La préparation est source de bénédictions

Par Thomas S. Monson

Président de l’Église


Réfléchissons à nos appels et à nos responsabilités, et suivons Jésus-Christ.
 

Mes frères qui êtes ici dans le Centre de conférence de Salt Lake City, c’est vraiment inspirant de vous voir. C’est extraordinaire de penser que, dans des milliers d’églises de par le monde, d’autres détenteurs de la prêtrise de Dieu comme vous, suivent cette émission diffusée par satellite. Vous êtes de différentes nationalités, vous parlez de nombreuses langues, mais un point nous unit. Nous avons été chargés de détenir la prêtrise et d’agir au nom de Dieu. Nous avons reçu un dépôt sacré. On attend beaucoup de nous.

L’un de mes souvenirs les plus vifs est celui d’une réunion de la prêtrise à laquelle j’ai assisté quand je venais d’être ordonné diacre et où j’ai chanté le cantique d’ouverture « Que tous les fils de Dieu dotés ». Ce soir je fais écho à l’esprit de ce cantique spécial et vous dis : « Venez tous, fils de Dieu, dotés de la prêtrise1». Réfléchissons à nos appels et à nos responsabilités, et suivons Jésus-Christ, notre Seigneur.

Il y a vingt ans, j’ai assisté à une réunion de Sainte-Cène où les enfants ont illustré le thème « J’appartiens à l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours ». Ces garçons et ces fillettes ont montré qu’ils étaient formés à servir le Seigneur et autrui. La musique était magnifique, les récitations habilement déclamées et l’Esprit envoyé des cieux. L’un de mes petits-fils, qui avait onze ans à l’époque, avait pour tâche dans le programme de parler de la Première Vision. Après, lorsqu’il a rejoint ses parents et grands-parents, je lui ai dit : « Tommy, je pense que tu es presque prêt à être missionnaire. »

Il a répondu : « Pas encore. J’ai encore beaucoup à apprendre. »

Au cours des années qui ont suivi, Tommy a appris, grâce à ses parents et à des instructeurs et des consultants à l’église qui étaient dévoués et consciencieux. Quand il en a eu l’âge, il a reçu un appel en mission. Il l’a rempli de façon très honorable.

Jeunes gens, je vous exhorte à vous préparer au service missionnaire. De nombreux outils sont là pour vous aider à apprendre les leçons qui vous seront utiles et qui vous aideront à vivre de la manière que vous devez pour être dignes. Le livret intitulé Jeunes, soyez forts, publié sous la direction de la Première Présidence et du Collège des Douze, est l’un de ces outils. Il comporte les principes tirés des écrits et des enseignements des dirigeants de l’Église et des Écritures, dont l’observation apportera à chacun de nous les bénédictions de notre Père céleste et l’aide de son Fils. De plus, nous avons les manuels de leçons, soigneusement préparés, à l’aide de la prière. Les familles ont les soirées familiales où l’on enseigne les principes de l’Évangile. Vous avez presque tous l’occasion d’assister aux cours du séminaire enseignés par des instructeurs dévoués qui ont beaucoup à donner.

Commencez à vous préparer au mariage au temple, ainsi qu’à la mission. Les sorties convenables en couple font partie de cette préparation. Dans les cultures où il est permis de sortir en couple, ne le faites pas avant d’avoir seize ans. Les adolescents n’ont pas tous besoin de sortir en couple ; certains n’en ont même pas envie. Quand vous commencez à sortir en couple, faites-le en groupe ou avec un autre couple. Veillez à ce que vos parents rencontrent les personnes avec qui vous sortez et fassent leur connaissance. Les sorties en couple étant une préparation au mariage, ne sortez qu’avec des personnes qui ont des principes élevés2. »

Veillez à aller dans des endroits où le cadre est sain et où vous ne subirez pas de tentation.

