La vérité de Dieu ira de l’avant

M. Russell Ballard

Of the Quorum of the Twelve Apostles


C’est l’œuvre de Dieu, et elle n’échouera pas. Mais il y a encore beaucoup à faire.

Mes chers frères et sœurs, le 19 juillet de cette année, les Fils des Pionniers d’Utah ont érigé, dans le parc This Is the Place, à Salt Lake City, une statue de Joseph Smith, le prophète, et de son successeur, Brigham Young. Cette statue, appelée Regards vers l’Ouest, représente ces deux grands prophètes avec une carte des territoires de l’Ouest.

Beaucoup de gens, dont les saints des derniers jours, oublient que Joseph Smith savait très bien que l’Église finirait par partir s’installer dans le grand Ouest américain. En août 1842, il a prophétisé « que les saints continueraient à souffrir beaucoup d’afflictions et seraient chassés dans les Montagnes Rocheuses, que beaucoup apostasieraient, que d’autres seraient mis à mort par [leurs] persécuteurs ou mourraient de froid ou de maladie, et que certains [vivraient] pour… aller aider à fonder des colonies et à construire des villes et voir les saints devenir un peuple puissant au milieu des Montagnes Rocheuses » (History of the Church, 5:85).

Même les personnes les plus proches de Joseph en ces premiers temps ne comprenaient pas pleinement les épreuves que les saints des derniers jours allaient subir pendant le développement de l’Église, partie d’un petit groupe au début des années 1800. Mais Joseph Smith savait qu’aucun ennemi présent à l’époque ou à venir n’aurait suffisamment de pouvoir pour contrarier ou arrêter les desseins de Dieu. Nous connaissons tous les paroles prophétiques suivantes : « L’Étendard de la Vérité a été dressé ; aucune main impie ne peut empêcher l’œuvre de progresser ; les persécutions peuvent faire rage, les émeutiers peuvent s’attrouper, les armées s’assembler, la calomnie diffamer, mais la vérité de Dieu ira de l’avant hardiment, noblement et indépendante, jusqu’à ce qu’elle ait pénétré tout continent, visité tous les climats, balayé tous les pays et résonné à toutes les oreilles, jusqu’à ce que les desseins de Dieu soient accomplis, et que le grand Jéhovah dise que l’œuvre est accomplie » (History of the Church, 4:540).

Près de dix-huit décennies ont passé depuis l’organisation de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers jours en 1830. Nous avons eu 178 ans pour observer l’accomplissement de la prophétie et voir « la vérité de Dieu » aller « de l’avant hardiment, noblement et indépendante ».

L’Église a commencé avec seulement quelques membres. Malgré l’opposition intense, 597 missionnaires ont été appelés dans les années 1830 et plus de 15 000 convertis se sont fait baptiser dans l’Église. Les États-Unis, le Canada et la Grande-Bretagne ont été ouverts à la prédication de l’Évangile.

Il y a eu de nombreux convertis durant les années 1840 alors que les persécutions continuaient de faire rage contre l’Église et particulièrement contre le prophète Joseph. Au milieu de ces problèmes et malgré les grandes difficultés de déplacement, l’Évangile rétabli de Jésus-Christ a continué de se répandre sur la terre grâce à l’appel de 1 454 missionnaires durant les années 1840 et l’Église s’est accrue de plus de 48 000 membres. Le 27 juin 1844, la persécution contre Joseph Smith a atteint son point culminant quand son frère et lui ont été tués par des émeutiers à la prison de Carthage.

Peu après ce martyre, et en accomplissement de la vision de Joseph, Brigham Young et l’Église ont commencé à se préparer à partir dans les Montagnes Rocheuses. Les difficultés, les afflictions, la mort et l’apostasie étaient omniprésentes. Pourtant l’œuvre allait de l’avant. Dans les années 1850, 705 missionnaires ont été appelés à servir notamment en Scandinavie, en France, en Italie, en Suisse et à Hawaï. L’œuvre missionnaire a commencé dans des endroits aussi divers que l’Inde, Hong Kong, la Thaïlande, la Birmanie, l’Afrique du Sud et les Antilles.

Beaucoup parmi les convertis fidèles venus de Scandinavie et de Grande-Bretagne dans les années 1850 ont souffert et sont morts, sur terre et sur mer, pendant leur voyage pour rejoindre les saints dans les Montagnes Rocheuses.

En 1875, sept missionnaires ont été appelés à partir au Mexique, et il y a eu beaucoup de convertis malgré la révolution et d’autres difficultés. Et il y a juste quatre ans, en 2004, l’Église a atteint le million de membres au Mexique.

