeants de l’Église ont pour vous et puissiez-vous laisser les réalités éternelles de l’Évangile de Jésus-Christ vous élever au-dessus des soucis temporels et des inquiétudes des adolescents. Telle est ma prière, au nom de Jésus-Christ. Amen.

Montrer les références

  1.  

    1. « La famille : déclaration au monde », Le Liahona, oct. 2004, p. 49.

  2.  

    2. Voir Romains 8:17.

  3.  

    3. James E. Talmage, « The Eternity of Sex », Young Woman’s Journal, oct. 1914, p. 602.

  4.  

    4. Voir J. Reuben Clark, Conference Report, avril 1940, p. 21, pour un long hommage aux femmes de l’Église.

  5.  

    5.  History of the Church, 4:605.

  6.  

    6.  Jeunes, soyez forts, brochure, 2002, p. 15.

  7.  

    7. Voir D&A 121:45.

  8.  

    8. Julia DeVillers, Teen People, septembre 2005, p. 104.

  9.  

    9. Proverbes 3:15.

  10.  

    10. Halle Berry, cité dans « Halle Slams ‘Insane’ Plastic Surgery », This Is London, 2 août 2004, www.thisislondon.com/showbiz/ articles/12312096?source=PA.

  11.  

    11. 1 Néphi 12:18.

  12.  

    12. Voir 1 Néphi 8:27. Douglas Bassett, dans « Faces of Wordly Pride in the Book of Mormon », Ensign, oct. 2000, p. 51, a très bien traité ce thème.

  13.  

    13. Voir Joseph Smith, Histoire 1:24-25.

  14.  

    14. Jean 20:27.