Expériences spéciales

Ronald A. Rasband

Of the Presidency of the Seventy


Le parcours de notre vie nous fournit de nombreuses expériences spéciales qui deviennent les pierres qui édifient notre foi et notre témoignage.

J’ajoute mon témoignage, en ce jour spécial, que Thomas S. Monson est le prophète du Seigneur sur la terre. Je suis reconnaissant d’avoir le privilège de prendre la parole à la conférence générale.

Je suis reconnaissant, tout comme vous, pour l’expérience que nous avons à cette conférence historique où nous soutenons, selon l’ordre et le modèle établis, notre nouveau prophète, notre nouvelle Présidence et les autres dirigeants de l’Église.

Ce genre d’expérience renforce notre témoignage et accroît notre foi que c’est bien là l’Église vraie et vivante du Seigneur.

Le parcours de notre vie nous fournit de nombreuses expériences spéciales qui deviennent les pierres qui édifient notre foi et notre témoignage. Ces expériences nous arrivent de façons extrêmement différentes et à des moments imprévisibles. Elles peuvent être des événements spirituels d’une grande force ou de petits instants d’éclaircissement. Certaines expériences nous sont données sous forme de graves difficultés et de lourdes épreuves qui éprouvent notre capacité d’en venir à bout. Quelle que soit lérience, elle nous donne une chance de progresser, d’acquérir plus de sagesse et, dans de nombreux cas, de servir les autres avec davantage d’empathie et d’amour. Comme le Seigneur l’a déclaré à Joseph Smith, le prophète, pour le rassurer pendant l’une de ses plus grandes épreuves à la prison de Liberty : « Toutes ces choses te donneront de l’expérience et seront pour ton bien » (D&A 122:7).

En s’additionnant, les expériences de notre vie ajoutent les unes aux autres de la force et du soutien. Tout comme les pierres de construction de nos maisons soutiennent le reste de la structure, les expériences de notre vie deviennent également les pierres de construction de notre témoignage et augmentent notre foi au Seigneur Jésus-Christ.

Cette session de conférence même montre bien la valeur d’une vie pleine d’expériences. Lorsque nous suivons les sages conseils de nos dirigeants et sommes émerveillés par leurs enseignements et leur esprit, nous ne nous étonnons plus que le Seigneur choisisse le doyen de ses apôtres pour devenir son prophète élu, après des années de préparation.

Dans ma bénédiction patriarcale il est indiqué qu’il me serait donné de vivre des expériences spéciales qui renforceraient mon témoignage. Mes frères et sœurs, repensez aux expériences spéciales qu’il vous a été donné de vivre et qui vous ont mis la conviction et la joie au cœur. Rappelez-vous la première fois où vous avez su que Joseph Smith était le prophète de Dieu du Rétablissement. Rappelez-vous le moment où vous avez accepté l’invitation de Moroni et su que le Livre de Mormon est bien un autre témoignage de Jésus-Christ. Rappelez-vous l’instant où vous avez reçu la réponse à une prière fervente et avez pris conscience que votre Père céleste vous connaît et vous aime personnellement. Lorsque vous songez à ces expériences toutes particulières, ne vous apportent-elles pas la gratitude et la détermination d’aller de l’avant avec une foi et une détermination accrues ?

Récemment, sœur Rasband et moi avons eu une expérience que nous n’oublierons jamais. J’avais reçu la tâche de présider deux conférences de pieu au Pérou. Là-bas, nous nous sommes rendus à la ville de Puno, dans le haut de la cordillère des Andes, au lac Titicaca. À 3 800 mètres au dessus du niveau de la mer, nous étions ébahi par cette ville simple et magnifique au bord de ce haut lac andin. Nous avons rencontré le président de pieu de cette région et avons eu une veillée merveilleuse avec des centaines de jeunes de la région de Puno.

Un matin, nous avons été invités à rendre visite à un petit groupe de membres qui habitent sur les îles flottantes en roseaux du lac Titicaca. Les habitants en sont les indiens Uros de Bolivie et du Pérou.