La foi des saints a été éprouvée à chacun de leurs pas tandis que Brigham Young les dirigeait dans la construction de temples et l’établissement de plus de 350 colonies dans l’Ouest. À la mort de Brigham Young, en 1877, le nombre de membres de l’Église dans le monde dépassait 115 000. Malgré toutes les persécutions, la vérité de Dieu allait de l’avant hardiment et noblement.

Le temps ne me permet pas de détailler la croissance de l’Église dans les décennies suivantes. Mais il faut noter les changements intervenus entre 1890 à 1930, alors que l’Église et sa doctrine étaient toujours attaquées, Reed Smoot a été élu au Congrès américain et a dû se battre pour avoir son siège. Beaucoup de choses ont été dites sur l’Église et ses enseignements, pour la plupart blessantes et dirigées contre Joseph F. Smith, président de l’Église, et contre d’autres dirigeants de l’Église. Néanmoins, quelques articles de journaux ont commencé à dire que des membres de l’Église participaient à la vie civique et étaient des gens bien.

Le 3 septembre 1925, Heber J. Grant a annoncé que l’Église allait envoyer des missionnaires en Amérique du Sud. Suivant le schéma du Seigneur pour porter l’Évangile rétabli à tous les pays, un membre du Collège des douze apôtres, mon grand-père paternel, Melvin J. Ballard, et d’autres frères ont été envoyés en Amérique du Sud pour la consacrer à la prédication de l’Évangile.

Le matin de Noël 1925, en Argentine, frère Ballard a consacré les pays d’Amérique du Sud et a commencé l’œuvre missionnaire. Avant d’en partir, au mois de juillet suivant, il a prophétisé : « L’œuvre du Seigneur va commencer par progresser lentement ici tout comme un chêne pousse lentement à partir d’un gland. Elle ne va pas fleurir en un jour comme le font les tournesols qui poussent rapidement puis meurent. Mais des milliers de personnes se joindront à l’Église ici. Elle sera divisée en plusieurs missions et ce sera l’un des endroits les plus forts de l’Église. L’œuvre ici ne fera que croître » (dans Melvin J. Ballard :Crusader for Righteousness, 1966, p. 84).

Tous les gens qui connaissent la croissance de l’Église en Amérique du Sud sont au courant de l’accomplissement de cette prophétie. Aujourd’hui, le Brésil à lui seul compte plus d’un million de membres.

Entre 1930 et 1970, plus de 106 000 missionnaires ont été appelés à servir dans le monde. Le nombre de membres de l’Église a été multiplié par quatre, passant à plus de 2 800 000. Il y a eu plus d’un million de nouveaux membres pendant les années 1960. En 1970, des missionnaires servaient dans quarante-trois pays et neuf territoires. Durant ces quarante ans, en Amérique du Sud, le Chili, le Brésil, l’Uruguay, le Paraguay, l’Équateur, la Colombie, le Pérou et le Venezuela ont été ouverts à l’œuvre missionnaire. En Amérique centrale, des serviteurs du Seigneur ont ouvert le Panama, le Costa Rica, le Guatemala, le Salvador, le Honduras et le Nicaragua. En Asie, de nouvelles grandes actions ont commencé à porter leurs fruits en Corée, à Taïwan, à Singapour et aux Philippines.

Rien de cela n’a été facile. Des difficultés, des obstacles et des persécutions ont accompagné toutes les tentatives de porter « la vérité de Dieu » dans les continents et les pays pour qu’elle puisse « résonner… à toutes les oreilles ». Néanmoins, nous avons continué d’avancer avec foi ; nous avons rencontré des difficultés et nous avons surmonté des obstacles.

Spencer W. Kimball a demandé aux membres de l’Église d’allonger la foulée pour répandre l’Évangile et en faire connaître la véracité. Il a demandé à tous les pieux du monde d’accroître le nombre de missionnaires, et il a conduit l’Église à utiliser les média pour transmettre notre message à des centaines de millions de gens sur toute la terre.

Durant les douze années de sa présidence, près de 200 000 membres ont fait une mission à plein temps. La population mondiale de l’Église a presque doublé et le nombre de pieux a presque triplé. L’œuvre missionnaire a été organisée ou réorganisée dans de nombreux pays, et le miracle de la conversion s’est produit malgré toutes les tentatives de l’Adversaire pour contrarier l’œuvre du Seigneur ou décourager ses ouvriers.

Un peu plus de deux décennies se sont écoulées depuis la fin du ministère du Président Kimball dans la condition mortelle. Durant cette période, nous avons été reconnus dans la communauté mondiale des croyants de manière importante et sans précédent. Ce n’est probablement pas par hasard que notre peuple, notre histoire et notre doctrine ont aussi subi des attaques idéologiques sans précédent.

