Raconte-moi les histoires de Jésus

Par Neil L. Andersen

du Collège des douze apôtres


Une foi personnelle en Jésus-Christ plus forte préparera [vos enfants] aux difficultés qu’ils affronteront certainement.

Quand on nous demande de faire un discours à la fin de la dernière session de la conférence générale, nous écoutons chaque mot, en nous demandant quelles parties de notre discours seront abordées avant que ce soit notre tour de parler. Il n’y a pas de sujet attribué, pas de consultation sur les thèmes. Bien-sûr, la manière du Seigneur est toujours la meilleure. Il prend les efforts individuels menés dans la prière de chaque orateur, et orchestre une symphonie spirituelle, pleine de révélation et de puissance. Thèmes répétés, un principe s’appuyant sur un autre, avertissements prophétiques, promesses édifiantes, l’harmonie divine est un miracle! Je témoigne qu’à cette conférence nous avons entendu la volonté du Seigneur.

Le président Monson a dit des jeunes de l’Église qu’ils étaient « meilleurs que jamais1 » et il leur a dit : « Vous êtes venus sur cette terre à une époque merveilleuse. Les possibilités qui s’offrent à vous sont presque illimitées2. » Mais il a aussi lancé cet avertissement : « Nous avons été placés sur terre en des temps troublés3. » « C’est une époque de laxisme, où la société méprise et enfreint les lois de Dieu systématiquement de manière générale4. » Nous sommes entourés par tant de choses conçues pour détourner notre attention. « L’adversaire utilise tous les moyens possibles pour nous piéger dans sa toile de mensonge5. »

Nous tenons dans nos bras la génération montante. Les jeunes viennent sur terre avec de grande responsabilités et de grandes capacités spirituelles. Nous ne devons pas les préparer avec désinvolture. En tant que parents et instructeurs, notre objectif npas de créer une spiritualité en leur âme mais d’attiser leur spiritualité déjà rougeoyante à l’aide de la flamme de la foi qu’ils avaient pendant la préexistence.

Ce soir, je veux souligner la supplication d’un enfant dans un chant de la Primaire :

Raconte-moi les histoires de Jésus-Christ ;
Dis-moi ce qu’il me dirait s’il était ici6.

À notre époque, chaque enfant, chaque jeune homme et chaque jeune fille doit avoir sa conversion personnelle à la vérité. Chacun doit avoir sa propre lumière, sa propre foi « constante et immuable7 » au Seigneur Jésus-Christ, indépendamment des parents, des dirigeants des jeunes et des amis qui les soutiennent.

Les histoires de Jésus peuvent être comme un vent impétueux sur les braises de la foi dans le cœur de nos enfants . Jésus a dit : « Je suis le chemin, la vérité et la vie8. » Répétées souvent, les histoires de Jésus font naître la foi en lui et renforcent les bases du témoignage. Pouvez-vous penser à un meilleur cadeau à leur offrir ?

La vie et les enseignements de Jésus-Christ sont-ils gravés dans l’esprit et dans l’âme de nos enfants ? Pensent-ils à la vie du Sauveur quand ils se demandent quoi faire ? Cela sera de plus en plus important dans les années à venir.

Nos enfants ont-ils visualisé le conseil qui s’est tenu dans la préexistence9, où Jésus, le plus grand de tous, a déclaré : « Me voici, envoie-moi10 » ? Est-ce qu’ils visualisent leur propre désir de servir et de suivre son exemple ?

Pensent-ils à son humble naissance,11 le Sauveur du monde « couché dans une crèche12 ». Sa situation modeste les aide-t-elle à mieux comprendre quelle est la juste place des biens matériels ?

Savent-ils que Jésus a souvent enseigné : « Demandez et vous recevrez13 ? » Est-ce que ses prières de gratitude14 et de supplication à son Père15 traversent l’esprit de nos enfants quand ils prient à genoux à propos de ce qui les préoccupe ?

Leur avons-nous parlé de l’amour que Jésus a pour les enfants, comment il les prenait dans ses bras, priait pour eux et pleurait16 ? Savent-ils que Jésus se tient prêt, « les bras ouverts pour [les] recevoir17 ? »

Quand nous leur enseignons la loi du jeûne18, puisent-ils de la force dans les histoires où Jésus jeûne ?