On nous a dit que quelques familles de membres de l’Église s’étaient unies et avaient construit une nouvelle petite île flottante à eux. Impatients, nous avons pris un bateau pour cette île et avons été accueillis chaleureusement par ces membres merveilleux.

Nous avons tenu leurs bébés emmaillotés dans de superbes couvertures, faites à la main, de toutes les couleurs. Nous avons mangé du poisson qu’ils avaient péché le jour même dans le lac et avait été magnifiquement préparé et généreusement partagé. Nous avons vu leurs marchandises et leur artisanat, et avons échangé des cadeaux.

Au cours de cette visite, nous avons appris que leurs enfants faisaient 45 minutes en canoë pour aller au séminaire et à l’école à Puno et autant pour en revenir chaque jour. Nous avons aussi été heureux de voir comme ces membres connaissent les Écritures, les comprennent et les aiment. Avec empressement, ils nous ont montré leurs recommandations à l’usage du temple en cours de validité, car ils ont été dotés et scellés au temple de Cochabamba, en Bolivie.

Avant notre départ, l’une des mères nous a demandé de nous agenouiller et de faire la prière en famille avec eux. Je me souviens bien de m’être mis à genoux sur les roseaux spongieux avec ces saints fidèles. Lorsque nous nous sommes agenouillés, la sœur m’a demandé si je voulais bien faire la prière et, par la Prêtrise de Melchisédek, consacrer leur nouvelle île et leur nouveau foyer.

J’ai ressenti une profonde humilité lorsque là, sur ces îles flottantes du lac Titicaca, ces familles de membres de l’Église fidèles m’ont demandé de prier pour la petite île de Apu Inti et de demander au Seigneur de bénir les foyers et les familles de Lujanos et de Jallahuis.

En réfléchissant à cette expérience spéciale que le Seigneur nous a permis de vivre, je me rends compte qu’une nouvelle pierre a été ajoutée à l’édifice de ma foi. Je pense souvent que cette expérience à Puno est un rappel de plus de l’accomplissement de ma bénédiction patriarcale.

Dans la préface des Doctrine et Alliances, écrite en 1831, annonçant le développement de l’œuvre du Seigneur à notre époque, il a révélé :

« Mais afin que chacun parle au nom de Dieu, le Seigneur, le Sauveur du monde,

« Afin que la foi grandisse sur la terre,

« Afin que mon alliance éternelle soit établie,

« Afin que la plénitude de mon Évangile soit proclamée par les faibles et les simples jusqu’aux extrémités du monde » (D&A 1:20-23).

Mes frères et sœurs, les membres faibles et simples de l’Église, comme vous et moi, portent l’Évangile jusqu’aux extrémités de la terre, à Puno, au Pérou et dans d’autres endroits lointains. La foi augmente parmi le peuple de l’alliance de Dieu et je crois que c’est si nous accumulons de telles expériences précieuses que la foi de chacun de nous peut augmenter.

Le président Monson a dit : « [Le Seigneur] commande et à ceux qui lui obéissent, qu’ils soient sages ou simples, il se révèlera dans les difficultés, les conflits et les souffrances qu’ils subiront en sa compagnie et… ils apprendront par expérience personnelle qui il est » (« La manière du Maître », Le Liahona, janvier 2003, p. 7 ; citant Albert Schweitzer, The Quest of the Historical Jesus, 1948, p. 401 ; italiques ajoutés).

En ces jours d’ingérence du monde dans notre vie, où les épreuves et les difficultés peuvent sembler nous engloutir, rappelons-nous nos propres expériences spirituelles spéciales. Ces pierres de construction de la foi nous apporteront la conviction et la confirmation de l’existence d’un Père céleste plein de sollicitude et aimant, de notre Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ, et de leur Église rétablie vraie et vivante. J’en témoigne au nom de Jésus-Christ. Amen.