Tirer les leçons du passé

M. Russell Ballard

Of the Quorum of the Twelve Apostles


Quand vous apprenez les leçons du passé, cela vous permet d’édifier votre témoignage personnel sur le roc de l’obéissance, de la foi et du témoignage de l’Esprit.

Nous vivons une époque fascinante et parfois déconcertante. L’autre jour, j’ai dit à l’un de mes petits-fils que je revoyais le texte de mon discours de conférence. Il a eu l’air de ne pas comprendre. Il a demandé : « Tu vas envoyer un message-texte de ton discours de conférence ? Je pensais que tu devais le donner dans le centre de conférence ? »

Pour certains, il serait plus facile d’envoyer un message-texte, mais je suis reconnaissant de cette occasion de prendre la parole aujourd’hui parce que j’ai un message que je trouve important pour ce petit-fils et pour mes autres petits-enfants, ainsi que pour tous les jeunes de l’Église.

Il y a des années, quand j’étais dans les affaires, j’ai appris une leçon qui m’a coûté très cher parce que je n’ai pas écouté soigneusement le conseil de mon père ni suivi les murmures du Saint-Esprit, qui me donnait les directives de mon Père céleste. Mon père et moi nous travaillions dans l’automobile et la société Ford recherchait des concessionnaires pour sa nouvelle génération de voitures. Les dirigeants de Ford nous ont invités, mon père et moi, à une présentation en avant-première de ce qui serait, à leur avis, un produit qui aurait une réussite spectaculaire. Quand nous avons vu les voitures, mon père, qui avait plus de trente-cinq ans de métier, m’a mis en garde et m’a dit de ne pas devenir concessionnaire. Mais le personnel des ventes de Ford a été très persuasif et j’ai choisi de devenir le premier – et en réalité aussi le dernier – concessionnaire de l’Edsel à Salt Lake City. Si vous ne savez pas ce qu’est une Edsel, demandez à votre grand-père. Il vous dira que l’Edsel a connu un échec retentissant.

Mais il y a une grande leçon pour vous dans cette expérience. Quand vous êtes disposés à écouter et à apprendre, certains des enseignements les plus importants de la vie viennent des personnes qui vous ont précédés. Elles ont parcouru les chemins que vous parcourez et sont passées par beaucoup d’expériences que vous faites maintenant. Si vous écoutez et suivez leurs conseils, ils peuvent vous guider et vous faire faire des choix qui seront pour votre avantage et votre bien et qui vous détourneront de décisions qui peuvent vous détruire. Si vous vous tournez vers vos parents et vers les autres qui vous ont précédés, vous trouverez des exemples de foi, d’engagement, de travail, de consécration et de sacrifice que vous devriez vous efforcer de suivre.

Il est difficile d’imaginer un scénario dans lequel il ne vaudrait pas la peine de tenir compte des expériences des autres et d’en tirer les leçons. Beaucoup de métiers requièrent des stages en entreprise pendant lesquels les débutants travaillent à l’ombre de vétérans chevronnés pour tirer profit de leurs années d’expérience et de la sagesse qu’ils ont accumulée. Il est souvent attendu des novices du sport professionnel qu’ils restent sur le banc de touche et apprennent en regardant les joueurs expérimentés. Les nouveaux missionnaires sont appelés à travailler avec un premier compagnon dont l’expérience aide le nouveau à apprendre la bonne manière de servir efficacement le Seigneur.

Il y a bien sûr des fois où nous n’avons pas d’autre choix que de nous risquer seuls et de faire de notre mieux pour arriver à comprendre les choses au fur et à mesure. Par exemple, il n’y a pas beaucoup de personnes de ma génération qui puissent apporter leur aide par leur expérience quand il s’agit des technologies de pointe. Quand nous avons des difficultés avec la technologie moderne, nous devons chercher quelqu’un qui s’y connaît mieux que nous – ce qui implique d’ordinaire de s’adresser à l’un de vous, les jeunes.

Mon message et mon témoignage pour vous aujourd’hui, mes jeunes amis, est que, pour les questions les plus importantes de votre vie éternelle, il y a des réponses dans les Écritures et dans les paroles et les témoignages des apôtres et des prophètes. Le fait que ces paroles viennent principalement d’hommes âgés, décédés et encore en vie, ne les rend pas moins opportunes. En fait, cela donne encore plus de valeur à leurs paroles parce qu’elles viennent de personnes qui ont beaucoup appris par des années de vie dévouée.

