L’Église vraie et vivante

Henry B. Eyring

First Counselor in the First Presidency


L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours est vraie et elle continue à vivre.
 

Quand nous avons soutenu Thomas S. Monson comme prophète, voyant, révélateur et président de l’Église et D. Todd Christofferson comme apôtre et membre du collège des douze apôtres, nous avons vu des preuves et ressenti que l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours est vraie et vivante. Le Seigneur a parlé aux hommes par lesquels il a rétabli l’Église dans les derniers jours. Il a dit d’eux qu’ils avaient :

« … le pouvoir de poser les fondements de l’Église et de la faire sortir de l’obscurité et des ténèbres, elle qui est la seule Église vraie et vivante sur toute la surface de la terre. » Il a ajouté : « Et en laquelle moi, le Seigneur, je me complais – et je parle ici à l’Église dans son ensemble et non aux membres individuellement –

« car moi, le Seigneur, je ne puis considérer le péché avec la moindre indulgence ;

« néanmoins, celui qui se repent et obéit aux commandements du Seigneur sera pardonné ;

« et à celui qui ne se repent pas, on ôtera même la lumière qu’il a reçue ; car mon Esprit ne luttera pas toujours avec l’homme, dit le Seigneur des armées 1 . »

Cette Église est la véritable, la seule véritable Église, parce que les clefs de la prêtrise s’y trouvent. Ce n’est que cette Église que le Seigneur a investie du pouvoir de sceller sur terre et de sceller dans le ciel comme il l’a fait du temps de l’apôtre Pierre. Ces clefs ont été rendues à Joseph Smith, qui a alors été autorisé à les conférer aux membres du Collège des Douze.

Quand le prophète Joseph a été assassiné, les ennemis de l’Église ont pensé que celle-ci allait mourir. Ils pensaient qu’elle était la création d’un mortel et que, par conséquent, elle périrait avec lui. Mais leurs espoirs ont été réduits à néant. C’était la vraie Église et elle avait également le pouvoir de continuer à vivre, même si ceux qui avaient été choisis pendant un certain temps pour la diriger étaient morts.

Nous avons vu aujourd’hui la démonstration que ceci est l’Église vraie et vivante. Les clefs de la prêtrise sont détenues par des mortels mais le Seigneur a prévu un moyen pour que les clefs continuent d’opérer sur la terre tant que les hommes ont la foi que les clefs sont sur la terre et qu’elles ont été transmises par la volonté de Dieu aux serviteurs qu’il a choisis.

Le peuple de Dieu n’a pas toujours été digne de l’expérience merveilleuse que nous avons vécue aujourd’hui. Après l’ascension du Christ, les apôtres ont continué à exercer les clefs qu’il leur avait laissées. Mais à cause de la désobéissance et de la perte de foi des membres, les apôtres sont morts sans que les clefs ne soient transmises à des successeurs. Nous appelons cet épisode tragique « l’apostasie ». Si les membres de l’Église de l’époque avaient eu l’occasion et la volonté d’exercer la foi comme vous aujourd’hui, le Seigneur n’aurait pas retiré les clefs de la prêtrise de la terre. Aujourd’hui est donc un jour qui a une importance historique et éternelle dans l’histoire du monde et pour les enfants de notre Père céleste.

Notre obligation est de rester dignes de la foi nécessaire pour nous acquitter de notre promesse de soutenir ceux qui ont été appelés. Le Seigneur était satisfait de l’Église au début du Rétablissement comme il l’est aujourd’hui. Mais il a averti les membres à l’époque, comme il le fait maintenant, qu’il ne peut considérer le péché avec la moindre indulgence. Pour soutenir ceux qui ont été appelés aujourd’hui, nous devons faire notre examen de conscience, nous repentir si nécessaire, nous engager à respecter les commandements du Seigneur et suivre ses serviteurs. Le Seigneur nous avertit que, si nous ne faisons pas cela, le Saint-Esprit sera retiré, nous perdrons la lumière que nous avons reçue et nous ne pourrons pas tenir l’engagement que nous avons pris aujourd’hui de soutenir les serviteurs du Seigneur dans sa véritable Église.