Et pourtant l’Église continue de grandir. Sa population a de nouveau plus que doublé, passant de 5,9 millions en 1985 à plus de 13 millions aujourd’hui. Et l’année dernière, le millionième missionnaire de notre dispensation a été appelé.

Mon objectif, mes frères et sœurs, en faisant ce bref exposé sur la vision prophétique de Joseph concernant la destinée de l’Église et sur son accomplissement littéral au cours des décennies, est de nous rappeler cette vérité simple :

« On ne peut faire échouer les œuvres, les desseins et les intentions de Dieu, ni les réduire à néant.

« Car Dieu ne marche pas dans des sentiers tortueux… il ne dévie pas de ce qu’il a dit ; c’est pourquoi ses sentiers sont droits et son chemin est une même ronde éternelle.

« Souviens-toi… que ce n’est pas l’œuvre de Dieu qui est contrecarrée, mais celle des hommes » (D&A 3:1-3).

Dieu a parlé par l’intermédiaire de son prophète et a annoncé au monde que « l’Étendard de la Vérité a été dressé » et qu’« aucune main impie ne peut empêcher l’œuvre de progresser ». C’est une vérité indéniable et indiscutable. Nous l’avons constaté, décennie après décennie, de l’époque de Joseph Smith, le prophète, à celle du président Monson. Les persécutions ont fait rage. Les calomnies, les mensonges et les désinformations ont essayé de diffamer l’Église. Mais, dans chaque décennie, depuis le moment du Rétablissement, la vérité de Dieu est allée « de l’avant hardiment, noblement et indépendante ». La petite Église qui a commencé en 1830 avec seulement une poignée de membres compte maintenant plus de treize millions de saints des derniers jours dans de nombreux pays du monde, et nous sommes en bonne voie pour pénétrer tout continent, visiter tous les climats, balayer tous les pays et résonner à toutes les oreilles.

C’est l’œuvre de Dieu, et elle n’échouera pas. Mais il y a encore beaucoup à faire avant que le grand Jéhovah puisse annoncer que l’œuvre est accomplie. Nous louons et honorons les saints fidèles qui nous ont amenés à ce point de reconnaissance publique, mais nous ne pouvons pas nous permettre, mes frères et sœurs, d’être satisfaits.

Nous sommes tous nécessaires pour terminer l’œuvre qui a été commencée par les saints pionniers il y a plus de 175 ans puis continuée dans les décennies suivantes par les saints fidèles de toutes les générations. Nous devons croire comme ils ont cru. Nous devons travailler comme ils ont travaillé. Nous devons servir comme ils ont servi. Et nous devons vaincre l’adversité comme ils l’ont vaincue.

Nos difficultés d’aujourd’hui sont bien sûr différentes, mais elles ne sont pas moins grandes. Au lieu des émeutiers en colère, nous affrontons des gens qui essayent constamment de nous calomnier. Au lieu des rigueurs extrêmes du climat, nous affrontons l’alcool, la drogue, la pornographie et toutes sortes d’obscénités, de corruptions, de cupidité, de malhonnêteté et d’apathie spirituelle. Au lieu de voir des familles déracinées et arrachées de leur maison, nous voyons l’institution de la famille, notamment l’institution divine du mariage, attaquée par des groupes et des personnes qui cherchent à supprimer le rôle important et divin de la famille dans la société.

Ce n’est pas pour dire que nos difficultés actuelles sont plus grandes que celles des saints qui nous ont précédés. Elles sont simplement différentes. Le Seigneur ne nous demande pas de charger une charrette à bras ; il nous demande de fortifier notre foi. Il ne nous demande pas de traverser un continent à pied ; il nous demande de traverser la rue pour aller voir notre voisin. Il ne nous demande pas de donner tous nos biens pour construire un temple ; il nous demande de donner de nos moyens et de notre temps malgré les pressions de la vie moderne pour continuer de construire des temples et pour aller régulièrement dans ceux qui sont construits. Il ne nous demande pas de mourir en martyr ; il nous demande de vivre en disciple.

Nous vivons à une époque très importante et c’est à nous de décider, mes frères et sœurs, si nous allons perpétuer la grande tradition de dévouement qui a été la marque des générations de saints des derniers jours précédentes. Ce n’est pas le moment de faiblir spirituellement. Nous ne pouvons pas nous permettre de n’être droits que superficiellement. Notre témoignage doit être profond, nos racines spirituelles fermement ancrées dans le rocher de la révélation. Et nous devons continuer de faire avancer l’œuvre, être un peuple d’alliance, consacré, guidé par la foi à chaque pas « jusqu’à ce que les desseins de Dieu soient accomplis et que le grand Jéhovah dise que l’œuvre est accomplie ». Je prie pour qu’il en soit ainsi pour nous. Au nom de Jésus-Christ. Amen.