Sauter le menu général
Octobre 2007 | Des mères qui savent

Des mères qui savent

Octobre 2007 Conférence générale

Les mères ont une influence et une puissance éternelles.

Dans le Livre de Mormon nous lisons l’histoire de deux mille jeunes gens exemplaires qui étaient extrêmement vaillants, courageux et forts. « Oui, c’étaient des hommes pleins de vérité et de sérieux, car on leur avait enseigné à garder les commandements de Dieu et à marcher en droiture devant lui » (Alma 53:21). Ces jeunes gens fidèles ont rendu hommage à leurs mères. Ils ont dit : « Nos mères le savaient » (Alma 56:48). Je suppose que les mères du capitaine Moroni, de Mosiah, de Mormon et d’autres grands dirigeants le savaient aussi.

La responsabilité des mères d’aujourd’hui n’a jamais requis autant de vigilance. Plus qu’à toute autre époque de l’histoire du monde, nous avons besoin de mères qui savent. Les enfants naissent dans un monde où ils n’ont « pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes » (Éphésiens 6:12)1. Mais les mères n’ont pas à avoir peur. Quand elles savent qui elles sont et qui est Dieu, et quand elles ont fait des alliances avec lui, elles ont une grande puissance et une grande influence bénéfique sur leurs enfants.

Les mères qui savent ont des enfants

Les mères qui savent désirent avoir des enfants. Alors que dans de nombreuses cultures du monde « on attache de moins en moins de valeur aux enfants2 », dans la culture de l’Évangile nous croyons toujours qu’il faut avoir des enfants. Les prophètes, voyants et révélateurs qui ont été soutenus à cette conférence ont déclaré que « le commandement que Dieu a donné à ses enfants de multiplier et de remplir la terre reste en vigueur3. » Ezra Taft Benson a enseigné que les jeunes couples ne doivent pas repousser la naissance d’enfants et que « dans une perspective éternelle, les enfants, et non les biens matériels, les postes ou le prestige, sont nos plus grands joyaux4. »

Les filles de Dieu fidèles désirent avoir des enfants. Dans les Écritures, nous lisons que Ève (voir Moïse 4:26), Sarah (voir Genèse 17:16), Rebecca (voir Genèse 24:60) et Marie (voir 1 Néphi 11:13–20) ont été préordonnées pour être mères avant d’avoir des enfants. À certaines femmes n’est pas donnée la responsabilité d’avoir des enfants dans la condition mortelle, mais, tout comme Anne, de l’Ancien Testament, a prié avec ferveur pour avoir son enfant (voir 1 Samuel 1:11), la valeur que les femmes donnent à la maternité dans cette vie et les qualités de mère qu’elles acquièrent ici se lèveront avec elle dans la résurrection (voir D&A 130:18). Les femmes qui désirent cette bénédiction et qui y travaillent dans cette vie ont la promesse de la recevoir pour toute l’éternité, et l’éternité est beaucoup plus longue que la condition mortelle. Les mères ont une influence et une puissance éternelles.

Les mères qui savent respectent les ordonnances et les alliances sacrées

Les mères qui savent respectent les ordonnances et les alliances sacrées. J’ai assisté à des réunions de Sainte-Cène dans certaines des régions les plus pauvres de la terre où des mères mettent avec grand soin leurs habits du dimanche, bien qu’elles aient à faire des kilomètres à pied dans des rues poussiéreuses et à utiliser des transports en commun vétustes. Elles amènent leurs filles vêtues d’une robe propre et bien repassée et coiffées à la perfection ; leurs fils portent une chemise blanche et une cravate et ont une coupe de cheveux missionnaire. Ces mères savent qu’elles vont à la réunion de Sainte-Cène, où l’on renouvelle des alliances. Ces mères ont fait et respectent les alliances du temple. Elles savent que, si elles ne guident pas leurs enfants vers le temple, elles ne les guident pas vers les objectifs éternels désirés. Ces mères ont de l’influence et du pouvoir.

Les mères qui savent élèvent leurs enfants

Les mères qui savent élèvent leurs enfants. C’est leur tâche particulière et leur rôle dans le plan du bonheur5. Élever signifie prendre soin et faire grandir. Les mères qui savent créent donc un climat propice à la progression spirituelle et temporelle dans leur foyer. Élever c’est aussi être une maîtresse de maison. Être une maîtresse de maison c’est cuisiner, laver les vêtements et la vaisselle et garder le foyer bien ordonné. Le foyer est l’endroit où les femmes ont le plus de pouvoir et d’influence ; les saintes des derniers jours doivent donc être les meilleures maîtresses de maison du monde. Travailler avec les enfants aux tâches ménagères donne des occasions d’enseigner et de donner l’exemple des qualités que les enfants doivent s’efforcer d’acquérir. Les mères qui élèvent leurs enfants ont des connaissances, mais toutes les études qu’elles peuvent faire ne serviront à rien si elles n’ont pas les compétences nécessaires pour créer un foyer dont l’atmosphère favorisera la progression spirituelle. La progression se déroule au mieux dans « une maison d’ordre » et les femmes doivent créer un foyer à l’exemple de la maison du Seigneur (voir D&A 109). Pour élever des enfants il faut de l’organisation, de la patience, de l’amour et du travail. Favoriser la progression des enfants en les élevant est véritablement un grand rôle d’influence accordé aux femmes.