Dans leur propre solitude, nos enfants ressentent-ils la solitude du Sauveur quand ses amis l’ont abandonné et qu’il a demandé à ses apôtres : « Ne voulez-vous pas aussi vous en aller19 ? »

Nos enfants ont-ils ressenti le pouvoir miraculeux du Sauveur ? Jésus a guéri le lépreux20, donné la vue à l’aveugle21. Il a nourri cinq mille personnes22, calmé la mer23 et ramené Lazare à la vie24. Est-ce que nos enfants croient que « c’est par la foi que les miracles s’accomplissent25 », et prient-ils pour voir des miracles dans leur vie ?

Nos enfants ont-ils puisé du courage dans les paroles du Sauveur au chef de la synagogue : « Ne crains pas, crois seulement26. »

Nos enfants connaissent-ils la vie parfaite du Sauveur,27 son ministère désintéressé, la trahison et la crucifixion cruelle qu’il a subies28 ? Leur avons-nous témoigné de la réalité de sa résurrection29, de sa visite aux Néphites en Amérique30, de son apparition à Joseph Smith, le prophète, dans le Bosquet sacré31 ?

Attendent-ils son retour majestueux quand tout tort sera réparé, que tout genou fléchira et que toute langue confessera que Jésus est le Christ32 ?

Est-ce que nos enfants disent : « Raconte-moi les histoires de Jésus-Christ33 ? »

Vous, les jeunes et les enfants : Vivez à la hauteur de vos importantes responsabilités et de vos grandes capacités spirituelles. Cherchez à mieux connaître Jésus, ouvrez les Écritures. Vous pourriez relire le livre de Jean et en discuter avec vos parents, vos instructeurs et entre vous.

Mon conseil aux pères et aux mères, aux grands-pères et aux grands-mères et à ceux qui élèvent avec amour des enfants et des jeunes qui ne sont pas les leurs, est de parler plus souvent de Jésus-Christ. En son saint nom réside un grand pouvoir spirituel. « Il n’y aura aucun autre nom donné, ni aucune autre voie… par lesquels le salut puisse parvenir aux enfants des hommes, si ce n’est dans et par le nom du Christ34 ».

Vous mères, qui élevez vos enfants sans père à la maison, je vous promets que, lorsque vous parlerez de Jésus-Christ, vous sentirez le pouvoir des cieux vous bénir.

Après le décès de son mari, Stella Oaks a élevé seule ses trois jeunes enfants (dont Dallin H. Oaks35) Elle a dit un jour : « On m’a fait savoir que le Seigneur m’aimait et que je serais à la hauteur de ma mission. Je me suis sentie entourée d’amour… [|et j’ai su] qu’il [nous soutiendrait] dans l’opposition qui se présenterait36. »

Je lance un appel spécial aux pères : Investissez-vous dans des discussions avec vos enfants sur le Sauveur. Ils ont besoin de vous entendre exprimer votre foi comme leur mère la sienne.

Bien qu’il puisse arriver qu’un enfant n’écoute pas avec le cœur disposé à croire, votre témoignage de Jésus demeurera dans son âme. Vous souvenez-vous de l’histoire d’Alma qui avait choisi le mauvais chemin ? Une fois revenu, il a déclaré :

« Je me souvins [de]… mon père [parlant]… concernant la venue de… Jésus-Christ… pour expier les péchés du monde.

« Quand mon esprit s’empara de cette pensée, je m’écriai au-dedans de mon cœur : Ô Jésus, Fils de Dieu, soit miséricordieux envers moi37. »

Si un enfant n’écoute pas, ne désespérez pas. Le temps et la vérité sont de votre côté. Au bon moment, vos paroles lui reviendront comme si elles lui venaient du ciel. Votre témoignage ne quittera jamais vos enfants.

Parlez respectueusement du Sauveur en voiture, en bus, au dîner, à genoux pour prier, pendant l’étude des Écritures ou lors de conversations nocturnes, et l’Esprit du Seigneur accompagnera vos paroles38.

Faites de votre mieux, et le témoignage de Jésus se distillera doucement dans le cœur de vos enfants. Ils s’adresseront à leur Père céleste en humble prière et ressentiront son influence par l’intermédiaire du pouvoir du Saint-Esprit. Une foi personnelle en Jésus-Christ plus forte les préparera aux difficultés qu’ils affronteront certainement39.

