J’aime les garçons bruyants

Yoon Hwan Choi

des soixante-dix


Aimons nos garçons, même si certains d’entre eux sont chahuteurs. Montrons-leur comment changer.
 

Je vais vous parler d’un groupe de jeunes gens bruyants qui est entré dans ma vie lorsque j’étais jeune évêque à Séoul, en Corée, il y a de nombreuses années. C’étaient des garçons qui vivaient dans le quartier. Seuls un ou deux d’entre eux étaient membres de l’Église à cette époque. Ceux qui étaient membres étaient les seuls de leur famille à l’être. Ils étaient tous amis et venaient à l’église pour jouer et être ensemble. Ils aimaient jouer au ping-pong pendant la semaine et faire des activités amusantes le samedi. La plupart d’entre eux n’étaient pas bons à l’école et beaucoup de gens les considéraient comme des perturbateurs.

À l’époque, j’avais deux jeunes fils de sept et neuf ans. Je ne savais pas quoi faire pour ces jeunes gens. Ils chahutaient tant qu’un jour ma femme, Bon-Kyoung, m’a demandé si nous pouvions déménager dans une autre paroisse pour que nos fils aient l’exemple d’autres jeunes gens. J’ai médité et prié mon Père céleste de m’aider à trouver le moyen d’aider ces jeunes. Finalement, j’ai pris la décision d’essayer de leur enseigner comment ils pourraient changer leur vie.

Une vision m’est clairement venue à l’esprit. J’ai senti que leur vie changerait s’ils devenaient missionnaires. Aussitôt, cela m’a enthousiasmé et j’ai essayé de passer le plus de temps possible avec eux, de leur enseigner l’importance du service missionnaire et la façon de s’y préparer.

À cette époque, frère Seo, missionnaire à plein temps, a été muté dans notre paroisse. Il avait grandi dans l’Église et avait participé à des chorales de jeunes gens avec ses amis lorsqu’il était à la Prêtrise d’Aaron. Il a rencontré ces garçons turbulents de notre paroisse. À ceux qui n’étaient pas membres, il a enseigné les leçons missionnaires et il leur a aussi appris les chants qu’il avait l’habitude de chanter. Il a formé un triple quatuor avec eux et les a appelés le Quatuor Hanaro, qui signifie « être un ». Ils étaient heureux de chanter ensemble mais il nous fallait à tous beaucoup de patience quand nous les écoutions.

Les membres pouvaient venir chez nous quand ils le voulaient. Ces jeunes gens nous rendaient visite presque tous les week-ends et parfois même en semaine. Nous leur donnions à manger et nous les instruisions. Nous leur enseignions les principes de l’Évangile ainsi que la manière de les appliquer. Nous essayions de leur montrer ce que pourrait être leur vie future.

Ils chantaient ensemble chaque fois qu’ils venaient à la maison. Leurs notes bruyantes nous faisaient mal aux oreilles. Mais nous les félicitions toujours parce que les entendre chanter était beaucoup plus agréable que les voir s’attirer des ennuis.

Cela a continué pendant des années. La plupart de ces jeunes gens ont mûri dans l’Évangile et un miracle s’est produit. Avec le temps, neuf des jeunes qui n’étaient pas membres se sont fait baptiser. Des garçons bruyants et bagarreurs qu’ils étaient, ils sont devenus de vaillants jeunes guerriers1.

Ils sont allés en mission, ont rencontré de belles jeunes sœurs dans l’Église et se sont mariés au temple. Bien sûr, ils ont chacun eu des difficultés différentes lorsqu’ils sont partis en mission, ont fait des études et se sont mariés mais ils sont tous restés fidèles parce qu’ils voulaient obéir à leurs dirigeants et plaire au Seigneur. Maintenant, ils ont une famille heureuse et des enfants nés dans l’alliance.

En comptant leurs femmes et leurs enfants, ces neuf jeunes bruyants sont devenus quarante-cinq membres pratiquants du royaume du Seigneur. Ils sont maintenant des dirigeants de leur paroisse et de leur pieu. L’un est évêque, deux font partie d’un épiscopat, un autre est membre d’un grand conseil et deux autres sont présidents des Jeunes Gens. On trouve parmi eux un dirigeant de mission de paroisse, un secrétaire exécutif et un instructeur du séminaire. Ils continuent de chanter ensemble et, autre miracle, ils chantent bien !

Deux principes de base ont aidé ces jeunes gens à devenir semblables aux fils d’Hélaman2. Les mères de ces garçons n’étaient pas membres de l’Église et ne comprenaient pas les paroles du Seigneur mais les dirigeants de la prêtrise sont un peu devenus leurs pères et les femmes des dirigeants leurs mères.

Ces neuf jeunes, que j’appelle les « garçons du Seigneur », ont appris qu’ils seraient bénis s’ils écoutaient les dirigeants de l’Église, même s’ils ne comprenaient pas toujours pourquoi. Ils sont devenus comme Adam, notre premier père, à qui un ange a demandé, lorsqu’il avait fait une offrande au Seigneur : « Pourquoi offres-tu des sacrifices au Seigneur ? » Adam lui a répondu : « Je ne le sais, si ce n’est que le Seigneur me l’a commandé3. » Ils ont éprouvé le grand désir d’être obéissants et de servir le Seigneur de tout leur cœur.