Chacun de nous doit s’évaluer. Tout d’abord, nous avons besoin de mesurer la profondeur de notre reconnaissance d’être membres de la véritable Église de Jésus-Christ. En second lieu, nous avons besoin de savoir par le pouvoir du Saint-Esprit de quelles manières nous pouvons mieux respecter les commandements.

Nous savons par la prophétie que non seulement l’Église vraie et vivante ne sera plus retirée de la terre, mais encore qu’elle deviendra meilleure. Notre vie sera améliorée si nous faisons preuve de foi en vue du repentir, nous rappelant toujours le Sauveur et essayant encore davantage de respecter ses commandements. Les Écritures contiennent la promesse que, quand il reviendra vers son Église, le Seigneur la trouvera spirituellement préparée pour lui. Cela devrait nous donner de la détermination et de l’optimisme. Nous devons faire mieux. Nous le pouvons. Et nous le ferons.

Aujourd’hui en particulier, il serait sage de décider de soutenir de notre foi et de nos prières tous ceux qui nous servent dans le royaume. Je suis personnellement conscient du pouvoir que possède la foi des membres de l’Église de soutenir ceux qui ont été appelés. Au cours des dernières semaines, j’ai senti avec force les prières et la foi de gens que je ne connais pas et qui ne me connaissent que comme quelqu’un d’appelé à œuvrer par les clefs de la prêtrise. Le président Monson sera béni par le soutien de votre foi. Des bénédictions seront de même déversées sur sa famille du fait de votre foi et de vos prières. Tous ceux que vous avez soutenus aujourd’hui seront soutenus par Dieu à cause de leur foi et de la vôtre.

Chaque membre aura des occasions de les soutenir par le service rendu au nom de Dieu. L’Église est une grande force pour la bénédiction de ses membres et de tous les habitants de la terre. Par exemple, l’Église a effectué une œuvre humanitaire remarquable de par le monde. Tout cela est possible grâce à la foi qu’ont les membres et des amis que Dieu vit et que le Seigneur souhaite secourir tous les gens qui sont dans le besoin qu’il peut toucher par ses disciples fidèles.

En outre, c’est par cette Église et les ordonnances qui s’y trouvent que les bénédictions du pouvoir de scellement atteignent les êtres qui sont dans le monde d’esprit. L’Église est vraie et vivante et touche même les humains qui ne vivent plus. Si vous avez la foi pour trouver les noms de vos ancêtres et d’aller à la maison du Seigneur pour leur offrir les ordonnances par procuration, vous soutenez cette grande œuvre dont le but est d’offrir le salut à tous les enfants de notre Père céleste qui viennent au monde.

Je vais parler de quelques-unes des raisons que j’ai d’être reconnaissant d’avoir une Église vraie et vivante. Ensuite je proposerai quelques domaines dans lesquels je vois que l’Église se prépare pour le retour du Sauveur. Et, pour finir, je rendrai mon témoignage de la façon dont j’en suis venu à savoir que nous sommes dans l’Église vraie et vivante.

Je suis surtout reconnaissant de mon expérience du pouvoir purificateur qui nous est accessible grâce aux ordonnances accomplies par le pouvoir de la prêtrise. J’ai ressenti le pardon et la purification par le baptême accompli par des personnes ayant l’autorité. J’ai senti la brûlure dans ma poitrine qui n’est possible qu’à cause de ces paroles dites par des serviteurs de Dieu : « Recevez le Saint-Esprit. »

Je suis aussi reconnaissant des bénédictions accordées à ma famille. C’est le pouvoir de scellement et la connaissance que nous en avons qui changent et transforment notre vie de famille ici-bas et notre espérance de la joie de la vie de famille dans le monde à venir. La pensée et l’espoir que je peux avoir des relations éternelles m’aident à traverser les épreuves de la séparation et de la solitude qui font partie de la condition mortelle. La promesse qui est faite aux fidèles de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours est que nous pouvons avoir des relations et une expansion des familles dans les éternités. Cette assurance change pour toujours et pour le meilleur toutes nos relations familiales.