Un père plein de sagesse a dit à son fils : « Si tu te trouves un jour dans un endroit où tu ne devrais pas être, pars ! » Un bon conseil pour nous tous.

Les serviteurs du Seigneur nous ont toujours conseillé de nous habiller correctement par respect envers notre Père céleste et envers nous-mêmes. La manière dont vous vous habillez envoie aux autres des messages à votre sujet et influence souvent votre comportement et celui des autres. Habillez-vous de manière à susciter ce qu’il y a de meilleur en vous et chez les gens qui vous entourent. Évitez les extrêmes dans votre tenue vestimentaire et votre présentation, notamment les tatouages et les piercings.

Tout le monde a besoin de bons amis. De même que votre cercle d’amis influence beaucoup votre manière de penser et votre comportement, de même vous influencerez les leurs. Si vous avez des valeurs en commun avec vos amis, vous pouvez vous fortifier et vous encourager mutuellement. Traitez tout le monde avec gentillesse et respect. Beaucoup de non-mem-bres sont entrés dans l’Église grâce à des amis qui les ont fait participer aux activités de l’Église.

L’adage souvent répété « l’honnêteté est la meilleure stratégie3 » est toujours aussi vrai. Un jeune saint des derniers jours vit conformément à ce qu’il enseigne et à ce qu’il croit. Il est honnête avec les autres. Il est honnête avec lui-même. Il est honnête avec Dieu. Il est honnête par habitude et parce que cela va de soi. Quand il doit prendre une décision difficile, il ne se demande jamais « Que vont penser les autres ? » mais « Que vais-je penser de moi-même ? »

Certains seront tentés de ne pas faire honneur à leurs principes personnels d’honnêteté. Je me souviens d’un cours de droit commercial que j’ai suivi à l’université ; il y avait un étudiant qui ne se préparait jamais pour les discussions en cours. Je me demandais : « Comment va-t-il réussir l’examen de fin d’année ? »

J’ai eu la réponse quand il est entré dans la salle de classe pour l’examen, en hiver, les pieds nus dans des sandales. Surpris, je l’ai observé quand l’examen a commencé. Tous nos livres étaient étalés sur le sol comme la règle l’exigeait. Il a ôté ses sandales et, avec les orteils qu’il avait entraînés et préparés avec de la glycérine, a tourné habilement les pages de l’un des livres qu’il avait posés sur le sol et y a regardé les réponses aux questions de l’examen.

Il a eu l’une des meilleures notes de ce cours de droit commercial. Mais le jour des comptes est arrivé. Plus tard, pendant qu’il se préparait pour son examen de fin d’études, le doyen de sa faculté a annoncé : « Cette année, je vais déroger à la tradition. L’examen sera oral et non écrit. » Notre expert aux orteils agiles n’a plus eu qu’à se mordre les doigts, de pieds, et il a raté son examen.

Votre manière de parler et vos paroles en disent long sur l’image que vous choisissez de donner. Utilisez un langage qui édifie et qui élève les gens qui vous entourent. Un langage impie, vulgaire ou grossier et des plaisanteries déplacées ou douteuses offensent le Seigneur. Ne prenez jamais en vain le nom de Dieu ou de Jésus-Christ. Le Seigneur a dit : « Tu ne prendras point le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain4 ».

Notre Père céleste nous a recommandé de rechercher « tout ce qui est vertueux ou aimable, tout ce qui mérite l’approbation ou est digne de louanges5 ». Tout ce que vous lisez, écoutez ou regardez laisse son empreinte sur vous.

La pornographie est particulièrement dangereuse et engendre la dépendance. Une curiosité pour la pornographie peut devenir une habitude dominatrice et vous amener à de la pornographie plus vulgaire et à la transgression sexuelle. Évitez la pornographie à tout prix.

Ne craignez pas de sortir avant la fin d’un film, d’éteindre la télévision ou de changer de station de radio si ce qu’on y présente n’est pas conforme aux principes de votre Père céleste. En bref, si vous n’êtes pas certain que tel film, tel livre ou telle autre distraction sont convenables, ne les regardez pas, ne les lisez pas, n’y participez pas.