J’ai rencontré Bill Forrest et Debbie Hutchings quand nous étions étudiants à l’université Brigham Young. Bill était revenu de mission. Debbie et lui étaient tombés amoureux et s’étaient mariés au temple d’Oakland en Californie. Ils se sont installés à Mesa, en Arisona, et ont eu la bénédictions d’avoir cinq fils et deux filles. Bill et Debbie ont enseigné à leurs enfants à aimer le Seigneur Jésus-Christ comme eux l’aimaient. Leur fils, Daniel Forrest, qui est actuellement missionnaire à Oaxaca, au Mexique, raconte : « Chaque matin sans exception nous étions autour de la table avant l’école pour étudier et commenter les Écritures. »

Leur fille, Kara, qui est maintenant mariée et a deux enfants, a le souvenir très vivace de son père la conduisant au lycée pour les activités matinales. Elle raconte : « Mon père aimait apprendre par cœur des citations, des Écritures et des poèmes [et pendant ces déplacements matinaux] nous nous exercions à les réciter. » Une de mes Écritures préférées était : « Souvenez-vous, souvenez-vous que c’est sur le roc de notre Rédempteur, qui est le Christ, le Fils de Dieu, que vous devez bâtir votre fondation ; afin que lorsque le diable enverra ses vents puissants… [il] n’ait aucun pouvoir sur vous, pour vous entraîner en bas… à cause du roc sur lequel vous êtes bâtis40. »

Il y a exactement dix ans, en 2000, le vendredi précédant le dimanche de Pâques, Bill Forrest était l’évêque de la branche d’Estate Groves, en Arizona. En allant à son travail, à deux kilomètres à peine de sa maison, sa voiture a été percutée par un gros camion de travaux publics Debbie et les enfants ont quitté la maison peu de temps après Bill, et sont arrivé sans s’y attendre sur le lieu tragique de l’accident. Bill n’avait pas survécu. L’esprit immortel de ce mari et père bien-aimé était soudainement retourné au foyer de Celui qui a vaincu la mort, le Fils de Dieu, dont ils allaient célébrer ensemble la glorieuse résurrection ce dimanche de Pâques.

Comment Debbie et ses sept enfants (cinq ans seulement pour le plus jeune) ont-ils trouvé la force dont ils avaient besoin ? Kara, âgée de quinze ans au moment de l’accident, m’a dit récemment : « Je suis reconnaissante de la façon dont [ma mère et mon père] m’ont instruite [sur le Sauveur]. Ils ouvraient les Écritures avec moi, priaient avec moi, et ils étaient des exemples de la charité, de l’amour et de la patience [du Sauveur]… Chaque année, à Pâques, il est doux pour moi de méditer sur la vie, la mission et la résurrection de notre Sauveur, et cela me rappelle la vie de mon père terrestre. »

Daniel Forrest poursuit : « J’avais dix ans quand mon père est mort. Ça a été un moment difficile… Ma mère a toujours été un exemple des enseignements du Sauveur. J’ai avec moi le badge de mon père de sa mission en Espagne. Deux de mes citations préférées de mon père [sont] : ‘Deux hommes peuvent tout faire si l’un d’eux est le Seigneur’ et ‘Le Seigneur doit être notre fondation. Sinon nous pataugeons.’ »

La foi en Jésus-Christ a rempli le cœur des enfants Forrest. Ce week-end de Pâques, dix ans après la disparition de leur père, il leur manque profondément mais l’aiguillon de sa mort est englouti dans le Christ41. Ils savent que grâce au don inestimable du Sauveur ils pourront être à nouveau avec leur père terrestre et leur Père céleste.

Raconte-moi les histoires de Jésus

Dans un moment nous écouterons le prophète de Dieu. Parlant de son prophète, le Seigneur a dit : « Vous recevrez sa parole comme si elle sortait de ma propre bouche42. » Je témoigne que le président Monson est le porte-parole du Seigneur sur terre.

Je témoigne que Jésus est le Christ, le Sauveur de toute l’humanité. Sa vie, son expiation, sa résurrection, son retour attendu sont aussi sûrs et certains que le lever du soleil. Que son nom soit loué à jamais43, au nom sacré de Jésus-Christ. Amen.

Montrer les références

  1.  

