Le culte au temple, source de force et de pouvoir en temps de besoin

Richard G. Scott

Of the Quorum of the Twelve Apostles


Quand nous respectons les alliances du temple que nous avons contractées et que nous menons une vie juste…, il n’y a aucune raison de nous inquiéter ou de nous décourager.

Chaque membre de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours a la bénédiction de vivre à une époque où le Seigneur a inspiré à ses prophètes d’accroître fortement l’accessibilité aux saints temples. Au fur et à mesure de la croissance de la population de l’Église, le Seigneur inspirera son prophète pour qu’il fournisse les temples nécessaires. Avec une planification soigneuse et quelques sacrifices, la majorité des membres de l’Église peuvent recevoir les ordonnances du temple pour eux et en faveur de leurs ancêtres et être bénis par les alliances qui s’y accomplissent.

Parce que je vous aime, je vais vous parler de cœur à cœur sans mâcher mes mots. J’ai vu que souvent les gens font de grands sacrifices pour se rendre dans un temple éloigné de chez eux. Mais quand un temple est construit à proximité, peu de temps après, beaucoup n’y vont plus régulièrement. J’ai une suggestion à faire. Quand un temple est situé à une distance convenable, de petites choses risquent de contrecarrer vos plans pour y aller. Fixez-vous comme but précis, selon votre situation personnelle, des dates où vous pouvez participer aux ordonnances du temple et le ferez. Ensuite ne laissez rien contrecarrer ce plan. Cette façon de procéder garantira que les personnes qui habitent juste à côté d’un temple seront aussi bénies que celles qui font des projets longtemps à l’avance et font un long voyage jusque là.

Il y a quatorze ans, j’ai décidé d’aller au temple et d’accomplir une ordonnance au moins une fois par semaine. Quand je voyage, je rattrape les visites au temple manquées afin d’atteindre cet objectif. J’ai tenu cette résolution et elle a profondément changé ma vie. Je m’efforce de participer à toutes les différentes ordonnances offertes au temple.

Je vous recommande de vous fixer pour objectif la fréquence avec laquelle vous accomplirez les ordonnances offertes dans nos temples en activité. Qu’y a-t-il de plus important que d’aller au temple et de participer à ses ordonnances ? Quelle activité peut avoir plus d’effet et apporter plus de joie et de bonheur profond à des conjoints que d’adorer Dieu ensemble au temple ?

Je vous donne maintenant d’autres idées pour tirer davantage profit de l’assistance au temple.

  • Comprenez la doctrine liée aux ordonnances du temple, surtout la signification de l’expiation de Jésus-Christ 1 .

  • Pendant que vous participez aux ordonnances du temple, pensez à votre relation avec Jésus-Christ et à sa relation avec notre Père céleste. Cette action simple apportera une plus grande compréhension de la nature céleste des ordonnances du temple.

  • Exprimez toujours, dans la prière, votre reconnaissance pour les bénédictions incomparables qui découlent des ordonnances du temple. Vivez chaque jour de manière à prouver à notre Père céleste et à son Fils bien-aimé la grande importance que ces bénédictions ont pour vous.

  • Prévoyez des visites régulières au temple.

  • Accordez-vous suffisamment de temps pour ne pas vous hâter à l’intérieur du temple.

  • Alternez les activités de manière à participer à toutes les ordonnances du temple.

  • Enlevez votre montre lorsque vous entrez dans la maison du Seigneur.

  • Écoutez attentivement la présentation de chaque partie de l’ordonnance, l’esprit et le cœur ouverts.

  • Pensez à la personne pour laquelle vous accomplissez l’ordonnance par procuration. Priez de temps en temps pour qu’elle reconnaisse l’importance vitale des ordonnances et soit digne ou se prépare à être digne d’en bénéficier.

  • Reconnaissez qu’il est impossible de comprendre et de se rappeler, en y ayant assisté une seule fois, toute la majesté de l’ordonnance de scellement. Il faut répéter l’expérience de nombreuses fois en faisant l’œuvre par procuration pour en comprendre beaucoup plus sur ce qui est communiqué dans l’ordonnance pour les vivants.