L’apôtre Paul a déclaré : « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? …Le temple de Dieu est saint, et c’est ce que vous êtes6. » Frères, il est de notre responsabilité de garder notre temple propre et pur.

Les drogues dures, le mauvais usage des médicaments, l’alcool, le café, le thé et le tabac vous détruisent physiquement, mentalement et spirituellement. Toute forme d’alcool est nuisible pour l’esprit et le corps. Le tabac peut vous réduire en esclavage, affaiblir vos poumons et raccourcir votre vie.

La musique peut vous aider à vous rapprocher de votre Père céleste. On peut l’utiliser pour instruire, édifier, inspirer et unir. Cependant, la musique, par son tempo, son rythme, son intensité et ses paroles, peut émousser votre sensibilité spirituelle Vous ne pouvez pas vous permettre de remplir votre esprit de musique indigne.

Du fait du caractère extrêmement sacré des rapports sexuels, le Seigneur requiert la maîtrise de soi et la pureté avant le mariage ainsi que la fidélité totale après le mariage. Lorsque vous sortez avec une personne de l’autre sexe, traitez-la avec respect, et attendez d’elle le même respect. Les larmes suivent inévitablement la transgression.

President David O.David O. McKay, neuvième président de l’Église, a dit : « Je vous supplie d’avoir des pensées pures. » Puis il a proclamé cette vérité importante : « Chaque action est précédée par une pensée. Si nous voulons maîtriser nos actions, nous devons maîtriser nos pensées. » Mes frères, remplissez votre esprit de bonnes pensées et vos actions seront bonnes. Puisse chacun d’entre vous être en mesure de dire ce vers de Tennyson prononcé par Sir Galahad : « J’ai la force de dix parce que j’ai le coeur pur7».

Récemment, l’auteur d’un article sur la sexualité des adolescents résumait ses recherches en disant que la société transmet aux adolescents un message ambigu : La publicité et les médias font passer « le message très appuyé que l’activité sexuelle est acceptable et attendue », des incitations qui étouffent parfois les avertissements des spécialistes et les supplications des parents. Le Seigneur tranche dans tous les messages des médias avec un language clair et précis quand il nous dit : « Soyez purs8».

Lorsque vient la tentation, souvenez-vous du sage conseil de l’apôtre Paul, qui a déclaré : « Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter9. »

Lorsque vous avez été confirmés membres de l’Église, vous avez reçu le droit à la compagnie du Saint-Esprit. Il peut vous aider à faire de bons choix. Lorsque vous avez des difficultés ou que vous êtes tentés, vous ne devez pas vous sentir seul. Souvenez-vous que la prière est le passeport pour le pouvoir spirituel.

Si l’un de vous a trébuché en chemin, il existe un moyen de revenir en arrière. Ce processus s’appelle le repentir. Notre Sauveur est mort pour nous offrir ce don sacré à vous et à moi. Bien que la route soit difficile, la promesse est réelle : « Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige10. »

Ne mettez pas votre vie éternelle en danger. Respectez les commandements de Dieu. Si vous avez péché, plus vite vous commencerez à revenir en arrière, plus vite vous trouverez la douce paix et la joie qui accompagnent le miracle du pardon. Le bonheur s’obtient en vivant comme le Seigneur le veut et en servant Dieu et autrui.