    1. Thomas S. Monson, « Des vérités permanentes pour une époque instable », Le Liahona, mai 2005, p. 19.

  2.  

    2. Thomas S. Monson, « Puissiez-vous avoir du courage », Le Liahona, mai 2009, p. 123-127.

  3.  

    3. Thomas S. Monson, « Exemples de droiture », Le Liahona, mai 2008, p. 65-68.

  4.  

    4. Thomas S. Monson, « Conclusion », Le Liahona, nov. 2009, p. 109-110.

  5.  

    5. Thomas S. Monson, « Jusqu’au revoir », Le Liahona, mai 2009, p. 112-114.

  6.  

    6. « Raconte-moi les histoires de Jésus », Chants pour les enfants, p. 36

  7.  

    7. Alma 1:25.

  8.  

    8. Jean 14:6.

  9.  

    9. Voir Abraham 3:2-28.

  10.  

    10. Abraham 3:27.

  11.  

    11. Voir Luc 2.

  12.  

    12. Voir Luc 2:7.

  13.  

    13. 3 Néphi 27:29.

  14.  

    14. Voir Luc 10:21.

  15.  

    15. Voir Luc 11:2-4.

  16.  

    16. Voir 3 Néphi 17:11-24.

  17.  

    17. Mormon 6:17.

  18.  

    18. Voir Luc 4:1-13.

  19.  

    19. Jean 6 :67. L’année dernière, s’adressant aux jeunes, le président Monson a dit : « Vous serez… amenées à défendre vos convictions. Si votre témoignage n’est pas fortement enraciné, il vous sera difficile de supporter les moqueries des personnes qui contestent votre foi. » (Le Liahona, mai 2009, p. 126).

  20.  

    20. Voir Marc 1:40-42.

  21.  

    21. Voir Luc 18:35-43.

  22.  

    22. Voir Marc 6:34-44.

  23.  

    23. Voir Marc 4:35-41.

  24.  

    24. Voir Jean 11:8-53.

  25.  

    25. Moroni 7:37.

  26.  

    26. Marc 5:36.

  27.  

    27. Voir 1 Pierre 2:21-25.

  28.  

    28. Voir Luc 22:47-48 ; 23 :32-46.

  29.  

    29. Voir Jean 20:11-23.

  30.  

    30. Voir 3 Néphi 11:-26.

  31.  

    31. Voir Joseph Smith, Histoire 1:17.

  32.  

    32. Voir Doctrine et Alliances 88:104.

  33.  

    33. « Raconte-moi les histoires de Jésus », Chants pour les enfants, p. 36

  34.  

    34. Mosiah 3:17.

  35.  

    35. Dallin H. Oaks a fait le commentaire suivant : « Quand j’étais un petit garçon, je passais la plupart de mes soirées à lire des livres. L’un de mes préférés était Hurlbut’s Story of the Bible… [un] livre [de] 168 histoires de la bible. J’aimais ces histoires et je les ai lues de nombreuses fois » (« Bible Stories and Personal Protection », Ensign, nov. 1992, p. 37).

  36.  

    36. Stella Oaks “Thy Will Be Done,” dans Leon R. Hartshorn, comp., Remarkable Stories from the Lives of Latter-day Saint Women, 2 vols. (1973-1975), 2:p. 184.

  37.  

    37. Alma 36:17-18.

  38.  

    38. Dans notre monde actuel, plus que jamais on doit trouver dans la bouche de nos enfants à notre propos, les mêmes paroles que celles d’Énos à propos de son père : « Les paroles que j’avais souvent entendu mon père dire concernant la vie éternelle… pénétraient profondément mon cœur. Et mon âme était affamée ; et je m’agenouillai devant mon Créateur » (Enos 1 :3-4).

  39.  

    39. Le président Monson a promis aux jeunes : « S’il est fermement enraciné, votre témoignage de l’Évangile, du Sauveur et de notre Père éternel influencera tout ce que vous ferez tout au long de votre vie… Si vous le nourrissez constamment, votre témoignage vous gardera en sécurité » (Le Liahona, mai 2009, p. 126)

  40.  

    40. Hélaman 5:12.

  41.  

    41. Voir Mosiah 16:8.

  42.  

    42. Doctrine et Alliances 21:5.

  43.  

    43. Voir Alma 26:12.