Ils ont également appris qu’il était très important d’assister à leurs réu-nions de l’Église. Dans un discours intitulé « Jeunes de noble naissance », Ezra Taft Benson a dit : « Je voudrais maintenant attirer votre attention sur l’importance d’assister à toutes vos réunions de l’Église. L’assistance fidèle aux réunions de l’Église apporte des bénédictions que vous ne pouvez recevoir d’aucune autre façon4. » En allant régulièrement à leurs réunions de l’Église, ces jeunes ont ressenti le grand amour du Seigneur et ont appris comment appliquer la doctrine et les principes de l’Église dans leur vie quotidienne. Ils ont aussi appris à participer aux réunions avec beaucoup de joie et de bonheur.

Trois de nos fils, y compris le benjamin, sont nés lorsque j’étais évêque. Quand nos fils ont grandi, ces neufs jeunes gens sont devenus les dirigeants de la paroisse et du pieu. Ils ont été les instructeurs et les dirigeants de nos fils. Ils ont instruit nos fils et d’autres garçons de la même manière que je les avais instruits quand ils étaient perturbateurs. Ils ont aimé nos garçons comme je les avais aimés. Ces jeunes autrefois bruyants et bagarreurs sont devenus les héros de nos enfants. Nos fils aimaient suivre le grand exemple qu’ils ont donné en devenant de merveilleux missionnaires et en se mariant au temple avec une femme juste.

Ces jeunes gens continuent d’influencer notre famille. Il y a deux mois, notre paroisse a fait une activité un samedi soir et a invité tout le monde, y compris les familles partiellement membres. Sun-Yoon, le plus jeune de nos fils, était revenu d’un camp de jeunes l’après-midi même. Il a dit qu’il n’irait pas à l’activité missionnaire parce qu’il ne faisait pas partie d’une famille partiellement membre et qu’il était très fatigué. Il n’est donc pas venu avec nous. Ma femme lui a téléphoné pour lui expliquer que tout le monde y était invité. Il a répondu : « Je sais mais aujourd’hui, je ne viens pas », puis il a raccroché.

Peu après le début de la soirée, Sun-Yoon est arrivé et s’est assis très discrètement à côté de sa mère. Il lui a chuchoté : « Juste après avoir raccroché, je me suis souvenu que j’avais demandé un jour à papa pourquoi les chanteurs du Quatuor Hanaro avaient si bien réussi dans la vie. Il m’a dit qu’ils avaient obéi aux paroles des dirigeants de l’Église et assisté régulièrement aux réunions de l’Église. C’est ce qui a fait que leur vie a changé et qu’ils ont si bien réussi. » Mon fils a poursuivi : « Soudain, les paroles de mon père me sont venues à l’esprit et j’ai décidé de suivre leur exemple parce que je veux avoir une famille heureuse aussi et du succès dans la vie. »

Chers frères, aimons nos garçons, même si certains d’entre eux sont chahuteurs. Montrons-leur comment changer. Les fils d’Hélaman d’aujourd’hui ne sont pas seulement issus de nos belles familles de l’Église mais sont aussi de jeunes convertis dont les parents n’ont pas l’Évangile. Votre femme et vous devez être leurs « bons parents5 » dans l’Évangile jusqu’à ce qu’ils deviennent comme les fils d’Hélaman.

Je suis tellement heureux de voir l’amour constant avec lequel vous dirigez vos jeunes gens. Ces jeunes gens sont tous nos fils. Si nous leur tendons la main, les édifions et les aidons, nous éprouverons la même chose que Jean, qui a dit : « Je n’ai pas de plus grande joie que d’apprendre que mes enfants marchent dans la vérité6. »

Chers jeunes gens, obéissons aux dirigeants de l’Église et faisons comme Adam, qui ne comprenait pas toujours pourquoi il devait le faire mais qui était heureux d’obéir. Et, s’il vous plaît, assistez fidèlement à vos réunions de l’Église. Si vous le faites, vous apprendrez comment vous préparer à votre avenir et vous aurez du succès. Vous, jeunes gens qui êtes dans l’Église depuis votre naissance et vous, qui vous êtes joints à elle, vous êtes l’armée du Seigneur. Vous deviendrez de formidables missionnaires et des pères justes. Notre Père céleste vous donnera la bénédiction d’avoir une famille heureuse. Vous avez un brillant avenir dans l’Évangile et, comme les fils d’Hélaman, vous nous apporterez à tous une joie éternelle.

Je vous aime et je sais que notre Père céleste nous aime tous. C’est pour cela qu’il a envoyé son Fils unique, Jésus-Christ, pour être notre Rédempteur. Thomas S. Monson est notre prophète vivant et nous guide sur la bonne voie. Au nom de Jésus-Christ. Amen.

Montrer les références

  1.  

    1. Voir Alma 53:20-22.

  2.  

    2. Voir Alma 56:10.

  3.  

    3. Moïse 5:6.

  4.  

    4. Voir Ezra Taft Benson, « À ces jeunes gens au noble droit d’aînesse », L’Étoile, juillet 1986, p. 41 ; italiques ajoutés.

  5.  

    5. 1 Néphi 1:1.

  6.  

    6. 3 Jean 1:4.