Souvent, la force spirituelle s’acquiert en rendant service de manière désintéressée. Il y a quelques années, j’ai visité ce qui s’appelait alors la mission de Californie, où j’ai eu un entretien avec jeune missionnaire originaire de Géorgie. Je me souviens lui avoir demandé : « Écrivez-vous à vos parents toutes les semaines ? »

Il a répondu : « Oui, frère Monson. »

Puis je lui ai demandé : « Est-ce que vous aimez bien recevoir des lettres de vos parents ? »

Il n’a pas répondu. Au bout d’un moment, je lui ai demandé : « À quand remonte la dernière lettre que vous ayez reçue de vos parents ? »

D’une voix tremblante, il a répondu : « Mes parents ne m’ont jamais écrit. Mon père n’est que diacre et ma mère n’est pas membre de l’Église. Ils ont essayé de me persuader de ne pas partir. Ils m’ont dit que, si j’allais en mission, ils ne m’écriraient pas. Que dois-je faire, frère Monson ? »

J’ai adressé une prière silencieuse à mon Père céleste : « Que dois-je dire à ton jeune serviteur qui a tout sacrifié pour te servir ? » Alors l’inspiration m’est venue. Je lui ai dit : « Frère, écrivez à votre mère et à votre père chaque semaine de votre mission. Dites-leur ce que vous faites. Dites-leur combien vous les aimez et rendez-leur votre témoignage. »

Il m’a demandé : « Est-ce qu’ils m’écriront alors ?

J’ai répondu : « Oui ils vous écriront. »

Nous nous sommes quittés et j’ai repris ma route. Des mois plus tard j’assistais à une conférence de pieu dans le sud de la Californie quand un jeune missionnaire s’est approché de moi et m’a dit : « Frère Monson, vous vous souvenez de moi ? » Je suis le missionnaire qui n’avait pas reçu de lettre de sa mère ni de son père pendant les neuf premiers mois de sa mission. Vous m’avez dit : « Écrivez-leur chaque semaine, frère, et ils vous répondront. » Il m’a alors demandé : « Vous vous souvenez de cette promesse, frère Monson ? »

Je m’en souvenais Je lui ai demandé : « Avez-vous eu des nouvelles de vos parents ? »

Il a mis la main dans sa poche et en a sorti un paquet de lettres tenues par un élastique, il a tiré une lettre du dessus du paquet et a dit : « Si j’ai eu des nouvelles de mes parents ! » Écoutez cette lettre de ma mère : « Mon cher garçon, tes lettres nous font grand plaisir. Nous sommes fièrs de toi, notre missionnaire. Tu ne devineras jamais : Ton père a été ordonné prêtre. Il se prépare à me baptiser. Je reçois les missionnaires et dans un an nous voulons nous rendre en Californie à la fin de ta mission, car nous voulons, avec toi, devenir une famille éternelle en allant dans le temple du Seigneur. » Le jeune missionnaire m’a demandé : « Frère Monson est-ce que notre Père céleste répond toujours aux prières et accomplit toujours les promesses des apôtres ? »

Je lui ai répondu : « Quand on a la foi dont vous avez fait preuve, notre Père céleste entend les prières et y répond à sa manière. »

Des mains et un coeur purs et un esprit bien disposé ont touché les cieux. Une bénédiction, envoyée d’en haut, a exaucé la prière fervente du coeur humble d’un missionnaire.

Mes frères, c’est ma prière que nous vivions de façon à pouvoir de même toucher les cieux et être bénis, chacun d’entre nous, au nom du dispensateur de toutes les bénédictions, Jésus-Christ. Amen.

Montrer les références

  1.  

    1. « Que tous les fils de Dieu », Cantiques, n° 204.

  2.  

    2.  Jeunes soyez forts (brochure, 2009), p. 24, 25.

  3.  

    3. Miguel de Cervantes, dans John Bartlett, comp., Familiar Quotations, 14th ed. (1968), p.197.

  4.  

    4. Exode 20:7.

  5.  

    5. Treizième article de foi

  6.  

    6. 1 Corinthiens 3:16-17

  7.  

    7. Alfred Lord Tennyson, dans Familiar Quotations, p. 647.

  8.  

    8. Voir Doctrine et Alliances 38:42.

  9.  

    9. 1 Corinthiens 10:13.

  10.  

    10. Ésaïe 1:18.