Par exemple, je suis à une étape de ma vie où les grandes distances m’empêchent de bien connaître mes petits-enfants et, quand le moment sera venu, mes arrière-petits-enfants. Il y a aussi des gens qui n’ont jamais eu l’occasion de se marier et de devenir parents qui ont les mêmes aspirations que moi d’être d’une façon ou d’une autre proches de la famille. Grâce au rétablissement de la connaissance de la famille éternelle, nous avons une plus grande espérance et plus de bonté dans toutes nos relations familiales. Les plus grandes joies de cette vie sont centrées sur la famille comme elles le seront dans les mondes à venir. Je suis extrêmement reconnaissant de l’assurance que j’ai que, si nous sommes fidèles, la même sociabilité que nous connaissons ici dans cette vie sera pour toujours avec nous dans le monde à venir, dans une gloire éternelle 2 .

Je peux voir des preuves du perfectionnement prophétisé de l’Église. Par exemple, dans mes voyages et mes rencontres avec des membres de l’Église, je vois qu’il y a une amélioration régulière dans leur vie. Du fait de leur foi et de leur obéissance simples, l’Expiation est en train de changer et d’édifier les membres. Je me trouve souvent dans des réunions avec des gens manifestement humbles à qui il est permis de faire des leçons et de donner des discours qui ont en eux un pouvoir semblable à celui donné à Léhi et à Néphi, les fils d’Hélaman. Vous vous rappelez le récit :

« Et il arriva que Néphi et Léhi prêchèrent aux Lamanites avec une si grande puissance et une si grande autorité, car du pouvoir et de l’autorité leur avaient été données, afin qu’ils pussent parler, et ce qu’ils devaient dire leur était aussi donné 3 . »

Je suis certain que le souhait répété du président Hinckley se réalisera. Il a enseigné que tous les gens qui se joignent à l’Église pourront rester membres à part entière s’ils sont nourris de la bonne parole de Dieu. Je l’entends encore dire que les derniers mots qu’il pourrait dire à la fin de son service seraient « maintien, maintien, maintien dans l’Église ». Ses paroles continuent à vivre dans la direction du président Monson et en nous tous quand nous nous qualifions pour avoir le pouvoir d’un Léhi et d’un Néphi de nourrir de la bonne parole de Dieu. Je suis certain que vous continuerez, comme moi, à être pleins d’étonnement devant les humbles saints des derniers jours qui font de l’enseignement au foyer, des visites d’enseignement et parlent à leurs amis non membres avec un pouvoir toujours plus grand.

Pendant des années, nous nous sommes rappelé les paroles du président McKay, « chaque membre est un missionnaire ». Je suis certain que le jour vient où, grâce à la foi des membres, nous verrons inviter un nombre croissant de personnes à entendre la parole de Dieu, des personnes qui entreront ensuite dans l’Église vraie et vivante.

Il y a une autre amélioration dont je suis certain qu’elle se produira. Partout dans l’Église les parents cherchent des manières de fortifier et de protéger leurs enfants contre les maux qui les entourent. Dans certains cas, ces parents essayent désespérément de ramener des membres de leur famille qui se sont égarés. Je suis sûr que Dieu récompensera de plus en plus leurs efforts. Ceux qui n’abandonnent jamais s’apercevront que Dieu n’a jamais abandonné et qu’il les aidera.

Une grande partie de cette aide viendra de ceux qui sont appelés à œuvrer dans l’Église. La volonté de tendre la main aux autres augmentera de sorte que beaucoup, comme Thomas Monson, quand il était jeune évêque, trouveront par inspiration des manières pratiques d’inviter et d’encourager les membres qui, pendant un certain temps, pourraient ne pas reconnaître les bénédictions que Dieu a en réserve pour eux. Aujourd’hui encore, le président Monson se rappelle les gens au secours desquels il s’est porté quand il était leur évêque. Mon espoir est que nous aurons tous la certitude que Dieu nous aidera à aller vers les autres et à ramener auprès de nous ceux que Dieu veut que nous amenions avec nous quand nous rentrerons auprès de lui.

Une autre amélioration que je vois venir dans le royaume est le désir et la capacité d’aller vers les pauvres et les nécessiteux. J’ai vu une augmentation étonnante, parmi les membres de l’Église, de la compassion pour les victimes des catastrophes naturelles dans le monde. Dans les notices nécrologiques, je vois des familles demander que les dons soient envoyés au fonds perpétuel d’études ou aux fonds humanitaires de l’Église.