Les mères qui savent sont des dirigeantes

Les mères qui savent sont des dirigeantes. En qualité de partenaire égale de leur mari, elles dirigent une organisation importante et éternelle. Ces mères planifient l’avenir de leur organisation. Elles planifient des missions, des mariages au temple et des études. Elles planifient la prière, l’étude des Écritures et la soirée familiale. Les mères qui savent font de leurs enfants de futurs dirigeants et sont le premier exemple de ce qu’est un dirigeant. Elles n’abandonnent pas leurs plans pour succomber à la pression sociale et aux modèles d’éducation du monde. Ces mères sages qui savent choisissent leurs activités et leurs engagements de manière à conserver leurs forces limitées et à faire porter le plus leur influence là où c’est le plus important.

Les mères qui savent sont des enseignantes

Les mères qui savent sont toujours des enseignantes. Comme elles ne sont pas des gardiennes d’enfants, leur tâche n’est jamais terminée. Un ami très instruit m’a dit qu’il n’avait jamais appris à l’église quelque chose qu’il n’avait déjà appris chez lui. Ses parents avaient utilisé l’étude des Écritures, la prière, la soirée familiale, les repas et d’autres moments ensemble pour enseigner. Pensez à la puissance qu’aurait notre force missionnaire si les mères considéraient leur foyer comme un pré-centre de formation missionnaire. La doctrine de l’Évangile enseignée au centre de formation missionnaire serait alors une révision et non une révélation. C’est cela l’influence ; c’est cela la puissance.

Les mères qui savent font moins

Les mères qui savent font moins. Elles permettent moins ce qui ne portera pas de bons fruits éternellement. Elles permettent moins de médias dans leur foyer, moins de distractions, moins d’activités qui éloignent leurs enfants de leur foyer. Les mères qui savent sont disposées à vivre avec moins et à consommer moins de biens du monde pour passer plus de temps avec leurs enfants, plus de temps à manger ensemble, à travailler ensemble, à lire ensemble, à parler, à rire, à chanter et à montrer l’exemple. Ces mères choisissent avec soin et n’essayent pas de tout choisir. Leur objectif est de préparer une génération montante d’enfants qui porteront l’Évangile de Jésus-Christ au monde entier. Leur objectif est de préparer de futurs pères et mères qui édifieront le royaume du Seigneur dans les cinquante prochaines années. C’est cela l’influence ; c’est cela la puissance.

Les mères qui savent sont fortes et inébranlables

Qui va préparer cette génération de fils et de filles justes ? Les saintes des derniers jours, des femmes qui savent, qui aiment le Seigneur et qui témoignent de lui, des femmes qui sont fortes et inébranlables et qui n’abandonnent pas quand c’est difficile ou décourageant. Nous sommes dirigés par un prophète de Dieu inspiré qui a demandé aux femmes de l’Église d’être « fortes et inébranlables dans la défense de ce qui est correct et convenable selon le plan du Seigneur6. » Il nous a demandé de commencer chez nous7 à enseigner les voies de la vérité. Les saintes des derniers jours devraient être les meilleures au monde pour ce qui est de défendre, d’élever et de protéger les enfants. Je suis absolument certaine que les femmes de l’Église vont le faire et seront connues comme étant des femmes qui « savaient » (Alma 56:48). Au nom de Jésus-Christ. Amen.

Afficher les référencesCacher les références

    Notes

    1. Voir Gordon B. Hinckley, « Soyons forts et immuables », Réunion mondiale de formation des dirigeants, 10 janvier 2004, p. 21.

    2. James E. Faust, « La famille face à ses défis », Réunion mondiale de formation des dirigeants,10 janvier 2004, p. 2.

    3. « La famille, déclaration au monde », Le Liahona, avril 2004, p. 48.

    4. To the Mothers in Zion (Aux mères en Sion), brochure, 1987, p. 3.

    5. Voir « La famille, déclaration au monde ».

    6. Gordon B. Hinckley, Réunion mondiale de formation des dirigeants, 10 janvier 2004, p. 20.

    7. Voir Gordon B. Hinckley, Réunion mondiale de formation des dirigeants, 10 janvier 2004, p. 20.