  • Comprenez qu’une ordonnance de scellement ne perdure qu’une fois scellée par le Saint-Esprit de promesse. Les deux personnes concernées doivent être dignes et vouloir que ce scellement soit éternel.

Si votre conjoints et vous n’avez pas encore été scellés dans le temple, voyez le passage d’Écritures suivant :

« Il y a, dans la gloire céleste, trois cieux ou degrés. Pour obtenir le plus haut, l’homme doit entrer dans cet ordre de la prêtrise [à savoir : la nouvelle alliance éternelle du mariage],

« Sinon, il ne peut l’obtenir.

« Il peut entrer dans l’autre, mais c’est là la fin de son royaume ; il ne peut avoir d’accroissement. (D&A 131:1-4).

Parfois, quand j’entends un chœur pendant un service de consécration de temple, j’éprouve un sentiment si sublime qu’il m’élève le cœur et l’esprit. Je ferme les yeux et, plus d’une fois, dans ma tête, j’ai vu un cône inversé de personnes qui part du temple et va vers le haut. J’ai senti qu’il représente un grand nombre d’esprits qui attendent que l’œuvre par procuration soit accomplie pour eux dans ce sanctuaire et qui se réjouissent parce qu’enfin il y a un endroit qui peut les libérer des chaînes qui les arrêtent dans leur progression éternelle. Pour atteindre ce but, vous devrez faire l’œuvre par procuration. Vous devrez trouver le nom de vos ancêtres. Le nouveau progiciel FamilySearchMD rend cet effort plus facile qu’auparavant. Il est nécessaire de trouver ces ancêtres, de vous qualifier et d’aller à la maison du Seigneur pour accomplir les ordonnances qu’ils sont impatients de recevoir. Quelle joie de pouvoir participer à l’œuvre du temple !

Je vais vous raconter l’expérience d’une ancêtre de ma femme, Jeanene. Elle s’appelle Sarah De Armon Pea Rich. Ce qu’elle a dit montre l’importance que le temple peut avoir dans notre vie. À trente et un ans, elle a reçu un appel de Brigham Young pour servir dans le temple de Nauvoo où toutes les ordonnances possibles ont été accomplies avant que les saints ne doivent abandonner ce temple. Voici ce qu’elle a écrit :

« Nous avions reçu beaucoup de bénédictions dans la maison du Seigneur, ce qui a été pour nous source de joie et de réconfort au milieu de tous nos chagrins et cela nous a permis d’avoir foi en Dieu, sachant qu’il nous guiderait et nous soutiendrait pendant le voyage inconnu qui nous attendait. Car sans la foi et sans la connaissance qui nous a été accordée dans ce temple par l’aide et l’influence de l’Esprit du Seigneur, notre voyage aurait été l’équivalent de sauter dans les ténèbres. Le commencer en hiver, pour ainsi dire, et, dans notre état de pauvreté, cela aurait été comme nous mettre, en marchant, entre les griffes de la mort. Mais nous avions foi en notre Père céleste et nous lui faisions confiance, sentant que nous étions son peuple choisi et que nous avions embrassé son Évangile ; et nous ressentions, non pas du chagrin, mais de la joie à la perspective de l’imminence de notre salut 2 . »

Je vais maintenant parler de la signification spéciale du temple pour moi. Une partie de ce message va être difficile à exprimer et j’apprécierai donc que vous priiez pendant que je le donne pour que je maîtrise mes émotions.

Il y a quatorze ans, le Seigneur a emmené ma femme de l’autre côté du voile. Je l’aime de tout mon cœur mais je ne me suis jamais plaint parce que je sais que c’était la volonté du Seigneur. Je n’ai jamais demandé pourquoi, mais ce qu’il veut que je retire de cette expérience. Je crois qu’un bon moyen d’affronter les choses désagréables de la vie est de ne pas nous plaindre mais de remercier le Seigneur de nous faire confiance lorsqu’il nous donne l’occasion de surmonter des difficultés.