Un célèbre proverbe est attribué à George Santayana. Vous l’avez probablement déjà entendu : « Ceux qui ne peuvent pas se rappeler le passé sont condamnés à le reproduire » (John Barlett, compilation, Familiar Quotations, 18e édition, 1980, p. 703). En fait, il y a plusieurs versions de cette citation, entre autres la suivante : « Ceux qui ne tirent pas les leçons du passé sont condamnés à le revivre. » Quels que soient les mots exacts, l’idée est profonde. Il y a de grandes leçons à tirer du passé et vous devriez les apprendre afin de ne pas épuiser votre force spirituelle à refaire les erreurs et les mauvais choix du passé.

Pas besoin d’être saint des derniers jours, pas besoin même d’avoir une religion pour voir l’histoire se répéter dans la vie des enfants de Dieu rapportée dans l’Ancien Testament. Nous voyons continuellement le cycle de la justice suivie de la méchanceté. De même, le Livre de Mormon rapporte que les civilisations anciennes de notre continent ont suivi exactement le même processus. La justice suivie de la prospérité, suivie du confort matériel, suivi de la cupidité, suivie de l’orgueil, suivi de la méchanceté et de la décadence morale jusqu’à ce que les gens se soient attiré des calamités suffisantes pour les ramener à l’humilité, au repentir et au changement.

Dans la période relativement courte couverte par le Nouveau Testament, ce modèle historique se répète encore. Cette fois, le peuple s’est tourné contre le Christ et ses apôtres. La chute a été si grande qu’elle est appelée la Grande Apostasie, apostasie qui a amené des siècles de stagnation et d’ignorance spirituelles appelés l’âge des ténèbres.

Mais je dois être très clair sur ces périodes historiques récurrentes d’apostasie et de ténèbres spirituelles. Notre Père céleste aime tous ses enfants et il veut qu’ils aient tous les bénédictions de l’Évangile dans leur vie. La lumière spirituelle n’est pas perdue parce que Dieu tourne le dos à ses enfants. En fait, les ténèbres spirituelles arrivent quand ses enfants lui tournent tous le dos. Elles sont une conséquence naturelle de mauvais choix que font les hommes, les collectivités, les pays et les civilisations entières. La preuve en a été donnée à maintes reprises au cours de l’histoire. L’une des grandes leçons de ce processus historique est que nos choix, individuels et collectifs, ont des conséquences spirituelles pour nous et notre postérité.

À chaque dispensation, le désir de notre Dieu plein d’amour de bénir ses enfants se manifeste par le rétablissement miraculeux de la vérité de l’Évangile sur la terre par des prophètes vivants. Le rétablissement de l’Évangile par Joseph Smith, le prophète, au dix-neuvième siècle, n’en est que l’exemple le plus récent. Des rétablissements semblables ont eu lieu dans les temps passés par l’intermédiaire de prophètes comme Noé, Abraham, Moïse et, bien sûr, le Seigneur Jésus-Christ en personne.

Les cent soixante-dix-neuf ans qui se sont écoulés depuis l’organisation officielle de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours ont été extraordinaires à tout point de vue. Jamais dans l’histoire connue il n’y a eu de période de progrès scientifique et technologique aussi remarquable. Ces progrès ont contribué à la progression et à l’expansion de l’Évangile dans le monde entier. Mais ils ont aussi contribué au développement du matérialisme et de l’abandon aux passions, et au déclin moral.

Nous vivons à une époque où les limites du bon goût et de la décence publique sont repoussées au point qu’il n’y a plus de limites du tout. Les commandements divins en ont pris un coup dans le marché vacillant d’idées qui rejette absolument la notion de « bien » et de « mal ». Certains groupes sociaux semblent généralement se méfier de quiconque choisit de suivre des principes religieux. Et quand des gens qui ont la foi essaient d’avertir les autres des conséquences possibles de leurs choix pécheurs, on se moque d’eux, on les raille et leurs rites les plus sacrés et les valeurs qui leur sont les plus chères sont livrés à la moquerie publique.