Joseph Smith, le prophète, a vu cette évolution merveilleuse. Il a dit que quand une personne devient vraiment convertie, elle veut parcourir la terre pour prendre soin des enfants de notre Père céleste 4 . Cela commence déjà à se produire parmi plus de membres de l’Église. Ce qui est remarquable à mes yeux, c’est que la pratique de donner aux nécessiteux s’étend à ceux qui ont moins eux-mêmes et qu’elle ne semble pas dépendre des difficultés économiques du moment. Pour moi cela prouve que l’Expiation agit de mieux en mieux parmi les membres.

Mon témoignage que nous sommes dans l’Église vraie et vivante a pris naissance dans mon enfance. Un de mes plus anciens souvenirs est celui d’une réunion de conférence tenue non pas dans un lieu comme celui-ci mais dans une salle louée dans un hôtel. Il y avait un homme qui parlait dont je ne connaissais pas et ne connais toujours pas le nom. Je savais seulement que c’était quelqu’un qui avait été envoyé dans notre petit district dans le champ de la mission par quelqu’un qui détenait la prêtrise. Je ne sais pas ce qu’il a dit. Mais j’ai reçu un témoignage puissant et certain avant d’avoir huit ans, avant même d’avoir été baptisé, que j’entendais un serviteur de Dieu dans la vraie Église de Jésus-Christ. Ce qui m’a touché, ce n’était pas la salle louée, ni la taille de l’assemblée, qui était petite, mais c’était le témoignage certain que j’avais la bénédiction à ce moment-là d’être à une réunion de la vraie Église.

Quand, dans mon adolescence, je suis allé m’installer avec ma famille dans les pieux organisés de l’Église, j’ai senti pour la première fois le pouvoir des collèges de la prêtrise et d’un évêque aimant. Je me rappelle encore et je peux toujours ressentir l’assurance que j’ai éprouvée à me retrouver dans un collège de prêtres à côté d’un évêque et de savoir qu’il détenait les clefs d’un vrai juge en Israël.

Ce même témoignage, je l’ai eu tôt dans la vie, deux dimanches, un à Albuquerque, au Nouveau-Mexique et l’autre à Boston, au Massachusetts. Dans chaque cas j’étais présent le jour où un district devenait pieu. Des hommes d’aspect apparemment ordinaires et que je connaissais bien, étaient appelés comme présidents de pieu. J’ai levé la main ces jours-là comme vous l’avez fait aujourd’hui et le témoignage m’a été donné que Dieu avait appelé ses serviteurs et que je serais béni par leur service et pour les avoir soutenus. J’ai ressenti ce même miracle en d’innombrables occasions dans toute l’Église.

J’ai vu, au cours des jours et des mois qui ont suivi leur soutien, que ces présidents de pieu étaient amenés à être à la hauteur de leurs appels. J’ai vu le même miracle dans le service du président Monson quand il a reçu l’appel à présider comme prophète et président de l’Église et à exercer toutes les clefs de la prêtrise sur la terre. Il a reçu, en ma présence, des révélations et de l’inspiration, ce qui me confirme que Dieu honore ces clefs. J’en suis un témoin oculaire. Ce sont les clefs d’une prêtrise qui est, pour employer les termes du Seigneur, « sans commencement ni fin 5 . »

Je vous rends mon témoignage solennel que nous sommes dans l’Église vraie et vivante de Jésus-Christ. Votre Père céleste répondra à vos prières ferventes que vous lui adressez pour le savoir personnellement. Vous pouvez avoir le témoignage que les appels que vous avez soutenus aujourd’hui sont de Dieu. Mieux encore, vous pouvez savoir que dans cette Église on accomplit des ordonnances qui peuvent purifier les âmes et lier sur terre et dans le ciel, comme cela se faisait du temps de Pierre, de Jacques et de Jean. Ces clefs et ces ordonnances sont maintenant rétablies dans leur plénitude par l’intermédiaire de Joseph Smith, le prophète, et ont été transmises par ses successeurs. Jésus est le Christ. Il vit. Je le sais. Je sais que Thomas S. Monson est son prophète vivant. L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours est vraie et elle continue à vivre. J’en témoigne au nom de Jésus-Christ. Amen.

Montrer les références

  1.  

    1. D&A 1:30-33.

  2.  

    2. Voir D&A 130:2.

  3.  

    3. Hélaman 5:18.

  4.  

    4. Voir History of the Church, 4:227.

  5.  

    5. Alma 13:8.