Nous avions la bénédiction d’avoir des enfants. Une fille, notre premier enfant, continue d’être une immense bénédiction pour nous. Deux ans plus tard, un fils du nom de Richard est né. Quelques années plus tard, une fille est née. Celle-ci est morte après n’avoir vécu que quelques minutes.

Notre fils, Richard, est né avec un défaut cardiaque. On nous a dit que, faute de pouvoir être soigné, il y avait peu chances qu’il survive plus de deux ou trois ans. Cela date de si longtemps que les techniques maintenant utilisées pour réparer ces déficiences étaient inconnues. Nous avons eu la bénédiction de trouver un endroit où les médecins ont accepté de tenter l’intervention chirurgicale nécessaire. Elle devait être accomplie pendant que son petit cœur battait.

Elle a été accomplie juste six semaines après la naissance et la mort de notre petite fille. L’opération terminée, le chirurgien en chef est venu nous dire qu’elle était réussie. Et nous nous sommes dit : « C’est merveilleux ! Notre fils pourra avoir un corps solide, courir, marcher et grandir ! » Nous avons exprimé notre profonde reconnaissance au Seigneur. Puis, environ dix minutes plus tard, le même chirurgien est arrivé et, le visage blême, nous a dit : « Votre fils est mort. » Il semble que son petit corps n’ait pas supporté le choc opératoire.

Plus tard, dans la nuit, j’ai pris ma femme dans mes bras et je lui ai dit : « Nous ne devons pas nous inquiéter car nos enfants sont nés dans l’alliance. Nous avons l’assurance que nous les aurons avec nous plus tard. Nous avons maintenant une raison de vivre extrêmement bien. Nous avons un fils et une fille qui se sont qualifiés pour aller dans le royaume céleste parce qu’ils sont morts avant l’âge de huit ans. » Cette connaissance nous a apporté un grand réconfort. Nous nous réjouissons de savoir que nos sept enfants nous sont tous scellés pour le temps et pour toute l’éternité.

Cette épreuve n’a été un problème pour aucun de nous deux car quand nous menons une vie juste et avons reçu les ordonnances du temple, tout le reste est entre les mains du Seigneur. Nous pouvons faire de notre mieux mais le résultat final dépend de lui. Nous ne devrions jamais nous plaindre de ce qui nous arrive, quand nous vivons dignement.

Il y a quatorze ans, le Seigneur a décidé qu’il n’était pas nécessaire que ma femme reste plus longtemps dans son corps terrestre et il l’a emmenée de l’autre côté du voile. Je confesse que, parfois, il m’est difficile de ne pas pouvoir me tourner vers elle et lui parler, mais je ne me plains pas. Le Seigneur m’a permis, à des moments importants de ma vie, de ressentir son influence à travers le voile.

Ce que j’essaie d’enseigner c’est que, quand nous respectons les alliances du temple que nous avons contractées et que nous menons une vie juste pour conserver les bénédictions promises par ces ordonnances, alors, quoi qu’il arrive, nous n’avons aucune raison de nous inquiéter ou de nous décourager.

Je sais que j’aurai le droit d’être avec ma belle femme que j’aime de tout mon cœur et avec les enfants qui sont avec elle de l’autre côté du voile grâce aux ordonnances que l’on accomplit dans le temple. Quelle bénédiction d’avoir de nouveau sur la terre l’autorité de scellement, non seulement pour cette vie terrestre mais aussi pour les éternités ! Je suis reconnaissant que le Seigneur ait rétabli son Évangile dans sa plénitude, notamment les ordonnances qui sont requises de nous pour être heureux dans ce monde et pour vivre heureux éternellement dans l’au-delà.

Cette œuvre est celle du Seigneur. Jésus-Christ vit. Cette Église est la sienne. Je suis son témoin et son sacrifice expiatoire est le fondement qui rend effective et éternelle chaque ordonnance qui est accomplie dans le temple. J’en témoigne de tout mon pouvoir, au nom de Jésus-Christ. Amen.

Montrer les références

  1.  

    1. Les sections 88, 109, 131 et 132 des Doctrine et Alliances seraient un bon début.

  2.  

    2. Sarah DeArmon Pea Rich, Autobiography, 1885-1893, p. 66, Church History Library .