Est-ce que ce que je viens de dire vous rappelle quelque chose, mes jeunes frères et sœurs ? Voyez-vous reparaître le processus historique de la justice suivie de la prospérité, suivie du confort matériel, suivi de la cupidité, suivie de l’orgueil, suivi de la méchanceté et de la décadence morale, processus que nous avons vu se répéter dans les pages de l’Ancien et du Nouveau Testament ainsi que du Livre de Mormon ? Chose plus importante encore, quel effet les leçons du passé auront-elles sur les choix personnels que vous faites maintenant et pour le reste de votre vie ?

La voix du Seigneur est claire et l’on ne peut s’y tromper. Il vous connaît. Il vous aime. Il veut votre bonheur éternel. Mais, selon le libre arbitre que Dieu vous a donné, le choix vous appartient. Chacun de vous doit décider pour soi-même s’il va ignorer les leçons du passé afin de pouvoir éviter les erreurs douloureuses et les pièges tragiques qui ont été le lot des générations antérieures, en évitant de faire personnellement l’expérience des conséquences dévastatrices de mauvais choix. Combien votre vie sera meilleure si vous voulez suivre le noble exemple des disciples fidèles du Christ comme les fils d’Hélaman, Moroni, Joseph Smith et les courageux pionniers, et décider comme eux de rester fidèles aux commandements de notre Père céleste.

Plein d’espoir, je prie de tout mon cœur pour que vous soyez suffisamment sages pour tirer les leçons du passé. Vous n’avez pas besoin de gaspiller du temps, comme un Laman ou un Lémuel, pour savoir qu’il vaut beaucoup mieux être un Néphi ou un Jacob. Vous n’avez pas besoin de suivre la voie de Caïn ou de Gadianton pour vous apercevoir que « la méchanceté n’a jamais été le bonheur » (Alma 41:10). Vous n’avez pas besoin non plus de laisser votre collectivité devenir comme Sodome ou Gomorrhe pour comprendre que ce n’est pas un bon endroit où élever vos enfants.

Tirer les leçons du passé permet de marcher hardiment dans la lumière sans courir le risque de trébucher dans les ténèbres. C’est ainsi que c’est censé être. C’est le plan de Dieu : Le père et la mère, le grand-père et la grand-mère instruisant leurs enfants ; les enfants apprenant auprès d’eux puis devenant une génération plus juste par leurs expériences et leurs activités personnelles. Quand vous apprenez les leçons du passé, cela vous permet d’édifier votre témoignage personnel sur le roc de l’obéissance, de la foi et du témoignage de l’Esprit.

Bien sûr, il ne suffit pas d’apprendre ces leçons comme quelque chose d’historique ou de culturel. Si vous apprenez des noms et des dates et une suite d’événements écrits dans un livre, cela ne vous aidera pas beaucoup sauf si le sens et le message sont écrits dans votre cœur. Nourries par le témoignage et arrosées par la foi, les leçons du passé peuvent prendre racine dans votre cœur et devenir une partie vibrante de votre personnalité.

Et on en revient donc, comme toujours, à votre foi et à votre témoignage personnels. C’est cela qui fait la différence, mes jeunes frères et sœurs. C’est comme cela que vous savez. C’est comme cela que vous évitez les erreurs du passé et que vous élevez votre spiritualité au niveau supérieur. Si vous êtes ouverts et réceptifs aux murmures du Saint-Esprit dans votre vie, vous comprendrez les leçons du passé et elles seront gravées au fer rouge dans votre âme par le pouvoir de votre témoignage.

Et comment obtient-on un tel témoignage ? Eh bien, il n’y a pas de nouvelle technologie pour cela et il n’y en aura jamais. Il est impossible de recevoir un témoignage par Google. Il est impossible de recevoir la foi par message-texte. On acquiert aujour-d’hui un témoignage vibrant et qui change la vie de la même manière qu’on l’a toujours fait. Le processus n’a pas changé. Pour l’obtenir, il faut le souhaiter. Étudier. Prier. Obéir. Apprendre. Enseigner. Et servir. Voilà pourquoi les enseignements des prophètes et des apôtres passés et modernes sont pertinents dans votre vie, aujourd’hui, comme ils l’ont toujours été auparavant.

Je prie pour que vous, mes petits-enfants et tous les jeunes de l’Église, où que vous soyez, vous trouviez à l’avenir la joie, le bonheur et la paix en tirant les grandes leçons éternelles du passé. Au nom de Jésus-Christ. Amen.